AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une virée en ville

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Long John Silver

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 24/08/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
4/40  (4/40)

MessageSujet: Une virée en ville   Lun 29 Aoû - 10:02

La ville d'Equillios, la grande capitale du royaume d'Harmonia. En son centre, culminait la Grande Flèche, la fameuse tour mythique. Autour d'elle se trouvaient nombre de bâtiments plus petits: habitations, échoppes, tavernes,... Plus on s'éloignait du centre de la ville et moins elles étaient hautes, jusqu'à ce que l'on arrive à la muraille. Cette particularité architecturale avait pour but d'avoir l'avantage en cas d'assaut sur la ville. En effet, si l'on s'attaquait à elle, des arches pouvaient monter sur le toît de chaque maison et tirer sans risque d'atteindre leurs camarades. De plus, si les ennemis venaient à pénétrer dans la ville et à monter sur les premiers bâtiments, les défenseurs gardaient un avantage sur leurs adversaires.

Mais aujourd'hui, pas de problèmes à signaler. Le soleil se couchait et déja, la ville s'illuminait de part en part grâce aux feux installés dans une version plus ancienne de lanternes. Seules les plus petites ruelles seraient ainsi plongées dans l'obscurité. Ce spectacle, le capitaine Long John Silver le voyait du haut d'un des deux mâts de son Angel Revenge. Le pavillon noir était caché, qui irait dans la capitale en affichant haut et fort son statut de hors-la-loi ? Il attendait à présent d'arriver au port. Une fois que les manoeuvres de mouillage seraient terminées, il irait faire la tournée des tavernes pour se détendre et essayer de recruter quelques marins. Car, s'il avait déja recruté quelques moussaillons, ceux-ci n'étaient pas très doués et un navire comme celui-ci ne se dirige pas tout seul. Il espèrait surtout trouver des hommes qui sachent se battre. Les patrouilles s'étaient intensifiées dans le Golfe autour duquel se trouvait Equillios et les bâteaux s'équipaient de plus en plus avec des mercenaires pour se protéger. Ils ne se rendaient donc plus à la vue du pavillon noir, ce qui expliquait que nos pirates rentraient bredouille.

L'Angel Revenge était amarré au port à présent. John sauta en s'attachant à une corde pour finir sur le pont. Son tricorne sur la tête, il prit une bouteille de rhum en main et descendit du navire avec ses quelques hommes.


"Quels sont les ordres, capitaine ?"

"Faites le plein de vivre, occupez vous de la paperasse du port et après... Amusez-vous ! Mais ne ramenez pas de femmes sur le navire, sauf si c'est pour qu'elles m'attendent dans ma cabine."

Silver se mit à rire pendant quelques instants avant de déboucher la bouteille avec ses dents et de boire une gorgée de rhum. Il partit à la recherche d'une taverne de préférence assez peuplée, ce qu'il trouva assez vite dans les quartiers adjacents au port. Bourré de matelôts en permission, on entendait les chants qui en provenaient à des rues à la ronde. Le pirate entra et alla commander quelque chose au bar, même si sa bouteille de rhum dans sa main était loin d'être vide. Il tata sa bourse, elle ne contenait même pas de quoi se payer quelques verres.

"Si tu ne consomme pas, tu t'en vas !"

Devant le caractère insistant du tavernier, John s'en alla. Continuant à boire, il marchait de rue en rue, de rue en ruelle. En le regardant, on aurait dit qu'il slalomait entre des cônes invisibles. Ce n'était pas à cause de l'alcool, bien qu'il en subissait à présent son influence. A force d'être en mer, parfois on oublie comment marcher sur un sol stable.

"Etant forban je vis dans ma cabine
En méprisant les lois , même la mort
Ne vivant que de meurtre et de rapine
Je bois mon vin dans une coupe d'or
Vivre d'orgie est ma seule espérance
Le seul bonheur que j'ai su conquérir
car sur les flots j'ai bercé mon enfance
Et sur les flots un forban doit mourir."


Tout en chantonnant, Long John continuait à avancer et à boire. Sans s'en rendre compte, il était à présent dans une petite ruelle sombre et déserte mais il ne fallait pas s'inquiéter. Après tout, c'est en se perdant que l'on peut trouver l'introuvable, sinon il ne serait pas si dur à dénicher. Où sa route allait-elle le mener et qui pourrait-il bien y rencontrer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitano Toyotomi
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
1/40  (1/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Mar 30 Aoû - 9:54

Retour sur harmonia, le voyage continue et décidément il revient dans cette capitale qu'est Equillios, rien n'a changé pendant son absence, le monde semble continuer à prospérer, même s'ils ont subit de lourde dégât depuis le combat entre différentes guildes et le déchut, il reste encore des traces de bataille sur différentes places et bâtiment, mais malgré tout les commerces reprennent de bonheur. Quant à lui il est de bon humeur aujourd'hui, il fait un temps magnifique, de quoi réveiller son esprit et partir au marcher. Il se rappel encore de certaine route qui mène rapidement aux commerces, il décide de passer vers les chemins les plus étroites et les moins fréquentés, mais souvent dangereux, en voila un, un groupe de personnes malveillant, pauvrement habillés et armés de bâtons et couteaux. Ils sont six et ont l'air très confiant sur leur supériorité numérique, hélas c'est la qualitée de la personne qui change tout, à peine Kitano s'avance vers eux qu'ils arrivent pour lui barrer la route et laissant apparaitre leur sourire sarcastique:

"dit moi mon petit, tu connais les règles ici, tu donne tout ton or et on te laisse passer ou à moins que tu préfère mourir et qu'on vient te dépouiller entièrement?"

" hein? Mourir, moi?! Tu t'es tromper de rôle mon ami"

"ferme là! Allez donne tout ton or"

"ba... Viens le chercher si tu te sens capable"

"alors meur, allez-y!"

Ses copains commencent à avancer lentement, croyant qu'ils allaient faire encore un autre gars aujourd'hui, mais pour eux c'est la poisse car ils sont tomber le mauvais gars. Le Ronin se met en position Iai et prépare a dégainer son sabre, près pour le Iainuki, c'est vers deux mètres de distance qui les sépare que les bandits foncent sur lui, avec un bon timing il tire sur la manche de son katana aussi vite qu'il le peut et grâce à son fourreau cela ne fait qu'accroître la vitesse de frappe, à peine une fraction de seconde la lame a terminé sa course, alors que ces vilains étaient sur le point de le frapper que leurs armes se mettent à tomber au sol, tranchés, même ces petits coûteaux se brisent en deux, frapper sur le côté fragilise le metal et touché du bout de son katana ne fait qu'augmenter son efficacité car c'est cette partie là qu'est la plus rapide et la plus puissante dans la frappe. Après ce geste éclair il range son arme dans son fourreau et laissant entendre un bruit métallique, toujours la main sur son katana il les regarde d'un air terrifiant:

"la prochaine fois c'est vos têtes qui vont tomber"

Ils ont mal calculé, ou juste ils ont choisi la mauvaise personne à attaquer, pris de peur et sans défense ils s'enfuient tout en hurlant de terreur et Kitano en rigole tout autant, il continue sa marche après avoir lâché la manche de son katana et étrangement il rencontre quelqu'un en face de lui, qui ça pouvait bien être, il ne bougeait pas, il reste là, sans rien faire. Sur le coup il n'a pas vraiment réfléchi et décide de l'interpeler:

"Yo! Qui y-a-t-il? Tu cherches quelque chose?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Long John Silver

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 24/08/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
4/40  (4/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Mar 30 Aoû - 17:48

Des cris à moitié étouffés par le détour des ruelles résonnèrent. Bien que ses sens n'étaient pas en éveil, Silver les perçut clairement. Le coin étant plutôt malfamé, des innocents avaient sûrement dû être les victimes de gens violents. A croire que le mal se cachait toujours dans l'ombre. Juste après, un homme seul et armé de deux sabres déboula. Etait-ce possible qu'il soit la cause de ces hurlements ? Le pirate sourit. Si c'était le cas, cela tombait bien. Il lui fallait des hommes sachant se battre.

""Yo ! Qu'y a-t-il ? Tu cherche quelque chose ?"

"Toi, qui crois que la Terre est ronde
Tu n'te doute pas une seconde
Que ton histoire pourrait changer"

Tout en chantonnant un nouvel air, John s'approcha du nouveau venu. Il se tourna dans le même sens que lui et passa sa main autour de son épaule. Il se remit à marcher, ce fut à ce moment qu'il finit sa strophe.

"Je me présente. Je suis le capitaine Long John Silver, fier propriétaire du magnifique Angel Revenge."

Silver s'exprimait avec ses mains. A chaque nouveau mot qu'il commençait, ses doigts commençaient un nouveau geste. Maintenant qu'il avait fini, elles s'arrêterent un peu avant de pointer ce jeune homme à qui il s'adressait. Il fallait qu'il sache qui était cet homme. Le pirate nourrissait l'espoir qu'il lui avouerait qu'il était un mercenaire ou un truand, ce qui faciliterait les choses, mais surtout pas un homme au service des autorités harmoniennes, à moins qu'il soit aisément corruptible ce qui serait une bonne aubaine. Et s'il n'était aucun des deux ? Dans ce cas, John userait de ses paroles envoutantes pour tenter de recruter ce garçon qu'il ne connaissait même pas encore.

"Et toi qui es-tu, fringant jeune homme ?"

Il attendit sa réponse, le sourire aux lèvres ainsi que les yeux pleins d'espérances et de visions d'avenir. Visions qui pourrait très bien ne jamais se réaliser. Après tout, le destin est comme le vent en mer. On ne sait jamais quand il se lèvera ni quand il tournera mais quand l'on suit sa direction, on tombe toujours sur de bonnes choses, d'une manière ou d'une autre.

"Ho du rhum !"

Remarquant la bouteille qu'il tenait en main depuis sa sortie du port et qu'il avait de toute évidence oubliée, il en but une gorgée. Ensuite, regardant tour à tour son alcool et son nouvel "ami", il fit signe de lui en proposer. Un peu de rhum au fond de la gorge dénouait les langues et ouvrait les coeurs chez les hommes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitano Toyotomi
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
1/40  (1/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Lun 5 Sep - 21:38

Un homme fort sympathique en première vue et de son accoutrement et ainsi se présenter après un chanson bien particulier, il s'était dit qu'il a affaire avec un pirate, seulement celui-ci n'est pas comme les autres, existe-t-il un pirate qui connait les bonnes manières et après tout savoir parler à des étrangers:

"Kitano... Toyotomi, un voyageur"

Par la suite cet homme ne semble pas insensible au rhum qu'il tient dans sa main et qui en bu un bon coup, par la suite il fait signe de sa main tenant la bouteille vers Kitano tel une invitation à boire, ce serra la première fois qu'il boira du rhum de sa vie alors qu'il a l'habitude de boire du saké, mais il ne refusera pas à ça si c'est pour ouvrir une conversation autour de l'alcool, d'une sourire satisfaisant il s'approche de lui, prenant sa bouteille et buvant une bonne gorgée, après avoir goûté ou plutôt bu le rhum il constate que cette liqueur n'est pas si mauvais que ça, redonnant par la suite à ce capitaine Long John Silver et puis demande:

"Et si on allait ailleurs, ici n'est pas un endroit pour parler autour d'une bouteille"


Par la suite il par devant, l'invitant à le suivre, il ne va pas le forcer, mais il sait qu'il serra derrière lui, revenant sur la grande rue Kitano tente de trouver une auberge ou une taverne qu'il connait et c'est au bout de dix minutes de marches qu'il trouve enfin un coin, du nom de Irvine, c'est la patronne tenant cette taverne. Poussant la porte et tout de suite une atmosphère plus conviviale et très animé, beaucoup de gens viennent ici pour boire et discuter, pourquoi ? C'est sûrement à cause de ces bonnes femmes qui aiment les chouchouter, en voila une qui se dirige vers les deux hommes:

"Bonjours! Vous êtes deux ?"


"Oui, une table près d'une mur serrait très bien"


"Alors c'est là-bas" pointant de son index près de la fenêtre, sur sa droite à cinq mètres "Je vous sers de la bière"


"Tu devines très vite! Deux bières fraiches!"


"D'accord, j'arrive dans pas longtemps"


Après ces mots elle s'est éclipsée, laissant seul les deux gaillards, il regarde John puis dit:

"C'est moi qui paye, profitons-en, ici les bières vont nous faire du bien"


Par la suite ils se dirigent tout deux vers leur table après avoir traversé un peu de monde par ci et par là, enfin à leurs chaises ils se regardent face à face et c'est Kitano qui parle en premier:

"J'ai beaucoup voyagé dans les trois mondes et tu es le premier pirate à se comporter ainsi, c'est ce qui m'amène à venir ici et discuter tranquillement autour de cette table, qu'est ce qu'un pirate viendrait-il se promener dans la capitale ?"

PS: dsl pour le retard, là j'ai un peu du mal à rp vue que je suis muté vers un autre établissement, je vais rp doucement à mon avis
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Long John Silver

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 24/08/2011
Age : 22

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
4/40  (4/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Lun 12 Sep - 20:05

"Kitano... Toyotomi, un voyageur."

C'était là un nom peu commun. Une chose qui valait certainement la peine d'être remarquée et d'être source d'une suite d'hypothèses sur les origines de ce personnage mais John était déja trop saoûl que pour y penser. Et puis, la fin, il la connaissait déja. Un cochon faisant du rodée sur une marguerite. Pourquoi ? Il n'en avait aucune idée. Cette image se retrouvait juste souvent dans son esprit ces temps-ci.

"Et si on allait ailleurs. Ici n'est pas un endroit pour parler autour d'une bouteille."

Y avait-il un endroit pour parler autour d'une bouteille ? Assurément que non. Tous les prétextes sont bons, quel que soit le moment ou le lieu, pour boire en compagnie de gens sympathiques, ou pas. De toute façon, ce Kitano le guida au travers des ruelles. Il ne semblait pas mieux connaître le coin que le pirate mais le fait est qu'ils finirent à l'intérieur d'une taverne, assis près d'une fenêtre, une chopine de bière à la main.

"J'ai beaucoup voyagé dans les trois mondes et tu es le premier pirate à se comporter ainsi, c'est ce qui m'amène à venir ici et discuter tranquillement autour de cette table, qu'est ce qu'un pirate viendrait-il se promener dans la capitale ?"

"Oh... Tu as remarqué ma noble profession ? C'est génial."

Silver débordait d'enthousiasme, comme à son habitude. Pour commenter ses propos, pouvait-on vraiment dire que le piratage était une noble profession ? Tout d'abord, il était peu évident de considérer cela comme un métier. Mais à partir du moment où il vivait de ses rapines, c'était acceptable. Plus compliqué à présent, il la décrivait comme noble. Je vous entends déja crier au mensonge, je perçois même vos injures censurées. Et pourtant, un si vieux métier et si respectable. Régis par leur code, les pirates redistribuent équitablement leurs gains avec l'équipage. Si l'un des matelots est blessé, il reçoit un dédomagement selon le niveau de son handicap... Presqu'un gouvernement de gauche avant l'heure.

"Mon équipage a ammarré pour faire le plein de vivres, nous partons bientôt. Quant à moi, je viens m'amuser, boire et chanter."

Si le système à bord d'un bâteau pirate est presque communiste, ce n'est pas pour celà qu'il n'y avait pas quelques inégalités. Cependant, l'équipage devait certainement avoir fini de travailler et devait faire la tournée des bars, rameutant une bande de nouveaux matelots qui, une fois partis en mer, se demanderaient ce qu'ils faisaient là, sans aucun souvenir de la vieille.

"Je cherche aussi de nouveaux membres d'équipage. Des gens forts et à l'air sympathique, un peu comme toi."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syria Rubens
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 20

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Dim 6 Nov - 2:18

Syria avait longuement errée dans les environs d'Equillos avant de parvenir à franchir ses murs. La malchance l'avait pourchassé durant tout son voyage entre le marais et la ville, la faisant s'égaré au détour d'un quelconque chemin à de nombreuse reprises. En plus, elle avait rencontré très peu de voyageur, la plupart ne lui fournissant que des indices peu détaillé et la guidant plus ou moins vers ce qu'elle cherchait. Heureusement qu'elle ne se nourrissait pas de la même nourriture que ces humains, incroyablement rare dans les terres arides dans lesquels elle s'aventurait. Elle avait eut son lot d'insectes croustillants durant son périple, bien qu'ils furent beaucoup moins goûteux et extravagants que ceux qu,elle avait déniché dans son repaire du marais... Comme elle le regrettait ce marais! En peu de temps, c'était devenu son chez soi, son palais loin des humains et des hybrides qui l'abominaient. Pourquoi avait-elle quitté ce paradis d'insecte? Par curiosité de ce monde étrange qui l'attendait, mais surtout, bien qu'elle ne se l'eut pas avouée à elle-même, fuir son passé désastreux qui n'avait connu que des pertes.
Pourtant, à force de volonté, la jeune libellule avait réussis à atteindre cette cité qu'elle avait magnifié lors de son voyage pour oublié le paradis qu'elle quittait. Malheureusement, lorsqu'elle arriva dans la ville, elle désenchanta bien rapidement. Une ville était bien loin des vertes forêts dans laquel elle avait passé son existence. Ici, nul variété de vert feuille, de bleu lapis, d'orange soleil et de rouge du couchant, seulement divers teinte pierreuse de gris, s'allongeant de façon monotone sur les murs des bâtisses. Ici et là, quelque bâtiments de bois, mit à l'écart les uns des autres pour empêcher les incendies. Tout ce qui faisait que cet endroit resplendissait de joie était les cris des enfants qui couraient dans les rues joint à ceux des marchants qui déclamait leur discours. Pourtant, même cette manœuvre joyeuse des habitants d'Équillos déplaisait souverainement à la jeune hybride habituée aux grands calmes des plaines et au bruissement du vent dans les feuilles. Mais elle avait résister à l'envie de quitter la ville, la soif de l'aventure lui parcourait les veines. Pourtant un autre problèmes de plus grand envergure l'avait fait douter de nouveau. Comment se nourrirait-elle? Penser à ingurgiter la moindre nourriture humaine lui levait le cœur et les insectes étaient bien insuffisant pour la nourrir, malgré sa taille chétive. Mais elle avait rapidement appris que comme dans la nature, la ville avait ses riches et pauvres en nourritures. Étrangement donc, Syria retrouva une riche variété d'insecte dans le quartier pauvre. De plus, les gens y vivant s'intéressait peu au autre, se contentant pour survivre. Elle avait donc survécu grâce aux petites ruelles crasseuses ou polluaient les cadavres bourré de larves et de mouche desquels Syria s'enivrait. En effet, comme l'alcool pour les humains, Syria n'avait qu'à ingurgiter l'équivalent de deux milles larves avant de devenir soûl.

C'est donc par un de ses soirs ou elle venait de dénicher un bout de viande bourré de larve qu'elle aperçut les deux hommes marchants cote à cote, l'un étant visiblement plus enivré que l'autre. Cet homme là justement lui rappela la dame qu'elle avait rencontré dans le marais. Cette femme était capitaine pirate et elle se doutait bien que ce grand homme provenait du même métier. Sa bouteille d'alcool à la main, il discutait avec un autre homme, visiblement beaucoup plus sobre. Celui là faisait presque rire la jeune femme. Grand élancé à la démarche pimpante, il bavardait gaîment avec le pirate. Les deux hommes passèrent près d'elle sans la voir et continuèrent leur chemin. Il était très normal qu'il ne l'ai pas vu, ses long cheveux turquoise souillé d'une boue grisâtre et ses ailes de libellules caché sous cette couverture noire miteuse qu'elle avait trouvé dans un détour de rue.Curieuse et voyant en ces deux hommes l'image même de l'aventure elle se décida de les suivre discrètement jusqu’à ce qu'ils disparaissent dans une taverne. Sans la moindre hésitation, Syria franchit la même porte, ne connaissant rien de ce bâtiment autrement que son nom et une fonction plus ou moins précise.
Une taverne c'était quoi exactement? Un lieu de beuverie? De bavardage? De rencontre? Ou encore servant à faire des transactions plus ou moins nettes... Syria n'en savait rien et n'en avait que faire. Pour elle, l'alcool des humains était l'équivalent d'un oeuf pourri pour les humains. La jeune femme entra et vit les deux hommes s'installer à une table au fond près du mur puis se commander des boissons.
Sans la moindre crainte, Syria s'approcha des hommes, s'assurant qu'elle avait bien son arme à la hanche bien que cela lui serait inutile en cas de combat. Puis, elle tapota l'épaule du pirate, le coupant alors qu'il venait à peine de terminer sa phrase. La jeune hybride n'attendit même pas que l'homme se retourne et elle déclama avec une voix qu'elle voulait assurée jusqu'à frôler la méprise qui était bien loin de son ton habituel:


- J'peux m'asseoir?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitano Toyotomi
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
1/40  (1/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Dim 6 Nov - 16:07

Pendant un instant il écoutait le pirate, en voyage et à la recherche d'un bon matelot, ici, dans cette capitale d'Harmonia, il a beaucoup de chance d'en trouver, ça c'est vrai, après s'il devait espérer l'avoir comme matelot c'est raté, Kitano n'est pas un marin et préfère rester sur la terre ferme, c'est un ronin et ce n'est pas un bandit, il a un code d'honneur à respecter dans sa vie. Alors qu'il s'apprêtait à lui répondre qu'une personne s'y incruste pour une raison inconnue, il regarde lentement le corps de cette personne jusqu'à voir son visage pale d'une femme, jeune, adolescente ou... jeune. Par la suite nos deux hommes se sont regardés puis Kitano a pris la parole, vue que c'est lui qui offre à boire:

"Et bien allez-y, asseyez-vous jeune demoiselle, vous avez soif ? C'est ma tournée, commandez ce que vous voulez à la serveuse"


Par la suite il se tourne vers le pirate en question puis il se rappel de ce qu'il devait dire avant de changer de discution:

"Je peux dire que je suis flatté, mais je ne suis pas fait pour la mer, je ne suis pas un marin, juste un simple ronin qui traverse les contrées et à pied ou à cheval, je ne suis pas non plus un bandit, je respecte un certain codes d'honneurs, ma voie est de progresser et de perfectionner mon art dans le combat puis découvrir les trois mondes qui se sont liés par des portails, voyager à travers me permet de découvrir de nouveau zone d'exploration, des coins à connaître, car plus tard j'ai des projets assez prometteur à monter, mais ça ce n'est pas intéressent pour un pirate... hmmm, et vous alors ? Pourquoi venir soudainement à notre table ? Y-a-t-il quelque chose d’intéressant chez nous ?"


Par la suite il attend la réponse de cette inconnue, si par la même occasion elle pouvait se présenter ce serrait déjà pas mal, après plus il observe et plus il la trouve un peu bizarre, c'est comme s'il y a quelque chose de différent chez elle, mais il ne sait pas quoi et c'est un peu intrigant, après il commence à sentir une odeur bien différent du taverne, ça ne vient pas de sa bière, ni de lui, encore moins de celui du capitaine, il l'a regarde bizarrement, pas comme pour la dévisager, mais cet odeur est un peu familier, ça lui rappel comme quand il était resté un moment dans la forêt tel Le Bois de l'Innocence, il hésitait à le dire, alors qu'elle commençait à parler en plein milieu il sort une phrase un peu indiscret:

"Dites... Vous n'êtes pas comme les autres je me trompe ?" dit-il à voix basse
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syria Rubens
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 20

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Dim 6 Nov - 21:08

Syria se tira une chaise au côté du pirate avant de faire un signe de négation en direction de la serveuse qui attendait sa commande. Puis, elle écouta la suite de la discussion dont elle ne comprenait presque rien sauf que l'étrange homme offrait un refus au pirate. Cette idée en soi était un peu dangereuse. Refusé quelque chose à un pirate, échauffé par l'alcool en plus était très peu recommandé selon ce que Syria en savait. Mais bon, cet homme semblait confiant et le pirate semblait être un homme loin de s'emporter pour un simple refus. Puis, le grand homme habillé en voyageur mentionna des choses qui firent tiquer la jeune libellule. « Je respecte un certain code d'honneur » Vraiment? Syria n'en croyait pas ses oreilles. Existait-il réellement des hommes qui avait leur foi pour loi? La jeune femme eut envie de ricaner. Si cet homme était tel qu'il se décrivait alors c'était la première fois qu'elle en rencontrait un. Ceux qu'elle avait rencontré auparavant n'avait aucun honneur, s'en prenant à sa famille pourtant bonne simplement parce qu'elle était différente. Il n'y avait qu'Edewn qui était différent et il avait réussis cet exploit en s'exilant des hommes. Elle doutait fort des valeurs que ce voyageur prêchait, mais elle le laissa poursuivre. Peut-être qu'au fond elle s'était trompée... C'était maintenant à lui de lui faire changer d'idée sur le « code d'honneur » des hommes.

Puis le voyageur se retourna vers elle et lui parla franchement, sans détour.
-hmmm, et vous alors ? Pourquoi venir soudainement à notre table ? Y-a-t-il quelque chose d’intéressant chez nous ?"

L'homme ne lui laissa même pas le temps de répondre qu'il enchaîna d'une seconde question.

-Dites... Vous n'êtes pas comme les autres je me trompe ?

Et voilà! Vlam! En une seule phrase, l'homme avait détruit tout ce qui restait de la conviction de Syria par rapport au « code d'honneur » du voyageur. Code d'honneur? Pur foutaise! Syria grinça légèrement des dents par frustration bien qu'un ouragan de dépit la ravageait. Elle avait cru qu'en ville, avec tout les phénomènes et les étranges qui la parcouraient, elle aurait su se tailler une place facilement, mais voila que l'Homme l'avait une fois de plus régresser au stade de monstre. Soudain, elle retira vivement le drap troué qui lui recouvrait les ailes avant de parler d'une voix froide à l'inconnu.

-Bravo monsieur le preux chevalier, vous avez découvert le monstre! J'espère que je ne vous dégoûte pas trop, vous et vos valeurs! C'est dans des moments comme celui-ci que nous voyons l'importance des codes d'honneurs des Hommes et je puis vous dire que le votre vaut peu de chose!

Syria profita de cette pause pour foudroyer le voyageur du regard et pour dégourdir ses ailes ankyloser par l'inaction. Dans la taverne, le silence s'était fait, seulement troublé par quelque murmure indiscrets et le faible tintement des chopes de bières voyagé par la serveuse. Tous avaient retournée leur regard vers ses ailes, ces deux minuscules bout de membrane turquoise qui reflétait la lumière malgré la saleté qui les encrassaient. C'était des copies identiques aux ailes des libellules, faites en longueur, transparentes, colorés. Cependant, elle était bien trop petite et chétive pour permettre à la jeune femme de s'envoler. Syria soupira un bon coup puis elle sentit le rouge lui monter au joue. Que faisait-elle là? Elle tentait de s'intégrer à une communauté et voilà qu'elle sautait au cou du premier venu... De plus, cet homme ne lui avait pratiquement rien fait, autre que lui montrer la vérité. La jeune libellule remit la couverture sur ses ailes avec des gestes saccadés avant de fixer de nouveau le voyageur, sa douceur habituelle revenue dans ses yeux marrons.


-Pardonnez moi, je ne voulais pas m'emporter. Je suis seulement un peu à vif quant à ma...condition... Maintenant vous savez, et il n'y a rien de mal à savoir... Je suis une hybride libellule rejetée des siens en quête d'un asile.

Elle cessa de fixer le voyageur et se mit à regarder les deux hommes alternativement.

-En seulement, je crois bien que ma place n'est pas dans une maison ou le préjugé existera toujours. C'est donc pourquoi je recherche l'aventure. C'est ce qui m'as attirée à vous, tout à l'heure dans la ruelle, l'odeur de l'aventure. Je sais bien que je ne suis pas très costaude ni très expérimentée, mais je sais bien me débrouiller en forêt et je ne consomme rien... de fabriqué par l'humain, donc je ne coûte pratiquement rien en approvisionnement. Et puis... j'ai une épée... et je peux me servir d'un arc.. et.. et.. je peux faire un peu de saphir...

Voyant quel s'embrouillait plus qu'autrement, la jeune femme cessa de parler, le rouge de nouveau au joue. Elle avait l'impression de quêter ces deux hommes. Elle reprit la parole un instant après, après que le malaise se soit effacée de son esprit.

- En bref, voilà, reprit-elle d'une voix assurée, Oh! Mais j'ai oubliée de me présenter; je suis Syria Rubens. Et vous êtes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitano Toyotomi
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
1/40  (1/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Lun 7 Nov - 14:32

Kitano fut surpris par la réaction violente de cette femme, d'un coup elle retire sa veste pauvre qu'elle avait autour d'elle et dit haut et fort face à lui:

-Bravo monsieur le preux chevalier, vous avez découvert le monstre! J'espère que je ne vous dégoûte pas trop, vous et vos valeurs! C'est dans des moments comme celui-ci que nous voyons l'importance des codes d'honneurs des Hommes et je puis vous dire que le votre vaut peu de chose!


Monstre ? Ca dépendra des gens, mais lui ça ne l'étonne pas, pourquoi ? Il en a bien vue des êtres étranges avec une intelligence égal ou même supérieur à un homme, ou peut-être moins, en tout cas ce n'est pas avec ces deux ailes qui ressemble à celui d'un insecte, bon c'est vrai c'est pas courant ça, mais c'est toujours pareille, pour lui c'est le fruit de la création de la nature, peut-être pas directement des esprits créateurs, Kitano ne repousse pas ceux qui sont différents des humains, en tant que voyageur et celui qui respecte le monde crée par les esprits bienveillants, qualifier de monstre n'est pas dans ses vocabulaires, néanmoins elle le voit ainsi et le prend très mal, pourtant c'est juste qu'une simple question, rien d'autre, oui un peu indiscret sûrement, en tout cas il n'a pas insinué qu'elle soit une monstre, enfin voila que tout le monde les regarde comme être dévisager, après un instant de silence elle reprend son drap pour cacher à nouveau son corps puis elle s'excuse:

-Pardonnez moi, je ne voulais pas m'emporter. Je suis seulement un peu à vif quant à ma...condition... Maintenant vous savez, et il n'y a rien de mal à savoir... Je suis une hybride libellule rejetée des siens en quête d'un asile.


Ca explique son comportement, mais bon ce n'est pas non plus une raison de s'énerver pour rien, enfin bref il soupire un instant puis regarde à nouveau autour de lui, encore ces yeux indiscrets regardant toujours à cette table, ça commence à l'énerver:

"Oui ba alors ?! Vous savez ce qu'elle est ? C'est une belle demoiselle qui cherche de l'aventure, comme les elfes, alors je vois pas le problème là-dessus, COMPRIS?!"


Après ces mots tout le monde ont repris la conversation, comme quoi il n'avait pas tort à ce propos, les elfes s’intègrent avec les humains, pourquoi pas les hybrides ? Après ça dépendra s'ils sont sociables tout simplement. Des fois il peut se montrer convaincant, même si ses mots sont plutôt neutres, non pour celui qui nécessiterait leur défense, il dit ce qui est juste et ça fait souvent réfléchir les gens, même les idiots.

-En seulement, je crois bien que ma place n'est pas dans une maison ou le préjugé existera toujours. C'est donc pourquoi je recherche l'aventure. C'est ce qui m'as attirée à vous, tout à l'heure dans la ruelle, l'odeur de l'aventure. Je sais bien que je ne suis pas très costaude ni très expérimentée, mais je sais bien me débrouiller en forêt et je ne consomme rien... de fabriqué par l'humain, donc je ne coûte pratiquement rien en approvisionnement. Et puis... j'ai une épée... et je peux me servir d'un arc.. et.. et.. je peux faire un peu de saphir...


Et bien, elle peut juste dire si elle n'a pas besoin de quelqu'un pour partir à l'aventure avec elle tout simplement, ce n'est pas comme si elle s'attend à avoir une réponse négative:

- En bref, voilà, reprit-elle d'une voix assurée, Oh! Mais j'ai oubliée de me présenter, je suis Syria Rubens. Et vous êtes?


"Moi, c'est Kitano Toyotomi et lui c'est... Le capitaine Long John Siver... Vous savez vous êtes sûrement tomber sur la bonne personne, je voyage déjà pas mal de temps sur les trois mondes, surtout à Lucina, après si vous aimez la mer c'est à lui qu'il faut voir, mais il faut être fort, très fort pour tenir sur un bateau et ensuite heu... Faire le pirate. Après c'est l'occasion de sortir très loin de Equillios, car je vais me diriger sûrement vers le sud, ou l'est... Mais on va le faire à pied sur ce coup là, vous découvrirez ma nature et reconsidérerez votre opinion sur moi, si vous commencez à juger les personnes dès le débuts vous n'allez pas progresser, si vous acceptez je veux bien vous montrez tout mon savoir pour s'aventurer dans les trois mondes, c'est vous qui décidez, mais si vous acceptez on arrête de se vouvoyer, d'accord ?"


Après ça il boit une bonne gorgé de sa bière, histoire de rafraichir sa gorge et d'oublier un instant de ce qui s'était passé un instant plutôt, en attendant de la réponse de Syria bien entendu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syria Rubens
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 20

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Jeu 10 Nov - 3:08

Syria sentit qu'elle avait blessé le voyageur, mais aussi elle sut à la façon dont il la défendit que tout n'était pas perdu. Sa proposition était fort tentante, bien qu'elle ait été attirée au premier abord vers le pirate qui appartenant à la catégorie des premières personne qui l'avait approché. Pour lui parler. Cependant, elle savait bien que sur la mer, les insectes étaient rare et se nourrir des poux des hommes durant la traversée ne la réjouissait guère. C'est petit insecte dégouttant avait un goût très amer et leur petit corps sautillant lui donnait des maux d'estomacs. Et puis il en fallait des quantités phénoménales pour la sustenter.

Sans oublier qu'elle avait coller une étiquette au voyageur sans réellement y réfléchir, seulement pour confirmer ce qu'Edewn lui avait dit tout au long de son enfance.
Syria réfléchit un long moment regardant les deux hommes pesant le pour et le contre. Évidement, il y avait peu de qualité pour le voyage en mer et beaucoup pour celui à pied. Le pirate recherchait probablement des hommes forts et qui sait ce que pourrait faire des brutes d'une petite libellule chétive comme elle? Tandis qu'à pied, elle retrouverait sa forêt adoré et ses insectes diversifiés, en plus que si le voyageur et elle avaient un quelconque problème, elle savait mieux se débrouiller en forêt qu'en mer. De plus les cachettes sont beaucoup plus nombreuses dans la forêt que sur un petit bateau ridicule ou s'entassent plusieurs hommes en cas d'attaque.

Chose certaine, elle n'était pas faite pour la ville. Vivre dans l'ombre, se nourrir de pratiquement rien et se contenter d'un endroit exiguë pour dormir, Syria appelait cela Survivre au lieu de vivre. Cet homme,Kitano, c'était probablement son salut.
Syria avait appris ce qu'était les trois mondes, mais il lui sembla que quelque information manquait à son instruction et ce voyageur pourrait être à même de les lui faire découvrir et apprendre. Avec le temps, peut-être même qu'elle pourrait perfectionner sa maîtrise du saphir et peut être même maîtriser une lévitation plus ou moins réussis et ainsi faire semblant que les deux choses turquoises qui pendaient dans son dos lui servait à autre chose que de l'humilier...
Cependant, elle ne pouvait pas accepter de partir ainsi sans savoir de quoi il en retournait réellement. Le but de cet homme était semblait-il de ce perfectionner dans les armes. Pour ce faire, tuait-il ses semblables? Syria espérait bien que non maintenant que l'image de Kitano s'était redorée. De plsu en plus convaincue qu'elle faisait le bon choix, Syria reprit la parole en s'adressant à Kitano.

- Votre.. je voulais dire ton offre est bien tentante, mais je voudrais savoir vers ou compte tu te diriger? Quel ton objectif?





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitano Toyotomi
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
1/40  (1/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Jeu 10 Nov - 15:01

"hmmm... Voila une question dont je ne me suis jamais posée"

Après ces mots il boit à nouveau une bonne gorgé de sa bière et la regarde à nouveau d'un air sérieux:

"Voyager, pour moi il n'y a pas vraiment d'objectif, je traverse les trois mondes dans l'unique but de m'endurcir, de devenir plus fort et de connaître la nature, que ce soit les créatures ou les hommes sur chaque monde et de plus j'aime ça, je commence à mieux connaître de ce qui m'entoure et je me sens vivre, survivre est dans mes habitudes, au début j'ai pensé tout simplement visiter la capitale de Lucina, d'Harmonia et de Umbra, mais plus je marche sur le chemin et plus je m'étais intéressé sur ce qui m'entoure, j'ai pris quelques notes dans mon bouquin sur ce que je découvre, par la suite et si j'ai l'occasion de venir dans l'une des capitaux des trois monde, comme ici, je me rend à la bibliothèque et je me renseigne. Peu de gens le font et n'ont pas conscience de ce qu'offre la nature pour la survie des espèces, tel que nous, les êtres vivants, je ne veux pas me montrer optimiste, mais j'ai découvert beaucoup de chose intéressent depuis mon départ de mon village, cependant il me reste encore beaucoup de voyage à faire... A présent j'ai pensé que je devrais partir vers la jungle des anciens, j'ai entendu tellement de rumeur à son sujet, tellement de légende, mais bien dangereux et ma curiosité m'a poussé à croire qu'il peu y avoir des ressources inexploités, que ce soit plante ou autre, ce qui peut aider les autres..."

Oui, ces recherches se basent un peu sur de tout, animaux, plantes, matières, mais il ne fait pas que ça, il cherche aussi d'autre personne qui voudrait venir rejoindre sa guilde, quelqu'un qui serrait près à rejoindre leur cause et de se battre contre les anges déchus, c'est l'une des objectifs principales de Kitano, mais il ne va rien dire tout de suite à Syria, il le dira au bon moment, là ce n'est pas le cas. Kitano respire un bon coup et reprend la suite:

"Ce qui est marrant là-dedans c'est que l'on peut rencontrer des voyageurs très prometteurs, faire des rencontres d'un clan isolé, mais pacifique, il arrive de tomber sur un clan très hostile, ça dépend et des fois ce ne sont pas forcément des humains, généralement je m'entend bien avec eux, je ne cherche pas d'embrouille, il sont bien accueillant, j'apprends plein de choses et aussi sur leur région, de cette façon j'ai plus de chance de survivre, se faire des contacts facilites bien des choses, mais le plus important c'est bien le début, après ça passe mieux... Mais pour l'instant je n'ai personne sur ce monde, uniquement sur Lucina, voila"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syria Rubens
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 20

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Ven 11 Nov - 2:56

C'était Edewn. C'était évident, ça crevait les yeux et cela ne faisait que renforcer le malaise en Syria. Kitano avait la même mentalité de son précédent mentor, voyageant que pour découvrir et apprendre. Pendant une longue partie de son existence, Edewn avait voyager sur les trois mondes et trouver plus de connaissance qu'il ne lui en fallait. Puis, le savant homme s'était retiré dans ses précieuses montagnes qu'il avait si rapidement sut apprécier. Là-bas, il avait méditer sur les hommes avant d'éduquer la jeune libellule.

Une fois ce cheminement de pensée faites dans son esprit, Syria se sentit immédiatement mieux. Elle était maintenant certaine qu'elle serait à l'aise avec ce voyageur bien qu'elle en avait douter au départ.
Cependant, il lui semblait que le voyageur était bien indécis. Il voyageait pour ce perfectionner, risquant sa vie face à de multiples périls sans réellement s'en rende compte. Il voulait devenir maître des armes, mais avait-il seulement déjà tuer un homme? Syria frissonna et ne voulut plus y penser.

Le voyageur parla soudainement d'un voyageur dans la jungle des anciens et la jeune libellule sentit la fièvre de l'aventure la gagner. Cette histoire l'intriguait, cela ne faisait nul doute. Elle se découvrait tranquillement l'âme d'une exploratrice.

Kitano poursuivit sur les avantages des voyages, les rencontres possible et cela confirma l'idéal de la jeune femme. Elle voulait faire partir de cette quête ( bien qu'elle ait un but plus ou moins précis) simplement pour apprendre. Elle regarda le voyageur et ce fit brève :


- Ce voyage que tu compte faire dans la jungle des anciens, de quoi est-ce que cela retourne? Je serais intéresser à y participer si tu le veux bien et si ma présence ne te pèse pas trop
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitano Toyotomi
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
1/40  (1/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Ven 11 Nov - 18:25

"Et bien... Je vais être honnête avec toi, je ne sais pas, c'est pourquoi je veux aller là-bas, mais bien des personnes m'ont averti que c'est une jungle inhospitalier, je veux bien que tu m'accompagnes, je pense pas qu'il y a un problème là-dessus, ça ne me gêne pas du tout"

Après ces mots il finit de boire sa bière puis repose sa chope sur la table puis reprit la parole:

"Après je peux t'assurer que notre voyage ne va pas être tranquille une fois que nous serrons arrivé dans cette jungle, je ne sais pas ce qui se trouve là-bas et l'expérience que j'ai eu sur Lucina m'a bien appris qu'une chose, le danger peut surgir de partout et à n'importe quel moment, il faut rester méfiant malgré la splendeur de la forêt, on m'a beaucoup raconté sur la dangerosité de cette jungle tel que les plantes carnivores, des créatures redoutables, mais il y a du bon côté des choses, j'espère que tout ces rumeurs ne soient pas que de simples rumeurs... hmmm, illusoire"


Dès qu'il a fini de parler il s'était dit qu'il est temps de partir, il met sa main dans sa bourse et sort quelques pièces d'argents et les dépose directement sur la table puis regarde le pirate qui est resté bien silencieux:

"Tient, il est temps pour moi de partir, tant qu'il y a encore du soleil il y a un long trajet à faire, Syria tu viens ?"


Par la suite il commence à se lever et resserre sa ceinture pour soutenir à nouveau ses deux katanas et fait ses adieux à John:

"Je te souhaite un bon vent et peut-être qu'un jour on se recroisera, ce ne serra pas un adieux, enfin pas pour moi en tout cas"


Il se retourne puis commence à se diriger vers la sortie, poussant la porte et ensuite regardant derrière si Syria le suivait toujours, elle est toujours là, au même moment, peut-être que c'est son propre imagination, il remarque trois individus se lever au même moment, mais chacun cache leur visage, étrange comportement, néanmoins leur regard ne peut tromper leur véritable nature, peut-être que ce n'est pas à lui qui le vise, probablement pas, enfin bref il chasse tout de suite cette méfiance et montre une sourire devant Syria:

"Allons-y, nous devons quitter cette ville, on va mettre sûrement plus de deux jours pour parvenir jusque là-bas, je pense qu'il est préférable de se procurer une monture, allons voir vers la rue des commerçants, là-bas nous trouverons de tout, c'est le moment pour toi de regarder s'il y a quelque chose s’intéressent à voir, mais ne t'éloignes pas trop de moi, il y a une foule monstrueuse, ça risque de bousculer à un certain moment, montre toi que tu peux t'imposer..."


C'est enfin qu'ils vont marcher d'un pas normal, sans être stressé, tout deux vont se diriger vers la rue des commerçants, c'est vrai que vers là où ils se trouvent les coins sont moins joyeux, enfin une thème assez pauvre et peu de clarté, néanmoins dès qu'ils arriveront à leur destination c'est comme passer dans un autre dimension. Kitano se retourne pour voir si elle est toujours derrière lui, à quelques pas de distance, très bien, mais il devra prendre l'initiative de la prendre main en main si il ne voulait pas la perdre, car à quelques mètres ce trouve le hall d'entrée pour les commerçants, c'est là qu'il se dirige:

"On arrive bientôt, c'est là-bas"
dit-il en pointant son index devant lui

Ils se dirigent à présent dans la rue et le monde se fait de plus en plus présent, il se retourne à nouveau pour regarder Syria et dit:

"Donne moi ta main, ce monde risque de nous séparer, ait confiance en toi et essaie d'avancer, fait moi signe si tu as envie de t'arrêter devant une boutique, je pense qu'il y a tout de même quelque chose qui pourrait t'être utile..."

Il tend sa main vers elle, attendant sa réponse avant de s'engouffrer dans la foule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syria Rubens
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 20

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Dim 20 Nov - 1:15

Syria jeta un œil au pirate avant de se lever en s’excusant. Elle trouvait qu’il était dommage de laisser cet homme seul à sa table alors qu’il avait dû s’attendre à trouver un compagnon de mer dans le voyageur. Cependant, le voyageur avait semblé peu s’en soucié et la jeune femme fit de même. Elle quitta le pirate en lui souriant avant de reporter son attention vers son nouveau compagnon qui disparaissait tranquillement dans la foule. Elle suivit donc Kitano qui jeta un regard dans la salle. En suivant son regard, la libellule vit les trois hommes louches se lever mais elle n’y porta pas plus attention. Elle était bien trop énervée pour se soucier de quelque extravagants ! Elle partait enfin à l’aventure, elle allait explorer de multiple contrées, découvrir mille et une culture et rencontrer des peuples tous plus étonnants les uns que les autre. Bon, elle se faisait peut-être des idées étant donné qu’elle partait seulement en mission vers la jungle des anciens, mais tout de même. Kitano n’avait-il pas dit lui-même qu’un grand danger existait dans cette foret? La simple perspective de cette nouvelle aventure à venir l’emplissait de joie et d’énervement. Elle suivit le grand homme et parcouru derrière lui les quelques ruelles qui les séparaient de la place marchande. Une fois rendu là, Syriah fut surprise de constater l’afflux de personne dans la rue. Elle avait déjà traversée la place marchande auparavant, mais lorsqu’elle l’avait fait cela avait été tôt le matin et personne ne s’y trouvait. Maintenant, les habitants grouillaient ici et là parmi les marchand qui criait pour couvrir le vacarme de la foule. Un peu partout, des enfants jouaient, bousculant les adultes. Aussi, quelque homme armé circulait, à l’affut du moindre vandale.
Inquiète, elle s’arrêta et fixa Kitano qui se retourna vers elle pour lui parler.


"Donne moi ta main, ce monde risque de nous séparer, ait confiance en toi et essaie d'avancer, fait moi signe si tu as envie de t'arrêter devant une boutique, je pense qu'il y a tout de même quelque chose qui pourrait t'être utile..."

La jeune femme se saisit de la main qui lui était donné et éprouva un certain malaise. Elle avait évité toute forme de contact avec les autres tout au long de sa vie, qu’ils aient été humain ou libellule et voilà que maintenant elle tenait fermement la main d’une personne qu’elle ne connaissait pas une heure auparavant. La jeune femme se ressaisit et se parla mentalement. << Ce n’est que pour empêcher que je me perde. Ça ne veut absolument rien dire d’autre>> Embarrassée par la situation, la jeune femme rougit et baissa la tête pour se cacher. Cependant, l’animation de la rue ainsi que les personnes qu’elle devait éviter l’obligea à relever la tête.

Tout autour d’elle, les gens se bousculaient et criaient à tue-tête. Un malaise envahit immédiatement Syriah et la panique s’empara d’elle. Son souffle devint rapide et saccadé et elle se mit à chercher activement une sortie pour quitter cet enfer. Sans qu’elle s’en rendit compte, elle laissa tomber la main qui la guidait avant d’accélérer le rythme de ses pas jusqu’à dépasser Kitano. Puis, elle se mit à courir, bousculant les habitants sans aucune gêne, totalement terrorisé.
Puis, la jeune femme libellule vit une trouée et elle s’y précipita comme s’il s’agissait d’un oasis dans le désert.
Une fois en lieu sûr, la jeune femme prit un long moment pour reprendre son souffle. Puis le remord la prit. Elle venait d’abandonné la personne qui voulait lui donner une seconde chance. Sans réel espoir, la jeune fille se mit à regarder la foule, attentive et recherchant un grand homme étrangement vêtu. Mais dans cette foule, il avait toute sorte de personne tous plus extravagante les unes que les autres et en rechercher une en particulier devint rapidement impossible. Tout bas, la jeune femme souhaita que le voyageur ait eut temps de la repérer avant qu’elle ne fuit. Dégoutée de la foule
, la jeune libellule recula un peu plus, les battements incessants de son cœur étant toujours rapide.

Puis, elle aperçut un commerce non loin et décida de s’y poster en attendant que l’affut d’acheteur diminue pour pouvoir soit retrouver le voyageur ou retourner dans sa ruelle en attendant une nouvelle opportunité. Un puissant dégout l’envahit lorsqu’elle repensa à la ruelle qu’elle venait à peine de fuir. Elle avait cru pouvoir se mériter la joie de l’aventure et elle risquait de se retrouver confinée dans cette petite ruelle miteuse. L’hybride se maudit intérieurement de sapeur du monde et se promit de régler se problème bien rapidement. Mais pour le moment, ses jambes étaient semblables à des branches battant au vent et elle était loin de se sentir suffisamment forte pour retenter l’expérience du bain de foule. Elle rejoignit donc la petite échoppe qui avait fort heureusement peu de client et son regard fut immédiatement attiré vers un objet.

Il y avait là, parmi mille et une sorte d’étoffe différente, un vêtement semblable à la soie, mais bien plus résistant. D’un blanc laiteux, le vêtement semblait briller aux yeux de l’hybride libellule.
Étrangement, voir cet étrange vêtement sembla apaiser les craintes de l’hybride et aussitôt elle se calma. Toute angoisse sembla l’avoir quitter lorsqu’elle se saisit de ce qui avait l’apparence d’une robe. Cette robe, délicate et lumineuse, avait de fins fils brodés or en décoration sur son pourtour ainsi qu’un dos nu, parfait pour ses ailes de libellule. Elle regarda la vendeuse et lui demanda aussitôt le prix.
C’était la plus grande création de l’artisane et le prix fut exorbitant, mais Syriah la voulait à tout prix. Elle laissa donc tomber tout ce qu’elle possédât sur la table de la vendeuse et demanda si cela suffisait. Malheureusement pour elle, la marchande fit un signe de négation de la tête et une déception amère envahit la jeune femme.
Tout lui était inaccessible : l’aventure, les contacts chaleureux entre être vivants et même un simple vêtement. Découragée, la jeune femme reporta son attention vers la place marchande, recherchant du regard l’embouchure de la ruelle d’où elle venait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitano Toyotomi
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
1/40  (1/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Mer 23 Nov - 1:16

Malgré les démarche qu'il a entrepris pour éviter la perte de Syria Kitano ne sent plus la main du jeune demoiselle, il tourne sa tête brusquement derrière lui, il ne la voit plus, il vient de la perdre, dans cette panique il commence à la chercher, regardant à droite et à gauche, tentant de la repérer, mais il est presque impossible de la voir dans cette foule. Commençant à courir à travers le monde, bousculant en même temps certaine personne, n'ayant même pas le temps de s'excuser, Kitano n'arrête pas ses recherche, jusqu'à même hurler son nom, mais aucune réponse, plusieurs voix se mélangent dans l'air et rend impossible toute reconnaissance vocale, ce qui le rend désespéré. Depuis plusieurs minutes il regarde sur chaque échoppe, magasin, espérant la trouver, mais non, elle n'est pas là, c'est frustrant, alors qu'il vient de faire un contact et le voila seul à nouveau, mais il ne va pas la laisser seule, elle n'est pas encore habitué à ce genre de monde, il commence à s'inquiéter d'elle et réfléchit à tout sorte de possibilité, à présent il commence à regarder tout au long de la grande rue, vérifiant sur chaque ruelle qui s'échappe du commerce, mais rien à faire, il ne la voit pas. Il décide donc de prendre une route de façon aléatoire et commence à courir, continuant ses recherches, même à aller dans une ruelle les plus miteuse et dangereuse de cette ville, car à l’abri des regards il y a une forte chance de tomber sur des voleurs, ce fut le cas pour lui quelques heures plus tôt, mais c'est encore le cas pour maintenant, il aurait dû réfléchir avant d'y pénétrer, maintenant il se retrouve avec sept individus en face de lui et ainsi cinq derrières lui, devant se trouve un homme qui se démarque un peu plus des autres, bien qu'il soit habillé comme un pauvre il est sûr que c'est un chef de gang:

"C'est toi qui a fait face à ma gang ? Tu es tombé bien bas mon gars, tu regretteras de tes actions... en enfer, allez vous autres, faites lui sa fête"


*comme si j'ai que ça à faire...*


Plusieurs individus commencent à s'approcher de Kitano, quant à lui il se met en position Iai, prenant prise sur la manche de son katana et près à le retirer au moment propice, l'un d'eux commence à parler:

"Fait gaffe boss, c'est comme ça qu'on s'est fait rétamer, il va sortir son katana si vite qu'on n'a même pas eu le temps de faire quelque chose"


"ba... Faut foncer, tous en même temps les gars, il peut pas riposter tous en même temps, allez-y!"


Après ces mots les bandits foncent avec confiance en soit, mais ce qu'ils ne savent pas c'est que Kitano maîtrise l'art du Nitoryu, l'art d'utiliser les deux sabres en même temps, son art lui permet de combattre plusieurs adversaires en même temps, même s'ils sont beaucoup trop nombreux pour lui il a déjà réfléchi à ce qu'il doit faire, première temps il retire ses deux katanas de ses fourreaux puis charge frénétiquement vers le chef, arrivé devant les bandits qui lui barre la route il se tourne sur lui même de façon à faire balayer les armes et faire déséquilibrer les assaillants, suite à ce mouvement bref il continue sa rué vers le chef, prenant appuie sur un bandit tenant à peine sur ses jambes, montant sur son corps tel un petit obstacle pour sauter et atterrir sur le chef des gangs, ses deux katanas devaient le frapper, mais s'arrêtent net juste au-dessus de sa tête:

"Je veux bien qu'on règles nos comptes, mais je n'ai pas le temps pour ça, soit je te tue sur le champ et comme ça tu ne serras un gêne pour personne, soit je te laisse partir et tu m'oublies, on fait comme ça ?"


"hmmm... Heu... On fait comme ça"


"Attends, j'ai un faveur à te demander, tu n'aurais pas vue une jeune et ravissante fille caché par une cape pauvre et délabré ? Elle devait être dans les coins, un détail, elle a des ailes très particulier"


"Ah... Aaaaaaah! Si! Me semble l'avoir vue vers la route des commerçant, trois de mes gars sont partis la chercher pour la prendre en otage, héhéhé et je suis sûr qu'en ce moment même les trois ont dû la capturé, j'ai pensé que tu es camarade avec elle tu ne pouvais pas la laisser seule, j'ai raison ? Si tu me tues tu ne la reverras plus"


"Si tu fais quoi que ce soit contre elle, tu n'auras ni bras, ni jambes, je te laisse pourrir ainsi avec ta bande, alors tu vas me conduire à elle et tout de suite!"


"Je... Je peux pas, je ne sais pas où elle se trouve là, normalement on devait se donner rendez-vous ici, vue que tu es sur notre territoire, allez, calme toi et on va attendre sagement que mes gars la ramène, après on verra, hein ?"


"... Très bien, on fait comme ça, mais je te tient comme otage aussi, ne fais rien qui te coûte la vie"

Par la suite il met son katana sous la gorge de cet énorme brute, mais pas si bête que ça finalement, son autre katana il le tient libre pour une éventuelle surprise au vue de la situation, entouré de plusieurs ennemis la situation est plus que délicat.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syria Rubens
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 20

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Ven 25 Nov - 23:52

Syriah jeta un dernier regard vers le vêtement convoité avant de poursuivre son chemin, c’est-à-dire en suivant le reste de la foule. Puis, au détour d’une échoppe spécialisée en miroir, la jeune femme cru apercevoir derrière elle les truands de la taverne. La méfiance l’envahit de nouveau et la jeune fille se mit à faire des détours au travers des dédales de ruelles qui composaient le quartier. Étrangement, les hommes la suivaient toujours et l’inquiétude commença à ronger sérieusement la jeune fille. Par mesure de précaution, mais aussi pour se rassurer, Syriah porta la main à sa hanche, là ou se trouvait Edewn, sa rapière, le seul héritage que lui avait laissé l’homme du même nom.
Soudainement, la jeune fille se retourna suffisamment pour voir les trois hommes se séparés à un embranchement de la ruelle. Syriah comprit pleinement ce qui se passait et décida de détaler le plus rapidement possible, afin de semer ses poursuivants. Dès que sa course fut amorcée, la jeune hybride entendit le chef de la petite troupe siffler. Probablement un quelconque signe pour avertir les autres qu’elle tentait de s’échapper. Voyant que son plan risquait de mal tourner, et ce rapidement, la jeune femme se mit à réfléchir hâtivement à une nouvelle solution.
Elle prit le tournant de la ruelle rapidement et vit son salut au bout du chemin. À quelque mètre d’elle, il y avait une sorte de la malformation dans le mur, un coin isolé entre deux morceaux de bétons qui avait été utilisé comme abri pour un gueux qui semblait avoir déserté l’endroit depuis des lustres. Sans attendre, la jeune femme se glissa dans l’abri et fit de son mieux pour passer inaperçu. Finalement, elle entendit le truand arriver et arrêter sa course pour examiner la ruelle. Au même moment, deux pas accéléré se firent entendre à l’autre extrémité de la ruelle. Puis, un silence total de se fit, ajoutant de l’angoisse au moment.


Évidemment, les chances que le capitaine des truands aperçoit l’abri étaient fortement élevées et la jeune femme en prit compte. Cependant, elle ne pouvait rien y faire. Dans les deux extrémités de la ruelle, les voleurs s’approchaient et bientôt ils seraient sur elle. La panique menaça de s’emparer de la jeune fille, mais l’hybride réussit à reprendre le dessus et à imposer le calme dans son esprit. Froidement et silencieusement, Syriah retira sa lame de son fourreau, près à l’utiliser pour sauver sa vie, mais pas pour en prendre une autre.
Soudainement, le chef des brigands s’arrêta près de la cachette et retira son fourreau lui aussi. Syriah n’attendit pas plus longtemps pour sortir de l’ombre et se faufiler rapidement et silencieusement le long des murs. Bien évidemment, les brigands l’avaient aperçût, mais le fait qu’elle se soit dissimuler dans l’ombre au lieu de courir vers eux comme une furie pour défendre sa peau les avaient déconcertés un peu. Habituellement, lorsque leur proie ressentait le danger de la situation, elle paniquait et risquait le tout pour le tout. Syriah, quant à elle, se contentait de courir, silencieusement dans l’ombrage des bâtiments.

Cependant, la jeune femme se retrouva bien rapidement face avec l’un des truands. Sans prendre le temps de s’arrêter, elle lui enfonça son pied tout droit dans le point sensible commun à tous les hommes. Une telle technique était très peu honorable, mais l’hybride s’en soucia peu. Tandis que le voleur se pliait en deux de douleur, l’épée à demi sorti de son fourreau, Syriah poursuivait allègrement son chemin vers l’autre homme qui l’attendait de pied ferme. Celui-ci avait été préparé et l’effet de surprise était passé. En garde, le voleur avait un sourire narquois en regardant sa cible se rapprocher de lui. À ce moment, une foule de souvenir assailli Syriah. Tous ses entrainements passé avec Edewn, toutes les techniques, les parades, les feintes, les attaques possible en pareil situation lui vinrent à l’esprit.

Sans crainte et avec une précision toute calculée, la jeune femme fonça sur la droite du malotru, celle qui lui semblait le moins bien gardé. Cependant, le voleur, quoiqu’un peu lent, réagi et se reconcentra sur sa droite. Au dernier instant, Syriah feinta sur la gauche et se donna une poussé avec ses jambes pour accélérer. Avec cette poussée, elle écarta le brigand, mais ce dernier était très costaud et il bougea très peu. Ce fut donc Syriah qui vacilla et le temps qu’elle s’en remettre, le lourdaud s’était remis de la feinte de sa cible et l’avait rattrapé par le poignet.


- Eh, tu t’en vas ou comme ça, ma belle?


La panique s’empara de nouveau de l’hybride, qui ne voyait plus comment elle pourrait s’échapper de cette situation. De plus, elle voyait au loin le chef de la bande qui s’approchait en courant, un rictus malfaisant lui tordant les lèvres. Sans attendre, plus par instinct cette fois que par réflexion, elle plia le bras que retenait le voleur, de tel sorte qu’elle lui faisait désormais face et elle sentait son odeur putride de fond d’égout. Puis, elle se donna une poussée fulgurante pour percuter la tête de son assaillant. Un affreux mal lui vrilla le crâne, mais elle fit fi de la douleur, rapidement camoufler par la peur et l’angoisse du moment. Le voleur quant à lui relâcha immédiatement le poignet de sa victime pour porter sa main à son front avant de chavirer et de s’étaler de tout son long dans la terre.
Syriah en attendit pas plus pour déguerpir et s’enfuir au tournant de la rue. Elle n’avait même pas songé à utiliser son épée, qu’elle tenait toujours fermement dans sa main. La jeune femme courra a en perdre haleine et bien qu’elle eut pris de l’avance sur les trois brigands, elle les entendit tout de même cahoter derrière elle. << Ils sont donc toujours à ma poursuite>> songea-t-elle. Puis, un soudain changement de décor lui fit relever les yeux de la route.

Au détour de la rue, la jeune femme était arrivée tout droit dans un quartier en construction. Pour le moment, l’endroit était désert, les travailleurs étant partis pour la nuit qui commençait tranquillement à tomber. Soudain, un plan germa à l’esprit lorsque la jeune femme aperçut un échafaudage. Profitant de la courte avance qu’elle avait contre ses poursuivants, la jeune femme décida d’affaiblir les supports de la structure avec des outils à sa disposition. Puis, elle attendit les voleurs, faisant comme si elle reprenait son souffle après sa longue course, bien qu’elle se soit sentie totalement à l’aise de ce coté là. Puis, des bruits de pas furtifs lui signalèrent l’arrivé des voleurs. Elle attendit un long moment avant de se retourner et de mimer une peur afin d’attirer les hommes trop confiants vers elle. Ils s’approchèrent et dès que la jeune femme fut certain que tous se trouvaient sous l’échafaudage, elle donna un gigantesque coup de pied sur le dernier pilier intacte de la structure. Une fois cette poutre brisée, l’ensemble de l’échafaudage se mit à trembler et, n’ayant plus aucun support, elle s’effondra sur les malotrus.
Par prudence, l’hybride recula et attendit que la poussière retombe avant de s’approcher. Les hommes ne pouvaient pas être morts puisque la structure était faite de bois, mais ils avaient été solidement assommés. Soupirant de soulagement après cette constatation, la jeune femme s’apprêtait à déguerpir lorsqu’un objet attira don regard. Attaché à la ceinture de l’un des voleurs, une bourse bien fournie semblait l’inviter. Avec ce que contenait cette bourse, elle pourrait certainement s’acheter sa robe et ce qui restait, elle le donnerait aux nombreux pauvres qu’elle avait aperçus. De toute façon, voler un voleur, était-ce vraiment mal?

Elle détacha donc la bourse et la mit à sa propre ceinture, un étrange remord lui tenaillant l’esprit. La jeune femme déguerpit rapidement et retrouva rapidement son chemin vers la place marchande, l’endroit où elle avait perdu Kitano de vue et où elle avait vu l’objet de sa convoitise. En route, elle aperçût quelque pauvre à qui elle donna presque la totalité de l’argent trouvé dans la bourse, ne gardant que ce qui lui était nécessaire à l’achat de la robe. Une fois sur place, elle vit la vieille marchande terminer d’emballer ses paquets. Agitée, l’hybride l’interrompit dans son ouvrage pour lui demander de ressortir la magnifique robe. La marchande lui sourit et accepta sa demande. Sans attendre, la jeune femme lui remit la totalité de la somme demandé par la commerçante et lui demanda un endroit pour se changer. La vieille femme se montra généreuse et lui offrit son petit établi pour qu’elle se vêtît.

Lorsque Syriah en ressortit, elle se sentait nouvelle. Une étrange énergie semblait la parcourir et une ambitieuse confiance en soi la parcourait. Venait-elle pas de terrasser trois hommes bien plus costauds qu’elle et ce, sans les tuer? Elle passa une main dans ses cheveux turquoises pour y remettre de l’ordre et lissa ses ailes, désormais à découverte dans son dos nus. Désormais, elle ne craignait plus les personnes qui regardaient ses ailes. Confiante, elle sortit de l’établi de la marchande et croisa le regard de la vieille dame qui passa rapidement à l’horreur lorsqu’elle aperçut les ailes membraneuses derrière la jeune fille. L’hybride lui offrit son plus grand sourire avant de la remercier et de continuer tranquillement son chemin vers le centre de la place marchande. Elle se retourna une seule fois pour regarder la marchande la regarder pensivement en se grattant la tête avant de se retourner pour vaquer à ses occupations.
Elle avançait tranquillement au travers de la rue, profitant pleinement de son petit moment de confiance, lorsqu’elle aperçut une silhouette familière au loin. Un grand homme élancé surveillait une troupe de trois hommes la lame au poing. La jeune hybride sourit avant de s’approcher de l’homme qu’elle avait reconnu comme étant Kitano. Voyant que le voyageur était sur le qui-vive, elle préféra s’annoncer avant de s’approcher.


- Désolé, Kitano, les bains de foules c’est pas vraiment mon genre… Mais je suis tout de même bien contente de t’avoir retrouvé!

En disant cela, la jeune femme avait adopté un ton enjoué et sourit, espérant rendre l’atmosphère moins tendu entre le voyageur et les trois autres hommes qu’il menaçait du bout de l’épée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitano Toyotomi
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
1/40  (1/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Sam 26 Nov - 15:46

(Je vais changer ma façon de rp, je passe du troisième à la première personne, je pense que je vais m'en sortir ^^ )


Depuis un certain temps j'ai attendu que ces trois individus reviennent avec Syria, mais j'ai espéré le contraire, j'ai vue en elle comme une caractère très rebelle après l'avoir vue en action dans la taverne, lorsqu'elle s'énerve contre moi tout en haussant bien le ton, je peux savoir qu'elle est capable de s'en sortir sans trop de mal. Cette silence est si pesant tout à coup, l'ambiance se fait plus tendu qu'il y a à peine quelques minutes, le chef commence à suer de peur, ses hommes n'en peuvent plus d'attendre, voulant faire quoi que ce soit, un action, un mouvement, qu'ils le fassent, ils doivent très bien comprendre dans quel situation cette bande se trouve à présent, humiliant, néanmoins le temps arrive à sa fin, car j'entends comme une voix familière m'appeler:

- Désolé, Kitano, les bains de foules c’est pas vraiment mon genre… Mais je suis tout de même bien contente de t’avoir retrouvé!


Je me retourne pour voir Syria en pleine forme et elle a changé par la même occasion, elle ne porte plus cette cape souillée, portant à présent une belle robe, cette tenue se marie bien ensemble, laissant voir ses deux petites ailes de libellule, elle n'a plus peur de les cacher, ses yeux ont changé, la tristesse s'en est allée, maintenant c'est de la confiance, elle a du courage, elle a décidé de faire son premier pas vers ce qu'elle a toujours voulu faire, de l'aventure, elle s'est décidé de montrer à tous de ce qu'elle est véritablement et sans peur de recevoir une quelconque querelle ou de racisme contre elle. Le chef de gang n'en pouvait pas en revenir que je pouvais très clairement entendre ses mots:

"Quoi ?! Comment elle a fait pour échapper à mes hommes ?"


Je me retourne à présent vers lui et gentiment je retire la lame sous sa gorge et recule légèrement tout en pointant mon arme sous son menton:

"Bien, maintenant que c'est fait tu n'as pas envie de partir ? Je te laisse la vie sauve, dis à tes camarades de s'en aller, après je te laisse partir, d'accord ?"


"... Très bien, les gars vous avez entendu ? Faites ce qu'il dit"


Sans attendre sur place les hommes commencent à se déplacer en grommelant vers le quartier malfamé, laissant seul moi et lui:

"Dit moi, qu'est ce qui te fait marrer ?"


"Moi ? Rien, juste que tu dois avoir pas mal d'argent sur toi, ses deux épées doivent valoir une fortune"


"Peut-être, mais tu n'es pas en position de faire quoi que ce soit"


"Ca c'est toi qui le dit"


Puis j'ai senti comme une douleur intense surgir dans mon dos, quelque chose est venu se planter sur moi, si bien que je vacille presque, je me rattrape sur mes deux jambes, tenant le coup, je me relève par la suite pour voir ce qui est venu se loger derrière moi, rien qu'en regardant un long bout de bois suivit d'une extrémité plumeuse j'ai compris que c'est une flèche qui vient de s'abattre sur moi, il y a d'autre personne à par nous ?! Le grand homme sourit et en profite de la situation, en donnant un puissant coup de poing sur mon visage, m'envoyant valser trois mètres plus loin, j'étais cloué au sol, j'ai eu du mal à retrouver tout mon esprit avant de comprendre que l'homme se trouvait déjà devant moi, arme dans la main et près à me poignarder, j'ai juste eu le temps de faire une roulade sur le côté afin d'éviter le coup de grâce puis je me suis mis rapidement debout avec mes deux katanas en mains, mais l'homme ne se laisse pas intimider et fonce tel un bélier, donnant un puissant coup j'ai juste eu le temps d'esquiver son attaque en faisant un pas sur le côté et donnant un coup léger sur sa jambe gauche en retour, le chef recule de quelques pas, je voulais profiter de cet instant pour bondir sur lui, mais j'ai oublié qu'il y a toujours un archer embusqué et je me prend une nouvelle fois une flèche dans les côtes gauche, j'ai lâché prise par la même occasion mon katana pour tenir de ma main gauche sur la flèche récemment planté, je me suis flanché face à cette douleur, le grand gaillard en a profité pour venir vers moi, d'un air confiant, brandissant son arme pour donner un puissant coup sur ma tête, mais je ne me laisse pas faire, imposant avec mon autre katana en face de moi j'ai bloqué son attaque avec mes deux main, j'étais concentré sur ce combat que je n'ai pas eu le temps de voir Syria de ce qu'elle faisait et je ne demande pas son aide, même si on me voit dans un piteux état je saurai m'en remettre, car j'ai plus d'un tour dans mon sac.
Le chef donne un coup de pied lourd dans mon ventre et me propulse un mètres derrière moi, m'étalant au sol, j'ai tenté de me relever, mais mon adversaire ne me donne aucun répit décide de me donner un coup de grâce, alors que son énorme épée va se planter sur mon visage j'ai frénétiquement donner de toute mes forces dans ce mouvement d'espoir, je me suis lever brusquement, affrontant sa lame passant à côté de moi, coupant ma joue droite dont le sang se déverse tel de petites perles dans l'air, je lève mon katana tenu dans ma main droite et lui plante directement dans son épaule gauche, l'homme a lâché son arme, reculant de plusieurs pas, quant à moi je me relève après avoir enlevé mon katana de son corps, avec ma main gauche j'enlève les deux flèches qui se sont plantés quelques instants plus tôt, étrangement le sang ne coule plus, c'est normal, je possède le pouvoir de guérison, j'ai le pouvoir de soigner mon corps, à ce stade ces blessures sont facilement surmontables, en quelques secondes je ne sens plus la douleur, je suis comme avant, marchant d'un pas serein pour récupérer mon autre katana au sol puis je regarde à nouveau le chef:

"J'espère qu'il n'y a plus personne à par moi et toi cette fois"


"Co... Comment tu arrive à tenir debout après avoir reçu deux flèches ?"


"Comment ? Je me guéris, j'ai le pouvoir de guérison, tes attaques ne me feront rien, par contre toi, tu es fini, maintenant par, je n'ai pas envie de me salir sur un gars comme toi"


"Tu verras, j'ai bien gravé ton visage dans ma tête, ce ne serra pas la dernière fois qu'on se voit, tu peux me croire!"


Après ses mots il s'en va en courant, ce n'est pas une façon de parler après avoir perdu, à présent que tout est terminé je me retourne pour voir si Syria se trouve toujours là, mais... Où est-elle ?

"Syria ? T'es où ? Allo !"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syria Rubens
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 20

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Sam 26 Nov - 22:35

Dès que la première flèche avait été décoché, Syriah s’était retourné et avait rapidement repérer l’archer. Camouflé derrière une sorte de charrette trouée, l’homme malingre observait sa proie et s’apprêtait à décocher une seconde flèche. Sans attendre, la jeune libellule s’élança vers l’homme tandis qu’un nouveau projectile prenait la même direction que la précédente. Rapidement, Syriah décocha son épée et trancha en deux la flèche qui semblait être destiné à Kitano.
Puis, le voleur se rendit compte que la jeune femme s’en venait dans sa direction et il dirigea son arme vers elle avant de décocher rapidement une nouvelle flèche. L’hybride sauta vers la gauche et échappa de peu au projectile qui lui frôla les ailes, manquant près de les briser. Seulement, en tentant d’esquiver la flèche, elle avait libéré la zone de tir du voleur et ce dernier en profita pour armer son arc de nouveau. Une nouvelle flèche partie et se planta tout droit dans la chair de Kitano. Syriah se retourna et vit que le voyageur était en bien mauvaise condition, deux flèches s’étant fiché dans son corps. Près de lui, le chef des truands semblait sur le point de porter le coup de grâce. La jeune libellule préféra détourner le regard de la scène. << De toutes, façon, je n’aurais jamais le temps de lui porter secours. Tout ce que je peux faire c’est me débarrasser de l’archer. Il va s’en sortir. >>
Syria ferma momentanément les yeux et sentit une rage immense l’envahir. Voilà qu’elle trouvait un humain qui avait un tant soit peu d’honneur, et une bande de malotrus s’en prenait à lui. Définitivement, elle ne se considérait plus comme un monstre. Les humains par contre régressaient constamment dans l’échelle de la civilisation selon elle.
Lorsqu’elle rouvrit ses yeux, son regard marron se planta tout droit dans celui du monstre voleur devant elle. Il décochait ses flèches avec une rapidité étonnante et son arc semblait sur le point de se fendre en deux par l’effort. Le voleur avait la rapidité, mais il était loin d’avoir la précision et l’intelligence nécessaire pour utiliser cette arme à longue distance. L’hybride accéléra sa course et elle vit un changement dans le regard du voleur. Maintenant, sa principale menace n’était plus Kitano, mais l’espèce de furie ailée qui se dirigeait vers lui. Frénétiquement, il plaça une flèche sur sa corde et la décocha en direction de l’hybride. Cette dernière eut un étrange sourire froid avant d’utiliser son épée pour fendre le bois de la flèche en deux.
À ce moment, la peur passa dans le regard de l’archer qui se dépêcha de réarmé son arc et de décocher à nouveau. Encore une fois, la jeune femme se débarrassa du projectile en le coupant, puis elle reporta son regard froid sur le brigand. Ce regard sembla pétrifier l’homme qui abandonna son arme pour se saisir d’un couteau accroché à sa taille. Désormais, son arc était inutile, puisque Syriah se trouvait à peine à quelque dizaine de pas de lui. Il devait se préparer à un combat corps à corps.
La jeune hybride accéléra encore sa cadence avant de sauter dans les airs, sa rapière dans la main, avant d’atterrir dans la charrette. La jeune femme n’attendit pas que le voleur réagisse et elle lui planta son arme dans la jambe. Le cri de douleur du voleur sembla tout à fait inhumain, mais cela n’ébranla nullement Syriah, dont la rage semblait suffisante pur ébranler une montagne. Elle cria quelque mot au voleur pour couvrir le vacarme qu’il faisait :
-Pourquoi as-tu fait ça? Pourquoi fais-tu le mal en tirant sur des gens qui te sont inconnu?
Un brin de lucidité traversa l’orage de douleur qui couvrait le regard de l’homme. Un rictus malfaisant peignit son visage lorsqu’il répondit :
- Pourquoi ferais-je le bien? Tu n’as pas de leçon à me donner sale monstre!
Ces mots avaient été craché à la figure l’hybride, mais ils ne l’affectèrent nullement. À ce moment, la jeune femme voyait une douleur mentale, toute à fait différente de celle, physique, qui avait fait crier l’homme quelque instant plus tôt. Cet homme avait traversé plusieurs calvaire et il avait déjà volé, tuer et peut-être même violer. On existence sur cette terre s’était surement résumé à souffrir et faire souffrir.
Syriah se trouvait désormais devant un dilemme. Si elle laissait partir cet homme, il recommencerait probablement ses méfaits et ce malgré n’importe quelle parole qu’elle lui dirait. Une promesse venant de cet homme sans valeur ne valait absolument rien et elle en était convaincue. Si elle le tuait, elle commettrait son premier meurtre et rien ne lui permettait de se saisir de la vie d’autrui. Si elle le tuait, elle ne vaudrait pas mieux que lui. Mais la douleur qu’il pouvait faire aux autres s’il restait en vie justifiait amplement ses actes.
Syriah prit sa décision et laissa la rage l’envahir. Elle retira sa lame de l’homme et d’un geste vif et froid, elle l’enfonça dans sa poitrine. Puis, comme si elle se trouvait dans un état second, elle retira sa rapière et essuya le sang qui en perlait sur le vêtement du défunt. Ensuite, elle se retourna, tant pour fuir le regard du défunt qui semblait la suivre que pour savoir où en était la bataille entre Kitano et le chef des voleurs.
Étrangement, le voyageur se tenait debout et semblait en superbe forme, et encore plus étonnant, le chef des voleurs était lui aussi debout et en superbe forme. En fait, Kitano ne semblait pas le menacer, bien que ce voleur ait tenté de le tuer. Puis, le voleur tourna les talons et s’enfuit en courant. L’incompréhension gagna la jeune femme qui se saisit de l’arc qui avait été délaissé. Elle ne pouvait pas laisser fuir cet homme, sans savoir pourquoi il avait agi ainsi. Un simple voleur ne peut pas vraiment vouloir s’ne prendre ainsi à un combattant hors-pair, risquant d’y perdre ses plumes, seulement pour voler une arme. Elle voulait comprendre pourquoi il avait agi. Elle voulait aussi savoir pourquoi les hommes étaient d’aussi incorruptibles démons et s’ils pouvaient changer.

L’hybride se saisit de l’arc ainsi que d’une flèche et se mit en garde. Elle prit une grande bouffée d’air et se concentra pour bien diriger sa flèche. Elle était une véritable experte en précision et malgré la distance, elle savait que sa proie ne lui échapperait pas. Elle tendit la corde de l,arc au maximum et la relâcha en même temps que son souffler. Le projectile s’envola à vive allure et se ficha tout droit dans la main du chef des voleurs, qu’elle transperça avant de se piquer dans un bout de bois. Maintenant, le chef des brigands était épinglé sur un mur de maison.
Rapidement, Syriah reprit sa course vers le brigand, dépassa rapidement Kitano sans le regarder avant de se diriger vers l’homme qui se lamentait en tentant de retirer la flèche.
-Pourquoi as-tu fais ça? Pourquoi tes hommes nous ont attaqués?
En disant cela, Syriah avait conserver un ton neutre qui donna froid dans le dos du brigand.
- Je voulais vous volez! C’est évident!
N’êtes-vous pas suffisamment riche? Et puis, vous vous en êtes pris à Kitano alors que vous saviez qu’il était armé. Pourquoi?

( désolé faute de temps je ne peux aps arranger mon texte, je te laisse la discrétion de choisir la réposne de ton personnage Kitano! après tout c,est toi qui l'a inventé!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitano Toyotomi
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
1/40  (1/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Dim 27 Nov - 16:27

Alors que j'étais sur le point de la voir enfin, caché derrière une charrette, elle tient une arc dans sa main et tire une flèche dans ma direction, mais vue la trajectoire elle ne visait pas moi, le projectile passant loin de ma tête et un instant plus tard j'entends comme un crie de douleur du grand gaillard, je me retourne pour voir cet homme plaqué contre le mur d'un bâtiment avec une flèche planté dans la main et coincé dans la pierre, je n'ai pas vraiment compris sur le coup le pourquoi, néanmoins je viens de voir la formidable compétence de tireuse à l'arc, une experte disons-le, c'est un don qui serra très utile pour elle et moi aussi, là où nous irons sa compétence pourrait être utile, quant à moi je serrai là pour la protéger au corps à corps, ce serra sûrement une belle union de force pour une longue voyage. A présent je dois comprendre la réaction de Syria, je la vois courir vers le brigand, avec cet air sérieux et remplit de haine, même pour moi je n'osais pas vraiment m'en approcher, mais je devais le faire, car je sens en moi comme un mauvais intention de sa part, je me met à courir derrière elle afin qu'elle ne fasse pas quelque chose d'irréfléchi. Elle a été bien plus rapide que moi et atteint l'homme en premier, bien que je m'attends à tout, elle n'est pas décidé de le tuer, enfin c'est ce que je pensais, mais à parler, ses questions me bouleverse, elle ne connait rien de ce monde, elle ne comprend pas la mentalité des humains, elle pensait que tout être aurait les mêmes réactions qu'elle, c'est là que la vérité va peut-être la faire mal, je m'approche lentement de Syria par derrière et je me devais être juste:

"Voler c'est sa vie, il n'est pas née comme ça tu sais, dans ce monde il y a le mal partout, même chez ton espèce, tout être on leur côté bon, d'autre l'inverse, néanmoins ce qui est vrai dans cette histoire c'est que tous née bon dans ce monde, c'est par la suite des événements que l'enfant se verra façonner sa caractère et sa mentalité, selon ses parents et ses entourages, tel que lui"


"Ferme là! Tu connais mon histoire, te la raconte pas comme si tu savais tout!"


"Et alors ? Dit que j'ai tort dans ce cas là, pourquoi tu es devenu voleur? Explique moi"


"Comme si j'allais te le dire, ma vie n'intéresse personne!"


"Et pourtant tu as devant toi cette jeune femme qui veut connaître la cause, j'explique les fais, mais tu me contre-dis, si tu as peur de la vérité tu peux très bien mentir, donc ça ne te dérange pas que je devine ton histoire ?"


"Tente toujours!"


"Très bien, alors les voici, tu as été abandonné par tes parents depuis ton enfance, personne ne te veut, personne ne te regarde, personne ne se préoccupe pas de ton cas, tu as grandi et tu as survécu, en rôdant les rues, volant en passant ce que tu peux, fouillant les détritus pour trouver ce qui t'es utile, puis par la suite tu as dû vivre des moment difficiles, tel que la chasse qui est lancé contre toi, faire face à d'autres voleurs, ce qui te pousse à te renforcer mentalement, devenant encore plus froid dans ton être, tu as tué des gens et prendre leur butin, de cette façon tu ne connais rien d'autre que le vol, tu ne te socialise jamais avec les gens normaux, préférant vivre dans l'ombre et ainsi attaquer en embuscade des passants solitaires... Dit moi, tu ne t'es jamais dit pourquoi tu es venu au monde ?"


"Dit moi, tu ne t'es jamais dit que je vais te tuer ?"
dit-il en affichant bien son air menacent

"Néanmoins avoue que j'ai décerné ton histoire, c'est presque pareil pour tout le monde, je me trompe pas souvent d'ailleurs, dans ce cas je vais dire une chose, tu ne ferras du mal à personne, je t'emmène voir le shérif, il saura quoi faire de toi"


"Comme si j'allais me laisser faire!"


Il a bien tenté d'attraper mon arme avec sa main libre, mais il n'était pas assez rapide pour moi que j'ai pris un malin plaisir de frapper dans les côtes trois fois avec ma main droite, avec ma main gauche j'ai saisi ses doigts de façon la les faire tourner d'un côté, ce qui oblige le grand homme de se pencher vers l'arrière, à cet instant j'ai donné un coup de genoux sous la cuisse, l'obligeant à lever sa jambe, j'ai lâché prise sur ses doigts et avec la paume de ma main je frappe directement derrière sa nuque, au même moment mon autre bras se trouvait sous mon menton, ma main tendu, pour frapper sur le côté de son cou, attaquer à deux endroit simultanément renforce l'efficacité pour assommer un adversaire, ce coup de genoux n'était qu'un leurre, souvent la conscience se concentre d'abord sur la douleur sentit en premier. Je tiens son corps de mes deux bras après avoir arraché la flèche planté dans le mur, le portant sur mon épaule je regarde Syria, mais je ne sais plus quoi dire rien qu'en regardant l’expression de son visage, mais je devais le dire:

"Dans la civilisation il n'est pas toujours bon de tuer, faire un action plus juste tel ce que je fais là démontre ta droiture et de ton honnêteté, tu auras plus de chance de t'intégrer avec les humains si tu fais des actions nobles, pour cet homme je pensais le laisser partir pour qu'il comprenne de ce qu'il vient de faire et qu'il reconsidère ses actions, mais après avoir vue son regard, la façon dont il m'a répondu je ne peux prendre le risque de le laisser en vie, je vais l'emmener chez un shérif pour qu'il soit emprisonné, tu viens ? Je pense savoir où se trouve sa baraque"


A présent, ensemble marchons vers la grande rue, la nuit commence à régner le ciel, la lune éclaire la terre à la place du soleil, je me suis rappelé de la dextérité de Syria que je devais tout de même la complimenter:

"Tu sais, au moment où tu as décoché une flèche, à cet distance il faut être une sacrée archère, toi tu as un talent formidable, je suis sûr qu'avec de l'entrainement tu serras une guerrière redoutable à mon avis, déjà archère talentueuse, même moi je ne pense pas faire mieux, moi qui me suis consacré uniquement au maniement du sabre, ce que tu viens de me démontrer nous aidera à mieux surmonter les dangers qu'il peut y avoir dans la jungle, c'est une aubaine que tu ais cet arc sur toi, a présent pour atteindre le bureau du shérif il me semble qu'on doit continuer encore tout droit, tout au bout de cette rue on tombera sur une place, on reconnaîtra son bâtiment par une pancarte avec plusieurs affiches tel des avis de recherches, à mon avis cet homme n'en fait pas une exception, peut-être qu'on va gagner pas mal d'argent une fois livré en vie"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syria Rubens
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 20

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Lun 28 Nov - 0:42

Syriah emboita le pas au voyageur. En elle se trouvait une vague d’incompréhension mêlé de haine. Elle ne comprenait pas le geste de bonté de Kitano. Si cet homme avait souffert et comptait faire souffrir les autre dans l’avenir, et ce malgré n’importe quel embûche, était-ce vraiment une chance de le laisser en vie? Le véritable geste de bonté et d’honnêteté ne serait pas de tuer le truand pour préserver la victime. Sans son intervention, Kitano aurait laissé fuir le voleur qui aurait erré dans les ruelles de la ville jusqu’à ce qu’une nouvelle proie apparaisse. À ce moment-là, rien ne dit que la victime aurait suffisamment forte pour s’en tirer seule. Alors, le truand aurait tué un innocent et ce, simplement parce que personne n’avait pris la peine de stopper le malfaiteur. Cependant, aller porter ce mécréant au shérif était une idée qui ne prenait la vie d’aucune personne et Syriah sentit ses muscles se détendre à l’écoute de cette idée. Elle ne voulait le mal de personne, mais elle comprenait peu les façons de penser et d’agir des autres et cela avait le don de la mettre à cran. Pourtant, elle savait que l’idée de Kitano n’était que momentané. Probablement que le voleur serait remis en liberté d’ici peu de temps et qu’il se retrouverait de nouveau dans la nature, la rage au cœur, et il s’en prendrait de nouveau au plus faible.

La jeune femme soupira et repensa aux paroles de son compagnon de route. Il semblait savoir la vie du truand sur le bout des doigts et sur le coup, cela avait stupéfié la jeune femme. Mais pourtant, après avoir croisé le regard de l‘homme mauvais, elle avait compris l’analyse de son ami. Cet homme avait un regard malin, rempli d’une douleur atténuée par l’appât du gain et du mal. Voler et faire souffrir les autres avaient été auparavant une nécessité pour survivre parmi les hommes, mais maintenant ce n’était plus qu’un passe-temps. Sa race avait été des plus imparfaites, et il en allait de même pour les humains. Cependant, la jeune femme pensa préférer une race imparfaite où l’aventure existait qu’une race parfaite ou les émotions et égard de conduite était banni.

Elle fixait ses chaussures tandis qu’ils traversaient ainsi quelque rue, le voleur à la main trouée solidement retenu par Kitano et trainé à l’avant. Soudainement, Kitano se retourna vers elle et se mit à la complimenter. Il avait trouvé remarquable sa façon de tirer de flèches et cela suffit à la faire rougir. Embarrassée, elle jeta un œil à l’arc qu’elle tenait toujours fermement dans ses doigts aux jointures blanchi par la colère. L’arme n’avait pas supporté le tir de Syriah et dès que la jeune femme avait relâché à corde, cette dernière s’était brisée et la tension accumulée avait fait fendre le bois de l’arme. Ce qu’elle tenait donc dans ses mains ressemblait plus a un ramassis de bout de bois qu’a un arc. Elle regarda Kitano avec un air contrit lorsqu’il parla de l’aubaine de posséder un arc et lui montra ce qui en restait, puis, voyant qu’il était inutile de traîner ces bouts de bois avec elle, elle les laissa tomber sur le sol.

Les minutes s’écoulèrent tranquillement, les trois personnes cheminant dans les allées de plus en plus désertes. Puis, ils arrivèrent enfin. Voyant sans doute qu’il ne serait à rien de protester contre deux personnes armés, le brigand s’était tu durant le voyage et il avait même blêmi légèrement en voyant le bâtiment du poste de police. Visiblement, il avait déjà eu affaire avec les forces de l’ordre et la demeure ne lui était pas inconnue. Cette vision brisa un peu le cœur de Syriah mais n’ébranla nullement sa conviction. Elle suivi Kitano vers le panneau rempli d’affichage et de portrait et le regarda s’en saisir d’un représentant le chef des troupes. La somme associé à son visage était considérable et Syriah pensa qu’ils auraient bien suffisamment d’argent pour lui payer un nouvel arc. La jeune femme entra dans le poste, mais elle laissa Kitano s’occuper d’aller parler à l’agent. Ce dernier se montra ravi de trouver un nouveau criminel, et une sorte de satisfaction malsaine lui traversa le regard. L’agent des forces de l’ordre donna le montant promis par l’affiche au voyageur et seulement une fois qu’il eut l’argent bien en main, Kitano relâcha le brigand qui se fit immédiatement arrêter par le shérif. À ce moment-là, une haine indescriptible franchit le regard du voleur et Syriah eut un sentiment semblable au remord. La jeune femme baissa les yeux et souhaita tout bas se trouver à mille lieues d’Équillos lorsque le brigand sortirait de derrière les verrous.
Puis, elle sortit du bâtiment, s’enfuit presque, et se mit à regarder l’horizon d’un œil impatient. Maintenant, le soleil était pratiquement couché, mais la jeune fille ne voulait pas s’arrêter pour la nuit. Maintenant que les embûches avaient été écartées, elle voulait partir à l’aventure. Puis, maintenant que la pression était retombé, Syriah se souvenu d’une invraisemblance et se retourna pour regarder Kitano qui sortait à son tour du poste du shérif, une lueur interrogative dans le regard.


- Hmmm… Dis-moi, tu n’as pas reçu deux flèches dans le corps tout à l’heure toi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitano Toyotomi
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
1/40  (1/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Mar 29 Nov - 16:28

Après avoir reçu le butin et quitter le bureau avec la bourse dans la main je me suis dépêché à l'attacher autour de ma ceinture, j'ai pensé à acheter une arc pour elle, je n'ai pas vue l'arc brisé en deux, ma foie ce n'est pas du solide, pendant que nous marchons Syria pose une question tout à fait pertinente puis je l'ai regardé avec une sourire aux lèvres:

"Si, j'en ai reçu là" en pointant mon index dans les côtes, on peut voir le trou " et dans mon dos, j'ai le pouvoir de guérison, je peux soigner les personnes de blessure profonde ou même recouvrir un membre perdu, mais je ne peux soigner la maladie ou le poison, comme quoi je ne peux pas tout guérir, mais c'est ce qui fait de moi un homme coriace, même si je reçois des coups d'épées ou de flèches je m'en remets de ces blessures et je peux continuer à combattre, pendant un combat je peux aider mes coéquipiers blessés, très pratique!"


Néanmoins ce pouvoir est bénéfique, très peu de gens en possède ce pouvoir et existe exclusivement sur Lucina, j'ai de la chance personnellement, par la suite je regarde le ciel qui commence à sombrer dans l'obscurité et je m'étais dit qu'il est temps:

"Je viens de me rappelé quelque chose, dit moi tu veux toujours l'arc ? Avec ce qu'on a gagné je peux te mener vers un marchand d'arme qui ouvre vers la fin de la journée, cet homme n'aime pas qu'il y a trop de monde, mais il est sûr qu'il te vendra l'arme que tu cherches, je l'ai connu trois ou quatre fois il me semble, je suis souvent allé chez lui pour vendre les armes que j'ai récupéré pendant mon voyage sur Harmonia, je pense que la nuit ne t'effraie pas, c'est par là"


Je la montre de mon index le long chemin à prendre, il faut monter le niveau, aller presque au sommet de la ville, en ce moment nous sommes pas loin au pied du capital et le marchand en question se trouve à mis-hauteur, il n'est pas très loin de là où on est, nous mettrons une dizaine de minutes, pendant ce temps là je peux la laisser contempler un nouveau monde qu'offre pour elle, elle ne connait pas l'ambiance que règne dans cet cité pendant la nuit, il y a peu de gens, mais les gens sortent la nuit pour aller boire dans les tavernes et d'autres, des personnes bienveillants souhaitant faire une promenade nocturne, d'autres voulant faire les courses, car la nuit il y a aussi des marchands encore présents dans les rues continuant de vendre leurs produits, légumes, fruits, viandes, bijoux, accessoires, etc... moins nombreux, mais il y a de l'ambiance dans la nuit. Les dix minutes ont écoulé et nous voila arrivé, devant un grand bâtiment se trouve un escalier menant vers l'étage inférieur, c'est là que se trouve le marchand, j'ai fait signe à Syria de me suivre, ensemble sommes descendu vers la porte et l'ouvrant pour laisser place à un gros bazar, du bric à brac, des armes et munitions, il y en a tellement entassé, mais les plus remarquables sont bien entendu exposé contre le mur derrière le comptoir et là-bas il y a le vieux moustachu:

"Bonsoir, bienvenu dans mon humble boutique"


"Salut! J'ai une cliente pour toi!"


"Ah! C'est toi, jeune ambulant qui revient avec des tas d'arme à me proposer, alors tu en as rapporté ?"


"hmmm... Pas aujourd'hui, mais voila je suis venu pour acheter"


"Hoho! Alors c'est cette jeune fille là-bas qui souhaite acheter quelque chose dans mon magasin ? Très bien, j'espère qu'il y aura tout ce que tu souhaites ici, j'ai de tout et de rien, j'achète ce que vous m'emmenez, que des armes, la bouffe et les bijoux ça m'intéressent pas, je vous laisse regarder mes articles, appelez moi quand vous aurez trouvé quelque chose"


"C'est un vieillard, mais il ne faut pas le sous-estimer, qui sait ce qu'il est capable de faire"
dit-je en rigolant

"Hep! Commence pas à la draguer, chui peut-être vieux, mais je saurai voir la beauté d'une belle femme"


"Qui est en train de draguer au juste là ?"


"Qui ? Moi ? Je sais pas, Hohohohoho"

PS: j'ai du faire vite, je fais avancer notre rp en même temps d'écrire la quête solo xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Syria Rubens
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 10/05/2011
Age : 20

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Sam 3 Déc - 20:25

Syriah avait suivi son compagnon jusqu’à la boutique d’arme, mais elle l’avait rapidement délaissé pour admirer les chefs-d’œuvre de l’arsenal. Cependant, elle avait gardé une oreille suffisamment attentive pour comprendre que le sujet avait dérivé vers elle et le rouge lui vint aux oreilles. Elle repensa à ce qu’avait dit Kitano et songea que son pouvoir de guérison pouvait être semblable au sien, puisqu’elle pouvait transformer son sang en saphir.

Distraite, la jeune femme regarda les armes qui reposaient devant elle, en prenant quelque un pour les tester, en tendant leur corde ou bien en les soupesant. Puis, la jeune femme en vit un, particulièrement long, qui sortait du lot. Elle s’en saisit immédiatement. Étrangement, la poignée pour se saisir de l‘arc ne se trouvait pas au centre comme pour la plupart des modèles, mais il se trouvait environ aux deux cinquième de la corde. La corde était raide, mais offrait une grande puissance pour ceux étant capable de la tendre. De ce coté là, la jeune hybride n’avait rien à craindre. Après avoir passé toute une vie à ce balancer de branche à branche et à survivre de ce que ses muscles pouvaient faire, elle avait acquis une dextérité et une musculature suffisamment forte pour tendre au maximum la corde réticente. L’arc avait une grandeur plus qu’impressionnante. Il dépassait largement la grandeur de Syriah qui lui donnait dans les deux mètres. Cependant, lorsqu’elle s’en saisissait par la poignée, l’arc lui convenait parfaitement, la majeure partie de l’arc se trouvant au-dessus de sa tête. Cet arc proposait une position naturelle contrairement à certain autre arc qui pouvait rendre les muscles de l’archer rapidement endoloris.

Ce type d’arc avait de nombreux avantages : Il devait être facile de tirer à cheval, à genou et debout. Cette possibilité d’attaque dans n’importe quelle situation avait quelque chose de tentant. Aussi, l’arc était fait en bambou, un bois fragile, mais flexible. Il permettrait plus de puissance dans les tirs, mais rien de promettait qu’il résisterait à une chute ou à un long voyage. Et le bambou était un bois riche, dur à se procurer.
Mais il y avait bien d’autre inconvénient. Un arc de cette ampleur était bien dur à transporter, surtout lorsqu’il fallait être discret. À cheval, il n’y aurait aucun problème, l’arc logeant sur le flanc de la bête, mais une fois à pied, avoir cet arc dans son dos poserais problème.

Dans le doute, la jeune femme chercha une autre arme. Elle aperçut une table ou logeait des armes différentes, mais tout de même semblable aux arcs et, curieuse, elle s’en approcha. Pour en avoir déjà entendu parler, Syriah sut qu’il s’agissait d’arbalète et elle se saisit immédiatement du premier qu’elle vit sur le bord. Elle fut surprise de constater à quel point cette arme était lourde malgré qu’elle fut plus petite qu’un arc moyen. À regret, la jeune femme redéposa sa trouvaille et s’en saisit d’un autre différent. Il était beaucoup plus petit et offrait probablement moins de puissance qu’un arc, mais la jeune fille ne put que s’enthousiasmer en apercevant un mécanisme qu’elle voyait pour la première fois : un mécanisme de réplétion. L’arbalète profitait de l’angle de tir pour faire descendre les carreaux et permettent à l’arbalétrier de tirer bien plus rapidement qu’avec un arc. Mais l’engin était lourd, offrait peu de mobilité et probablement peu de puissance. Une nouvelle fois, l’hybride redéposa l’arme sur l’établi.
Quelque seconde s’écoulèrent et Syriah ne trouvait toujours pas ce qu’elle recherchait. En fait, elle ne savait même pas ce qu’elle recherchait puisque Kitano avait été avare de détail quant à l’endroit et à la mission qu’ils allaient exécuter. S’était une jungle, donc elle ne voulait pas quelque chose de trop encombrant, mais pour le reste, elle ne savait rien. Allait-elle battre des bandits? Alors une arme offrant une belle mobilité serait requise. Ou bien une chasse au trésor avec pièges? Alors la rapidité était de mise. Mais si c’était pour couvrir son compagnon de chemin, alors il lui faudrait miser sur la puissance pour couvrir le plus de distance possible et la précision.

Elle chercha le voyageur du regard lorsqu’elle aperçut soudainement un véritable chef-d’œuvre. Perché sur un mur, une arbalète à poignet semblait l’appeler. Sans demander l’avis des autres, l’hybride se saisit de l’arme et la porta immédiatement à son poignet. C’était l’œuvre d’un génie. L’arbalète se positionnait sur le poignet, offrant ainsi une mobilité parfaite, elle possédait en plus le système de tir à répétition vu auparavant. En plus, un système de poulie miniature, un véritable travail d’orfèvre, faisait en sorte que le tir était plus puissant. Le tout cependant pesait une tonne et Syriah douta un instant. Mais pourtant le poids était bien équilibrer sur tout le bras, un autre avantage de l’arbalète à poignet. Syriah se décida à acheter l’arbalète et elle alla voir le marchand.

- Combien pour l’arbalète à poignet là-bas?

- Oh, mais beaucoup trop cher pour une belle dame comme vous!
- Mais encore?

Le marchand se pencha à l’oreille de Syriah et dit son prix. La jeune femme verdit un peu en songeant que cela représentait un peu plus que la moitié de la somme, tout de même considérable, que contenait la bourse reçut au poste. Elle chercha des yeux Kitano et dès qu’elle l’aperçut elle alla lui demanda son avis à propos de l’achat de l’arbalète, lui soulignant les qualités de l’arme, mais mentionnant aussi que si il fallait une arme plus spécifique pour la mission qu’ils allaient faire, elle était prête à changer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kitano Toyotomi
Lucinien
Lucinien
avatar

Messages : 96
Date d'inscription : 26/10/2010
Age : 28

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
1/40  (1/40)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Mar 6 Déc - 0:01

Je parlais toujours avec ce vieillard sur mon aventure puis Syria arrive vers moi et s'adresse directement à lui, je regarde en premier lieu ce qu'elle a choisi et avec étonnement cet arme convient parfaitement à elle, quel étrange engin, une arbalète miniaturisé se positionnant sur le poignet, recouvrant l'avant bras, néanmoins rien qu'en le regardant j'ai l'impression l'avoir déjà vue quelque part, je ne sais pas où, mais je pense que cet arme en valait le coup de l'acheter. Rien qu'en regardant ces deux là à parler de prix dans ma tête je peux estimer déjà une valeur dépassant les 10 pièces d'or, j'en ai déjà les frissons, par la suite Syria se dirige vers moi et m'annonce à voix basse dans mon oreille de son prix et de son utilité, rien qu'entendre le nombre de pièces d'or à déployer j'ai eu un tic dans mon oeil gauche, mais je pense que c'est normal, je m'étais dit que la préparer à d'éventuel événement dans cette jungle je devrais miser le prix. J'ai réfléchi un instant sur comment régler ce problème de prix puis je me suis enfin décidé:

"Hé, j'ai un marché à te proposer, là où je vais il y a sûrement un trésor dans une vieille ruine, si c'est une arme de grande valeur je veux bien te l'offrir avec une compensation, si ce n'est pas le cas ce n'est pas grave, je croiserai des voleurs de trésors et ils ont des armes de qualités, ceux là je peux te l'offrir gratuitement... En échange j'aimerai bien qu'on négocie le prix..."


"Hmmmm... Je sais pas, qui te garanti que tu reviendras vivant ?"


"Moi, je suis revenu te voir déjà 4 fois, chaque arme que j'ai récolté appartenait aux bandits, créatures, même les chasseurs de trésors, ce n'est pas eux qui risqueront de me tuer, vue que j'ai voyagé seul"


"hmmmm, j’hésite vraiment, mais vue que je te connais je pense que je peux baisser le prix... 20"


"15"


"18! Je ne descendrai pas plus"


"... bon je pense que ça passe, va pour 18"


"Affaire conclu, hohoho"


J'ai commencé à sortir le montant demandé et donné à ce vieillard, celui là je me retiens, la prochaine fois qu'on se reverra je ferrai de même, on va voir qui a perdu. Bref les valeurs ont été attribué, je regarde Syria pour l'annoncer, même si elle le sait déjà:

"C'est à toi maintenant, prends en soin, je trouve qu'il est pas mal, maintenant il faut pratiquer cet arme sur le terrain..."


Après ces mots je me dirige vers la sortie, à cet instant le vieillard m'appelle une dernière fois:

"Reviens me voir avec quelque chose d’intéressant hein ?"


"T'en fait pas, je te dégoterai quelque chose que tu oseras négocier le prix"


C'était pour le taquiner, mais encore plus je pense que ça se passera comme ça si jamais je reviens ici. Syria me suit toujours, tout deux sortons du magasin, le ciel est sombre et la lune est là, présente, éclairant Equillios, je me demande ce que je pourrai faire maintenant car à l'heure actuel il n'y a pas grande chose d'ouvert, pourtant je me demande si je n'ai rien oublié pour cette expédition... On a des armes, de la nourriture, de quoi survivre dans un milieu amazonienne, est-ce-que j'ai oublié quelque chose ? Pas vraiment... Très bien, je pense qu'il est grand temps pour moi et pour elle de partir enfin vers l'aventure, je me tourne vers elle pour annoncer le moment:

"Syria, tu n'as besoin de rien ici ? Si tel est le cas je te propose de quitter cette ville et de commencer à marcher sur la route, la lune n'est pas encore très haute, donc nous avons encore le temps en face de nous, vers Equillios il n'y a pas de monstre ou de créatures hostiles sur la route, nous pouvons dormir tranquillement sous les étoiles, ça c'est ce que j'appelle camper, autour d'un feu de camp et à se raconter des histoires... Es-tu prête ?"



PS: Voila, je te laisse soin de clôturer ce topic et je te propose de poster vers la jungle des anciens, à toi de voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Magami

avatar

Messages : 1113
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24
Localisation : Ici, avec vous ;p

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
95/80  (95/80)

MessageSujet: Re: Une virée en ville   Lun 12 Déc - 17:18

Un rp sympathique avec des rencontres intéressantes, prochain épisode dans la jungle ^^

Long John Silver : 4 xps
Kitano Toyotomi : 10 xps
Syria Rubens : 10 xps
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Une virée en ville   

Revenir en haut Aller en bas
 
Une virée en ville
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [CXL] Saint Gapour: Ville en danger?
» Comment construire l'Hôtle de ville ?
» [Tuto] Créez une ville en mode Expert
» 9 cartes et 1 ville du mode planète
» [Résolu] Plantage lors du chargement d'une ville

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonia :: Archives :: Les archives des mondes-
Sauter vers: