AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tony De Loidir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tony De Loidir
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 28
Localisation : Entre Equillios et... Ailleurs, partout, jamais et tout le temps.

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expérience:
0/40  (0/40)

MessageSujet: Tony De Loidir   Dim 1 Mai - 18:40


Renseignement généraux


• Prénom : Tony, mais mes amis m'appellent... Ah, non, attendez... Je n'ai pas d'amis...
Et de toute façon, ce n'est qu'un prénom, j'en avais un autre avant, dans l'ancien temps...

• Surnom : Un peu tout et n'importe quoi, je n'ai aucun surnom d'attribué, avant, il y a longtemps, quelqu'un m'appellait "N'ange"... C'est loin, alors bon... Faites votre choix, hein.
Mais de préférence, éviter de reprendre ce surnom, il y a un risque de sur-réaction émotionnel qui y est lié.

• Nom : De Loidir, mais tout comme mon prénom, ce n'est jamais qu'un mot qui en remplace un autre.

• Sexe : Masculin.
• Age : 22 ans, bien sonnant et trébuchant, sous cette forme du moins, l'approche du quart de siécle ne me fait pas peur... Non... Pas du tout...
… JE VEUX PAS, LAISSEZ MOI VIVRE JEUNE ÉTERNELLEMENT !


• Peuple : Harmonien.
• Race : Je suis un Yräns, pour vous expliquer cela simplement, les Yräns sont une catégorie d'ange de haut-niveau, généralement réservé à des missions peu ou pas catholique du tout, faisant montre de capacité spéciale tel que faire disparaître leurs ailes, relativement bien placé dans une hiérarchie céleste, il arrive qu'on entende parler de nous lors de grand massacre, vu que c'est à cela que nous servons... Mais, et c'est là que l'histoire se complique... Je suis un déchu, un tombé du ciel, en somme, boom, par terre, quasi-plus de pouvoir, et tu resteras là jusque à avoir expier.
Un Yräns déchu en somme, d'où les ailes noirs, et certaines particularités...

Pour que vous compreniez, nous ne sommes pas censé pouvoir vivre dans les plans matériels, humains, et autre, c'est contre notre nature énergétique de base, c'est pour cela qu'en s'incarnant sur terre, généralement avec perte et fracas comme vous le verrez plus tard, nous nous lions à la terre qui nous accueille, à la famille qui nous recueille... Les premières années sont relativement facile à vivre, le corps use peu d'énergie, et nos réserves de bases y suffisent, l'amour que l'on nous porte suffit de plus à nous restaurer physiquement et mentalement, nous sommes... Hé bien.. Je crois que l'on pourrais dire des parasites, même si cela me gêne... Disons que l'on se nourrit de ce que l'on nous donne, sans jamais faire de distinction.

Une fois les premières années de vie passés, et si nous y avons survécu, viens la deuxième partie de notre croissance, que l'on nomme l'attachement, et pour résumer cela... Nous nous lions mentalement à une tâche que nous accomplirons toute notre vie durant, jusque à ce que la mort nous achève, et nous renvoi à notre état initial, l'on considère que la mort d'un Yräns incarné, adulte, revient à une expiation... Donc, enfant, vers trois ou quatre ans, on se lie à cette tâche, et nous l'accomplissons jusque à la fin... Mais, et c'est là que les problèmes arrivent... S'il advient un jour que cette tâche nous devienne impossible, nous devenons... Hé bien... Fou. Nous perdons sens commun, mesure, calme, nous devenons ce que l'on pourrait qualifier de... Mhmm... Vampire énergétique, et sanguin... En somme, des êtres qui n'ayant plus accès à leur source normal d'énergie, leur tâche donc, en viennent à tuer pour se nourrir du sang et de l'énergie de leurs victimes... Si l'on se maîtrise, des animaux peuvent suffire à tenir cette voracité enfermée en nous... Mais si l'on lâche prise... Seul des humains et autres êtres évolués peuvent nous satisfaire. Et cela devient alors un massacre qui recommence tout les soirs, jusque à l'enfermer de nouveaux.

Cela se lit en nous, nos yeux le reflètent parfaitement... D'un rouge rubis, plus la folie nous gagne, plus ils sont injecté de sang, et plus un voile noir les recouvre, peu à peu... Et le jour où ce voile les a entièrement recouvert... C'est la fin, une mort horrible, une destruction de l'âme totale et complète, un brasier intérieur, je ne saurais vous décrire cela pour ne l'avoir jamais vécu... Et pour prier ne jamais le vivre, JAMAIS... Mais qui sait... Il me paraissait important d'en parler tout de même.
Voilà ce que sont les Yräns, voilà ce que sont les déchus de cette race.
Voilà ce que je suis.


Dernière édition par Tony De Loidir le Dim 29 Mai - 15:32, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony De Loidir
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 28
Localisation : Entre Equillios et... Ailleurs, partout, jamais et tout le temps.

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expérience:
0/40  (0/40)

MessageSujet: Re: Tony De Loidir   Dim 1 Mai - 18:40

Renseignement particuliers


• Description physique : Le physique... Le physique... Bon sang, il serait pourtant tellement simple pour vous de juste me regarder en face, de pied en tête, et voilà, vous sauriez à quoi je ressemble, et nous ne passerions pas vingt ans à parler de ma magnificence et autre... Hein ? Non, je n’exagères pas, jamais sur ce genre de sujet, il faut savoir être sérieux, franchement, on ne peut pas déconner tout le temps, cela fait mauvais genre tout de même, et je ne peux pas me permettre de faire mauvais genre, c'est mal, et ça nuit à ma réputation, et ma réputation est relativement importante pour moi, disons que sans elle, je risquerais d'avoir quelques problèmes... Mais passons, passons, et attaquons le sujet qui nous intéresse...

Bon, je suis un jeune homme, j'insiste sur le terme jeune, je vais le répéter pour être sûr que tout le monde comprenne bien, je suis un JEUNE homme, de vingt-deux ans, c'est pas énorme vingt-deux ans, et bien entendu, selon mon système numérique personnel, vingt-deux est plus proche de quinze que du quart de siècle... Ça surprend un peu au début, puis on s'y fait. Et je vous interdis d'essayer de me faire croire l'inverse, les maths, c'est n'importe quoi de toute façon, donc, si je vous dit que vingt-deux c'est quinze, ne cherchez pas plus loin... Ça vous fatiguera pour rien, et on avancera pas pour autant. De toute façon, mon âge n'est qu'une donnée parmi tant d'autre, et j'aurais très bien pu ne pas vous le dire, ça n'aurait rien changé entre nous, donc... Vingt-deux ans, oui...

Et je ne fais pas qu'avoir cet âge, j'ai un corps relativement en forme, entretenu tout au long de ses années, sans jamais fléchir ni faiblir, ce qui signifie que depuis tout jeune, c'est sport intensif tout les jours, pendant trois heures au moins, et je peux vous jurer que trois heures à manier une épée bâtarde, ça fait des muscles, ouais, clairement, et accessoirement, ça vous démolit bras, épaule, et toutes les articulations trouvable entre les phalanges et l’acromion. Et y en a quelques unes, pas énormément, mais quelques unes tout de même... Bref, le sport intensif et tout font que je me suis relativement bien développé durant toutes ces années, et que je fais un bon mètre quatre-vingt-trois, pour une masse musculaire de septante-cinq kilos, pouvant aller jusque quatre-vingt, mais tournant toujours dans cet ordre d'idée, un poids normal pour une taille normale ma foi, il ne faut guère chercher plus loin, ça ne sert à rien. Je sais. Je me répète. C'est pour aider votre compréhension...

Je peux encore dire de moi que j'ai une coiffure très déstructuré, en somme, je ne me coiffe pas, mes cheveux oscillent entre l'argent et le blanc, selon la lumière et l'orientation, ils partent dans tout les sens, et je n'y fais jamais réellement attention, je me lève le matin, je fous une main dedans, je baille, j’aplatis, et j'y pense plus pour le reste de la journée, à quoi cela me servirait il de toute façon, je vous le demande, ce ne sont que des cheveux... J'ai donc des cheveux... Et des yeux aussi, et là, ne vous attendez pas à quelque chose de commun, ils sont rouge, rouge rubis, rouge sang, rouge grenat, en fait, ils varient selon mes émotions, les pupilles et les iris changeant de forme en même temps que de couleur, c'est assez fou, mais bon, ça reste des yeux, leur but, c'est de voir, et ça, ils le font, et j'en suis bien heureux... Et tout cela fait donc de moi quelqu'un de tout à fait normal, hein... ?

Une différence persiste entre moi et un humain, oh, presque rien, très légère, le genre de truc que personne ne remarquerait si je ne lui foutais pas sous le nez, vraiment... Le fait que j'ai deux ailes dans le dos, savez, le genre de truc qu'ont les piafs, sauf que je suis pas un piaf, et ouais, mais ça n’empêche pas que ces trucs prennent une place folle, le fait étant là, deux ailes, noir de jais, ébène, brillant, colgate dirais-je même... Avec des plumes, et tout, ouais, nan, sérieux, et la présence de ces ailes, généralement repliées, sous les vêtements, force à la création d'articulation et de muscles non trouvable chez un humain normal, dans le dos... Je ne vous ferais par contre pas de schéma anatomique, parce que là... On est parti pour des heures. Il est encore une chose à savoir sur ces ailes, parce que faut bien l'avouer, personne ne les a jamais remarqué.

Ouais, une petite chose assez spéciale donc... Quand je suis torse nue, vous ne les verrez pas à moins que je ne le veuille, à la place, si vous regardez mon dos, vous verrez un immense tatouage qui le couvre entièrement, du cou à la ceinture, d'une épaule à l'autre, deux immenses ailes, très finement dessiné, chaque nervure, chaque plumes, chaque couleurs, le rouge du sang qui les parcours, le noir éclatant de leurs plumes... Un tatouage qui n'est rien d'autre qu'une matérialisation de mes ailes, que je le décide, et d'un coup, ce tatouage disparaîtra pour laisser place à deux ailes immenses, déjà décrite précédemment... Une petite capacité très utile... Ça permet de sauvegarder les vêtements de l'étirement, car ça coute cher, des vêtements... Et j'ai beau être riche, relativement... JE VEUX PAS PAYER DIX FOIS PAR ANS POUR CHANGER DE VETEMENT. Merde.

Mes vêtements, d'ailleurs, vu qu'on en parle, je vais vite vous décrire ça... Mes vêtements, c'est assez simple, nous allons commencer par les pieds, aux pieds, deux chaussettes, une par pied, noire, laine teinte, c'est chaud, et il m'arrive de les enlever en été, car je porte des chaussures qui, non content de sécuriser mes pieds et mes chevilles, sont très chaude, ce que l'on pourrait appeler rangers en fait, en cuir, lacets, remontant jusque au quart de la jambe, la semelle est doublé d'une fine couche de métal, et le bout du pied, donc les orteils, et lui même renforcé d'une fine couche de métal... Cela évite d'avoir mal quand vous vous foutez le pieds dans un meuble, et accessoirement, ça résiste aussi si on vous marche sur le pieds... Et n'essayez donc pas d'y planter une lame, ça ne marchera pas... C'est des chaussures de sureté, faut pas déconner avec sa sécurité messieurs dames !

Au dessus de ces chaussures, un pantalon en toile noire, doublé en cuir, ce qui permet d'éviter de finir tremper en cas de pluie, j'aime les vêtements imperméable, toujours, en tout cas, il est serré aux chevilles, et la ceinture permet de fixer des armes et diverses sacoches, on a toujours besoin d'une sacoche, et on en a jamais quand il le faut, pour éviter cela, toujours avoir une ceinture d'attache, TOUJOURS. En bref, c'est un pantalon quoi, le genre qui peut servir d'armure de base, mais la couche en cuir n'est pas suffisante pour réellement protéger, à peine ce qu'il faut pour dévier une lame en premier impact, ça ne dépassera pas ça, et ça ne tiendra pas plus que ça... Faut rester logique avec soi même, c'est pas de la maille quoi. Puis la maille, c'est lourd en plus, alors merde... Et ça gratte. BREF...

Au dessus du pantalon, l'on peut trouver le haut, et le haut, c'est important, car je ne me balade pas à poil, il ne faut pas croire, j'ai beau être libéré, y a des limites à ce que je peux faire, bref, le haut, c'est très simple, je porte un simple tee-shirt en tissu, à même la peau, et par dessus, une veste toile/cuir, comme le pantalon, manche allant jusque aux poignets, en somme, une... Euh... Chemise ? Je sais pas comment nommer ça, il n'y a pas de bouton en plus, c'est une fermeture, je préfère les fermetures, plus étanche... Ah, oui, et au niveau du col, la fermeture est surmonté d'une boucle de ceinture, pour clore le tout encore plus... Bref, le truc étant dit, c'est un haut, voilà, hein... Et au bout des bras, des mains, mais, sur les mains, des gants, cuir, noir, ils remontent légèrement plus haut que le poignet, ce sont des gants somme toute normal, juste là pour éviter de déraper quand je prends la garde de mon arme en main, ou pour éviter de toucher les gens à mains nu... Ou les deux. Si vous saviez... TOUJOURS avoir des gants. Ah, oui, je porte aussi constamment un manteau long, que je ferme très rarement, descendant jusque aux chevilles, il est décoré un peu partout, le col en est orné de gravure et d'une perle, de chaque côté, les épaules sont gravés et avec chacune une perle aussi, cuir, et autres petits matériaux.

Il n'est plus rien d'intéressant à dire sur mon habillement, je porte un sac en bandoulière quand je m'en vais en voyage, ce genre de sac ou je fous tout ce dont je pourrais avoir, des vêtements de rechange, de l'eau, de la nourriture, des dagues, ou que sais-je donc encore, c'est un sac quoi, puis de toute façon, j'ai pas quitté Equillios depuis un long moment maintenant... Mais je vais m'y remettre.
Bref, je crois que tout est dit maintenant, passons donc à la suite...


Dernière édition par Tony De Loidir le Dim 29 Mai - 15:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony De Loidir
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 28
Localisation : Entre Equillios et... Ailleurs, partout, jamais et tout le temps.

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expérience:
0/40  (0/40)

MessageSujet: Re: Tony De Loidir   Dim 1 Mai - 18:41

• Description mentale : Alors, faisons cela très simplement mes amis, c'est une description mentale, je le sais bien, c'est pour cela que je vais en venir très rapidement au sujet principal de tout ce beau bordel, et la chose principale à savoir à propos de mon mental, une chose très simple, réellement, et que une fois que vous l'avez compris, tout va de soi, tout en découle, tout paraît plus clair... Donc, pour bien que vous compreniez, je vais y aller simplement, très simplement, le plus simplement au monde. Je suis fou. J'ai perdu la raison il y a quatre ans. J'ai fondu un câble, j'suis déglingué, mon cerveau déconne à mort, et je menace de virer psychotique à tout moment. Vous avez saisis ? Bien, parfait...

Ouais, donc c'est cela, la base, je suis fou, ou du moins, non, en réalité, dans la vie de tout les jours, j'ai l'air d'être quelqu'un de relativement stable, je suis même d'une stabilité assez exemplaire, c'est cela qui me permet de vous dire que vous ne risquez pas grand chose à me fréquenter, je suis ce que l'on pourrait appeler... Une personne bi-polaire, mais je me contrôle... Relativement parlant. C'est à dire que tout les jours, quand vous me croiserez, j'aurais un demi-sourire aux lèvres, je vous parlerais, je trinquerais avec vous, je serais gentil, aimable, une personne agréable, je vous laisserais même sans doute de bon souvenir... Sauf que pour faire tout cela, je suis obligé de me forcer mentalement, de me contrôler à chaque minute qui passe, et cela se voit, si on sait où chercher... En effet, ma folie intérieur croissant de minutes en minutes, elle se reflète de plus en plus dans mes yeux, et ceux ci ont la sale tendance à virer de plus en plus sanguin avec le temps passant, et puis surtout, il y a ce voile qui les recouvre, peu à peu, en fait... Je crois qu'on peut même dire qu'ils deviennent ébène par moment...

Donc, en somme, je suis un être adorable, doux, amicale, un amour... Jusque à ce que je lâche un rien mes barrières mentales, et dans ce genre de cas, je deviens la pire pourriture possible dans le multivers... En temps normal, je chasse pour combler mes envies de sang, mais il m'est déjà arrivé de ne pas pouvoir aller chasser... C'est arrivé, oh... Allez, disons deux fois, trois... Allez, pas plus de dix fois. Ça c'est réglé très simplement... Un déchus, la nuit, entouré dans ses ailes, ça passe inaperçus dans le noir... Et puis, une dague, ça ouvre une gorge vite fait... Et le lendemain, je me réveille avec le goût du sang en bouche, des vêtements tâchés, des mains collante... Et j'aime ça. Je crois que j'adore ça plus que tout le reste, le sang chaud qui coule dans la gorge à la nuit tombée, cette énergie qui m'envahit, comblant ma lassitude et mon ennuie, me permettant de reprendre une vie normale, une vie où je serais votre plus grand ami, votre fidèle compagnon, voir votre amour de toujours... Jusque à ce que je boives à votre gorge tranchée votre sang s'écoulant à jamais.

Mais ne partons pas pessimiste, ça pourrait très bien ne jamais arriver hein, franchement, soyez rassuré, en temps normal, je suis capable de me tenir, si, si, réellement... Tenez, je vous invite à prendre un verre chez moi, j'ai justement une bouteille de vin de fraise là, dont vous me direz de ces nouvelles... Elle est FANTASTIQUE. Réellement...
Bon... Revenons en à nos moutons... Je crois que j'ai dit le plus important sur ce qu'il y a à savoir, je rajouterais juste que je tiens plus que tout aux gens que j'aime, et que les approcher d'un peu trop près revient pour moi à une déclaration de guerre, cela est encore plus valable en ce qui concernerait la personne que j'aime, quiconque l'approchant devenant mon ennemie dans la minute qui suit, je ne fais pas de pitié, je ne pardonne pas, j'ai beau être un ange et tout, PAS DE PITIE.
Il ne faut pas déconner avec ce genre de chose, jamais.
Jamais.


Dernière édition par Tony De Loidir le Dim 29 Mai - 17:09, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony De Loidir
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 28
Localisation : Entre Equillios et... Ailleurs, partout, jamais et tout le temps.

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expérience:
0/40  (0/40)

MessageSujet: Re: Tony De Loidir   Dim 1 Mai - 18:41

• Votre histoire :

--- Introduction : La renaissance d'un enfant. ---


Il y a vingt-deux ans de cela... Vingt-deux déjà, bon dieu, c'est que cela commence doucement à remonter hein, vingt-deux ans... Rah, je m'y fais toujours pas, j'ai pas envie d'avoir un quart de siècle moi, je suis trop jeune pour ça, trop beau, je n'ai PAS le droit d'avoir vingt-cinq ans, ça nuirait à ma légende, et les légendes sont faite du bois dans lequel on taille les héros... Vous ne voyez pas le rapport, ne vous inquiétez pas, il n'y en a juste aucun, donc... Donc passons à mon histoire, et comme chaque histoire, elle comporte... Un début !
Et oui...

Mon histoire commence il y a donc vingt-deux ans, officiellement parlant du moins... Dans la petite ville d'Equillios, magnifique ville, l'équilibre comme je l'aime, et j'aime l'équilibre, relativement parlant du moins, mais au début, je ne me nommais pas De Loidir... Au début, d'ailleurs, je n'avais pas plus de nom que de prénom, tout n'est venus que quelques temps après, très peu de temps, mais il fut tout de même un instant où je ne fus nommé par rien de plus que ce que je su... Étais.

C'était une période faste pour la famille De Loidir, la richesse était bien installé, la famille bien vu dans le pays, aucun problème réel à l'horizon... Ou presque, en réalité, il y avait UN problème qui persistait déjà depuis quelques années. Les De Loidir n'arrivait pas à avoir d'enfant. Hëthiel et Lionis De Loidir étaient... Hé bien ma foi, tout ce que l'on pourrait qualifier d'infertile, mais alors dans les grandes largeurs, parce qu'ils en étaient pas à leur premier essaie quoi, et pourtant, pourtant, hé bien, ils n'avaient TOUJOURS pas d'enfant. Et ne pas avoir d'enfant dans une famille noble, croyez-moi, c'est très mal vu, mais alors très, très mal vu, cela veut dire pas de descendance, donc un titre qui RISQUE de se retrouver dans la nature si jamais la famille venait, par exemple, hé bien... A se retrouver prise dans un accident, hein...
Un carrosse, une calèche, une charrette, ça tombe SI FACILEMENT sur le bas côté d'une route désertique en pleine nuit, ça roule, ça roule, et ça s'écrase dans un arbre, survivant : 0, hop, un titre de noble dans la nature.

Mais ça n'est jamais arrivé, et nous ne nous en plaindrons pas, parce que sans eux, j’eus eu une vie bien plus compliqué que la mienne, et croyez moi, cela ne me tentait pas des masses, bien au contraire.
Bon, après cette longue introduction dont tout le monde, même moi, se fout, parce que franchement la politique je hais ça, commençons à causer de moi. Je n'avais donc ni nom, ni prénom lors de mon arrivé sur ce plan, en cette ville, et mon arrivé fut... Plutôt mouvementé, et à laisser quelque marque, mais voyons cela.

C'était un jour comme tant d'autre, au milieu de l'année si je m'en souviens bien, c'était aussi le milieu de la journée d'ailleurs, mes chers et adorable parents étaient dans le jardin de la propriété, un magnifique jardin s'il en est, une petite fontaine au centre, qui laissait entendre le son de l'eau sur le marbre quelque soit l'heure de la journée, cette même eau qui parcourait des rigoles creusées dans tout le jardin, irriguant les plants, les arbres, et les fleurs, tandis que ses reflets d'un bleu mordoré reflétait le soleil dans leurs yeux, yeux qu'ils avaient fermés en réalité, occupés qu'ils étaient à dormir sur un banc l'un contre l'autre, souriant... Ils étaient beau mes parents... Mes futurs parents... Vraiment beau, et amoureux, et ça, ça, ça resplendissait autour d'eux... Ça où le fait que le soleil de midi les baignait de lumière au point qu'ils allaient bientôt attraper un putain de coup de soleil, j'ai pas encore réussi à déterminer cette variable précisément...
Où j'étais à ce moment précis, me demandez-vous ?

Hé bien... En réalité, j'étais près de quatre-cent cinquante mètres plus haut, en train de tomber en chute libre, sans résistance du à l'air, comme une masse, ouais... Et une masse de soixante-quinze kilos, mais qui n'entre pas en compte elle, c'était juste pour dire en fait... Donc, selon la formule v²= 2gh, avec g qui égale 9,81, et h qui égale 450 mètres, on peut déterminer que v² est égale à 8829, ce qui fait que v vaut donc 93,96 mètres par seconde, d'où une vitesse de 338,29 kilomètres par heure... Ouais, une jolie vitesse hein ?
Et je me suis crashé dans le jardin, juste à côté de la fontaine, ce qui y laissa un magnifique cratère fumant, avec un corps au fond, deux ailes d'un noir profond, brillantes malgré tout...

Du moins, c'est ce qu'ils auraient pu voir s'ils s'étaient levé en moins de deux secondes pour se jeter dans le cratère bouillant, en train de se remplir d'une eau qui s'évaporait en touchant la terre, la refroidissant au passage.
Il fallut dix minutes pour que la vapeur et la chaleur se dissipe, et à ce moment, tout était déjà joué, le destin s'engageait sur sa route, et les engrenages venaient de faire leur premier tour de rodage... On était pas sorti de l'auberge, je vous le dis.

Ils finirent par aller voir ce qui avait bien pu tomber à une vitesse tel que le sol en avait été retourné sur cinq mètres carrés, et enfoncé de trois mètres au moins au centre, et ce qu'ils trouvèrent au fond, c'était un bébé, un tout, tout petit bébé, l'on eut dit qu'il n'avait que quelques jours, des cheveux d'un noir ébène, des yeux rouges, une peau blanche, nu, et... Euh... Deux mini-ailes toujours aussi noire dans le dos, ce qui faisait un peu tâche, avouons le, le tout en train de pleurer comme savent si bien le faire les enfants dans un milieu inconnu. C'était un petit garçon. C'était moi. Bah j'peux vous assurer, j'me suis pas arrangé depuis l'époque, mais alors pas du tout.

Forcément, quand un enfant vous tombe du ciel, et que vous essayez d'en avoir un depuis des années sans résultats, vous appelez ça un geste divin, un miracle, ou autre autre... Bref, vous n'allez surement pas le hurler sur tout les toits, non, et c'est ainsi que le petit garçon devint leur fils, Lioyd Erwÿn De Loidir, Lord Lioyd Erwÿn De Loidir, premier héritier de la famille De Loidir, et donc successeur de son très cher père selon toute logique, ma mère n'étant pas la personne la plus vue de la famille, ils firent croire que la grossesse s'était déroulée sans aucun problème, mais qu'ils avaient préféré gardé cela pour eux, être sûr... Et c'est ainsi que j'arrivais dans cette famille, de laquelle je ne suis jamais partis.

La cause principale en étant que de toute façon, j'ai perdu la mémoire sur les évènement ayant conduit à ma chute et à ma disgrâce des royaumes d'en haut... Déchu pour déchu, j'ai laissé tout cela de côté, et n'y revient que les sombres nuits d'ennuis sans fin où ma faim de connaissance me tourmente l'esprit jusque à la folie, ce qui arrive de plus en plus souvent depuis quelques années.


--- Chapitre un : Protection. ---


J'ai eu une enfance relativement heureuse, très heureuse dirait même certain, et je ne vous dirais pas le contraire de mon côté, car j'ai eu tout ce qu'il me fallait pour grandir heureux, famille aimante, cours dés le plus jeune âge, tant en art du combat qu'en apprentissage escolier, tout, j'ai réellement tout eux, et à l'âge de un an, j'ai vu ma petite sœur arrivée, j'étais encore très jeune, je n'ai pas tout à fait saisis, mais il semblerait que mes parents se soient retrouvé une certaine fertilité, et ce n'est pas moi qui m'en serait plaint, ça me faisait quelqu'un sur qui veiller, depuis mon petit niveau et vu qu'on m'avait plus ou moins fait comprendre que toute personne plus petite que moi tombait sous ma responsabilité de grand frère, je ne me suis pas amusé à remettre cette ordre des choses en cause, et j'ai assumé mon rôle, avec fierté, je vous prie.

On peut être ange déchu et avoir une âm... Ouais, en fait, je suis pas sûr de cette donnée, mais on dira que j'ai un certain sens du devoir, très développé, et que je ne recule jamais devant aucune tâche, pour peu qu'elle me fut expliqué clairement et avec moult détail.
Et on m'a fait un cours très approfondis sur le sujet, donc, en somme, je suis leur protecteur, et c'est comme ça, pas autrement, si on veut leur faire du mal, je DOIS être là, toujours être le meilleur, en tout, sur tout, pour tout, et m'interposer entre les emmerdes et elles.
Elles ?

Oui, elles, car deux ans plus tard, c'est Ërlyne qui est née, Ërlyne... C'est... Ërlyne, c'est mon rayon de soleil, ma joie, mon amour, c'est la petite fille toujours fourrée dans mes pattes, qui ne décolle pas de plus de dix mètres sans se mettre à hurler, bah ça, c'était Ërlyne, ma p'tite puce à moi que quelqu'un il l'approche, je le bouffe tout cru avec des oignons... J'vous jure, je pardonne pas. Y en a qui ont essayé quand elle était petite... Ils ne se sont toujours pas remis de mes morsures et autres coups... C'est que j'ai pas forcément l'air, mais, j'avais de bonne dents, et une sacré musculature pour un gamin.
Je ne l'aurais laissé pour rien au monde, même malade, j'étais capable de veiller sur elle à tout heure, PERSONNE ne touche Ërly', personne, je vous jure que je tuerais pour elle, et je n'aurais aucune hésitation, quitte à plonger un poignard quarante-huit fois dans votre dos, poitrine, et gorge... Avant de vous bouffer les entrailles, et de déchiqueter votre corps pour le donner à bouffer aux chiens de la famille.
Je suis TRÈS sérieux...

Et le temps a un rien passé, comme il le fait toujours, les jours succédant aux heures, eux même suivis des mois, puis des années... Le temps passe, toujours, et ne s'arrête pour rien au monde, pas même la mort, qu'il invite à l'accompagner tout au long de son chemin, tandis qu'il court, le temps, nous rendant sérieux en passant. (Toute référence musicale de plus de trente ans relevé ici ne sera pas justifié par l'auteur de cette fiche, en vous priant de bien vouloir considérer cela comme une croyance de votre esprit malade, vous n'avez rien vu.) Et j'ai eu neuf ans, à neuf ans, on se croit immortel, on se sent prêt à affronter le monde, surtout quand ça fait des années que vous vous entrainez à manier l'épée, la dague, l'arc, et que sais-je d'autre, en fait, tout ce que peut compter une armurerie de base... De un, ça développe la musculature, de deux, les réflexes... Et ça fait beaucoup, pour un enfant, à neuf ans... Beaucoup, mais moins que ce que j'étais capable de supporter.

Hein, quoi, mes ailes ? Ah... Mes ailes...
Elles étaient toujours là, mais l'obligation numéro un, la prime obligation, le truc que t'as pas le droit d'aller contre, c'était simple...
SOUS les vêtements, attachés aux corps avec un harnais, et tu les sors QUE en pleine nuit, et si JAMAIS il n'y a PERSONNE dans le coin... Ça limitait pour beaucoup, vu que je passais majorité de mes nuits à veiller sur Ërlyne.
Oui, j'ai vite remarqué que le sommeil ne m'était pas si obligatoire que cela, en une heure, je récupérais plus vite que n'importe qui... Alors forcément, la nuit, bah... Je faisais autre chose. Et je veillais sur elle.
… Bah quoi, ouais, j'ai dormis dans la même chambre qu'elle des années... Qui l'aurait rassuré en cas de cauchemar si je n'étais pas là, je vous le demande ?
Elle en faisait souvent petite des cauchemars, elle a du oublier, mais combien de fois je me suis levé pour aller la rassurer, combien ?
… En fait, j'ai pris des notes, et donc, sur six ans, je me suis levé 876 fois.
Voilà, c'est dit.
C'était MON rayon de soleil... Et je suis sur-protecteur et sur-possessif avec ceux que j'aime.
Et elle... Elle... C'est... C'est juste Elle.

C'est cette année là que Ërlyne commença à chasser avec papa et moi, je n'y allais pas réellement pour m'amuser, en fait, j'avais pas le choix, soit je chassais, soit je devais la laisser seule avec papa... Bon, je sais bien qu'il l'aurait sans doute protégé bien plus efficacement que l'enfant que j'étais, mais je vous le rappelle... On m'avait confié une tâche, et jamais je ne m'en suis départis, donc j'ai chassé, c'est tout...
Puis j'étais pas trop mauvais de toute façon, plus d'entrainement qu'elle, donc ça aidait tout de même un rien, il faut bien l'avouer, et ça lui donnait un but à atteindre, me surpasser MOI.
Elle n'a jamais réussit, je vous le dit tout de suite, et pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé.
Elle a même essayé très, TRES fort.
Uhuhuh... Ërlyne...


--- Chapitre deux : Maturation. ---


A l'époque, déjà, je viens de le remarquer, un garçon était entré dans ma vie, 'fin, comme quelqu'un qui entre par la porte de derrière quoi, et qui s'approche de votre protégée pendant que vous ne regardez pas, et qui essaye de vous la piquer... Et forcément, ça ne m'a pas forcément plu, même si je le connaissais depuis les six ans de Ërly', donc neuf pour moi, ça ne m'a pas plu DU TOUT.
PERSONNE.
NE.
S'APPROCHE.
D'ELLE.

Oui, la main au fond qui se lève là... ? Se marier ? Rien à foutre, non, j'ai dit non, merci, au revoir.
ON NE LA TOUCHE PAS.
Alors ce petit c... Ce gentil garçon affectueux est prié, aimablement et avec un amour tout fraternel... De s'éloigner... Doucement... D'une dizaine de mètre minimum... C'est parfait, voilà.
Mais, ne croyez pas que je l'aurais frappé pour autant, non, non, absolument pas... Quand il avait onze ans, je l'ai pris à part, yeux dans les yeux, et j'lui ai simplement dit... « Distance entre toi et elle... Dix mètres minimum... Moins... Tu ramasses... Besoin de plus d'explication ? ».
Il avait répondu non, j'ai donc imaginé qu'il avait compris.

Sauf que le futur me montrera que non, mais j'imagine que c'était sans doute trop en demander d'un coup, j'aurais peut être du être plus explicite, plus compréhensible, je ne sais pas, j'essaye de comprendre ce qui n'était pas clair dans ce que j'ai dis, et plus je cherche, moins je trouve, et pourtant, je cherche vraiment très fort, croyez moi...
Le fait est que les années ont passé, sans rien de transcendant, m'améliorant en arme diverses, en combat plus ou moins régulier, et en noblesse d'âme et de cœur, parce que la noblesse, c'est important que diable, il ne faut pas la négliger...
Jamais.
Dans tout les cas, à mes dix-huit ans, j'étais un jeune homme relativement bien dans sa peau, dans son corps en général, connu de la haute-société pour sa prestance et son apparence, et respecté pour ses capacités, diverses et variés...
Et accessoirement, je me faisais draguer par à peu près tout ce qu'Harmonia compte de filles, et je vous jure, c'est lourd, mais lourd... Bon dieu, je m'en fouuuuus, faut que je le dise en Angélique ancien pour me faire comprendre ?
Je m'en fouuuuuuus.
Sauf que bizarrement, personne ne l'a jamais compris.
Bon, mes parents me laissant libre sur ce genre de sujet, je n'ai pas eu « l'honneur » du mariage forcé, et croyez moi, c'est une bénédiction, toussa...

Bah, que ce qui vous étonne, il faut bien préserver la lignée et le sang, c'est important... Sauf que ça ne m'intéresse pour le moment absolument pas. Mais alors pas du tout, non, moi, je préférais continuer à apprendre, à me battre, à chasser, à surveiller la jeune fille que devenait ma sœur, la protéger, et la regarder essayer de me mettre à terre tandis que... Bah tandis que je l'étalais moi même au sol.
Elle m'a toujours dit qu'elle m'y mettrait, et elle souriait dans ces moments là... En montrant des dents aiguisé et prête à mordre. Je crois qu'elle voulait vraiment me battre plus que tout... Et je ne me suis jamais laissé faire, en aucune occasion, parce que j'avais un rôle à tenir, et que jamais je ne m'en départirais.
Jamais.
Et pour cela, il fallait obligatoirement que je reste le plus fort, quitte à l'étaler mensuellement par terre, et à frustrer un peu sa fierté.
Ça ne l'a pas tuée, juste obligé à se surpasser encore plus, toujours plus.

Tient, d'ailleurs, je me rappelle d'un truc là... C'était l'année de ses dix-huit ans... Uhuh, je m'en rappelle, car elle était allez à un bal, et bien entendu, j'y étais convié aussi, en tant que successeur de ma famille, et en tant que... Bah j'en sais rien, qu'homme à marier p'tet ?
Bon dieu, j'avais que vingt-et-un ans, laissez moi vivre !
Bon, bref, je me rappelle particulièrement de ce jour, car Arcania était là... oh que oui il était là... C'était le cavalier de Ërlyne... Il avait OSE dépasser la limite infranchissable des dix mètres... Et le pire, LE PIRE, il l'avait fait en le sachant et en sachant que j'étais là et que je les surveillais depuis le bord de piste, un verre à la main.

Je ne l'ai pas tué, forcément, il est toujours là, 'fin je suppose, je ne l'ai pas vu depuis des années, bref, je ne l'ai pas tué...
Mais le lendemain, profitant de sa présence à la maison, je l'ai gentiment trainé par le cou, ses dix-sept ans et lui, dans un champ à l'écart de la ville... Et je lui ai gentiment cassé la gueule jusque à être défoulé.
Je crois qu'il s'est laissé faire, ce qui n'a fait que me rendre ENCORE plus en colère...
Je me demande s'il ne lui manque pas une dent de cette époque là, bref...
Il est revenu quelque heures plus tard, après que je sois rentré, dans un état assez terrible... Un champ, ça tâche, surtout après de la pluie.
Mais moi, j'me sentais mieux.
On en a jamais reparlé, et je ne pense pas qu'il y ait eu lieu de le faire, cette histoire étant de toute façon passée, et comme qui dirait, il y a prescription, depuis le temps.
C'était... Bah, c'était il y a un an à l'orée de mes 22 ans.


--- Chapitre trois : Évolution. ---


La suite... La suite... Pfou... Je pense qu'il n'y a malheureusement pas grand chose à dire sur ce que vous appelez la suite... L'année écoulée a été... Disons le, clairement surprenante... Ouais, très surprenante... Mais tout a réellement commencé lors des vingt ans de Ërlyne... Un souvenir impérissable, pour moi au moins, et que je conserve encore gravé en mon cœur.
Et pour cause, ce jour là, lors de son entrainement... Elle m'a mise à terre.
Oh, non, non, pas en combattant, non... C'est l'explosion qui l'a fait disparaître qui me mit à terre... Et m’assomma pour le compte.
Je m'en rappelle surtout car c'était il y a un ans, et je ne l'ai depuis jamais revus...
Une putain d'année à la chercher partout où je le pouvais.
Et croyez moi, je peux beaucoup depuis ce moment.
Pourquoi ?

Hé bien... Pour faire simple, cette disparition a rendu papa... Fou... Clairement fou... Oh, il l'a cherché lui aussi, oui, fort longtemps même... Puis il a commencé à perdre les pédales, et à s'emporter contre tout et rien.
Sa seule erreur fut d'accuser l'Assemblée... Ce qui ne plu ABSOLUMENT pas à ces messieurs, mais alors pas du tout, et cela finit très simplement... Il fut bannit, et perdit son titre de noblesse.
Et bien entendu, dans ce genre de cas, que ce qu'il se passe me direz-vous ?
Bah... C'est simple.
J'ai hérité, du titre, de la propriété, des prérogatives et des droits, vous avez devant vous Lord Lioyd Erwÿn De Loidir, chef de famille depuis maintenant un an...
Chef de famille très peu disponible, car la folie m'a plus ou moins touché moi même, je le sais.
Oh, bien entendu, je n'affiche pas de symptômes aussi sérieux que ceux qui touchèrent papa...
Le pauvre, il est parti en exil avec maman et notre deuxième sœur...
Je suis resté en arrière.

Le domaine est au mains des ouvriers qui travaillent encore pour moi, j'ai un contremaître TRÈS efficace, et moi, je parcours les routes du monde, à la recherche de Ërlyne.
Ce n'est pas le symptôme de ma folie, non, la mienne est intérieur, une sorte... Disons, de soif de sang, d'envie de combattre, et de réflexe meurtrier.
Le genre d'envie qui vont d'étriper quelqu'un à massacrer un passant.
Je me retiens, en général, car je n'ai pas de raison de faire cela, et surtout, j'ai été bien éduqué, donc je sais que je ne dois pas tuer tout le monde, c'est mal !
Sauf que je vais finir par craquer, c'est inévitable, j'ai perdu mon but dans la vie, et la retrouver est une tâche qui commence à m'épuiser de plus en plus...
Je finirais par craquer.
J’espère juste le faire un jour ou je serais loin de tout.
L'avantage d'être le chef de famille aussi, c'est que j'ai la maison pour moi tout seul, et que j'ai finis par faire adapter mes vêtements à mes ailes... Qui de toutes façons sont, la plus part du temps, cachés, en fait... Non, pas cachées...
J'en avais marre de les planquer, maintenant, c'est plus simple... Je peux juste les faire disparaître, et ça me facilite la vie.
Un rien.

Il va falloir se lancer à l'aventure, une dernière fois, et tenter de la retrouver, juste une dernière fois, je vous en prie esprit... Aidez-moi dans cette tâche, je ne veux pas la perdre, pas la perdre à jamais, je n'ai rien fait qui mérite cela, du moins pas dans cette vie... Et j'ai déjà expié pour mes erreurs et horreurs passé... J'ai été jusque à ressusciter, cela va bien un temps, non, perdre toute ma vie, la recommencer à la base même, et sans plus aucune de mes prérogatives... Alors merde, RENDEZ MOI MA SŒUR !
RENDEZ LA MOI BON SANG, RENDEZ LA MOIIIIIIIIIIIIIIIIII.
Rendez... La moi...
Je vous... En prie...
Je... Vous... En... Supplie...
S'il vous plait.
Ou si ce n'est elle... Permettez moi juste de trouver quelqu'un qui acceptera ma présence, et me permettra de retrouver ma tâche, normalement, sans problème... Pour vivre de nouveau.


Dernière édition par Tony De Loidir le Dim 29 Mai - 18:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony De Loidir
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 28
Localisation : Entre Equillios et... Ailleurs, partout, jamais et tout le temps.

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expérience:
0/40  (0/40)

MessageSujet: Re: Tony De Loidir   Dim 1 Mai - 18:41

Particularités


• Pouvoir choisi de votre camp : Arcane

• Votre arme de départ : Une simple épée à une main, accrochée à ma ceinture, à gauche, tandis qu'à droite se trouvent une dague et quelques couteaux de lancer, la dague est quasiment sur le devant, sans empêcher le mouvement de la jambe, tandis que les couteaux, remplaçable aisément, au nombre de trois, sont sur le côté de la hanche.
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Arcania D.Cysique
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 1402
Date d'inscription : 04/09/2009
Age : 24
Localisation : Sur mes pieds et sous mes cheveux

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
60/80  (60/80)

MessageSujet: Re: Tony De Loidir   Dim 1 Mai - 18:54

Tout est bon je trouve ^^.
Tu es validé, il ne reste plus qu'à attendre la validation officielle d'un admin ^^.
J'ai beaucoup aimé l'histoire =D.

Non, j'ai toujours toutes mes dents ne t'en fais pas ^^.
Bon jeu parmi nous Very Happy.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître d'Harmonia

avatar

Messages : 450
Date d'inscription : 30/08/2010

Feuille de personnage
Niveau:
900/900  (900/900)
Expérience:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Re: Tony De Loidir   Dim 1 Mai - 19:16

Les portes entre les mondes se sont ouvertes depuis bien des mois maintenant, qui aurait cru qu'une guerre sans merci s'acharnerait ? Des esprits déchus ont déclaré la guerre aux créateurs des trois mondes essayant d'hallier à leur cause bon nombre d'habitants de ces lieux. Oui, la guerre est proche pour ne pas dire qu'elle a d'ores et déjà commencée. Plus que tout, vous devrez choisir votre camp afin d'établir l'équilibre ou au contraire le détruire ... Même si vous souhaitez rester neutre, chaque personne aura une emprunte à laisser dans cette histoire...

Une lumière aveuglante surgissant de nulle part vous entoure vous emportant ainsi dans un endroit inconnu entouré de nuage et de brouillard. Peu à peu, apparaît devant vous une silhouette à l'aspect humaine, une jeune femme cachant une partie de sa tête sous une longue cape blanche. Ses cheveux pourpre virevoltent dans la douce bise qui s'est levée, cependant, une seule chose vous obsède, son regard... Ses yeux d'un jade intense semblent vous pénétrer au plus profond de vous, mais avant que vous ne puissiez dire quoique ce soit, cet être étrange s'approche de vous et vous murmure ces quelques mots :

"- La guerre est proche, dans certains endroits entre ces mondes, elle a déjà commencé, toi, Lioyd Erwÿn de Menfest, du peuple d'Harmonia, tu devras choisir ton camp, ton chemin, ton destin, écrire une page de cette histoire en nous aidant nous, les esprits créateurs ... Cependant, si tu ne souhaites pas prendre cette voie, attention aux conséquences, nous ne pourrons pas toujours être là pour protéger les habitants des trois mondes..."

Les paupières de la jeune femme se fermèrent gentiment après ses paroles laissant entendre un petit ricanement. Celle-ci s'approcha de plus en plus de vous commençant à tournoyer tout autour de vous emmenant avec elle une nouvelle vague de lumière aveuglante. Dès que vous retrouverez vos esprits, vous pourrez constater que vous êtes revenu à l'endroit présent, où vous vous trouviez juste avant cette apparition.

C'est ici que votre aventure commence, à vous d'ouvrir un sujet ou d'entrer dans un sujet d'ores et déjà créé dans le monde et le lieu de votre choix.

Très bon jeu ... Wink

MdH
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yun Ne'Shel
Umbrien
Umbrien
avatar

Messages : 1057
Date d'inscription : 11/09/2009
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
22/30  (22/30)
Expérience:
30/40  (30/40)

MessageSujet: Re: Tony De Loidir   Sam 21 Mai - 10:22

Rouvert pour modification Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony De Loidir
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 57
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 28
Localisation : Entre Equillios et... Ailleurs, partout, jamais et tout le temps.

Feuille de personnage
Niveau:
2/30  (2/30)
Expérience:
0/40  (0/40)

MessageSujet: Re: Tony De Loidir   Dim 29 Mai - 18:09

Plus ou moins finis, il est possible que je redemande une ouverture plus tard, je n'ai pas le courage en ce moment de faire de TRÈS grosse modification, donc ça a été fait relativement vite fait au niveau de l'histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Tony De Loidir   Lun 30 Mai - 2:42

C'est parfait Wink ! J'archive à nouveau ta demande et pas de problème si un jour tu veux rajouter des détails ! Au pire, il y a toujours la Bibliothèque Smile !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tony De Loidir   

Revenir en haut Aller en bas
 
Tony De Loidir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tony Parker
» [TEST] Tony Hawk's Pro Skater HD
» mise en page pour Tony
» Leave de SAMP - Tony Capone
» [Tony][M-Vivant][Les Rôdeurs] - OK-

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonia :: Avant d'entrer dans Harmonia :: Création de votre personnage-
Sauter vers: