AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 C'EST UN PROBLÈME ! [Balthazar Osorio, MOI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Balthazar Osorio
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 23

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expérience:
8/40  (8/40)

MessageSujet: C'EST UN PROBLÈME ! [Balthazar Osorio, MOI]   Dim 14 Nov - 17:40


    • Prénom : Je m'intitule Balthazar Osorio, c'est un nom particulièrement affreux, ne trouvez-vous point ? Oui, vous aussi vous trouvez, j'en étais sûr, ce n'est pas très gentil de me dire que mon prénom est affreux alors qu'il est digne d'un roi-mage, héhé, hoho, quel jeu de mot ! Je me gausse tellement si fort que ma voix semble s'éparpiller dans les airs à la manière de petits papillons de lumière. Je suis POÉTIQUE et philharmonique. LES MOTS S'ÉCRIVENT DE LA COULEUR DE LA NUIT DÉSORMAIS

    • Nom : ENFIN, voyons ! je viens de le dire plus haut ! Mon nom est Osorio ! Balthazar Osorio ! Combien de fois faudra-t-il le répéter ? Une, deux, trois, dix ? Je ne crois pas. Je ne serai pas un perroquet. Sachez-le. Vous êtes fatiguant avec vos paradoxes. C'est assez, Balthazar, tais-toi.

    • Race : Race ! Race ! Espèce animale, je veux bien, mais race ! Ah, c'est incroyable ma parole (c'est n'est point une boutâââade à proprement parler, mais bon). EH BIEN, je suis un être humain, de la famille des cucurbitacée, cela va sans dire.

    • Sexe : J'ai l'autorisation de mon supérieur, c'est-à-dire personne, de vous divulguer ce secret ô ! combien... mystérieux : je suis un garçon, de sexe masculin. De ce fait, tous les participes passés qui me sont offerts et attribués s'accorderont en é, c'est-à-dire qu'ils resteront à leur état primitif. C'est là le privilège de mon sexe.

    • Age : Je n'ai pas d'âge, puisque j'ai dix-sept ans. Dix-sept ans. Dix-sept ans. Dix-sept ans. Dix-sept ans (c'était au cas où vous ne l'auriez pas compris et que vous ne me demandiez dans la RUBRIQUE qui suit, MDRriiire)

    • Peuple : Je suis sûr que vous ne connaissez pas mon peuple. Oui, pour ainsi dire, il se trouve que mon peuple est un peuple qui n'existe pas. Mon peuple est fascinant, ce sont des Luciniens, je le sais, je les ai vus, ils existent bel et bien. C'est totalement faux de dire qu'ils n'existent pas. Ce sont des balivernes. Des plaisanteries à l'égard des grands débutants.

    • Description de mon corps, si sexy : Je ne suis pas un tamanoir. Toutes ressemblances avec cet animal seraient purement fortuites. Je tenais à mettre cela au clair. Je ne supporterai que l'on me confonde avec ces animaux, qui, ma foi, sont beaucoup moins gracieux que les tapirs. Je ne ressemble pas non plus à un tapir, c'est, pour ainsi dire, triste, mais je ne pleurerai pas.

    Commençons ma description, marquons la diérèse je vous prie, par mes pieds. Mes pieds sont grands mais mes orteils sont rangés en Dalton, est-ce normal. Voyez-vous, mon premier orteil est immense, et après ils sont de plus en plus petits. Je suppose que les deux plus petits sont les plus machiavéliques et les plus rusés. Aussi, mes pieds ne dégagent pas la plupart du temps et le temps c'est sacré une odeur amusante à sentir. On ne se bouscule pas pour sentir mes pieds je devrais dire. AINSI, il se dégage la plupart du temps et le temps c'est sacré une odeur fétide, nauséabonde et pestilentielle de mes pieds et de mes chaussettes et de mes chaussures, je n'y suis pour rien, c'est les aléas de la vie. De plus, remarquons que je n'ai pas de chaussures avec un nez (pour qu'elles respirent, comprenez-vous). Mes pieds sont toujours blancs et resteront toute ma vie des éternelles monstruosités capillaires. Une veine saillante j'aime ce mot saillante donc sort de ma peau blanche de mes pieds pour me narguer le matin. Je n'aime pas les veines saillantes, mais j'aime le mot saillant. Je suis sûr que vous avez été passionné par cette visite de mes pieds, c'est pourquoi je vous propose d'enchaîner avec mon nez, logique.

    Mon nez est un nez. Il faut le savoir pour bien comprendre ce qui va suivre. Ce nez est au milieu de ma figure. Mon nez possède deux narines rétractables et élargissantes. Il y a un grain de beauté que l'on ne peut pas voir car il n'existe pas sur la paroi gauche. Mon nez est un nez. Fin de la visite nasale.

    Poursuivons avec mon corps en général. C'est tout autant décapant, je vous prie de le croire. Je suis assez grand quand même, je ne suis donc pas un nain. Je suis très petit. Je mesure deux mètres. Pourtant, on ne peut pas dire que je suis gros, j'ai un peu de gras qui dépasse de ma poitrine pour former une colline disgracieuse tandis que je ne possède aucun forme particulière. Je ne suis pas un personne que l'on aurait envie d'aimer, soit dit en passant, je vous prie de le croire, je ne suis pas très sexy. Je ne ressemble pas à tous ces héros aux abdominaux saillants j'aime tellement ce mot avec des muscles tr0ôOô00'whe SeXxx' !! Non, que nenni. On peut également préciser la présence d'un nombril au milieu de moi, c'est important.

    De virtuosité corporelle basse, on l'aura compris, je ne présente pas d'aptitudes sportives grandiloquentes, ni d'endurance excessive que l'on pourrait me reprocher, non, non, non. Mes jambes et moi arrivons à nous entendre, nous arrivons à marcher, c'est déjà bien, je n'irai donc pas me fourvoyer dans un camp militaire avec des babouins braillards. Ce n'est pas pour cela que je n'aime pas marcher, pas du tout, j'adore marcher vite, marcher longtemps, mais cela ira dans la case d'en dessous je présume, je suppose, je suppute.

    Comme je l'ai dit plus haut, j'ai des yeux violets et rouges, ainsi que bleus. Mes cheveux sont longs, ou mi-longs, et courts et m'arrivent aux épaules mais je les ai coupés et ils m'arrivent pas plus bas que le menton. N'étant pas adroit, et pour ne pas prendre le risque de me couper en me rasant, j'ai décidé que ma barbe et ma moustache et ma barbe ne pousseraient pas. Il va de soi que mes dents sont brossés six fois par jour, c'est-à-dire à chaque repas, et de ce fait, elles sont blanches et non pourries. Mon haleine transpire la jeunesse ; je me vante là, tuez-moi donc. Mes joues ne sont pas rebondies. On ne peut pas dire que j'ai des épaules musculeuses. Je suis peu poilu, un peu au nombril (dont l'existence a été prouvée ci plus haut dessus). Mes zygomatiques sont très puissants, je souris comme un malade. Je suis un peu malade en même temps. Je vous assure, ahaha. Mes mains sont normales je dois dire, elles ne présentent pas grandes spécificités aussi bien mécaniques que pluri-annuelles. Il va de soi que mes ongles sont vernis de mille couleurs resplendissantes.

    Oui, car il faut également savoir que je me pars de mille atours tous plus colorés les uns que les autres. J'aime la couleur. Ma garde-robe n'est pas très remplie, n'exagérons rien, c'est vous qui parlez pour ne rien dire, mais je suis le propriétaire terrestre de quelques pulls, jeans, t-shirt de milliers de couleurs flamboyantes. Ce n'est point par souci de m'exhiber, loin de là, ce n'est pas vrai. Mes chaussures sont de toiles et violettes, car j'aimerais être violet, violet est ma couleur préférée, cela se comprend, c'est tellement beau. Je n'ai pas de lunettes, mes lunettes sont violettes car je ne suis pas myope. J'ai toujours de l'encre sur les mains, car j'écris beaucoup de lettres à mes amis et même si j'ai envie à mes amis, et pourquoi pas à ma mère et à mon frère. Si je n'ai pas d'encre sur les mains, ce que je déprime ou que mes amis, mes amis, ma mère ou mon frère sont tous morts. Ou bien que je suis mort moi-même. Oui, j'écris comme un cochon, mais les cochons ne savent guère écrire, voilà ma supériorité sur les cochons.

    Un cochon de plus de cent kilos est un porc, que cela soit bien clair de vous à moi.

    Je me tiens toujours droit, sauf quand je suis assis, là je suis avachi comme une crêpe molle pleine de Nutella. Se tenir droit est un réflexe chez moi, je n'aime guère marcher allongé, vous comprenez, cela serait inconvenant. TAPIR.

    • DESCRIPTION INTÉRIEURE : Bonjour, je me nomme Balthazar Osorio. Ma passion dans la vie, mourir, bien entendu. Il y a un truc que j'aime dans la vie tu vois man, c'est me promener, lire (lire, lire, lire²) et boire un diabolo grenadine à la terrasse d'un café. Dans ma chambre de bonnes que j'ai, tu vois, ya une immense étagère pleine de livres, parce que lire, c'est tellement bien. J'aime mieux les classiques, on est presque sûr de tomber sur un truc bien, mais j'adore également lire des pièces de théâtre contemporaines, tant que ce n'est pas du théâtre de boulevard. Je vais régulièrement au théâtre, je ne vais jamais au théâtre, le théâtre et moi c'est pour la vie si tu vois ce que je ne veux pas dire.

    Un truc de ouf' que je kiphe grave faire mec, c'est étudier. Si², je vous jure, moi j'adore. Parce que j'aimerais bien enseigner ou écrire, mais pour l'instant je n'ai que dix-sept ans, héhé, on ne va pas faire des plans d'avenir à dix-sept ans, où avais-je la tête, je suis un bêta. En même temps, si je faisais un métier manuel, quelle blague, ce serait ma débandade.

    Je n'ai pas de goûts de luxe, pourtant j'ai un côté dark sadique qui aime le mal, mais je ne vois pas ce qu'il y a de mal là-dedans, le mal et le bien. Je suis pour ainsi dire imprévisible, héhé, je divague totalement parfois, mais ça ne fait rien, pourquoi passer la serpillère quand la nappe d'eau coule ? Je ne sais pas, tâchons de ne pas le savoir. Mon vrai nom est Sherlock Holmes. À vrai dire, je déteste la lecture. Pourquoi dois-je toujours me contredire alors qu'une réponse est vraie et l'autre est fausse tandis que l'autre est vraie, je ne sais, c'est comme si la rivière descendait à l'envers. La rivière à l'envers est un roman admirable.

    Je ne crois en rien, si ce n'est en la folie car seule la folie peut nous sauver, ne croyez-vous point ? Moi je crois que oui, c'est grâce à elle qu'on fait de beaux films et de beaux pièces de théâtre et de belles romans. Quelles joyeuses délices que d'écouter des orgues saillantes. Je suis un lama mâle. Mon rêve dans ma vie est de devenir quelqu'un de cultivé, respecté, libre, artistique, moche, mâle et/ou femelle, raciste, passionné, passionnant, écureuil. C'est un rêve purement égoïste : je pourrais vouloir changer le monde, mais non, puisqu'on sait que ce n'est pas possible, on essaye de se construire son petit monde, sa petite bulle de protection, c'est ainsi. Je suis un être/avoir purement égoïste et consommateur, j'ai honte, mourrons tous en chœur.

    De plus, je tombe toujours fall in love des gens qu'il ne faut pas, héhé, c'est une maladie, une malédiction, une fable. Je fais beaucoup de bruits pour rien. Mes amours enfantines et adolescentes ont toutes été des échecs, c'est grâce à Dieu. Je suis plein de rancœur, mais personne ne le sait, je reste Balthazar Osorio, fils de Sans_Titre Osorio, éternel clown délirant gestualitique métaphysique philharmonique et mes papillons de lumière s'évanouiront dans l'espace. Saillant. Oh, un lama sur mon plafond. C'est faux, sur tes murs, tu as les images de Justine Bibeure. La vie commence par un mensonge. Ma mélancolie des jours heureux me dépasse et je suis désolé de vous l'imposer. Je ne sais la contrôler. Bien, faisons comme si de rien n'était.

    Mon plat préféré reste les pâtes à la carbonara, même si la pizza aux quatre fromages reste très prisé par Balthazar Osorio. Balthazar Osorio n'aime pas qu'on le contredise, pourtant il adore qu'on lui donne son avis, parce que la vie est plus sorcière. Les héros sombres qui ont la classe sont mes amis. Pourquoi n'ai-je pas d'ailes pour voler ? Je vous avoue que la vie des fourmis dans l'hémisphère nord me fascine. Je n'aime pas la vie des fourmis dans l'hémisphère nord, que cela soit bien clair entre nous. J'aime recevoir du courrier, vous savez, les lettres que l'on a comme par magie un jour dans sa boîte aux lettres. Je n'ai toujours pas compris comment elles arrivaient. Les spéculoos sont des biscuits. Les spéculoos n'ont jamais existé, tout ceci n'est qu'un horrible mensonge, ne vous laissez pas abattre. Le pouvoir m'attire ; je ne vois pas l'utilité de faire le bien alors que l'on peut boire un diabolo grenadine à la place.

    Je déteste les débats. J'adore les débats.

    Il ne faut pas laisser la haine du système, la haine s'installer. Mon animal préféré n'est pas la vache mais le tapir, malgré une légère préférence pour le tapir et/ou la vache. Shock is all in your head, c'est bien connu. Je n'écoute que du rock. Je n'aime vraiment pas mon corps, je suis si laid, mais ça ne m'empêche pas de sourire aux gens. J'ai une certaine tendance à m'efféminer, mais j'aime bien les filles, donc ça ne me gène pas. Je crois que ma préférence va à la vache. La pomme de discorde me revient de plein fouet. C'est ainsi. L'oignon, quelle divine création.

    • Mon histoire : Je vous avoue que cette partie m'incommode. Je n'ai certes pas envie de m'épancher sur mon histoire personnelle, puisqu'elle est personnelle, enfin. Je vais faire un effort pour vous, contenter, ne suis-je point un chou ? Oui.

    Je suis donc né un 32 juin, dans une année avec tellement de nombres que vous ne sauriez même dire que. Si vous voulez savoir, je ne suis pas né au fond d'un chalet tout en haut de la plus haute montagne du monde au cours d'un blizzard tel qu'on n'en voit que tous les six mille cinq cent treize ans. Je ne me suis pas enfanté tout seul non plus. Je suis pour ainsi né dans un hôpital bondé, comme la plupart des enfants normaux. Comme arrivée dans la vie, on a vu mieux que des néons blafards. Mais je ne m'en souviens pas, c'est une question de principe.

    Je vivais avec mon grand frère, un putain de beau gosse comme on n'en voit que tous les six mille cinq cent douze ans. On avait des chambres séparées, parce que nos parents étaient les directeurs d'une grande école. Ma vie se déroulait comme sur un petit nuage de barbe à papa, et tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Tous les ans, le même jour, on m'offrait des cadeaux, je n'ai jamais compris pourquoi. On peut dire que nous étions heureux, même si nos parents refusaient de nous offrir un tapir, ce qui fut un drame dans mon enfance. Mon frère, qui n'avait pas de nom et était de trois ans mon aîné, décida un jour de ne plus manger sa soupe, ce qui fit de moi le préféré de mes parents.

    Ma vie était absurde, je m'ennuyais.

    J'appris à lire dès mon mille cinq cent dixième jour. Je lus donc énormément dès ce mille cinq cent dixième jour, parce que je n'avais que ça à faire et que cette occupation n'était pas si mal. Je n'avais toujours pas de tapir à dix ans. Ni à onze. Dans ma chambre, je faisais le sushi avec mon tapis. Je n'aimais pas les gens; c'est pourquoi je dessinais des tapirs et des nez sur les murs de ma chambre. Je les dessine très bien d'ailleurs, précisons-le. Le jour où j'appris qu'un cochon de plus de cent kilos devenait un porc fut le plus beau de ma vie. Tout s'expliquait. Mon voisin était donc un porc (il faut prononcer le c, sinon le c n'est pas content et boude, et je ne veux pas faire de la peine au c). Mon bain trimestriel était alors la plus grande épreuve de ma vie. Vers mes quatorze ans, je décidai de ne plus faire le sushi. Un jour plus tard, je remarquai que le bain trimestriel, c'était pour les nazes, je décidai alors de passer au bain annuel, c'est beaucoup plus/moins loufoque (loup-phoque).

    J'espère que vous voyez là que je transforme mon histoire personnelle pour garder un peu de vie privée rien que pour moi, même si la platitude de ma vie était véridique, haha. Je n'ai donc rien à dire là-dessus, puisque je me réveillais, j'allais à l'école, je rentrais à pieds, je mangeais et me couchais, et ce tous les jours. Pourtant, à dix-sept, c'est-à-dire chronologiquement il y a deux mois, mes parents et moi décidâmes qu'il serait profitable que j'aille étudier à Soleriès, vous savez, la capitale de Lucina. C'est pourquoi, depuis un mois et demi donc, j'étudie la littérature et la théâtre dans cette ville radieuse, avouons-le. Et cela me convient parfaitement. Vous avez remarqué que ma vie ne comporte aucun intérêt.

    • Pouvoir choisi de votre camp : Eh bien, mon pouvoir est intitulé Bénédiction.

    • Votre arme de départ : Quelle question ! Une épée laser 3000 munie de bombes intégrées dans la lame qui explosent selon mes moindres demandes. Je possède une dague, qui me sert plus à couper mon pain qu'à égorger des gens. Toutefois, je mange souvent du pain.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Norliar
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 843
Date d'inscription : 04/09/2009
Age : 23

Feuille de personnage
Niveau:
19/30  (19/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: C'EST UN PROBLÈME ! [Balthazar Osorio, MOI]   Dim 14 Nov - 18:05

Quelle fiche ! rigole !

J'ai bien ris, mais cependant, je veux seulement m'assurer que tu as biens compris que tu étais dans un univers Médiéval, même s'il n'y a pas d'éléments qui dise le contraire, c'est uniquement ce que j'ai pressentis au cours de la lecture et peut-être que je me trompe, mais ta fiche pourrait être accepté ! Cependant, je ne peux pas validé ta fiche, car ton avatar n'est pas réglementaire, comme je l'ai mentionnez dans ta présentation Wink !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Balthazar Osorio
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 48
Date d'inscription : 14/11/2010
Age : 23

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expérience:
8/40  (8/40)

MessageSujet: Re: C'EST UN PROBLÈME ! [Balthazar Osorio, MOI]   Dim 14 Nov - 18:28

Oui, j'ai très bien compris que nous étions dans un univers médiéval, comme cela est marqué sur la page d'accueil, c'est incroyable, c'est circonspect. Il est vrai que certains éléments que j'ai introduits peuvent dire le contraire, j'avoue, pas besoin de torture, non !

Je cours corriger cette dimension d'avatar, je l'avais oubliée, que l'on me pardonne ce péché.

Que l'Oignon soit sur vous,
héhé,
Moi.

EDIT : Ma photo de profil est désormais de taille 150x300, n'est-ce pas génial? Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Liam Norliar
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 843
Date d'inscription : 04/09/2009
Age : 23

Feuille de personnage
Niveau:
19/30  (19/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: C'EST UN PROBLÈME ! [Balthazar Osorio, MOI]   Dim 14 Nov - 18:31

Tout est correct !

Pour les éléments médiévals et tout, c'était juste pour être sûr, car comme dit plus haut, rien ne peut contredir le temps, mais c'est juste en lisant parfois, ça peut porter à confusion ! Bref, tout est parfait, la fiche est validée, un Esprit Créateur passera d'ici peu pour te répartir Wink !

Bon jeu sur Harmonia Smile !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître d'Harmonia

avatar

Messages : 450
Date d'inscription : 30/08/2010

Feuille de personnage
Niveau:
900/900  (900/900)
Expérience:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Re: C'EST UN PROBLÈME ! [Balthazar Osorio, MOI]   Dim 14 Nov - 18:40

Les portes entre les mondes se sont ouvertes depuis bien des mois maintenant, qui aurait cru qu'une guerre sans merci s'acharnerait ? Des esprits déchus ont déclaré la guerre aux créateurs des trois mondes essayant d'hallier à leur cause bon nombre d'habitants de ces lieux. Oui, la guerre est proche pour ne pas dire qu'elle a d'ores et déjà commencée. Plus que tout, vous devrez choisir votre camp afin d'établir l'équilibre ou au contraire le détruire ... Même si vous souhaitez rester neutre, chaque personne aura une emprunte à laisser dans cette histoire...

Une lumière aveuglante surgissant de nulle part vous entoure vous emportant ainsi dans un endroit inconnu entouré de nuage et de brouillard. Peu à peu, apparaît devant vous une silhouette à l'aspect humaine, une jeune femme cachant une partie de sa tête sous une longue cape blanche. Ses cheveux pourpre virevoltent dans la douce bise qui s'est levée, cependant, une seule chose vous obsède, son regard... Ses yeux d'un jade intense semblent vous pénétrer au plus profond de vous, mais avant que vous ne puissiez dire quoique ce soit, cet être étrange s'approche de vous et vous murmure ces quelques mots :

"- La guerre est proche, dans certains endroits entre ces mondes, elle a déjà commencé, toi, Balthazar Osorio, du peuple de Lucina, tu devras choisir ton camp, ton chemin, ton destin, écrire une page de cette histoire en nous aidant nous, les esprits créateurs ... Cependant, si tu ne souhaites pas prendre cette voie, attention aux conséquences, nous ne pourrons pas toujours être là pour protéger les habitants des trois mondes..."

Les paupières de la jeune femme se fermèrent gentiment après ses paroles laissant entendre un petit ricanement. Celle-ci s'approcha de plus en plus de vous commençant à tournoyer tout autour de vous emmenant avec elle une nouvelle vague de lumière aveuglante. Dès que vous retrouverez vos esprits, vous pourrez constater que vous êtes revenu à l'endroit présent, où vous vous trouviez juste avant cette apparition.

C'est ici que votre aventure commence, à vous d'ouvrir un sujet ou d'entrer dans un sujet d'ores et déjà créé dans le monde et le lieu de votre choix.

Très bon jeu ... Wink

MdH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'EST UN PROBLÈME ! [Balthazar Osorio, MOI]   

Revenir en haut Aller en bas
 
C'EST UN PROBLÈME ! [Balthazar Osorio, MOI]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Imprévus au Manoir Oblivion [RP Xyméréj, Balthazar, autres]
» Ambidextre problématique !!! [Résolu]
» Problème Infrastructure
» probléme a deux avec le lao shan lung (guilde)
» Une nouvelle statue sur la place du Temple de Balthazar!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonia :: Avant d'entrer dans Harmonia :: Création de votre personnage-
Sauter vers: