AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ne cherchez pas le loup... [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sasha Valentyne
Lucinienne
Lucinienne
avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 09/09/2010
Age : 26

Feuille de personnage
Niveau:
9/30  (9/30)
Expérience:
4/40  (4/40)

MessageSujet: Ne cherchez pas le loup... [libre]   Mer 20 Juil - 19:55

..." ♪ ♫ Sous le figuier déjà, ta corde balance ♫ Et tes sanglots lui donnent la cadence ♪ ♫ "...

Au milieu de l'étendue presque désertique se dresse un arbre, unique, centenaire, presque incongrue dans ce décors un peu trop sombre. Ses branches majestueuses s'élèvent vers le ciel comme des mains tendues vers un autre horizon. Si seulement une feuille voulait lui faire l'honneur de pousser juste une fois. Mais sa silhouette noire s'élève en solitaire, nue et menaçante. Les habitants de la région évite ce lieu qu'ils pensent maudit. En effet, on y aurait plusieurs fois aperçut une bête trop grosse pour être un loup... Mais trop petite pour être un ours d’après ce que disent les mauvaises langues.

*J't'en foutrais moi des ours...*

Un éclair roux dans la grisaille de ce paysage orageux. Le vent qui se lève agite une chevelure flamboyante comme un étendard. Sasha regarde au loin, pareille à ces héros qu'elle a appris a connaitre à travers les centaines de livres qu'elle a dérobés et dont les pages lui servent maintenant de matelas dans son terrier au creux de l'arbre maudit... Mais aujourd'hui, rien ne va ! Non, son logis à été profané. Un chasseur plus courageux que les autres à décidé de venir traquer la bête dans au plus profond de son intimité. Alors, les panneaux tout autour de la petite clairière pour prévenir les voyageurs du monstre qui y vit, passe encore. Les gamins qui jouent à celui qui s'approchera le plus de l'arbre maudit, pourquoi pas ...Mais le débile qui débarque en plein milieux de la sieste là, ça passe plus. Imaginez vous, perdus dans vos rêves quand soudain, une main rugueuse et malpropre vous attrape par le col et vous jette dehors, moitié nue, dans le froid du petit matin. Tout ça pour voir, à la place d'un monstre terrifiant et puissant ( ce qui aurait au moins put provoquer une bonne baston.) un pauvre type, blond en plus armé d'une épée qui parle et accompagné d'un écureuil rose. Il n'avait même pas laissé le temps à Sasha de se réveiller qu'il hurlait déjà:

"JE SUIS LE HÉROS!!! Je suis venu terrasser la bête immonde! N'essaie pas d'user de tes charmes sur moi et quitte cette apparence pourriture démoniaque!"

Et vas y que l'écureuil s'agite et que l'épée renchérit un flot d'injure que je ne citerai pas par égard pour vos yeux! Toujours est il que ce n'est pas une manière pour réveiller une dame ! C'est ce que marmonna la gamine échevelée en se redressant, tout crocs dehors prête à chasser le squatteur. Mais celui ci passa à l'attaque en un clin d’œil. Sa lame fila à une vitesse inhumaine et s'enfonça dans l'épaule de Sasha colorant sa peau de rouge. La jeune femme poussa un glapissement de colère et de douleur. Elle arracha la lame des mains de son propriétaire et la sortie de ses chairs meurtries. La plaie se referma instantanément mais la colère de la louve n'en fut que décuplée. Elle se jeta contre la malchanceux chasseur, lui arracha son bouclier et attrapa le rongeur par le cou. L'homme comprenait peu à peu sa terrible erreur. Dans les yeux de Sasha brûlait la flamme sauvage de sa part animale. Celle qui ne connaissait pas la pitié pour qui empiétait sur son territoire.

"Ton rat, j'vais en faire mon p'tit dèj... mais toi et ton épée, j'peux vraiment pas vous pardonner votre impolitesse. En plus tu te bats vraiment comme un naze! Tu manques de ... Souffle!"

A peine prononçait elle ces mots qu'une corde apparaissait, nouée autour du cou du vil voyeur et autour d'une des branche du figuier. La longueur était juste suffisante pour qu'il puisse tenir sur l'extrême pointe de ses pieds. Voilà comment, la louve s'était retrouvée a contempler son horizon, torturant avec amusement le chasseur... Quelle race détestable ces chasseurs. Le petit truc rose et poilus était déjà presque digéré et l'épée enterrée au fond de sa tanière. Le garçon sanglotait pitoyablement en tentant désespérément de conserver son équilibre. Qu'il était jeune ce héros de pacotille.

..."♫ ♪ Sous le figuier déjà, ta corde balance ♪ Et tes sanglots lui donnent la cadence ♪ ♫"...

Il aurait peut être put changer. Mais les traits de son visage, sa façon de l'implorer, tout dans son existence horripilait la sauvageonne. Peu à peu ses pleurs se transformèrent en injures. Des injures tellement désespérées qu'elle touchait le cœur de Sasha avec plus de précision qu'un carreau d'arbalète.

"Sale monstre!"

*c'est vous qui me rendez comme ça!*

"la simple vu de ta face me donne la nausée! Tue moi que j'ai plus à supporter ta vue!"

*C'est vous qui me rendez comme ça!*

Elle se répétait inlassablement cette phrase comme si tous ses problèmes pouvaient se résoudre grâce à elle! Elle savait bien qu'elle ne le tuerai pas. Mais la colère l’empêchait de le relâcher. Trop loin pour renoncer mais trop lâche pour conclure. Finalement, il lâcha la phrase qui débloqua la situation:

"Sale chienne! Sale chienne mal dressée!"

D'un bond elle fut sur lui, attrapant son menton dans sa main:

"Quelles vilaines paroles dans une si jolie bouche!"

Une aiguille apparut dans son autre main et elle murmura:

" Tu ne veux plus me voir? Laisse moi exaucer ton souhait!"

D'un geste précis, elle creva les deux yeux du mauvais homme.

"ORDUUUREEE~....."

Se mit il a hurler. Mais la louve l'avait lâché, le laissant retomber sur le sol, le libérant de la corde. Le libérant de sa sale présence. Il resta sur le sol, à gémir doucement. Sasha réalisa alors ce qu'elle venait de faire. En laissant la colère l'emporter pour la première fois de sa vie, elle venait de se prouver qu'elle n'était qu'une bête. Rien de plus. Les oreilles plaquées au crâne pour ne plus entendre les gémissements pitoyable du chasseur, elle ramassa ses affaires et se mit à courir à travers les mégalithes dressés autour d'elle. Ils semblaient la juger et rire de sa bêtise. Sa terreur et son horreur étaient tellement fortes que sa mutation s'amorça brutalement. En quelques seconde, elle était devenue louve rousse, immense et majestueuse et ses pattes agiles battaient le sol pour fuir cette horrible erreur. Son pelage flamboyant étincelait sous les éclairs. Quand la pluie se mit à tomber, elle ne ralentit pas l'allure et ne s’arrêta que bien des heures plus tard alors que l'herbe commençait a sécher pour s'écrouler au pieds d'un rocher, abrutie par la fatigue. Elle se roula en boule et s'endormit sans même se préoccuper de sa sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Blaenyc Khân
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 27/03/2011
Age : 28
Localisation : Lugdunum

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
25/40  (25/40)

MessageSujet: Re: Ne cherchez pas le loup... [libre]   Jeu 21 Juil - 21:24

    * C'est ton épreuve et c'est une meilleure expérience que de parasiter des citadins... Après tout, pourquoi nier le donné naturel si l'on veut commencer par prendre son indépendance ?*

    Il marchait les mains ballantes, insistant quelques fois sur des enjambées pour outrepasser les obstacles de ronces ou de petits troncs jonchant le sol difficilement praticable. L'humain s'aventurait, comme ça, au hasard, s'écartant des sentiers battus et de la rivière qu'il avait partiellement longée avec Tony de Loidir. Avant de pouvoir daigner lui rendre service, Blaenyc se devait de s'habituer aux pires conditions possibles auxquelles il pourrait faire face. Tel était son devoir, en tant que futur fantassin à la solde d'un noble. Perdu dans ses pensées, il avançait sans broncher, le moral d'acier, presque imperturbable... Si bien qu'il sursauta à la vue d'un flash rougeâtre comme il n'en avait jamais vu. Il cessa ses rêveries futiles et regarda aux alentours, paniqué, la tête en l'air. S'en suivit un son tonnant, assourdissant, qui aurait presque détruit son oreille interne. Et pourtant, la foudre semblait avoir frappé plutôt loin. Blaenyc plaça, par réflexe, une main sur son cœur. Ses oreilles sifflaient et sa tête résonnait. En l'espace de quelques secondes, on passait d'un "veut devenir un héros" à "Mère, j'ai si peur". Il canalisa ses émotions par une respiration régulière, pensant que c'était terminé. Mais non, une autre vive lumière rousse et un bruit grondant, se propageant plus fort encore que la réputation d'un roi à travers bien des lieues. Exempt de toute conscience, il se dit qu'au point où il en était, il avait mieux fait de se diriger dans la gueule du loup et de faire face à l’éventuel danger qui allait se présenter. Après tout, il l'avait pensé lui-même quelques instants plus tôt : il lui fallait vivre des épreuves autres, qui le forgeraient. Il inspira, gonflant sa poitrine tout en y repensant. "Je suis un futur guerrier". Et puis la pluie tomba abondamment. Les gouttes chutèrent en même temps que son moral. Il afficha une mine déçue et triste, tout en continuant de marcher lentement, en direction de la source des éclairs, même si elle paraissait si lointaine.

    * Et si je souhaite des réponses à mes questions, je ne dois pas les chercher à tout prix. Bien au contraire, il me faut emprunter des voies sinueuses, sans but... Et bien boueuses comme celles-ci. Pfff... *

    Il continuait ainsi de marcher, pendant bien de longues heures, sans s'arrêter, pensant que c'était une épreuve parmi tant d'autres et qu'il fallait qu'il s'endurcisse, qu'il devienne plus fort. La pluie s'était arrêtée, l'air sec de la vallée reprenait peu à peu place, laissant une température un peu plus agréable. La douleur que Blaenyc ressentait dans les jambes s'intensifiait au fur et à mesure qu'il progressait dans des voies inconnues. Mais cette nouvelle péripétie lui faisait garder la tête haute. Et quoi de pire que l'ennui ! Alors il oubliait ses maux et avançait, à l'aveugle. Sa pérégrination le mena à un endroit spacieux, où le sol semblait moins abrupt que ce qu'il avait pratiqué ces dernières heures. Un grand rocher dominait la scène, et à son pied jonchait un animal au pelage roux étincelant, si bien qu'il ne pouvait identifier sa nature exacte. Il pouvait quand même remarquer, malgré sa fatigue, une gueule, un museau, des babines, des pattes... Sans doute une louve. Une louve qui pourtant dormait... Comme un loir. Ce spectacle, plutôt que d'apeurer Blaenyc, l'attendrit. Peut-être était-ce, là aussi, dû à sa fatigue physique. Il avançait lentement, le regard mélangé de sérénité et de fatigue, contemplant l'animal dans toute sa splendeur. Sans réfléchir, il s'adossa contre le rocher, aux côtés de l'animal, ni trop près, ni trop loin. Il ne fit pas attention à ses équipements qui étaient apparents, bien que dans leur gaine. Après tout, son bras droit ne pouvait se mouvoir que lentement à cause de sa blessure récente. Il lui était incapable de tenir une épée. Alors, sans même penser qu'il jouait avec sa propre vie et qu'il risquait de se faire dévorer par cette bête à son réveil, il fermait lentement les paupières, regardant l'animal plongé dans un sommeil profond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Ne cherchez pas le loup... [libre]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rp avec un loup garous (libre)
» Loup solitaire et souvenir de jeunesse
» Loup-garou : l'Apocalypse
» Ville Libre de Mévry
» Un grand méchant loup !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonia :: Archives :: Les archives des mondes-
Sauter vers: