AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Sin Agonüm

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sin Agonüm
Umbrien
Umbrien
avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 01/01/2011
Age : 27

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
54/40  (54/40)

MessageSujet: Sin Agonüm   Sam 1 Jan - 19:07

• Prénom : Sin
• Nom : Agonüm
• Race : Incube
• Sexe : Masculin
• Age : 25 ans tout au plus
• Peuple: umbra

• Description physique (min. 3 lignes) : Alors que la nuit tombait sur cette grande ville, vos pas se pressaient vers la sortie de la boutique où vous travaillez. La journée avait été lourde, terriblement lourde au point tel que votre propre ombre venait à peser un poids sur vos pied, traînant derrière vous tel un véritable fardeau. Ouvrant la porte, un vent glacial vint à souffler contre vos joues alors que quelques flocons de neiges y terminaient leur course, fondant sur la chaleur de votre corps et de l'intérieur de l'endroit ou vous vous trouvez encore. Bien qu'il n'y avait qu'une simple brise, l'air en était tout simplement gelé, ce qui ne tarda pas à cristalliser ces petites gouttelettes d'eaux qui venaient à peine de se former sur votre visage. Resserrant bien le manteau contre votre poitrine et engageant une marche rapide en direction de votre demeure, vous maudissez cette malheureuse saison de l'hiver, qui ne faisait qu'ajouter un surplus de mauvaise tension sur vos épaules. À ce moment, un bruit se fit entendre, dans une ruelle adjacente à votre position. Tournant légèrement la tête, une ombre semblait avoir passer, tomber d'un toit, puis soudain, deux yeux d'un rouge clair, vif, presque rosé, vint s'introduire à votre regard. Pendant un instant, le monde se figea, la peur venait de naître, puissante, brute. Alors que cette paire de yeux semblait se plisser, comme pour faire un focus sur votre propre personne, vous décidez de continuer votre chemin, tout d'abord d'un pas rapide et frénétique, puis enfin d'une course affolée jusqu'à la porte de votre demeure.

Ouvrant, entrant, refermant et verrouillant à double tour, vous observez celle-ci en reculant et respirant à une vitesse exprimant l'effroi. Quel était cette créature...venait-elle du royaume d'Umbra? Après un moment, vos sens vous reviennent, mais la peur ne fait que vous gagner d'avantage. Pourquoi le silence règne t'il en cette demeure? Où sont les enfants, votre mari? Rapidement, vous dirigez votre corps vers la salle de détente, où vous entendez le feu du foyer crépité. Un soulagement vient à vous lorsque, dos à vous, votre famille se tient là, assise devant le foyer, les enfants endormis sur chacune des épaules de cet homme avec qui vous partagez votre vie. Vous avançant, faisant le tour du canapé, vous comptez les rejoindre, mais en les voyant, seul un cri ne se fait entendre. Vos jambes, ne pouvant plus vous supportez, s'engourdissent sous le poids de l'horreur puis le monde vous semble devenir flou devant l'image qui vous est présenter. Dans les bras de leur père, vos enfant reste immobile, mort, leur peau entaillé et leurs vêtements en lambeau. Votre mari, porte un regard vide vers vous, vide de tout puisque la seule chose que l'on peut maintenant percevoir de ce regard n'est que deux grands orbites noir ensanglanté. Ne sachant plus où donner de la tête, vous vous retournez, tentant d'échapper à ce désespoir, mais plus loin, assis sur le fauteuil, un homme vous observe, une jambe croisée par dessus l'autre, une coupe à la main, d'un air fatal et hautain à la fois. Ses cheveux, d'un brun profond, reflètent les lueurs du brasier, laissant apparaître quelques mèches mauvâtre en travers de sa chevelure. Son regard, perçant la faible luminosité de la pièce, laisse voir une flamme rosée y danser puis vous réaliser qu'est-ce que cet homme. Il est l'ombre, il est le fardeau de votre journée, le malheur et le désespoir de votre vie. Se levant ensuite, vous pouvez voir de ses mouvements une grâce ténébreuse, s'agençant parfaitement avec l'élégance de ses habits et la noirceur de sa cravate.

D'une main décoré d'un symbole occulte, il alla boire ce liquide épais et opaque que comportait la coupe alors que ses pas le dirigeait lentement vers vous, impuissante, incapable de rien devant une telle folie, une telle noirceur d'âme. D'un sourire laissant dévoiler une dentition parfaite, quoique quelque peu plus aiguisée que la norme, un ricanement à votre égard vint se laisser entendre. À ce moment, il se pencha, de sa grandeur atteignant le mètre quatre-vingt, afin de plonger ses yeux vicieux dans les vôtres. Il se délectait de votre impuissance, absorbant chacune des détresses de votre âme afin d'alimenter le feu qui résidait en ses pupilles, puis devant votre défunte famille, il vint prendre votre visage entre ses mains meurtrières, rapprochant votre visage du sien et déposant ses fines lèvres contre les vôtres. Vous embrassant d'une fougue qui vous était encore inconnu jusqu'à présent, dans la folie incompréhensible du moment, votre corps sembla vous abandonner à la grandeur de son charme, allant jusqu'à vous surprendre à l'embrasser vous même pendant un moment, alors que des larmes de rages et d'agonies coulaient sur vos joues puis soudainement, une douleur intense se fit sentir au niveau de vos pied. Comme si des lames de rasoir tournoyaient autour de vos chevilles, remontant ensuite sur vos mollet, vous tentez de crier votre souffrance mais le baisé mortel de l'inconnu vous en empêche. Alors que les lames remontent jusqu'à vos cuisses, vous vous retrouvez prisonnière de l'étreinte fatale de la mort. De ses bras, il vous entoure, vous offrant une passion hors du commun tout en continuant de parcourir vos lèvres des siennes tel les ténèbres caressent l'arrivée de la nuit. Enfin, alors qu'il vous lâche, vos lamentation prennent finalement vie, laissant s'échapper de votre bouche un cri venant du plus profond de vos poumons. Observant le bas de votre corps, un nuage d'ombre s'avance lentement déchiquetant maintenant votre abdomen, puis votre buste, et enfin votre gorge. Portant un ongle maquillé d'un noir de jais à vos lèvre, insinuant le silence, le bel homme s'approche afin d'effleurer une dernière fois le bout des lèvres contre les votre, encore. La mort vous emporte, ne laissant comme dernière image que cet homme à l'allure élégante, mais aussi sombre que les ténèbres de ce monde.

Ses cheveux, glissant le long de votre joue alors qu'il vous chuchote une dernière parole à l'oreille, vous semblent être à la fois aussi doux que le velours, mais brûlant tel les flammes de l'enfer. Sa voix, quant à elle, vous parle d'un ton sensuel, rappelant le charme elfes mélangé au vice des fiélons. Puis votre vie se termine alors qu'il se relève et fais volte-face, enfilant par dessus sa chemise blanche un veston sans manche de la même couleur que sa cravate. Alors que votre âme s'élève pour rejoindre celles de vos enfants, vous pouvez enfin apercevoir celle de votre agresseur. Un homme aux ailes de chauves-souris, au cheveux aussi long que son propre corps et dont les doigts se terminent par de longues et fines griffes acérés. Un démon...


• Description mentale (min. 5 lignes) : Sin sait apporter l'envie et la jalousie, de par sa nature de charmeur. Autant peut-il se faire adorer des femmes, que les hommes le déteste à un point inexplicable. Dans ses mots, dans ses dires, il est inégalable de par sa précision et son charisme, enjôlant ses proies de quelque manière qui soit. C'est un être extrêmement calculateur, qui préférera attendre le moment opportun avant de porter un premier assaut, physique ou verbale. Il en va de soit qu'il est un être égocentrique, égoïste et qui n'agira que par possibilité d'un gain utile. Une alliance avec lui est une chose à ne pas prendre à la légère, mais surtout à surveiller puisque, bien que le plus loyal des alliés, il faut savoir que le résultat de cette amitié ne sera pour lui qu'un profit plus grand que le votre au final. Il reste cependant un être poli, courtois, droit et sans aucun reproche quand à ses manières de gentleman, surtout envers la gente féminine. envers le sexe opposé, quelques différences s'imposent. Il est territorial, parfois hautain, mais surtout il n'hésite aucunement à faire preuve de compétition si le besoin est. Véritable prodige des arts, il n'est pas rare de le voir un violon à la main, instrument avec lequel il excelle avec panache. C'est un virtuose né, mais aussi un excellent dessinateur et peintre. Les arts sont son domaine de prédilection, puisque possédant une patience, une précision, une imagination et un doigté exceptionnel. Il n'est donc pas surprenant de voir qu'il a choisit l'escrime comme art de combat. Il manie la rapière aussi bien qu'il manie l'archet, faisant de lui un combattant rapide et au souffle endurant. Somme toute, sa détermination n'a de limite que son égaux, ce qui porte à dire qu'elle est presque sans fin. Lorsqu'il veut quelque chose, tout les moyens sont bons, mais la supercherie, la manipulation et la mensonge sont ses meilleurs armes. Sa langue fourchu est sa lame la plus acéré, ce qui lui vaudra un jour, sans aucun doute, une place importante dans la hiérarchie d'Umbra. Tout n'est, selon lui, qu'une question de temps.

"Le seul maître en ce monde est le temps, ceux qui le pressent n'obtiendront jamais rien de solide et ceux qui l'étirent ne verrons jamais une opportunité lorsqu'elle sera présentée."

• Votre histoire :

La chute avait été longue et la souffrance de la mort ne s'était qu'accentué au delà même du possible. Totalement incinéré, sentant sa chaire se détacher de son propre corps au même rythme que ses cheveux se sont transformer en poussière devant les flammes des enfers, il n'était maintenant plus qu'un squelette, mais quelque chose d'incompréhensible retenait son âme sur ses os. Si le chemin s'était arrêté en enfer, il aurait compris de quoi il en résultait, mais le chemin avait été encore plus long, plus pénible qu'une descente aux enfers. À ce que l'on dit, lorsque notre âme est envoyé dans les flammes infernales, la souffrance est sans pareil, mais rien de tout cela ne s'était produit pour lui. Bien qu'ayant passer dans le feu diabolique du martyr, le chemin de sa déchéance se poursuivit dans la mélancolie plutôt que dans la souffrance. Il semblait que l'essence même de tout les vices, supérieur à la colère et la haine des enfers, l'entraînait au plus profond des entrailles de ce monde, là où nul lumière ne pouvait se rendre. Enfin arrivé, la seule chose qui lui apparût fut une femme. Ne pouvant se rappeler à quoi elle ressemblait exactement, elle ne fit que lui donner un noir baisé avant de débuter une aventure charnelle a même son âme. Jamais il n'avait connu tel jouissance, jamais il n'avait connu tel désire, jamais il n'avait ressentit tel force lui parcourir les veines lorsque tout fut terminé, mais c'est à ce moment que la damnation débuta.

Lors d'un dernier baisé, alors que leurs langues se croisaient une dernière fois, les ténèbres environnantes semblèrent se faufiler dans la bouche de l'âme, rejoignant la mâchoire de son squelette. Tel une véritable infection, ces ténèbres vinrent se propager ensuite sur le crâne, puis le reste du corps, l'enveloppant d'une nouvelle peau. D'entre les ossements, l'on pouvait voir de nouveaux organes se créer d'eux même. Ensuite la chair vint s'installer, les muscles se former puis une peau s'y coller. Le processus, aussi morbide était-il, laissait une agonie sans pareil à l'âme déchue maintenant baisée par la noir dame du monde, celle qui réside dans les ténèbres. Ses cris, traversant les mondes, vinrent se propagé jusque dans les feux de l'enfer, beaucoup plus haut. Lorsque tout fut terminé, aucun souvenir ne lui restait de son ancienne vie.

Qu'était-il devenu?
Un déchu

Qu'allait-il faire?
Apporter la misère

Qu'avait-il gardé d'elle?
Le désire charnel.

Comment l'avait-elle apeller?
Un démon, un incube, un damné

Quel était son nom?
Sin Agonüm, le péché de l'agonie.

Il s'agissait là des réponses qu'elle lui avait donner avant de s'effacer dans l'ombre du monde, laissant son nouvel amant à lui-même, nu, solitaire. Mais il savait le chemin, il savait la direction qu'il devait maintenant prendre. Se relevant, il marcha, des heures durant, sans jamais ne perdre confiance en son propre instinct puis, au bout d'un moment, une lumière jaillis, lui brûlant les yeux, le corps. Poussant un cri d'effroi, il revint à l'ombre afin de reprendre ses esprits. Son regard se fit calculateur, puis, lentement, il passa son bras sous la lumière une deuxième fois. Des cloches d'eaux se formaient alors que source lumineuse brûlait les parties de son corps, mais il ne broncha pas, se contentant de serrer les dents. Il comprenait déjà, il apprenait rapidement. La lumière était son ennemi, mais il ne devait jamais reculer devant lui. Retirant tranquillement son bras afin de revenir dans le confort des ténèbres, il posa un regard derrière lui. Une porte s'était dessiner et en son centre, une flamme rosé y brûlait, sans pour autant se rependre. Avançant d'un pas lent mais précis, prouvant son sens de l'analyse, il passa la main devant cette flamme. Aucune chaleur ne s'y dégageait, au contraire, un froid mordant s'en détachait. Ce froid, aussi étrange était-il, apportait cependant un réconfort certain à sa simple vu, et pour cette raison, Sin y plongea sa main. Sans même crier garde, la flamme explosa à ce moment, laissant sa déflagration entouré le nouveau corps du démon. Le vent qui émanait de cette déflagration était violent et continue, faisant littéralement exploser la porte en mille-morceau alors que les flammes mauvâtre de la déflagration entrait dans le corps de leur nouvel hôte de par tout ses orifices. Cette fois-ci, rien n'était douloureux, au contraire, il pouvait sentir une seconde fois l'extase charnel de sa maîtresse le posséder, les doigts de celle-ci le caresser puis, lorsque tout fut terminer, il ouvrit les yeux, laissant une flamme apparaître dans sa pupille. Un pouvoir l'animait maintenant, il était prêt. Apportant une main là ou la poignée de la porte était avant que celle-ci n'explose, il ouvrit ce qui semblait être une seconde porte, cachée. Celle-ci, donnait un aperçu vers un monde qu'il ne connaissait pas, mais qui serait apparemment son nouvel habitat, son terrain de chasse. En lui bouillait un désir charnel qui lui semblait éternel, une soif de contrôler irrassasiable animée par la volonté de sa créatrice, mais de lui même, de sa propre volonté, s'échappait un but bien précis. La retrouver, elle, qui lui donna damnation, qui lui donna ce corps, cette puissance. Ce monde devait receler les secrets nécessaires à sa quête. Faisant un pas vers l'avant, il y plongea, sans aucune hésitation.


• Pouvoir choisi de votre camp : Ombre
• Votre arme de départ : Rapière
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jolene Ladraël Barnes
Lucinienne
Lucinienne
avatar

Messages : 1319
Date d'inscription : 10/02/2010
Age : 26
Localisation : Manoire Idrasyl, Dera

Feuille de personnage
Niveau:
29/30  (29/30)
Expérience:
135/80  (135/80)

MessageSujet: Re: Sin Agonüm   Sam 1 Jan - 23:04

hola!

très belle fiche, aucun probleme de rencontré, tout est ... beau *.*

continues ainsi, le top RP ne devrait plus tarder à t'être donné par un esprit Wink

bonne continuation!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître d'Harmonia

avatar

Messages : 450
Date d'inscription : 30/08/2010

Feuille de personnage
Niveau:
900/900  (900/900)
Expérience:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Re: Sin Agonüm   Sam 1 Jan - 23:12

Les portes entre les mondes se sont ouvertes depuis bien des mois maintenant, qui aurait cru qu'une guerre sans merci s'acharnerait ? Des esprits déchus ont déclaré la guerre aux créateurs des trois mondes essayant d'hallier à leur cause bon nombre d'habitants de ces lieux. Oui, la guerre est proche pour ne pas dire qu'elle a d'ores et déjà commencée. Plus que tout, vous devrez choisir votre camp afin d'établir l'équilibre ou au contraire le détruire ... Même si vous souhaitez rester neutre, chaque personne aura une emprunte à laisser dans cette histoire...

Une lumière aveuglante surgissant de nulle part vous entoure vous emportant ainsi dans un endroit inconnu entouré de nuage et de brouillard. Peu à peu, apparaît devant vous une silhouette à l'aspect humaine, une jeune femme cachant une partie de sa tête sous une longue cape blanche. Ses cheveux pourpre virevoltent dans la douce bise qui s'est levée, cependant, une seule chose vous obsède, son regard... Ses yeux d'un jade intense semblent vous pénétrer au plus profond de vous, mais avant que vous ne puissiez dire quoique ce soit, cet être étrange s'approche de vous et vous murmure ces quelques mots :

"- La guerre est proche, dans certains endroits entre ces mondes, elle a déjà commencé, toi, Sin Agonüm, du peuple d'Umbra, tu devras choisir ton camp, ton chemin, ton destin, écrire une page de cette histoire en nous aidant nous, les esprits créateurs ... Cependant, si tu ne souhaites pas prendre cette voie, attention aux conséquences, nous ne pourrons pas toujours être là pour protéger les habitants des trois mondes..."

Les paupières de la jeune femme se fermèrent gentiment après ses paroles laissant entendre un petit ricanement. Celle-ci s'approcha de plus en plus de vous commençant à tournoyer tout autour de vous emmenant avec elle une nouvelle vague de lumière aveuglante. Dès que vous retrouverez vos esprits, vous pourrez constater que vous êtes revenu à l'endroit présent, où vous vous trouviez juste avant cette apparition.

C'est ici que votre aventure commence, à vous d'ouvrir un sujet ou d'entrer dans un sujet d'ores et déjà créé dans le monde et le lieu de votre choix.

Très bon jeu ... Wink
MH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sin Agonüm   

Revenir en haut Aller en bas
 
Sin Agonüm
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonia :: Avant d'entrer dans Harmonia :: Création de votre personnage-
Sauter vers: