AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Blaenyc Khân
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 28
Localisation : Lugdunum

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
25/40  (25/40)

MessageSujet: [Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)   Dim 17 Avr - 19:39

    Les bourdonnements se firent de plus en plus intenses. La pression monta, le son s'assourdit, les tympans vibraient presque à céder. Le cerveau ne parvint plus à établir quelque liaison nerveuse avec les organes sensitifs. Mais le coeur, lui, continuait de battre. Il continuait de maintenir ce corps en vie. Ce corps comme handicapé, soumis à des agressions sonores qui privaient le sujet de toute autre perception auditive, semblait agité dans tous les sens, en inertie dans un grand vide dans le noir absolu. Parfois il avait la sensation de tournoyer. Parfois il ne ressentait rien. Une conscience semblait lutter dans ce grand fracas vide de sens. Une conscience qui tentait en vain de se remémorer les raisons de ces inexplicables évènements. Alors, très lentement, dans ce vide sans vie, cette conscience dessinait deux silhouettes. Elle traçait des lignes pour représenter deux formes épineuses pour ensuite s'arrondir comme en arc de cercle, colorant l'une de gris argenté et l'autre d'un roux éclatant. S'ajoutèrent alors deux autres formes rondes, épousant les images colorées. Ces forment se teintèrent de couleur beige. Et bien sûr, sur ces formes se dessinèrent d'autres formes, laissant apparaître comme deux visages. Des visages familiers, sur lesquels il était pour le moment difficile d'associer quelconque identité. Les traits se prolongèrent plus bas encore, dessinant des silhouettes que la conscience semblât cerner un peu plus. Puis vint un décor verdâtre, puis des troncs, puis des feuilles mortes jonchant par millier sur le sol. Puis une autre silhouette au loin, noire, indiscernable, qui semblait s'éloigner. Mais c'est le décor qui défilait, laissant cette silhouette noire immobile, comme défilant la terre sous ses enjambées, dans sa course. Puis elle disparut comme derrière un buisson mort, et l'image défila non loin pour se focaliser sur une forme ovale aux couleurs contrastant avec cette nature généreuse. Elle émettait une lumière bleu blanchâtre et se mit à rayonner de plus belle, engloutissant ainsi tout le décor. Puis tout redevint subitement noir. Les bourdonnements sourds avaient cessé, la pression était redescendue à la normale, le corps semblait reposer sur une texture douce qu'il avait remodelée lorsqu'il l'avait dévalée sur quelques mètres. Celle texture l'avait doucement amorti, lui permettant de se reposer, le laissant dans un sommeil profond. Finalement, on pouvait voir un jeune homme, aux paupières fermées, aux cheveux châtains décoiffés. Il était barbu de quelques mois, jonchait le sol et était couché sur le côté.

    Un mal de crâne atroce se fit ressentir alors qu'une paupière tentait de se soulever et de dissiper les ténèbres dans lesquelles étaient plongées le jeune homme, alors qu'il reprenait doucement ses esprits. Mais le paysage qu'il découvrait lentement n'était pas des plus éclairés, si ce n'est par la pleine lune et les multiples étoiles dans ce ciel noirâtre. Puis la seconde paupière se souleva pour se hausser au niveau de sa jumelle. Toutes deux clignèrent rapidement, en rythme, et Blaenyc observait un paysage des plus sinistres. Il se redressa, gémissant douloureusement. Il plaqua une main contre son crâne qu'il tapota pour enlever comme des grains de sables qui s'étaient collés sur sa joue suante. Son regard étant dorénavant parallèle au sol, il observait du sable à perte de vue. Quelques dunes lui empêchaient cependant de voir quelques horizons. Le calme était des plus absolus. Pas une bise ne venait le perturber. Tout était si dépourvu de vie, d'existence, d'émotions. Troublé par ce silence typique du calme avant la tempête, l'humain se dressa sur ses jambes, manquant de tomber à cause de l'étourdissement soudain. Il tournoya avec insistance sur lui-même, cherchant du regard ne serait-ce qu'un élément contrastant avec ce décor. Il prit la décision de se diriger vers l'une des dunes qui lui dissimulait la vue d'une partie du reste du paysage, se mettant ainsi à marcher en se massant le crâne. Ses pas étaient des plus lents et attentionnés dans le sol instable et peu éclairé qui plus était. Il tapota vivement sa gourde de sa main gauche pour s'octroyer un peu plus d'assurance, alors qu'il escalada difficilement l'élévation. Le mystère était peu à peu dévoilé et l'homme fit de nouveau face à du sable à perte de vue. Et d'autres dunes qui dissimulaient d'autres mystères. Il soupira un grand coup de désespoir, arrachant sa gourde à son flanc pour la découcher du pouce et de la vider d'un trait dans sa gorge. Alors, au sommet de cette pente de sable, il cria à s'en détruire les cordes vocales :

    - EST-CE QU'IL Y A QUELQU'UN ?!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelus Kaine
Umbrien
Umbrien
avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 24
Localisation : Et ta soeur?

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expérience:
71/40  (71/40)

MessageSujet: Re: [Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)   Dim 17 Avr - 20:27

"Fiuuuuuuu"

Un bâillement, un bâillement répété. Une respiration haletante, deux même. Couché sur le dos, des cheveux en trombes qui chatouillaient mon torse nu. Un souffle répété sur ma nuque, un souffle qui marquait une grande fatigue après effort, pour ma satisfaction personnelle. Des vêtements en trombes recouverts à moitié par le sable, a coté de bouteilles de vins vides qui avaient surement arrosées ma soirée. Le soleil était fort et m'agressait les yeux, m'empêchant pendant quelque minutes de voir la créature a mes cotés, sa poitrine remuant au même rythme que sa respiration sur mes côtes. Je dirais que l'acte remonte à quelque minutes, l'effort ayant fait circuler l'alcool plus vite, donc permettant une cuve plus rapide, elle aussi. Mes pupilles s'étant lentement dilatées, je pu enfin voir le visage de cette ravissante créature, qui somnolait doucement à présent. Heureusement d'ailleurs, les surprises suites a des nuits d'ivresses n'ayant pas toujours étés bonnes. Je me levais doucement, en parlant de surprise, un joli scorpion noir arpentais à présent la jambe gauche de l'inconnue qui dormait toujours. Que faire? Je le laisse ou non? Allez, il était plutôt gros, plus ils sont gros moins ils sont dangereux pas vrai? Je me relève en évitant soigneusement de bousculer la belle, puis me rhabille habilement, ce qui était un exploit vu la fantastique gueule de bois dont j'avais hérité. Puis parcourant des yeux les lieux alentours, du désert, non seulement du désert mais du désert a perte de vue, je me demande par quel détour de mon imagination j'aurais pu avoir envie de venir dans un désert pour faire cela. Mais après tout...

- EST-CE QU'IL Y A QUELQU'UN ?!

Un son faible mais dont on sentais une certaine frustration, n'ayant pas retrouvé ma chemise, je devrais marcher dans ce désert qui, bien que sombre, était aride a torse nu sous le soleil. Super ou comment me punir d'une nuit de folie. J'escaladais la dune qui me séparait du reste du décors et d'où provenait le son. Une escalade qui dans mon état était carrément épuisante, arrivé en haut je vis une silhouette, pas vraiment loin mais dont j'avais une flemme monstre d'aller jusque là. Je fis donc un grand signe de la main a la silhouette, qui l'avait captée et se dirigeait à présent jusqu'à moi. Plus il s'approchait, plus je pouvais voir un pas nonchalant de sa part, comme perdu dans le désert, après tout je l'étais aussi. Puis je me rappelait que l'on ne pouvait avoir confiance en personne, c'est pourquoi mon immense épée noire avait pris place, plantée dans le sable à coté de moi, comme une marque de "fais pas chier". La silhouette était à présent à quelque mètres, elle aussi se méfiait. Elle fixait longuement l'épée avant de me regarder à son tour. Un homme, seul, humain à l'odeur. Un en-cas? Un sourire carnassier se dessinait sur mon visage, laissant apercevoir des dents pointues. Il l'avait vu apparemment, puis fit quelque pas de recul avant de poser sa main sur son fourreau. Mon sourire s'élargit. La femme derrière moi, toujours en train de somnoler parlait doucement dans son sommeil. Puis je me décidait à prendre la parole, le premier essais coupé par un bâillement que je ne pus retenir, puis d'une voix endormie mais néanmoins assez forte pour qu'il puisse l'entendre clairement.

- Qui tu es et que fais-tu là, humain?
avant qu'il ne prenne la parole.
- Sais-tu que si tu meurs ici le sable recouvrira ton corps et personne ne te retrouvera?
A nouveau ce sourire carnassier qui se dessinait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Demon et merveille   Dim 17 Avr - 21:25

Le désert, si chaud, la journée était si froid le soir la. Les étoiles toujours aussi brillantes et toute aussi nombreuse que les grains de sables des dunes, éclairé l'infinie horizon de sable. Les pas s’enfoncèrent dans le sol a chaque pas que Zenken faisait, rendant la marche difficile et plus ardue. Les chutes s'accumuler remplissant les cheveux, les vêtements, les chaussures de grains de sables désagréable. Comment quelque chose d'aussi petit pouvait être aussi chiant? On ne peut pas empêcher les sable de s'infiltrer dans les recoins de son corps même les plus intime, on ne peut que subir le courroux de la nature et se taire. Affronter la nature est la chose la plus difficile dans ce monde, car celle est toute puissante et on ne peut pas ce battre contre elle. Zenken avancer, préférant voyager sous le froid glaçant plutôt qu'affronter la chaleur assommante du soleil en pleine journée.

Il errait de monde en monde, il était revenu sur Umbra par obligation car il devait voir quelqu'un de toute urgence. c’était plutôt dangereux car il était recherché, oui, tout les chasseur de primes voulait sa tête ainsi que toute les personne ne serait qu'attirer par l'argent, mais aussi par les force de l'ordre et l'autorité qui gouverné ce monde.

Il était vêtue d'une cape avec une capuche qu'il avait rabattue sur sa tête pour dissimuler son visage, on ne voyait que la partie inférieur de sa face, c'est a dire sa bouche qui afficher un maigre mécontentement et l'ennuie de devoir marcher a travers ce désert dans lequel il avait une chance de mourir de froid ou de chaud ou par une quelconque bestiole venimeuse, mais il y avait aussi la mort joker, ce faire attaquer par la bande de vautour qui le suivait depuis son entrée dans le désert et qui n’attendez plus que son heure arrive.


- EST-CE QU'IL Y A QUELQU'UN ?!

"TA GUEULE !"

[b]Il avait entendu quelqu'un qui était assez loin, poser une question et ne pus s’empêcher de lui répondre ça. Dans le désert glaciale, au beau milieu de la nuit, suivis par des vautours et déranger par une autre personne tout aussi malchanceuse que lui, il devait allez voir même si ce n’était par simple curiosité qui était la. C’était un léger détour, il marcha dans la direction d’où il avait entendu la voix, il mit un peu de temps car il s’arrêta pour enlever le sable qu'il avait dans les chaussures et qu'il avait accumuler depuis son entré dans cette enfer.

A sa grande surprise, il n'y avait pas une, pas deux, mais trois personnes qui était la, deux hommes qui discuter avec une fille qui était allonger au sol. N’était ce pas une aubaine pour lui? Il chercher a s’enrichir et la il tomber sur des voyageur a détrousser, en plein désert ou personne ne pouvaient les retrouver et ou personnes les chercheraient. Il s'approcha pour entamer les négociation ou les hostilité avec ses futur victimes.


"Qui tu es et que fais-tu là, humain? Sais-tu que si tu meurs ici le sable recouvrira ton corps et personne ne te retrouvera?

Il reconnu ces deux personnes, il n'etait pas du même monde tout les deux, l'un etait sans doute d'harmonia et l'autre etait sans aucun doute d'Umbra, mais cela n'avait aucune importance, au vue des propos de celui qui partager le même monde que Zenken, le sang allez couler ce soir et rougir la lune. Il vu l'arme des deux deux homme, tout les deux avait comme moyen de defense une épee, l'une qui etait encore dans son fourreau et l'autre noir comme un ciel de nuit noir, pas très original.


"J'allais tenir les mêmes propos que toi, ce desert pourrait faire un magnifique cercueil pour vous trois. "


Il semble que ce soir, les vautours auront droit a de la viande.[justify]
Revenir en haut Aller en bas
Blaenyc Khân
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 28
Localisation : Lugdunum

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
25/40  (25/40)

MessageSujet: Re: [Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)   Lun 18 Avr - 21:13

    - TA G*** !

    Monsieur le sourcil gauche se dressa comme un chat dressait ses oreilles à l'ouïe d'un son. Les épaules suivèrent la cadence avant de se relâcher vivement. Il manqua d'afficher un sourire en coin, amusé par tant de non-cordialité. Au même instant, le jeune homme aperçut une silhouette se dessiner du haut d'une dune au loin. Cette silhouette affichait une gestuelle compatissante, comme invitant l'humain à se raprocher. Il haussa une seconde fois un sourcil, cet être vivant encore indiscernable ne semblant pas être l'auteur du juron balancé en guise de réponse à Blaenyc. Il s'approchait tout de même d'un pas nonchalent, lent, légèrement altéré par cette ambiance lugubre où quelques vautours venaient réclamer au-dessus de leur tête. Au fur et à mesure que la distance le séparant de ce qui semblât être un garçon diminuait, il vit ce dernier dégainer une lourde épée noire et la planter dans le sol, la tenant fermement par sa fusée, affichant un regard pervers et un sourire carnassier. La lame, malgré sa noirceur, était faite de métal et réfléchit un rayon lunaire qui vint perturber la vue de l'humain. Il se focalisa à nouveau sur cet être, semblant aussi vieux que lui. Ses yeux brillaient comme deux rubis convoités par mille voleurs de grand chemin. Ses cheveux noirs semblaient également se rebeler, ce qui leur faisait au moins ça de commun. Mais cet être n'affichait aucune sobriété, il agissait en toute contrariété à l'humain. Mais ce dernier n'eut besoin que de la couleur des iris de son interlocuteur pour se rendre à l'évidence qu'il avait affaire à un démon. Ainsi, il posa par réflexe une main sur le pommeau de son épée batarde, bondissant de quelques mètres.

    - Qui tu es et que fais-tu là, humain ? Sais-tu que si tu meurs ici le sable recouvrira ton corps et personne ne te retrouvera ?
    - Tout comme je sais que tout ce qui ne tue pas rend plus fort. Ou handicapé. Si vous me demandez mon nom, c'est que vous ne comptez pas me tuer. Il faudrait apprendre à faire peur, vous savez... J'en ai vu des plus coriaces, dans la rue. Ils avaient tellement faim qu'ils étaient prêts à tuer pour manger. Vous... Vous avez l'air d'avoir rassasié votre libido à me regarder avec cet air vaniteux, cette grande gueule qui affiche une sublime rangée de petits crocs.

    Il avait parlé de façon spontanée. Il détourna le regard lorsqu'il entendit des bruits de pas se fondre dans le sable. Une autre personne approchait, au loin. Elle provenait de la même direction que la fine insulte que l'humain put entendre il y a quelques minutes de cela. Ne faisant plus attention à Angelus sur l'instant présent, il lui tourna le dos, croisant les bras et troisant le nouvel arrivant avec un air sobre, ni mécontent, ni moqueur. Le nouveau venu s'était posté à une distance raisonnable, laissant apercevoir un sourire moqueur qui dissimulait une certaine vanité de ne pas vouloir se salir les mains. Cela se confirmait d'autant plus par le capuchon qui dissimulait son visage de moitié. Blaenyc pensait qu'il s'agissait d'un lâche, et voilà tout.

    - J'allais tenir les mêmes propos que toi, ce désert pourrait faire un magnifique cercueil pour vous trois.

    Blaenyc plissa le front, et regarda à nouveau le jeune homme aux yeux rouge sang. Il se mit à jeter des coups d'oeil rapide aux deux êtres, se mordant la lèvre, éméttant un son pour exprimer un quelconque doute sur les paroles qu'il allait débiter. Puis, exerçant une gestuelle machinale, il s'empressa de répondre :

    - Et moi je prends une noisette, et je la casse entre mes fesses, voyez-vous ? Puisque les formalités et les hautes coutumes ne sont pas au rendez-vous, pourquoi ne pas se lâcher ? Vous répétez une comédie ? Aucun de vous ne ferait de mal à une mouche, sinon je serais déjà mort. Les pauvres gens, ils ne parlent pas, ils agissent et vous mordent au bras. Et vous avez la rage. Et je vous laisse connaître la suite. Maintenant, l'un de vous-deux aurait-il une direction à m'indiquer ? Je vous promets de vous maintenir en vie et de nous trouver des vivres si vous cessez de faire les imbéciles.


[A noter que j'ai passé plus de 3600 secondes sur http://nyan.cat/ comme le témoigne ce screenshot : http://tof.center.free.fr/png/2e26c07a691c00869b637857c99a40a6_Capture.png ; ça mérite beaucoup d'xp, non ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelus Kaine
Umbrien
Umbrien
avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 24
Localisation : Et ta soeur?

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expérience:
71/40  (71/40)

MessageSujet: Re: [Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)   Mar 19 Avr - 14:05

J'avais un sévère mal de nuque, la de suite, et la première réponse de l'humain sentait clairement la lassitude, faut dire aussi qu'il doit les entendre souvent ces menaces, rien qu'au fait qu'il soit délicieux à la cuisson. Il semblait maintenant parler avec quelqu'un d'autre, que je ne pouvais pas voir, ou alors est-ce simplement un fou qui hallucine allez savoir. Note que d'écouter une personne qui n'existe pas c'est une chose, mais je ne pense pas que l'humain sois fou au point de lui répondre, donc il y avait bien quelqu'un derrière cette dune.

- Et moi je prends une noisette, et je la casse entre mes fesses, voyez-vous ? Puisque les formalités et les hautes coutumes ne sont pas au rendez-vous, pourquoi ne pas se lâcher ? Vous répétez une comédie ? Aucun de vous ne ferait de mal à une mouche, sinon je serais déjà mort. Les pauvres gens, ils ne parlent pas, ils agissent et vous mordent au bras. Et vous avez la rage. Et je vous laisse connaître la suite. Maintenant, l'un de vous-deux aurait-il une direction à m'indiquer ? Je vous promets de vous maintenir en vie et de nous trouver des vivres si vous cessez de faire les imbéciles.

Malheureusement je ne pus m'empêcher de rire en entendant cela, un humain qui possédait tant de dédain... Rien à voir avec mes victimes nocturnes, cela devenait intéressant, bien trop intéressant pour être tué, du moins pour l'instant. Il remuait la tête à la façon d'un chien paniqué, apparemment quelqu'un d'autre se trouvait derrière sa dune, que je ne pouvais pas voir. J'enregistrai la position de l'inconnu grâce à la direction où l'humain regardait. Il me semblait aussi l'avoir entendu parler à deux reprise, mais même mon ouïe affutée n'avait pas pu l'entendre. D'accord, boy, tu veux du spectacle... D'un geste rapide dont j'avais le secret, et dont, sois-dit en passant je ne pourrais plus recommencer après vu mon état pitoyable, je m'était déplacé juste a coté de l'humain avant de passer mon bras autour de sa nuque, et mon autre bras sur son fourreau pour l'empêcher de sortir son épée. Il se débattait avant de se calmer, allez savoir pourquoi, je pris donc à mon tour la parole.

- Oui, belle rage cow-boy, dis moi, tu la voix cette épée la-bas?
Montre mon épée du doigt, sur la dune d'à coté, avant qu'elle ne disparaisse puis ne réapparaisse plantée à mes pieds.
- Tu as raison, je ne te ferais aucun mal, cette masse de métal ne veut pas de ton âme pour le moment. Cependant je te demanderais de faire attention à tes dires, car pour moi, tu es une source de vivres.

Puis le lâcher, et de reculer de quelque pas, pour enfin voir le deuxième inconnu qui avait suivi la scène avec enthousiasme. Un zéphyr me caressait doucement les cheveux, soulevant le sable légèrement pour le reposer plus loin. Autant l'humain possédait une épée plutôt courte, autant celui ci n'avait aucune arme, aucun bouclier ni rien à dépouiller si l'on venait à le tuer. Car oui, Nécromancer ne voulait pas de l'humain mais semblait susciter un intérêt léger à cet Umbrien. Elle peut lacérer, déchirer, arracher des membres mais en aucun cas tuer une personne qu'elle ne désire pas. Le silence n'avait duré que quelque secondes mais avait semblé éternel, chacun fixé sur ses objectifs ne lâchant aucunement les autres des yeux. Je rompis ce silence.

- Faut dire qu'il a raison, le sac a viande, je préfère que vous m'accompagniez pour sortir de ce désert au cas ou j'aurais un petit creux, so, arrêtez vos conneries et mettons nos idées en commun.

Aucun des deux ne semblait bouger, ce qui me fit soupirer passivement. Puis je m'assis sur le sable, sortant un flacon de sang de ma poche, d'un type de la haute que je réservait pour les grande occasions, n'ayant pas d'autre choix avec la dalle tenace qui buzzait mon estomac. En pris quelque gorgées avant de la ranger, attendant patiemment que les deux autres gus prennent une décision avant que cela ne m'énerve pour de bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: [Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)   Dim 8 Mai - 19:46

- Et moi je prends une noisette, et je la casse entre mes fesses, voyez-vous ? Puisque les formalités et les hautes coutumes ne sont pas au rendez-vous, pourquoi ne pas se lâcher ? Vous répétez une comédie ? Aucun de vous ne ferait de mal à une mouche, sinon je serais déjà mort. Les pauvres gens, ils ne parlent pas, ils agissent et vous mordent au bras. Et vous avez la rage. Et je vous laisse connaître la suite. Maintenant, l'un de vous-deux aurait-il une direction à m'indiquer ? Je vous promets de vous maintenir en vie et de nous trouver des vivres si vous cessez de faire les imbéciles.

Zenken ria de bon cœur au parole de cette Harmonien en echo avec la troisième personne ce trouvant la. Apparemment ces parole avait abaisser la tension qui c’était accumuler dans le désert, ce gars la, il avait des tripes pour parler comme ça a deux prédateurs a la recherches de tuerie. Dommage, vraiment dommage de le tuer maintenant, non autant le laisser vivre, si il avait autant d'humour tout le long, il pourrais être le bouffon qui divertirai Zenken. Aussitot qu'il s'avança, l'autre personne c'etait dangereusement approcher du bouffon de sorte que celui ci ne puisse plus bouger ni même ce defendre, il etait a sa merci.

- Oui, belle rage cow-boy, dis moi, tu la vois cette épée la-bas?

Zenken tourna la tête simultanement avec l'harmonien pour voir le tas de ferraille noir planter dans le sable, en effet ce prendre un coup de cette faucheuse de vie ne semblait pas etre quelque chose dont on pouvait ce remettre facilement, il faudrait au moins sept vie a gaspiller pour accepter de ce prendre un coup volontairement.

-Tu as raison, je ne te ferais aucun mal, cette masse de métal ne veut pas de ton âme pour le moment. Cependant je te demanderais de faire attention à tes dires, car pour moi, tu es une source de vivres.

Un grand sourire s'afficha alors sur les lèvres de Zenken, ce mec la, il n’était pas un enfant sans défense, de toute évidence, c’était un pro. Mais même une personne comme lui avait des faiblesse, il semblait trop sur de soi ce qui était le plus grand danger pour un guerrier. Ces paroles considérer l'harmonien comme un sac de vivre, ça veut dire qu'il considéré aussi les autre humain comme ça dont Zenken qui ce délecter du spectacle. Un silence de mort pesait entre les trois personne personne ne semblait vouloir prendre la parole jusqu’à ce que la bête décide de reprendre la parole.

- Faut dire qu'il a raison, le sac a viande, je préfère que vous m'accompagniez pour sortir de ce désert au cas ou j'aurais un petit creux, so, arrêtez vos conneries et mettons nos idées en commun.

il c’était assis après ça et c’était mis a boire quelque chose dans un flacon. Il avait sous estimer son adversaire, il se sentait supérieur ben voyons ça. Zenken ce retrouva a coté de lui instantanément comme il l'avait fait avec l'harmonien a la différence qu'il lui pris le flacon des mains et tenais le poing serrer derrière sa nuque comme si il y avait quelque chose dedans.

"Je te conseille de ne pas bouger et de te tenir tranquille si tu ne veux pas perdre la tête."

Il déversa un peu du liquide du flacon dans sa bouche, pensant que c’était un alcool avant de recracher sur le coté la mixture rouge qu'il avait tenté de boire. il lâcha le poing et posa la bouteille dans le creux de se main. Le gout du sang était rester dans sa bouche ce qui lui laissa une halène ignoble et un gout désagréable.

"Je vous suis pour le moment... mais si l'un de vous m'enerve pendant le voyage il pourra faire ses adieux a l'autre"

Revenir en haut Aller en bas
Blaenyc Khân
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 28
Localisation : Lugdunum

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
25/40  (25/40)

MessageSujet: Re: [Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)   Lun 9 Mai - 18:03

    Une légère vague d'air désagréable sembla envelopper le jeune homme, qui sentit, une fraction de seconde plus tard, un membre s'articulant autour de son cou. Ce membre n'était pas le sien, et serra quelque peu l'emprise pour le faire se pencher en arrière. Par réflexe, il positionna sa main gauche sur le pommeau de son épée, mais n'eut juste le temps de se la faire attraper pour se faire loger le bras gauche derrière son dos, comme si son agresseur voulu lui briser. Il resta interne, cela ne lui servait à rien de se débattre davantage. A la merci de cet individu qui ne semblait pas vouloir seulement jouer avec les mots, l'humain essayait tant bien que mal de garder un rythme cardiaque soutenu. Il fusillait du regard Miyabushi, qui se tenait devant lui, avec un air de mépris. Puis il essayait de pivoter les yeux tant bien que mal pour imaginer cet être qui lui inspirait une crainte sensationnelle tout à coup.

    - Oui, belle rage cow-boy, dis moi, tu la voix cette épée la-bas ?

    Cow-boy ? En voilà, un terme gratifiant, même lancé avec ironie. L'agresseur de Blaenyc le fit pivoter jusqu'à ce qu'ils puissent tout deux apercevoir une lame noirâtre plantée sur le sol ensablé. Celle-ci se volatilisa instantanément pour se planter entre le peu d'espace qui séparait Angelus de Blaenyc. Ce dernier afficha des yeux horrifiés. Lui qui n'avait jamais cru à la magie. Le temps se figea, la mort semblait toute proche ; il était en situation de faiblesse, jamais il n'avait eu aussi peur de sa vie. Il n'entendait plus que le bruit de son cœur battre à l'allure d'une souris en pleine course. Les réclamations de vautours et les sarcasmes des deux êtres en sa présence n'étaient plus que vagues sonores superflues désormais.

    * Il faut que je me soumette momentanément, il ne me tuera pas et je m'occuperai de mon honneur plus tard.*
    - Tu as raison, je ne te ferais aucun mal, cette masse de métal ne veut pas de ton âme pour le moment. Cependant je te demanderais de faire attention à tes dires, car pour moi, tu es une source de vivres.

    L'homme sentit son agresseur se détacher. Il retrouva rapidement la sensation de se mouvoir à loisir. Il lui fit face avec l'air monotone habituel, comme s'il n'avait que faire de ses menaces. Son sang s'était refroidi comme s'il avait traversé un mécanisme de refroidissement instantané. Il haussa les épaules, et se tourna vers la troisième personne ici présente, qui affichait toujours un air amusé, comme s'il allait éclater de rire. L'humain regardait tour à tour ses deux interlocuteurs, alors qu'un silence de plomb s'était installé.

    - Faut dire qu'il a raison, le sac a viande, je préfère que vous m'accompagniez pour sortir de ce désert au cas ou j'aurais un petit creux, so, arrêtez vos conneries et mettons nos idées en commun.

    A peine l'homme voulut-il acquiescer qu'il aperçut Miyabushi faire démonstration de ses capacités. Cette fois, il n'y avait plus cet étonnement soudain, plus cet effroi, et le regarda s'acaparer la liqueur d'Angelus et s'en acaparer une petite portion de son contenu plutôt généreux. Le liquide était d'une couleur carmin, tellement opaque qu'on aurait dit du sang. Plausible, à en croire les molards répétitifs de l'humain piégé.

    - Je vous suis pour le moment... mais si l'un de vous m'enerve pendant le voyage il pourra faire ses adieux a l'autre.

    L'humain lâcha un grand soupir, las de ces jeux au "je suis le plus fort". Il se racla la gorge avant de prendre la parole.

    - Et bien sûr, quand vous aurez fini vos querelles d'enfants bourgeois, l'un de vous deux - le plus intelligent, vous prié-je - aura la grande amabilité de nous guider. J'imagine que je suis une proie, je n'ai donc pas à commander. Et puis vous êtes si forts... Je suis votre gibier.

    Il s'empressa de sortir la carte qu'il avait oublié de rendre à Lalwende, pour la tendre en direction des deux hommes. Mais son regard insista plus sur Angelus, qui semblait le plus dangereux parmi le trio. Mais cela ne lui empêchait guerre de planter ses yeux monotones dans les siens ; au fond, il attendait la prochaine ouverture pour lui rendre la monnaie de sa pièce, maintenant qu'il savait à quoi s'attendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Angelus Kaine
Umbrien
Umbrien
avatar

Messages : 101
Date d'inscription : 06/01/2011
Age : 24
Localisation : Et ta soeur?

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expérience:
71/40  (71/40)

MessageSujet: Re: [Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)   Jeu 12 Mai - 16:06

- 'Foiré.

Du sable plein la tronche tiens, voila ce qui me manquait, et ça collait à la sueur de mon front pour bien emmerder le monde. Ce type avait donc la même aptitude que moi à me déplacer rapidement, mais je suppose que comme moi, il ne pourrait plus le refaire encore une fois avant d'avoir rechargé ses batteries. Tout ça pour dire que ce deuxième cow-boy n'avait rien compris à la situation, mais en même temps on aurait peu de chance de subir à nouveau une déclaration de force, sauf peut-être de la part du gus en armure qui n'avait pas démontré quelque chose, mais qui semblait assez réservé pour ne pas le faire, quoique. Merde alors, fallait absolument que je me retrouve coincé dans un foutu désert avec deux péquenaud et une femelle ivre morte voir dans le coma pas loin d'ici.

Après avoie écouté le discours de cet olibrius puis du deuxième. Un soupire s'échappant lentement de mes lèvre mais après tout je l'avais sûrement cherché, 'fin bref. Saisir la carte que le blasé me tendait avec appréhension, puis la déchirer. Non mais on l'a bercé trop près du mur lui, attend... Une carte dans le désert? Ouais la... On est sauvés. Répendre les morceaux de papier sous son nez en me relevant, puis enfin sortir une fiole d'absinthe de ma poche cette fois-ci. En prendre quelque gorgées et la tendre au blondinet égocentrique qui ne supportait pas le sang.

- C'pas pour vous emmerder hein, mais j'ai vraiment faim moi, alors si personne à d'autre objets inutiles à me tendre...
Sourire au blasé.
- ... J'propose qu'on se tire d'ici. J'vais juste allé chercher décemment une certaine femelle.

Puis m’éloignant en tenant bien discrètement l’œil sur les deux protagoniste de la connerie qui devenaient plus petit au fur et a mesure. Puis arrivant enfin devant l'autre dune de sable, un spectacle follement amusant sous l’œil. Des centaines de petit scorpions se baladant sur un corps à moitié habillé, mais encore en une seule pièce. Effrayant de voir à quel point c'est rapide ces petites saloperies, mais je ne pouvais pas m'empêcher de rire devant cette situation plus que cocasse. Faut dire que la seule femelle que je n'abandonne pas lâchement se fait buter pitoyablement, et moi ça me fais rire.

- Hahaha voila autre chose tiens, venez voir ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Magami

avatar

Messages : 1113
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24
Localisation : Ici, avec vous ;p

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
95/80  (95/80)

MessageSujet: Re: [Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)   Jeu 14 Juil - 11:05

C'est beau l'amitié entre hommes ^^ J'espère que vous vous recroiserez un de ces jours au détour des trois mondes ^^

Blaenyc Khân : 6 xps
Angelus Kaine : 6 xps
Miyabushi Zenken : 5 xps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître d'Harmonia

avatar

Messages : 450
Date d'inscription : 30/08/2010

Feuille de personnage
Niveau:
900/900  (900/900)
Expérience:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Re: [Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)   Jeu 14 Juil - 11:09

Les xps ont été attribués Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Terminé] Au-delà d'un portail Harmonien (initialement avec Angelus et Miyabushi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Ne sera pas terminé] Les MATCHS DEFIS: La Liste imagée (avec Drops)
» [Portail] Black Lollipop
» Portail LBP.me
» Sims 3 le défi: Le legacy de Mika Kesstatoi !
» Le portail de la Communauté Française de Doom

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonia :: Archives :: Les archives des mondes-
Sauter vers: