AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Souffle court [Maldo]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Souffle court [Maldo]   Mer 15 Juin - 18:57

Selemba volait. Tel un ruban porté par le vend nocturne. Ses pieds ne semblaient qu'à peine toucher les toits de Soleriès alors que son corps dansait sur un rythme lent. Imaginaire et charnel. L'Ombre avait troqué sa tenue de cuir habituelle contre une plus légère. Faite dans le même matériau, elle ne couvrait que peu sa peau, lui donnant des allures de mirage aux reflets laiteux, moirés. Son ventre et ses épaules luisaient de transpiration, donnant l'impression qu'elle était couverte d'une couche d'huile. Une illusion née d'un fantasme. Une catin mortelle. Quelques paires d'yeux incongrus l'observaient avant qu'elle ne disparaisse. La trouvant fascinante, étrange, déplacée. Elle ne faisait pas un bruit. Ne portait pas une arme. Débarrassée de sa puanteur de meurtrière. Pour un instant. Pour une nuit. Alors elle dansait. N'étant plus qu'un tourbillon envoûtant. Sa chevelure d'encre dessinant des arabesques se découpant sur le ciel étoilé.

Mais quelque soit les illusions ou les stratagèmes dont on se berce pour échappe aux faits, le passé et nos actes nous rattrapent. Parfois sous la forme de remords. Parfois sous celle de souvenirs. Parfois sous celle de témoins. Dans le cas de notre demoiselle elfique, ce fut sous celle de milice. Les force de l'ordre lucieniennes durent manifester leur présence d'un bruit de ferrailles mais la jeune femme était dans son monde et elle n'en sortit que lorsque ses spectateurs crevèrent sa bulle rêveuse d'une annonce scandée d'une voix forte. Rah, qu'ils pouvaient être bruyants et inopportuns quand ils s'y mettaient. Elle pouvait chercher les ennuies et être obligée de les provoquer, et voilà qu'alors qu'elle n'en voulait pas, quantité de flèches s’apprêtaient à déchirer l'air pour ordre sa chair.

''Cauchemar, assassin de la cité d'Equillos, vous êtes en état d'arrestation pour multiples meurtres signés sur notre territoire. Ne faite pas un geste ou nous n'hésiterons pas à tirer. ''

L'elfe reposa délicatement la jambe qu'elle tendait vers le ciel avant d'être dérangée. Un instant elle faillit hurler que ce n'était pas elle. Que celle qu'ils cherchaient était ailleurs. Que ce soir elle n'était qu'une danseuse vagabonde. Mais inutile de se laisser capturer. Ils avaient de forts soupçons : nul ne valsait avec le ciel comme l'Ombre. Mais pas de certitude avant de l'avoir attrapée, ce qu'ils comptaient bien faire dans les plus brefs délais. La jeune femme eu un soupir faussement indigné. Les milices des trois mondes connaissaient sa réputation. Elle était recherchée. Un sourire qu'ils ne pouvaient voir de là où ils étaient étira ses lèvres. Elle n'esquissa pas un geste, apercevant les forces se disperser pour l'encercler et la saisir. Le grand avantage de Selemba résidait surtout dans sa chance. On la croyait plus forte que ce qu'elle n'était. On la craignait plus que de mesure. Avec l’écho, un grondement devenait un hurlement. Cette notoriété plaisait à l'elfe. Elle s'en délectait. Mais il y avait des désavantages. Comme le fait que les soldats soient plus méfiants.

''Mes chatons, vous m'en voyez navrée mais je suis dans l'obligation de vous quitter. Bien le bonsoir et... à une de ces lunes.''

Et l'Ombre se laissa basculer en arrière, dérobant sa silhouette aux flèches qui auraient pu la toucher dans un tout autre mouvement. Son dos heurta les tuiles mais de roulades arrières en roulades arrières, la jeune femme atteint vite une vitesse lui donnant le tournis. Tel un félin retombant sur ses pattes, ses pieds bottés touchèrent le sol pavé de pierres en même temps que sa main droite, la gauche cherchant en vain ses armes. Un vilain juron s'échappa de ses lèvres alors qu'elle se redressait, laissant ses oreilles pointues pivoter pour mieux entendre ses poursuivants. Elle avait agit pile au bon moment, mais il ne luit fallait pas traîner ou elle allait être encerclée. Silencieuse. Agile. Invisible. Les murs l''accueillaient dans leur ombre comme si elle y avait toujours été. Elle riait presque. Sa trace n'allait pas être simple à trouver. Il se dégageait d'elle une puissante odeur de lavande, empêchant un quelconque pisteur munit d'un odorat suffisant pour la traque de repérer sa piste. Mais les miliciens étaient tout aussi discrets. Si elle se déplaçaient vite, sans laisser de trace dans la poussière, sans dérager les araignées, eux se déplaçaient lentement, scrutant chaque ruelle et communiquant entre eux par signe. Tissant un filet aux mailles étroites dont elle désirait s'échapper. Elle pouvait être aussi discrète qu'elle le voulait, elle n'était pas invisible. Un elfe doté d'un vue aussi perçante que la sienne aperçut une subtile ondulation à l'angle d'une rue et hurla l'alerte.

Sans prendre le temps de pester, ce qui devenait rare, elle s'élança. Se moquant dorénavant bien du bruit qu'elle faisait. Peu de chance qu'avec leurs cliquetis d’armures ils l'entendent. Une course dans un labyrinthe s'engagea. Les ruelles de Soleriès lui étaient moins connues que celle de sa citée d'origine, l’entraînant parfois dans des situations dangereuses. Un cul de sac. Sans ralentir, l'Ombre bondit plus haut qu'aucun humain ne pourrait le faire et crocheta une gouttière d'une main, balançant son corps pour grimper et disparaître de l'autre coté de la masure. Ses yeux vairons fouillèrent l'obscurité une seconde avant qu'elle ne se remette à courir. Son souffle était rauque et son corps bien plus luisant que lorsqu'elle dansait. Elle disposait de quelques secondes d'avance. À la fois énormes et ridicules. La jeune femme atterrit dans une allée plus large. Trop à découvert. Alors qu'elle dérapa pour bifurquer dans une perpendiculaire, elle avisa une silhouette dans cette rue, calme et droite. Qui visiblement n'avait rien à voir avec la chahut qu'elle générait. L'elfe ne réfléchit pas tellement au pourquoi de cette drôle d'idée. Mais son formidable instinct de survie pris une fois de plus le dessus et elle attrapa le bras de cette silhouette, l’entraînant contre elle en se collant au mur. Cachée entre les brique et cet inconnu, elle lui chuchota d'une voix presque tremblante quelque chose comme.

''Aide-moi...''

Et sans que son interlocuteur, ou son interlocutrice, qui sait dans la vitesse de l'action, n'ai eu le temps de réagir, l'elfe l'attira à elle, déposant ses lèvres contre celle du détenteur de son sort. La milice passa, devant eux, ralentit, n'y vit qu'un couple enlacé dont les essoufflements rauques étaient dus l’excitation. La demoiselle soigneusement dissimulée n'avait même pas à mimer cet essoufflement tant ses poumons étaient proches de la brûlures. Un signal d'alarme s'activa dans son esprit. Elle était en train de serrer contre elle quelqu'un pouvait aussi bien l'aider que la tuer d'un coup de poignard ou héler la milice.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Mer 15 Juin - 22:12

Soleriès... Ville de Lucina... Un endroit normalement en paix, mais qui depuis quelques temps, se retrouvait fréquemment envahis par le tumulte d'une course poursuite entre des soldats de Lucina et des envahisseurs de Harmonia ou Umbra. Umbra... C'est là que devrait se trouver, un homme d'une belle carrure. On pouvait le distinguer, à la lueur de la lune. Des cheveux d'un noir de jais, qui contrastait avec une peau aussi blanche, que la plus pure des neiges. Un corps grand et fort mais pas trop, recouvert d'une tenue de cuir et d'une cape de soie, aussi noire l'une que l'autre. Des yeux noirs comme un puit sans fond, où brillait, cependant, une petite lueur rougeâtre. Des doigts longs et fins, qui se tenait à la ceinture de l'inconnu. Ce homme, sombre, ne ressemblait en rien, aux habitants Lucina et pour cause c'était un Umbrien. Un Umbrien à Lucina, mais c'est de la folie, me direz-vous... Mais cet Umbrien n'avait de partie prit pour personne. Dans sa vie, il n'existait qu'une personne, pour qui il prendrait tous les risques. Lui-même. Il se battait contre tous le monde, quelque soit le camp de l'adversaire. Mais là, il n'était pas venu pour la bataille. Il était venu à Soleriès en touriste. Il voulait découvre cette ville, dont le monde n'avait pas prit par à la guerre.

Soudain il cru que ses yeux, lui jouaient des tours. Il aperçu sur un toit, une forme qui semblait l'effleurer sans jamais le toucher. Une forme dansante, à la fois éthérée et bien réelle. Une tenue, de tissus fins, suivait chacun des mouvements de cette forme envoutante. Forme laiteuse sous les rayons de la lune étincelante. Une silhouette fine, dont la peau semblait briller d'une myriade de gouttelettes d'eau. Cette forme, aux longs cheveux d'encre, envoutait un à un les sens de cet homme, quand soudain elle disparu de sa vue. L'homme, fasciné et fascinant, se mit à la recherche de cette apparition. Puis il entendit au détour d'une ruelle, un bruit de ferrailles, digne des plus vilaines armures qui soient. Il se dirigea vers le son, et découvrit une milice bien armée, et là sur le toit, sa belle apparition. La milice tira sur l'apparition, qui ne fut pas toucher, par un ne sait quel miracle. L'homme se mit dans un coin et attendit, que ce petit monde se mette à parler, et il n'attendit pas bien longtemps. Un elfe se mit à beugler, comme un veau.


''Cauchemar, assassin de la cité d'Equillos, vous êtes en état d'arrestation pour multiples meurtres signés sur notre territoire. Ne faite pas un geste ou nous n'hésiterons pas à tirer. ''

*Ainsi c'est elle, l'assassin dont tout le monde parle, ici à Lucina? Non je ne peux pas le croire, elle semble trop douce, pour être cette personne...*

Oui cette apparition semblait trop douce pour être un assassin, mais après tout, cet homme ne la connaissait pas. Il assista à la scène en silence, mais c'était sans compter sur la demoiselle, qui n'était pas décider à se faire arrêter. L'homme suivit la scène, puis se lança, à l'opposé de la milice, à la poursuite de la belle inconnue. Il traversa plusieurs rues, mais ne connaissant pas Soleriès, c'était difficile de trouver la jeune femme. Il atterrit alors dans une rue, un joli cul de sac, et alors qu'il s'apprêtait à en sortir... Oh voilà que la belle demoiselle lui tombait dans les bras. Au sens propre du terme. Car soudain, la belle dame le tira par le bras, et se mit entre l'homme et le mur, derrière elle.

''Aide-moi...''

L'homme comprit, que la jeune femme cherchait à se cacher. Le souffle court de la belle, faisait penser à un souffle empli par le plaisir. Il décida de simuler le même genre de souffle, quand la milice arriva, à quelques mètres d'eux. L'homme déplaça sa tête, pour qu'on croit qu'il embrassait sa petite amie, et ainsi le visage de la belle, était cachée pour la milice. L'homme resta ainsi, jusqu'à ce que le bruit de ferrailles, des armures, s'éloignent. Il fini enfin par s'éloigner et contempla sa protégée d'un instant. Elle était encore plus belle et envoutante, de prés que de loin. Il lui fit un sourire et s'inclina devant elle.

Bien... Il me semble que vous êtes maintenant hors de danger non? Mais permettez que je me présente... Maldoring Iros, vampire umbrien à votre service...

Un Umbrien, et un Vampire de surcroit, qui sauvait une Elfe Harmonienne? Voilà qui n'était pas banale, voir même pas du tout normal... Mais Maldoring s'en moquait. Tout ce qui l'importait à l'instant présent, c'est qu'il avait aidé une jeune femme, très belle et sexy à son gout. Mais est-ce que ça allait se finir là, sur un simple merci? Est-ce que la belle allait rester ici, et parlait avec lui, voir plus? Qui sait, mais Maldoring pouvait avouer sans honte, qu'il allait tout faire pour qu'elle reste là, avec lui, et ce aussi longtemps que possible.
Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Jeu 16 Juin - 9:06

Une vague de soulagement envahit l'elfe lorsque l'inconnu adopta le souffle court et se pencha vers elle, la dissimulant à ses poursuivants prêts à la découper en morceaux. Les tintements métalliques s'éloignèrent, quelques ordres scandés dispersèrent les troupes pour que les recherches soient plus efficaces. Ils avaient perdu la silhouette féline et la recherchaient avec plus de ferveur. Les oreilles pointues de l'elfe pivotèrent jusqu'à ce que le silence se fit. Hormis son cœur qui battait la chamade et pulsait à ses temps, battements sourds résonnant en cadence. Son mystérieux allié s'éloigna doucement d'elle et tout deux se dévisagèrent. Un homme plutôt grand, à la silhouette fine et puissante. Il avait des airs de noble tueur. Plutôt charmant. Mais dangereux. Elle renifla. Un vampire. Un instant des vagues de souvenirs caressèrent son esprit. Sin l'incube. Kaine le démon. Ce vampire avait un peu des deux. Tous respiraient le danger et la confiance en eux. Des personnages envoutant, fascinant l'elfe. Son sauveur s'inclina en une révérence que l'elfe gratifia d'un haussement de sourcil. Un charmeur ou un hypocrite. Un sourire de requin orna son visage. Qu'importe, elle aimait jouer avec les deux.

"Bien... Il me semble que vous êtes maintenant hors de danger non? Mais permettez que je me présente... Maldoring Iros, vampire umbrien à votre service...
-En effet, ils ne se sont doutés de rien. Grâce à ton intervention. Merci. Selemba, elfe d'Harmonia. Cauchemar et Ombre d'Equillos, enchantée..."

Ses yeux vairons se plongèrent dans les pupilles charbons du vampire. Cherchant à comprendre ce qu'il lui voulait. Elle n'avait ni arme ni poison. Ne lui restaient que ses capacité innées et inhumaines mais un vampire en possédait de semblables alors si par malheur il lui prenait l'envie de s'enfuir, elle allait avoir de gros ennuis. En ce cas... l'Ombre décida de s'assurer que ce chaton ne lui voudrait rien de mal. Sa respiration redevenait normale, soulevant paisiblement sa poitrine. Sans laisser à l'homme le temps d'ajouter quoi que ce soit, le demoiselle prit sa main et l'entraina dans une autre ruelle qu'elle parcouru à toute vitesse, dissimulée dans l'ombre sans lâcher le fameux Maldoring. Elle ne lui faisait pas confiance. Si elle le laissait seul, il pourrait agir contre elle. Alors ils devaient bouger. Les miliciens pouvaient avoir des soupçons et revenir vers les amants. Et elle n'avait pas l'intention de le lâcher avant d'avoir une solution pour s'échapper. Le vampire la suivit sans mal et en quelques bifurcations, leur duo se retrouva presque égaré dans Soleriès. L'Ombre s'arrêta d'un seul coup. tendant l'oreille. Du fer. Sur la droite.

"Mon cher, tu viens de t'engager dans une partie de cache cache avec la prison. "

Selemba eut un sourire charmeur et malicieux. Deux possibilité se profilèrent dans l'esprit de l'Ombre. Continuer de se perdre dans les ruelles au risque de tomber dans les bras des soldats au détour d'un ruelle. Ou trouver une auberge, une taverne ou n'importe quoi pouvant dissimuler dans la foule deux individus. Il exaltait de son corps les senteurs de lavande dont elle s'était enduite pour être méconnaissable et de transpiration, quelques perles roulant encore sur sa peau, la faisant luire de trainées d'argent. Le tout comme une vague suave et féminine. Sauvage. Ses yeux vairons se posèrent de nouveau sur le vampire, qu'elle trouva une fois de plus à croquer. Elle se rabroua mentalement. On ne flirt pas demoiselle, on fuit à maintenant tout de suite.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Jeu 16 Juin - 10:32

-En effet, ils ne se sont doutés de rien. Grâce à ton intervention. Merci. Selemba, elfe d'Harmonia. Cauchemar et Ombre d'Equillos, enchantée..."

Cauchemar et Ombre.... Voilà qui lui correspond tout à fait, d'après ce que j'ai pu voir...

Maldoring contempla, un long moment, les magnifiques yeux vairons de la belle demoiselle. Il sentait qu'il allait s'amuser un moment avec elle. Mais..? Wouaa ! Maldoring n'eut pas le temps de parler ou de comprendre quoi que ce soit que déjà la demoiselle l'entrainait à travers d'autres rues. Il sentait comme une crainte chez la belle. Il semblait qu'elle n'avait pas confiance en lui. Qu'à cela ne tienne. Il lui ferait avoir confiance en lui, mais avec douceurs. Ben oui, pour une fois qu'il n'avait pas envie de tuer quelqu'un, il fallait en profiter. Maldoring s'arrêta net dans une ruelle, en même temps que la belle. Il entendit lui aussi un bruits de fers à leur droit et sentit une odeur de torche à leur gauche.

"Mon cher, tu viens de t'engager dans une partie de cache cache avec la prison. "
"On dirait bien, mais cela ne me dérange pas... Puisque je suis en bonne compagnie...

Malgré ça, Maldoring n'avait pas l'intention, de courir encore une fois ou d'attendre qu'on l'attrape. Il regarda autour de lui et répara un arbre, très haut et feuillus. Une cachette idéale. Il prit la demoiselle dans ses bras et sauta sur un toit, puis un autre et fini l'un dans l'autre à arriver à l'arbre. Il monta dedans avec la belle, et alla jusqu'aux branches les plus hautes et les plus touffus. Il découvrit que c'était un abricotier. Le parfum allait cacher leur odeur, enfin surtout la sienne. Il observa de loin les soldats et chercha des yeux, au travers des branches, l'auberge où il s'était installé pour y aller après avec la belle.

Rah.... Mais où est-elle cette fichue auberge...?

Il la cherche pendant une bonne dizaine de minutes et fini par l'apercevoir, plus loin, à environ 10 minutes d'eux si, bien sur, ils ne se perdaient pas dans les rues. Il regarda ensuite la milice, qui commençait à peine à s'éloigner. Il défit sa cape et la mit sur la tête de la belle Ombre, à coté de lui. Il s'en servait pour cacher son visage, mais là c'était surtout elle, qui en avait besoin. Car si la milice ou une personne, bien intentionnée, la voyait, elle était bonne une autre course poursuite, dans les rues.

Si vous n'avez nul part ou aller, en attendant, venez avec moi... Je suis dans une auberge, à 10 minutes d'ici... Et garder ma cape, comme ça, la milice ne verra pas votre visage...

Il lui sourit puis regarda, qu'il n'y est personne, au pied de l'arbre et commença à descendre. Monter, c'était facile, mais descendre c'était autre chose... Il n'était pas un chat, il ne retomber pas sur ces pattes... Il mit 2 ou 3 minutes pour descendre. Une fois qu'il vit Ombre, à coté de lui, il se mit en route pour l'auberge, en posant sa main sur l'épaule de la jeune elfe, comme un petit ami, pour maintenant la couverture incognito de la belle.
Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Jeu 16 Juin - 13:54

Le compliment sur sa compagnie ne lui échappa pas et un sourire discret ettira ses lèvres. Elle avait vu juste, monsieur était un charmeur. Très vite elle reporta son attention sur la menace principale. Selemba était tellement concentré sur sa vue et son ouïe, guettant la menace des gardes qui n'étaient pas bien compliqués à repérer, qu'elle n'identifia pas immédiatement le picotement caractéristique d'une peau effleurant la sienne. L'évidence ne se fit à son esprit que lorsque ses pieds ne touchèrent plus le sol. La discrétion était une des rares choses lui permettant de survivre et de s'échapper de quantité de situation gênant. Pas le moindre bruit de surprise ne s'échappa d'entre ses lèvres. Mais elle chercha instantanément à se redresser. L'étreinte de Maldoring fut suffisante pour qu'elle ai le temps de réaliser qu'il ne lui voulait pas le moindre mal mais la porter. Elle accrocha ses bras fins autour du cou de ce charmant jeune homme doué de biens des initiatives. L'elfe eut une moue mi-exaspérée mi-amusée en le voyant la hisser dans l'arbre. Elle l'aurait très bien fait toute seule. Mais en profiteuse, la demoiselle le serra contre elle un peu plus que de mesure. Les feuillages parfumés vinrent chatouiller son nez fin. Un instant elle savoura cette prise d'altitude mais préférait de loin les toits. Plus vertigineux, plus glissants. Plus libres.

"Si vous n'avez nul part ou aller, en attendant, venez avec moi... Je suis dans une auberge, à 10 minutes d'ici... Et gardez ma cape, comme ça, la milice ne verra pas votre visage...
- En ce cas, nous somme ensemble pour le reste de la soirée. Il n'y a nul autre lieu où je pourrais me réfugier."

Son souffle caressa l'oreille de son compagnon. Chaud et sensuel. Elle le savait. Elle en jouait. Lorsqu'il tenta de descendre de leur perchoir, la demoiselle manqua d'éclater de rire. Il avait peut être une musculature lui permettant de faire de sacrés bonds, et probablement de sacrés pirouettes mais elle préférait ne pas y penser dans l'immédiat, mais pas l'agilité ni l'habitude nécessaire à la descente. L'Ombre aurait put rejoindre le sol normalement. Mais elle préféra l'observer d'en haut, se préparant à entrer en scène. Dès qu'il toucha le sol, elle se laissa choir de sa branche, comme si elle allait simplement se laisser dégringoler de haut. Mais sa malice en décida autrement. un battement de cœur. elle avait attrapé une branche. Un autre. Son corps balançait. Le troisième n'avait pas encore résonné à ses oreilles qu'elle était à quatre patte, félin se pâmant devant sa conquête, sa langue caressa ses lèvres bien dessinées d'un mouvement lent, comme si elle se délectait d'un délicieux nectar dont quelques arômes persistaient sur ses lèvres. Elle redressa sa silhouette d'un mouvement d'une langueur calculée. Le poids de ses dagues sur ses hanches lui manquait. D'un geste elle passa la cape sombre, gracieusement prêtée, sur ses épaules, masquant sa peau et non pas son visage. C'était sa tenue que les miliciens reconnaitraient si il la croisaient, pas son visage. Jamais il ne l'avait approché de suffisamment près pour cela.

"Et bien, allons-y."

En sentant le bras de son compagnon sur son épaule, l'elfe ria et décida de jouer le jeu, passant son propre bras à la taille de ce petit ami factice. Ils ne croisèrent que peu de gens, évoluant par deux ou plus. Couples ou groupes. Certains leur jetant des regards curieux. Il fallait avouer qu'ils étaient insolites. D'autres couples leur firent quelques clins d'œil, leur souhaitant probablement de bien s'amuser. Quelques gardes passèrent devant eux, les observèrent. Pas de nervosité ? Ils ne sont donc pas suspects.

"Il semblerait que nous ayons un certain succès.."

Au bout d'un certain temps, l'elfe aperçu un bâtiment éclairé. Enfin le point d'arrivée ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Jeu 16 Juin - 16:22

"Il semblerait que nous ayons un certain succès.."

Maldoring avait sourit en entendant ça. Oui ils avaient un certain succès, mais qui n'en aurait pas au bras de cette belle demoiselle? Maldoring aperçu alors l'auberge et y entra avec la belle ombre. On pouvait sentir une forte odeur de roses qui fit plisser le nez à Maldoring. Qu'est-ce qu'il pouvait détester cette odeur. Il fit signe à l'aubergiste et monta dans sa chambre avec la belle demoiselle. Il n'appréciait pas trop les regards de tout ces mâles en rut sur la belle demoiselle. Une fois à l'étage, Maldoring ouvrit la porte de sa chambre, laissa entrer la belle et entra à son tour en fermant la porte.

Bienvenue dans mes appartements de fortunes... Mettez-vous à l'aise...

Maldoring retira son épée de sa ceinture, ainsi que ses bottes qui avait bien besoin d'être cirer. Il retira aussi les colliers à son cou, ainsi que ses bracelets et sa bague et s'attacha les cheveux en queue de cheval. Il fini par enlever sa chemise noir, se retrouvant torse nu. Ben quoi? Il avait son petit rituel et n'allait pas le changer car une demoiselle était dans ses appartements. Maldoring fit néanmoins une vilaine grimace et regarde son bras, grâce à la glace de la chambre. Il avait complètement oublier cette blessure. Il avait eu la malchance de tomber sur un loup gris, un peu trop hargneux, et s'était fait mordre aux bras. Il avait prit la fuite quand toute la meute avait commencer à se ramener. Il tenait encore à sa peau, et n'allait pas faire exprès de frôler le suicide.

Maldoring fouilla dans son sac à dos, pour trouver de quoi se soigner, car être blesser devant une dame, ce n'est pas très glorieux. Il fini par trouver ce qu'il voulait. Du désinfectant, du coton et un bandage. Il alla s'assoir sur le lit, pour se soigner car, honnêtement, ça recommencer à lui faire un mal de chien. Il commença à ouvrir la bouteille de désinfectant et en mettre sur le coton quand il sentit comme un frôlement agréable sur sa peau. Il semblait que la demoiselle était sur le lit. Bah il verrait ça après s'être soigner car il avait trop mal pour attendre. Il posa le coton sur la plaie et serra les dents. Ben oui, le fameux désinfectant, était de l'alcool à 90°, mais Maldoring n'allait pas hurler, surtout devant une femme, il avait une fierté démesurée. Il désinfecta la plaie dans son intégralité mais se retrouva, bien embêter quand il arriva au moment de mettre le bandage. Mettre un bandage, à une jambe ou au torse, pas trop compliqué on peut se servir de ses deux mains. Mais quand il faut mettre un bandage à un bras, on fait comment puisqu'on a qu'une main de disponible? Maldoring soupira et se tourna vers sa compagne de chambre.


Excusez-moi? Vous pourriez m'aider à mettre ce bandage, s'il vous plait?
Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Jeu 16 Juin - 21:07

Par jeu, l'elfe s'accrocha encore plus langoureusement au vampire lorsqu'il franchirent la porte de l’auberge. Ces regards braqués sur eux lui plaisaient tant. Comme une courtisane de la société mondaine ravie de voir un Duc des plus charmant lui adresser quelques sourires. Mais tout est plus charnel dès que l'on sort de la société mondaine. L’oscillation de ses hanches à chacun de ses pas s'accentua sensiblement. Usant et abusant de cette petite danse déviant si facilement les regards. Quel dommage que les Luciniens se tiennent mieux que les autres peuples. Des pensées plus saines, plus chastes ? Ou une politesse courtoise et hypocrite ? Elle se laissa guider jusqu'à l'étage non sans un dernier petit signe de la main aux quelques curieux de la sale. Enfin la galante compagnie s'effaça pour la laisser entrer dans la chambre. Se mettre à l'aise ? Mais c'est bien ce qu'elle avait l'intention de faire.

Avec un sourire amusé, elle constata qu'elle avait moins d'accessoire à enlever que le vampire qui quitta quantité de bijoux et autres babioles. Ainsi que son haut. La demoiselle se retint de se mordiller la lèvre mais eu une moue tentatrice. Monsieur la narguait ? Elle, ne délaissa que ses bottes montantes, évoluant dans la pièce sans le moindre bruit. Sans ses bottes aux allures guerrières, elle ressemblait plus encore à un songe. Elle eut vite fait le tour du petit logis. Les lieux avaient le mérites d'êtres propres. L'elfe se glissa avec délectation sur le large lit, s'amusant à faire le moins de bruit possible. Maldoring Iros dû sentir sa présence plus qu'il ne l'entendit car il s'immobilisa durant une seconde et reprit sa besogne. L'elfe observa. Silencieuse. Une vilaine plaie. Elle eut un léger gloussement quand il appliqua le désinfectant.

# Tu n’émets pas le moindre son mais tu ne peux empêcher ton corps de se raidir. #
Excusez-moi? Vous pourriez m'aider à mettre ce bandage, s'il vous plaît ?

L'elfe ne dit rien mais se déplaça doucement sur le matelas. D'un geste, elle posa la main à plat de façon à ce que le bras soit assez éloigner du torse pour qu'elle puisse faire le bandage sans la moindre gêne. L'air de rien, elle s'assit sur ses talons, une jambe de chaque coté du membre à hospitaliser. La main de vampire se trouvant, involontairement je vous l'assure, si si !, terriblement proche de l'intérieur de la cuisse de la demoiselle. Cette dernière jouait les ingénues, se penchant sur le coté pour saisir les bandelettes qu'il tenait de son bras valide et entreprit de penser la plaie. Sa main était assurée. De celle qui on eut quantités de blessure à traiter ainsi. Son travail achevé, les yeux vairons l'examinèrent d'un œil critique et durent juger qu'il tiendrait bien puisqu'ils eurent un clignement affirmatif et l'elfe gratifia le vampire d'une tape amicale sur le torse.

Te voilà pensé grand guerrier.

Sa voix était un brin moqueuse et un sourire à la fois charmeur et railleur en disait aussi long que son ton.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Ven 17 Juin - 9:19

Maldoring avait suivit chacun des mouvements de la belle. Du moment où elle lui avait prit le coton des mains, jusqu'à ce qu'elle est fini le bandage. Maldo avait sortit en voyant la position plus qu'indécente que la demoiselle avait prit pour l'aider. Le Vampire s'était retrouver sa main très près, de l'intérieur, de la cuisse de la demoiselle. Il sourit et bougea juste un doigt pour frôler la peau de la belle et voir sa réaction. Puis il se fit plus entreprenant et caressa, franchement, la cuisse de la belle puis remonta sa main vers sa hanche avec le sourire. Il le fit jusqu'à ce qu'il entende une délicieuse voix, un brin moqueuse.

Te voilà pensé grand guerrier.

Il tomba alors sur un sourire mi charmeur mi railleur. Elle se moquait de lui? Elle allait le payer. Maldoring força la belle à s'allonger et se mit au dessus d'elle. Il sourit à son tour et se pencha jusqu'à son oreille en faisant exprès de frôler la douce peau avec ses lèvres. Ben quoi? Il avait bien le droit de profiter un peu, après tout il l'avait sauvé ce soir, non? Oui bon, c'est aussi un sadique et un profiteur, alors il profite logique non?

Vous moqueriez-vous de moi, belle demoiselle? En tant normal, je devrais vous mordre mademoiselle... Ah non vous tuez plutôt... Mais je suis galant ce soir, je ne vous ferai rien...

Il se redressa et admira la belle. Un sourire flottait sur les lèvres de Maldoring. Biensur qu'il n'avait pas l'intention de lui faire du mal. Elle avait piqué sa curiosité et son envie. Oui il avait envie d'elle, mais voulait jouer d'abord. Il aimait bien jouer avec les demoiselles qu'il rencontrait, mais avec cette Ombre, c'était plus fort qu'avec les autres. Il se pencha à nouveau vers elle et mordilla doucement la peau de son cou. Elle avait un gout exquis qui ravissait les papilles du vampire. Un goût à la fois doux et puissant. Un goût, à son avis, digne d'elle. Il continua de mordiller la peau, de l'Ombre, avec le sourire, en se dirigeant vers le devant de son cou. Mon dieu qu'il adorait le goût qu'elle avait. Ce goût commençait à rendre fou le vampire. Ce goût était encore meilleur que celui du sang, donc Maldoring se nourrissait désormais, du moins en partit. Il s'arrêta et la regarda, en respirant lentement pour se calmer.

Savez-vous que vous me rendez complètement fou? Et c'est la première fois que cela m'arrive... Si on oublie le jour de ma transformation... Et vous avez cet effet sur moi depuis que je vous ai vu dehors... Je croyais avoir rêver la première fois, puis on s'est retrouvé face à face dans cette ruelle... Mais même encore maintenant, j'ai l'impression que vous n'êtes qu'un songe...

[HRP: Désolé j'ai un peu manquer d'idées là surtout que je suis méga fatiguée depuis que je suis débout -_- Et si tu répond après 13h30, je répondrai que ce soir, car cette aprèm, coiffeur et shopping pour moi Very Happy]
Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Ven 17 Juin - 20:38

Selemba eut un sourire mental lorsqu'un doigt frôla sa peau. Timide caresse. Préambule d'autres plus ferventes, plus audacieuses, qui allaient très certainement suivre. Et c'est ce qui se passa. La main se fit plus pressante sur sa peau, remontant jusqu'à ces hanches non sans laisser une traînée brûlante. La remarque qu'elle avait lancé avait dû faire mouche car le vampire appuya sur son épaule, la basculant doucement sur le dos. Elle n'opposa pas la moindre résistance et bascula sa tête en arrière, offrant la peau de son cou aux lèvres qui venaient de la chatouiller. Involontairement ? Certainement pas. Était-elle dépourvue de tout bon sens ? Pour ainsi se glisser langoureusement entre les griffes d'un prédateur qui régalerait de sa chaire aussi bien son sens du touché que la vue et le goût. Il parla. Lui susurra qu'il pouvait être dangereux. Mortel. cette révélation attisa une part de méfiance en elle qui elle même éveilla sa fascination et son désir.

# Rien de rien ? En es-tu sûr petite friandise ? #

Il s'éloigna. Comme on s'éloigne d'un portrait pour mieux l'observer.

Savez-vous que vous me rendez complètement fou? Et c'est la première fois que cela m'arrive... Si on oublie le jour de ma transformation... Et vous avez cet effet sur moi depuis que je vous ai vu dehors... Je croyais avoir rêver la première fois, puis on s'est retrouvé face à face dans cette ruelle... Mais même encore maintenant, j'ai l'impression que vous n'êtes qu'un songe...

Elle nota, l'air de rien un point important. Sa "transformation". Il n'était donc pas un vampire de naissance. Toutes les informations sont bonnes à connaître, même celles qui peuvent sembler sans importance. Le compliment était de taille et elle le savoura à sa juste valeur. Il continuait de la vouvoyer. Bien qu'elle n'ait jamais utilisé cette politesse. Il ne semblait pas s'en formaliser. Tant mieux. Un songe ?

En ce cas, profite de ma présence avant que je ne m'évanouisse avec la venue du soleil.

Un songe... Oui, il y avait une part de vérité. Elle ressemblait à une illusion. Il ne la recroiserait probablement jamais. Par la magie du hasard, un violon raisonna dans la sale du dessous. Fort étonnant. Un air nostalgique, doux. Mélancolique. Il comptait les joies passées. La tendresse. La jeune femme tendit sa main fine à son compagnon. Comme pour l'inviter à la rejoindre sur le tissu soyeux ou lui demander de la faire danser. Qui sait ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Ven 17 Juin - 21:49

En ce cas, profite de ma présence avant que je ne m'évanouisse avec la venue du soleil.

Maldoring sourit, et prenant légèrement la main de la belle, dans la sienne, posa des baisers dessus. Chacun des gestes de Maldoring, était guidé par la musique qui se jouer en bas. Un coup léger, l'autre fois, plus ferme. Il fit glisser ses lèvres, le long du bras de la belle, puis retourna à son cou. Il y posa des baisers, qu'il fit glisser jusqu'aux lèvres de la belle. Il s'allongea à coté d'elle, ensuite et la regarda en souriant. Il admira son cou, d'une manière, très très, insistante, trop insistante, pour que ça soit normal. Il avait envie de la mordre. De boire son sang, de la posséder, entièrement. Il dégagea le cou de la demoiselle, et admira sa jugulaire qui palpitait de vie. Il se pencha et mordilla un peu le, petit, carré de chair, à cet endroit là. Hum un régal... N'importe quel vampire mourrait d'envie, d'y plonger ces crocs.

*Non Maldoring ! Arrêtes toi ! Tu ne dois pas la mordre ! Retiens toi... Facile à dire... Son cou est si... délicieusement tentant... Comment ne pas avoir envie de la mordre? Hum non je ne peux pas résister... Je dois le faire... Je dois boire son sang...*

Maldoring se remit au dessus de la belle Ombre et la contempla un long moment, qui sembla une éternité. Il était toujours partager entre, son envie du sang, de cette belle demoiselle, et sa conscience, qui lui hurlait de ne pas mordre la belle. Il posa ses mains, à plat sur l'oreiller, où reposait la tête de ce merveilleux songe. Il se pencha vers elle, avec la plus grande lenteur. Il espérait, intérieurement, qu'elle comprendrait et le repousserait à temps. Il fini par arriver à la jugulaire de la demoiselle et posa un léger baiser dessus. Caresse papillon. Il sentait, grâce à ses sens de vampires, l'odeur du sang de la belle, mélangé à l'odeur de lavande. Ce mélange de parfum, faisait tourner la tête à Maldoring, qui avait l'impression de devenir fou. Pêche et lavande... Délicieuse senteur enchanteresse comme celle, à qui elle appartenait. Il sortit doucement ses crocs, mais hors de la vue de la belle. Il les approcha lentement de la demoiselle. Il allait la mordre d'un coup sec, quand il se recula d'un bond, en mettant sa main devant sa bouche. Mais il était fou ! Depuis quand n'arrivait-il plus à contrôler ses envies?? Peut-être depuis qu'il avait croiser cette affolante demoiselle. Face à elle, il perdait tout ces moyens. Face à elle, il était fou. Il devait reprendre le contrôle de lui-même, sinon ça allait mal finir. Maldoring se leva du lit et s'approcha de la fenêtre, avant de s'y accouder en soupirant.

*Mais pourquoi ai-je de telles réactions face à elle? Ce n'est pas normal... Ça ne m'est jamais arriver avant... Enfin si peut-être une fois... Mais c'était avant... Avant tout ça...*

Maldoring glissa ses doigts dans ses cheveux en respirant un grand coup. Il devait se calmer. Il sentait son corps le brulait, tellement il avait envie de la belle, derrière lui. Mais un vampire, avec une telle envie, avec un tel besoin, pouvait être très dangereux. Il rentra lentement ses crocs, et se tourna vers la demoiselle. Il la fixa des yeux en silence puis baissa la tête. Ses cheveux cachaient maintenant son visage. Il devait lui dire de partir, de ne pas rester dans cette pièce, mais les sons restaient bloqués dans sa gorge. Il avait beau ouvrir la bouche, rien n'en sortait. Qu'est-ce qu'il allait bien pouvoir faire, alors que l'odeur enivrante et tentante de la belle commençait à arriver jusqu'à lui? Il entendit alors un son très léger, qui aurait été inaudible, si il n'avait pas été un vampire. Mais il en était sur, ça venait de la chambre, et pas d'un autre endroit.
Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Dim 19 Juin - 22:48

De sa fenêtre, un homme avait crut être soumis aux effets dévastateurs de l'alcool. Sans avoir bu. La fatigue peut être. Une femme, à ne pas en douter à sa silhouette, dansante. Sa chevelure dessinant des volutes. Il ne voyait pas son visage. Mais il voyait sa peau. Regrettant presque que cet affreux tissus empêche la lune d'en sublimer tous les éclats. Non. Détournez vos regards lubriques. Ce n'est pas par perversion. C'est par amour de l'éclata. Comme un loup qui n'oublie jamais un lieu qu'il a visité, cet homme grava cette image dans son esprit. Un peintre voulant immortaliser sa vision. Puis des gardes arrivèrent. Tuant le moment. Quelque chose d'intéressant ! Mais qu'en faire ? Les acteurs avaient quitté la scène. Et lui ne pouvait les suivre. Chaussant ses bottes et se munissant de sa sacoche tachée de traces colorées, il sortit. Décidant de partager les événements avec quelques compagnons autour d'un verre. Ou plus.

~~~~~~~~~~~~

''T'es sûr que tu l'as pas rêvé ta chaudasse presque nue ? Tu dois respirer de drôles de trucs dans toutes des doses de peintures !
- De un je suis sûr de ne pas avoir rêvé ni des soldats ni d'elle. Et de deux, elle ne faisait pas chaudasse mais danseuse.
- Danseuse... danseuse... toute seule ? Sans musique ? Il devait lui manquer une case.
- Tu ne peux pas comprendre sans le voir. Elle dansait avec le ciel. Mais tu as raison. Peut être qu'il lui manquait une case.

Les hommes rient. Tapent leurs choppes les unes contre les autres. Discutent de tout et de rien d'autre? Ce fait étrange est vite oublié. Des groupes passent. Vont se coucher. Ou plutôt dans une chambre. Des groupes vont se joindre à la salle. Un homme vient même à leur table. Un autre couple. Bien étrange. Certains regards se font indiscrets. Une elfe, à croquer, et un vampire, à vous croquer.

"C'est elle...
-... Faut avertir les forces de l'ordre. "


--------------------------

Les pupilles de l'elfe s’étrécissent comme celle d'un chat. Quelque chose en elle hurle. Danger. Comme un sixième sens. Un instinct de survie. Fabuleuse intuition. Elle s'était accrue, née seulement après es quelques baisers du fascinant personnage. D'un seul coup, la certitude qu'il était plus prédateur que charmeur lui prit les tripes. Maldoring fit bien de s'éloigner de lui même. Un instant de plus et le poing de la demoiselle s'en serait chargé. Il s'installa la fenêtre. Tout aussi muet qu'elle. Elle le fixa de ses yeux dépareillés. Appuyée sur ses genoux comme prête à bondir sur ses pieds. Un félin guettant l'attaque. Mais elle ne vint pas. Pas de là ou la demoiselle l'attendait. Lui arrachant un sursaut digne de ce nom, un homme mit un coup magistral dans la porte de la chambre, la faisant trembler sur ses gongs. La demoiselle rejoint son compagnon près de l'encadrement de la fenêtre et, en moins de temps qu'il n'en faut pour le dire, se percha sur l'encadrement de bois. Son air se fit énigmatique et elle fit glisser un doigt sur les lèvres de son compagnon.

Il est temps de reprendre la fuite.

Et sans attendre, elle sauta par la fenêtre. Maldoring allait devoir abandonner ses bijoux et faire vite. Ou elle devrait fouiller les geôles de Sorèlies pour le retrouver. Fâcheux. Et elle ne s'en acquitterait pas par affection mais parce qu'elle jugeait avoir une dette.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Lun 20 Juin - 9:06

Maldoring n'avait pas bougé de sa place depuis qu'il était sortit du lit. Il avait continuer de fixer la demoiselle, quand soudain, quelqu'un tapant un grand coup dans la porte qui trembla violemment. Maldoring vit la belle Ombre s'approchait de la fenêtre et montait dessus. Hum un danger, d'après sont instinct. Encore la milice? Qui avait bien pu baver? Si Maldoring avait été un serpent, il aurait cracher, avec plaisir, son venin à la figure de celui, qui était responsable de ça. Mais pour le moment, il était trop tard pour parler de ça. Maldoring enfila rapidement sa chemise et sa cape.

Il est temps de reprendre la fuite.
Allez-y, moi, il est hors de question, que je laisse mes affaires... J'y tient trop...

Maldoring regarda la belle sautait par la fenêtre, puis il mit tous ces bijoux dans son sac à dos. Il mit le capuchon sur sa tête, pour qu'on ne voit pas son visage puis il s'approcha de la fenêtre près à partir, quand la milice défonça la porte et entra. Maldoring serra les dents, il avait 2 solutions, fuir maintenant, ou occuper quelques minutes la milice pour faire gagner du temps à la belle ombre. Aller, à jouer les héros, autant que ça soit jusqu'au bout. Un elfe, bien vêtu, s'approcha et fixa le vampire.

Maldoring Iros, vampire de Tenamas, vous êtes en état d'arrestation pour avoir aider Cauchemar, assassin de la cité d'Equillos, à fuir notre milice et notre justice. Rendez-vous sans faire d'histoire et il ne vous sera fait aucun mal.
Un assassin? Quel assassin? Moi je n'ai aidé qu'une belle jeune femme en détresse... Cauchemar? Moi je ne connais que Ombre et ce nom lui va comme un gant d'ailleurs... Ensuite pour ce qui est de me rendre, et bien non, je ne me rendrai pas... Pire, je pense que je vais vous tenir tête...
Soit ! Soldats ! Capturez-le !

Maldoring engagea un féroce combat contre la milice. Étant vampire, il avait quelques avantages et atouts dans sa manche. Il en profita donc et resta dans la chambre une bonne dizaine de minutes. Faisant gagner le plus de temps possible à Ombre pour qu'elle s'en aille, le plus loin possible. En effet, ça aurait été dommage qu'une aussi belle femme soit capturée par ces rustres de Lucina. Quand Maldoring commença à fatiguer, faut dire que 10 contre 1 c'est pas évident. Il sauta rapidement par la fenêtre et se laissa tomber en bas de l'auberge. Il se releva, et partit en courant, assez vite pour semer la milice. Il espérait que Ombre allait bien, allait-il la voir comme la première fois? Ombre vaporeuse dansant sur les toits? Ou guerrière avertit prête à en découdre? Maldoring couru jusqu'à la sortie de la ville. Il trouva là, plusieurs petites maisons vides. Il entra dans l'une d'elle, mais il sentit une odeur. Il n'était pas seul. Hum cette odeur lui disait quelque chose. Il s'approcha de l'endroit d'où l'odeur venait.
Revenir en haut Aller en bas
Maître d'Harmonia

avatar

Messages : 450
Date d'inscription : 30/08/2010

Feuille de personnage
Niveau:
900/900  (900/900)
Expérience:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   Lun 26 Sep - 13:21

Une rencontre sympathique avec un vampire, affaire à suivre si Maldoring reparaît :p

Selemba Impériale : 9 xps
Maldoring Iros : 9 xps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Souffle court [Maldo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Souffle court [Maldo]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Salamandres et souffle au cac
» Festival Jeux à Court-Saint-Etienne 2010 (Belgique)
» ES-18BPH vs planar court
» Bataille de Guilford Court House 1781
» court mais puissant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonia :: Archives :: Les archives des mondes-
Sauter vers: