AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Mar 1 Nov - 21:11

Un chat qui rencontre un esprit, c'est pas commun, vous avouerez. Pas commun du tout. Un esprit qui lui balance, et je cite : « La situation actuelle entre les mondes est critique et l’avenir de l’univers d’Harmonia est en jeu. Toi, Rÿn Fallow, du peuple de Lucina, tu devras choisir le chemin que tu emprunteras dans ces mondes instables. À toi d’écrire une page dans cet univers sombre où rien n’est plus sûr ! Maintenant, vas et commence par survivre… », c'est encore MOINS commun. Déjà que Lucina, pour moi, ça veut juste rien dire... Maître Son Luy m'a bien, rapidement, parlé des mondes autours de nous. Un peu. Mais il m'a aussi dit que nous étions sur Harmonia. J'ai grandis sur Harmonia... Alors... Sérieusement... Lucina ? J'suis pas du peuple de Lucina moi... Pas du tout. Enfin. C'est pas courant ça non plus hein, vous êtes d'accord ? Ouais. Bah, maintenant, imaginez un esprit qui cause à un chat, lui balance ce même discours, le téléporte par magie sur Lucina, EN PLEIN DANS UNE CITE COTIERE. Voilà. Mon avis sur la question ? JE SUIS UN CHAT BORDEL, JE HAIIIIIIS L'EAUUUUUUUUUU. Sauf que ça, j'aurais du le dire AVANT de finir dans l'eau du lac sans fond. Ce qui n'était pas prévu en premier plan, je vous l'avouerais. Je comptais aller voyager un temps, faire le tour du monde, m'entrainer... Et je me retrouve dans un lac, PLEIN D'EAU. Un lac plein d'eau. Eurk... On a pas idée merde. De l'eau... Je vais être trempé.

« Mwraouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuh. »

Et ça, c'était le bruit du chat en train de se noyer parce qu'on lui a jamais appris à nager. C'est assez dur d'apprendre à nager en plein milieu d'une montagne de glace éternelle. Un peu. Après, y en a qui ont essayé. Ils ont eu des problèmes, soyons honnête. Et de toute façon, je n'aime pas l'eau, je n'ai AUCUN intérêt à apprendre à nager. Juste... AUCUN. Mes projets proches ou lointains comportaient TOUS une clause restrictive nommé, et je nomme donc... « Clause du TVBTQOELDLE », aussi dit « Clause du Tout Va Bien Tant Qu'On Est Loin De L'Eau. ». Cette clause n'est présentement plus respecté, ce qui m’amène à penser que RIEN ne va plus. Et qu'il va donc falloir songer à fuir, vite, si je ne veux pas me noyer. Ce qui serait relativement déconseillé quand on y songe bien. On m'a dit que la mort était un rien trop définitive. J'ai pas spécialement envie de tester en soi... Pas que j'ai peur de la mort, mais... J'aimerais vivre jusque à la fin de ma vie. Que j’espère lointaine, et vieux. Très vieux. Cent-vingt ans ça me plairait pas trop mal je dois vous avouer. A la rigueur cent-quinze, mais pas moins. Et là, en ce moment, tout ces projets sont un rien remis en cause par le fait que je sois en train de me noyer. Au loin, je vois bien ces pontons, ce village, cette odeur de citrouille, ces bougies, ces teintes oranges de la nature en train de renaître. Ou mourir. Elle aussi tient... Serait-ce l'époque de la nuit des Esprits ? J'ai pas compté les jours depuis longtemps. Il est possible que ce soit le cas. Moi qui comptait, une année de plus, manger ces bons biscuits à la citrouille. Profiter de cette odeur de feu de bois entouré d'histoires de fantômes et d'esprits... Toute ces petites choses qu'on faisait le maître et moi à l'orée de cette nuit forte pour les trois mondes. Mais il est mort. Et je suis en train de me noyer. Donc je vais mourir aussi. Je jure que j'embrasserais et collerait mon sauveur pendant dix ans au moins. Vingt si j'ai des biscuits à la citrouille, un verre d'alcool de citrouille pour me réchauffer le sang et les poils, et un bon feu de bois pour me sécher. Pour l'offre comportant un lit dans une auberge, un feu de cheminée, et un repas chaud avant les histoires d'horreur, on devra en discuter...

« Mwraouuuuuuh... Blou... »

Je ne suis pas un poisson, mais je serais peut être le premier chat à respirer sous l'eau dans l'histoire des trois mondes ? Je sais, je suis pas un chat à proprement parler, mais je connais pas le nom de ma race, donc homme chat me va bien. Donc, je serais peut être le premier homme chat à respirer sous l'eau de l'histoire des trois mondes ! Ça serait une putain de révolution, avouez quand même ? Sauf que là, ça m'a l'air mal barré... Très mal barré. Pour cause, je me nois dans un lac carrément gelé qu'il est tout froid que je me les caille. Alors deux choix. Soit je meurs étouffé, ou noyé hein, soit de froid... Sincèrement... Aucun de ces deux choix ne m'enchante des masses. Ils veulent tout les deux dire « Game over »... Et ça... Ça... C'EST PAS COOOOOOOOOOOOL.

« A L'AIDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE ! »
Revenir en haut Aller en bas
Serena Magami

avatar

Messages : 1113
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24
Localisation : Ici, avec vous ;p

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
95/80  (95/80)

MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Mar 1 Nov - 22:10

On ne pouvait pas dire que la Cité Lacustre était l'endroit que Serena préférait sur son monde natal.
Certes la ville de bois qui surplombait le Lac sans Fond était une merveille d'architecture mais c'était aussi un véritable labyrinthe où elle avait une fâcheuse tendance à se perdre.
Combien de fois avait-elle dû déployer ses ailes afin de prendre de la hauteur pour pouvoir retrouver sa route et reprendre son chemin sans encombre ?
Et aujourd'hui ne faisait pas exception : elle avait rendez-vous auprès d'un apothicaire local intéressé par les plantes du Bois de l'Innocence qu'elle possédait.
Après tout, elle était une des rares herboristes qui osaient franchir les frondaisons du bois nordique du Monde de la Lumière et savait où trouver les plantes médicinales les plus rares et les plus efficaces.
Mais ça ne lui donnait malheureusement pas un meilleur sens de l'orientation dans cette ville qu'elle ne connaissait que fort peu.
La Gardienne poussa un profond soupir et se tourna vers sa petite compagne ailée qui se tenait sagement sur son épaule.


- Je crois que nous allons être en retard Tsuki...

La petite chouette harfang hocha d'abord la tête mais presque aussitôt elle se tourna dans le sens opposé.
Cela surprit Serena aussitôt, sa compagne de voyage n'avait pas pour habitude de l'ignorer.


- Tsuki ?...

Instinctivement, la demi-Sélène tendit l'oreille pour tenter de percevoir ce que le rapace avait perçu avec ses sens aiguisés.
Aussitôt elle entendit un fort mouvement dans le lac tout proche ainsi qu'une sorte de miaulement suivi d"une sorte de gargouillis.
Un chat de trop dont l'on essayait de se débarrasser en le noyant ou bien un malencontreux plongeon dans le lac froid pour un animal trop curieux ?
Mais elle changea diamétralement d'avis en entendant soudain un appel au secours.
Cette fois certaine de la direction à suivre grâce à son ouïe fine, elle se précipita et fut arrêtée par une balustrade de bois.
La magicienne blanche arriva juste à temps pour voir disparaître sous la surface du lac une tête à la chevelure claire ornée de deux oreilles pointues.
Il n'y avait pas à hésiter : elle jeta toutes ses affaires à terre avant de se jeter à l'eau pour venir au secours du malheureux.
Mais avant qu'elle n'ait atteint la surface du lac, sous l'effet de son pouvoir sur l'eau, la Gardienne avait pris son apparence d'élémentale.
Une fois dans l'étendue cristalline, à l'aise comme un poisson dans l'eau, Serena n'eut aucun mal à trouver et à se saisir du malheureux neko qui avait eu la malencontreuse idée de faire trempette.
Il ne lui fallut que quelques instants pour le ramener à la surface, le tenant fermement contre son corps désormais aquatique.


- Tenez bon !...

Aussi vite qu'elle le pouvait sans prendre le risque de le brusquer, elle le ramena vers le ponton qu'elle venait de quitter.
Elle espérait simplement qu'il n'avait fait que boire la tasse et qu'il n'avait rien d'irrémédiable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Mar 1 Nov - 22:46

Hop, hop, hop... Rembobinage rapide là... J'étais en train de faire mon dernier plongeon, j'avais hurlé à l'aide de tout l'air que contenait mes poumons, avant de finir la tête sous l'eau, les yeux pleins de points de lumières du au manque d’oxygène, et les poumons doucement en train de se remplir d'une eau de lac, c'est à dire... Passablement dégueulasse, et voilà que d'un coup, sans comprendre, je me retrouve dans les bras de... D'une... D'un... Euh... A première vue, j'aurais dit une elfe. Le problème majeur venant du fait que je connais aucun elfe aquatique. Ou plutôt, ceux que je connais par les légendes ne sont pas composé d'eau. Ils vivent juste au bord de l'eau ou dans l'eau. Mais... Ne sont pas de l'eau. Là... On dirait un mélange entre un corps d'elfe normal, de l'eau, et autre. C'est très spécial. Mais alors, que ce qu'elle nage vite. Puis elle m'a sauvé, aussi, et ça, je peux que lui en être reconnaissant, parce que je me voyais mal mourir tout juste après le début de mes aventures. Mais j'ai compris un truc. Bandage, et écharpe, plus eau... Ça fait mal. Et ça tire vers le fond. J'vais devoir me sécher. Complétement... Ça veut dire enlever les habits, et tout foutre à côté du feu... J'ai pas de serviette... Dans tout les cas, présentement, je pleure tout ce que je sais, en toussant encore plus, rejetant toute l'eau que j'ai avalé, mais pas du bon côté. Ça libère. Et ça brule, sérieux. J'ai plus de trachée. Enfin, au final, je reprends doucement mon souffle, très doucement pour ne pas avoir encore plus mal aux poumons déjà brulé, je reprends mon souffle. Et je finis, entre deux sanglots, par articulé durement.

« Me... Kof, kof... rci... Kof... M'demoiselle. »

Vous noterez l'effort, j'ai dit m'demoiselle d'un seul coup sans reprendre mon souffle, je trouve ça beau moi, non ? Bon, dans tout les cas, je lui ferais un gros câlin dés que nous aurons retrouvé la terre ferme. Si j'ai deux minutes à perdre, je l'embrasserais aussi, PUIS je me changerais, et je me sécherais. Parce que croyez moi, avoir du pelage de chat sur le dos, le dos des mains et bras, les pieds et quelque peu sur les jambes, ça aide pas à avoir chaud quand vous êtes trempé. En terme normal, c'est génial, juste l'extase, même par moins vingt, vous avez une couche de poil protectrice, et donc vous résistez sensiblement mieux au froid. Mais... Quand ces dits poils sont trempés. Bah là, vous rigolez plus. Du tout. Parce que ça fait juste une couche de plus d'eau sur vous. Et il n'y aurait pas cette couche de graisse spéciale à la base des poils, je serais mort congelés directement. On est quand même bien aidé par la nature moi je dis. D'ailleurs... Voilà là terre. Dés que je suis assez proche, je reprends pieds, et avec son aide, je me tire de l'eau. Avant de me laisser tomber sur le dos, en plein soleil, ou ce qu'il en reste vu l'époque, sur un sable plus ou moins sec. Un sourire immense étirant mon visage de droite à gauche. Je la regarde reprendre une forme plus ou moins elfaine... Humique... Elfique ? Elfique ! Et je finis par comprendre que cela ressemble sacrément à un de ces pouvoirs dont parlaient, une fois de plus, les légendes de maître Son Luy... Je SENS que j'ai pas mal de données étonnantes à vérifier, il semblerait que ces légendes n'en soient pas tellement au final.

« Merci m'demoiselle, je vous dois la vie, parole de... Parole d'homme-chat ! Ou de moi... »

Légère hésitation quand à me qualifier, remarquable, mais sans plus je pense. Ma race n'était pas présente sur Harmonia, même dans les légendes, elle était originaire à cent pour cent de Lucina... Et ici seulement, il y a des chances qu'on la connaisse. Et encore. Je n'ai donc pas de nom de race à proprement parler. Mais je vis relativement bien sans. En temps normal. Dans tout les cas, je la regarde, souriant toute canine dehors, oreilles frémissantes, plus pour se sécher qu'autre chose au fond, mais frémissante quand même, et la queue battant l'air. Ouais. Je suis heureux de vivre. Y a pas à dire. Ça m'aurait navré de mourir. Ce qui ne m’empêche pas de recracher encore un peu d'eau. Me rebrulant la gorge un peu plus. Je finis par me relaisser tomber sur le sol, soupire un grand coup, et me roule doucement en boule, frigorifié, avant de la regarder, en essayant de garder ma contenance... C'est à dire en essayant de ne pas trembler.

« … Vous ne sauriez pas où j'aurais une chance de me réchauffer m'demoiselle... ? Parce que je vous dois la vie... Mais à ce rythme, je vais mourir de froid avant de payer ma dette... Ce serait dommage je trouve... »

Et là, le malheur arrive... Parce qu'elle a autant de sens de l'orientation que moi qu'on vient de projeter dans un nouveau monde.
C'te blague.
Revenir en haut Aller en bas
Serena Magami

avatar

Messages : 1113
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24
Localisation : Ici, avec vous ;p

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
95/80  (95/80)

MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Mer 2 Nov - 22:45

Serena fit aussi vite qu'elle pouvait pour rejoindre la berge avec son précieux fardeau détrempé et le mettre hors de l'eau qui avait failli l'engloutir.
En tous cas, le neko avait bu une bonne tasse car il recrachait comme une pompe, il était néanmoins bien conscient et elle s'en félicitait.
Faire du bouche à bouche à quelqu'un qui s'était noyé présentait... plusieurs risques indéniables et elle était heureuse d'être arrivée à temps.
Avec douceur, elle déposa le jeune homme-chat sur la berge et reprit doucement sa forme de demi-Sélène.
Sans trop de surprise, le baigneur la remercia, comme tout Lucinien bien élevé mais elle constata que l'hybride n'était pas tout à fait sorti d'affaire, il continuait à régurgiter de l'eau - il en avait sans doute avalé en quantité - et il tremblait de tous ses membres, trempé jusqu'aux os.
Son entrevue avec l'apothicaire devrait attendre, elle devait s'occuper de ce petit être frigorifié en premier lieu et elle posa son regard écarlate sur la petite chouette harfang qui était venue rejoindre son épaule dès qu'elle avait repris son apparence normale.


- Tsuki, vole et trouve-nous un endroit où nous pourrons nous réchauffer.

Sa fidèle compagne piailla en signe d'assentiment et elle prit son essor dans le ciel de la cité lacustre.
Quant à la magicienne blanche, elle se devait de remettre le neko sur ses jambes si elle voulait pouvoir l'emmener en lieu sûr afin de le soigner dignement.
Elle leva la main vers lui et, sous son pouvoir sur l'élément aquatique, l'eau qui détrempait les vêtements de celui dont elle ignorait toujours le nom les quitta avant d'aller rejoindre le lac, son point d'origine.
Ils étaient encore humides bien sûr mais au moins il ne ressemblait plus à une serpillière, il ne dégoulinerait pas d'eau tout le long du chemin qui les mènerait à un endroit où elle pourrait le réchauffer.
Doucement elle le saisit par le bras et l'obligea à se relever.

- Allons, debout ! Si vous restez immobile ici, vous allez attraper la mort !...

Une fois que le jeune hybride fut debout, elle l'entraîna doucement afin de s'assurer qu'il tenait sur ses jambes et à peine eurent-ils fait quelques pas que la petite chouette harfang revint à tire d'ailes, piaillant tant et plus.
Elle avait sans doute trouvé un endroit où ils pourraient se réchauffer tous deux en toute quiétude, elle suivit donc doucement son guide ailé jusqu'à une auberge proprette.
La magicienne blanche adressa un sourire rassérénant au neko qu'elle soutenait doucement.


- Allons, encore un petit effort !

Bien vite, ils furent accueillis gentiment par la tenancière qui, en voyant que leurs vêtements étaient humides, les poussa en direction de l'âtre qui réchauffait agréablement la pièce.
Docilement, elle assit le neko auprès du feu afin qu'il se sèche à la chaleur des flammes, elle l'emmènerait dans une chambre où elle pourrait le soigner plus avant si cela ne suffisait pas à le remettre d'aplomb.
Après tout, avant d'être une demi-Sélène, une magicienne et une Gardienne, Serena n'était rien d'autre qu'une guérisseuse et c'était de cela dont il avait besoin présentement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Jeu 3 Nov - 1:41

Je ne connais pas ce lieu. Je ne connais pas cette ville, absolument pas. Vous me direz, c'est relativement normal que je ne connaisse pas ce lieu et cette ville, ce n'est pas mon monde. Comment je sais que ce n'est pas mon monde ? Parce que l'odeur de l'herbe, l'odeur de la plaine, même l'odeur de l'eau, rien de tout cela n'est égale aux odeurs d'Harmonia... Puis... Le soleil, la luminosité, les gens... Rien ne ressemble à l'Harmonia que j'ai quitté... Ce qui n'est pas dur, j'ai passé quasiment quinze ans dans un chalet en plein milieu d'une montagne et n'en suis descendu qu'à la mort de mon maître... Pour voyager à peine quelques jours, avant d'être... Envoyé ici, par je ne sais quel force, et dans je ne sais quel but. Mais... Ce monde me paraît agréable à vivre.
… Me paraitrait agréable à vivre si je n'étais pas congelé et sur le point de mourir d'une quelconque maladie des poumons, avec le choix entre la pneumonie et la congestion pulmonaire, qui sont toute deux des méthodes très agréables pour passer de vie à trépas en s'étouffant dans son propre sang et en se comprimant la gorge. J'adore. J’adhère. On en redemande, sérieux. Mais pas trop vite, de préférence même jamais. Et je me suis levé, forcément, soutenu par elle, bien gentille fille qu'elle, elle me sauve, et elle trouve un endroit pour que je me réchauffe... Je ne vois pas quoi demander de plus. A part avoir chaud. Elle m'a déjà bien aidé en séchant mes vêtements par magie. Mais je serais mieux dans des draps secs, un pyjama chaud, et avec un bol de soupe au fond de l'estomac. Mais ça viendra... Déjà, pour commencer, je vais rentrer dans cette auberge devant nous... Un dernier effort me demande elle, j'aimerais bien... Mais ça devient dur, très dur. J'ai les jambes en compote, congelées, et les muscles qui commencent doucement à se contracter. Le froid... Grand ennemie de ma race. Et je suis sans doute le plus résistant de ma race dans tout l'univers... De l'avantage d'avoir grandis avec un fou qui me balançait dans la neige en caleçon. Sauf que là... Je suis juste trempé, c'est un froid différent, l'humidité, c'est cela qui me tue. Ou va me tuer... Au choix.

« Froid... J'ai... Vraiment froid... J'veux dormir... Ou manger et dormir... Dans un lit chaud... Une bouillotte... Ouais... Mais... Froid... »

Okay, donc, c'est bon, je dois déjà faire de la fièvre, et je délire, rien qui ne me choque réellement, mais... J'aurais préféré attendre un peu tout de même, parce que ça veut dire que mon état va s'aggraver énormément vite dans les heures qui viennent, voir les minutes en réalité... Mais nous entrons, lever le pied, le poser. Et voilà, je suis entré... Et je sens qu'on me « dirige », moyen délicat de dire qu'on me fait asseoir auprès du feu très vite, feu que je sens commencer à réchauffer mes muscles très rapidement, au point que c'en devient presque désagréable. Cette sensation de sentir mes muscles « dégeler », mes articulations. Des picotements qui emplissent toute mes jambes, puis remontent doucement aux cuisses, très doucement, je finis par grimacer en pleurant, mes muscles n'ont vraiment pas supportés ce bain froid, et ils me le font comprendre maintenant. Je vivrais. Avec une bonne pneumonie... Mais... J'AI MAL. J'ai même plus envie de la soupe chaude tellement j'ai mal aux jambes, et que ça continue de remonter. Ça passera. Mais j'aurais p'tet préféré me noyer en fait. J'y réfléchis très sérieusement là.

« … Merci... Encore une fois... Mais... La... Je vous jure que... J'ai mal... »

Et je pense que cela se voit, les larmes perlent sur mon visage, et il faut bien le dire, j'ai beau être habitué aux douleurs musculaires, aux crampes, aux courbatures, au froid, au chaud, ça... C'est nouveau. J'avais jamais été plongé dans de l'eau glacée. Bah voilà, c'est fait. Une expérience enrichissante que je renouvellerais avec grand plaisir. Dans très longtemps. Voir jamais. Ouais, jamais me semble être un choix très sympathique, que je vais garder en tête avec beaucoup d'attention. Jamais. Ça m'évitera d'avoir des emmerdes comme celles que j'ai en ce moment. Peu sympathiques en elles mêmes. Après ça, je crois que dormir sera mon occupation principale. Manger ne suivra que bien des heures plus tard. J'ai trop mal pour que mon estomac réagisse normalement, je suis déjà au bord de vomir. Alors me remplir l'estomac ne me semble pas être une idée très fameuse, avouons le. Mais alors pas du tout.
Ça attendra. Après. Comme tout le reste. Genre... Savoir où je suis.
Revenir en haut Aller en bas
Serena Magami

avatar

Messages : 1113
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24
Localisation : Ici, avec vous ;p

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
95/80  (95/80)

MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Jeu 3 Nov - 8:29

Serena était inquiète pour le jeune neko qu'elle avait accompagné jusqu'à l'auberge après sa noyade avortée de justesse.
Il continuait à trembler de tous ses membres comme s'il souffrait d'un choc thermique et se plaignait du froid.
Des larmes se mirent même à dévaler sur son visage, il la remerciait et se plaignait en même temps de la douleur qui se répandait dans son corps à la chaleur des flammes.
Le regard de la demi-Sélène s'assombrit, il faudrait bien plus qu'un feu de bois pour sortir l'hybride d'affaire visiblement.


- Ce n'est pas encore le moment de me remercier !...

La petite femme blanche se tourna vers la tenancière et sa voix pourtant douce surmonta tout le tumulte de la vaste salle où tous les convives festoyaient pour atteindre la tenancière.

- Je veux une chambre avec un lit et une brique chaude ! Du linge et des vêtements propres ! Maintenant !

Toutes les personnes présentes écarquillèrent les yeux devant cet ordre à la fois doux et imposant, la tenancière ne se le fit pas dire deux fois, elle s'empressa de saisir une des clefs pour entraîner cette petite demoiselle immaculée à sa chambre.
Doucement, à l'aide de sa télékinésie, elle aida le neko à se relever et l'entraîna dans les escaliers, le portant bien plus qu'elle ne le faisait marcher.


- Ne bouge pas, je ne te ferais aucun mal !...

Il fallait dire qu'être soulevé comme qui rigole par une magicienne qui faisait à peine sa taille, ça avait de quoi perturber.
Heureusement le voyage par télékinésie ne dura pas bien longtemps, ouverte par la tenancière, la porte donnait sur une chambre déjà réchauffée par le feu de la petite cheminée.
Celle-ci était affairée à chauffer une brique qui réchaufferait le lit et les couvertures durablement.
Elle laissa le neko retomber sur ses jambes et aussitôt elle porta les mains à ses vêtements.


- Allez, zou !...

Sans crier gare, elle se mit à dévêtir le jeune hybride au plus vite pour le sécher avec les linges propres que la tenancière lui avait ramenés.
Une fois bien sec, la magicienne blanche lui ferait revêtir le pyjama que la maîtresse des lieux réchauffait auprès du feu et le coucherait dans le lit réchauffé par la brique.
Ensuite, si la fièvre s'en mêlait, elle mettrait tout son savoir en oeuvre pour le soigner.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Jeu 3 Nov - 13:01

Choc thermique. Le voilà le mot que je cherchais depuis dix minutes. Choc thermique... Ouais, bon, grammaticalement parlant, ça fait deux mots en réalité, mais on s'en fout. Le sujet étant qu'un chaton sujet à un choc thermique, ça donne un chaton frigorifié et qui a du mal à décongeler. Puis, admettez qu'un choc thermique, ça fait jamais du bien, du tout même. Donc je me porte relativement mal. Mais la chaleur de la chambre me fait esquisser un sourire, jusque à ce que je repose mes jambes au sol. Comment je suis arrivé dans cette chambre moi, j'ai un trou... Je me rappelle pas avoir monté d'escalier. J'étais en bas à côté de la cheminée, et là, d'un coup, je me retrouve à nouveau devant une cheminée, mais... Dans une chambre. Il n'y a plus personne dans la salle, je ne suis plus dans la salle de toute façon... Plus de bruit, juste celui du feu qui chauffe la chambre, confortablement, le rougeoiement de la brique qui chauffera bientôt le lit, le bruit du vent contre la vitre. Elle m'a dit... Ou j'ai pensé... En fait, j'en sais plus rien, mais je crois l'avoir entendu me dire que ce n'est pas encore le moment de la remercier. Mais pour moi, ça va de soi. Je crois. Elle m'a déjà sauvé une fois, elle a fait bien plus que bien des gens que j'ai rencontré dans mon court voyage, qui aurait préféré attaché ma tête au bout d'une lance. Et là, elle me sauve. C'est déjà bien, je trouve. Me promet aussi de ne me faire aucun mal, elle demande après... Avant ? Pendant ? Après peut être même ? Je ne sais plus, elle a demandé une chambre... Mais, on est déjà dans la chambre, j'y suis debout, sur la table de nuit, je sens l'odeur de biscuits à la citrouille. La luminosité de la chambre est joli... Reposante... Et je crois qu'elle m'a enlevé mes vêtements pour me sécher. Ces la couche de poil qui va être contente, mouillé, c'est pas cool...

« J'vous remercie... Quand même... Vous avez déjà fait beaucoup mademoiselle... Il serait... Mhmm... Impoli de ne pas remercier ! »

Je crois que je dois quand même sévèrement délirer, mais je finis par fermer les yeux doucement, et bailler... La chaleur ne me fait plus mal, ou je ne le sens plus, je suis juste passablement fatigué, et j'ai envie de dormir. Je réalise qu'un tissu chaud me passe autour du cou, sur mes bras qu'on me force à lever, et je souris encore plus, c'est tout doux, vraiment tout doux, de la laine, peut être, ou du coton... Ou... Un truc tout doux... Du pili ! Ouais... Ou pas. Je sais pas. Mais c'est confortable, je suis bien dedans. Je me demande juste s'il y a un trou pour mes queues dans le pantalon... Bah... Oui... Pantalon... Je vais pas rester dans mon pantalon mouillé, ce serait bête je trouve. Mais de toute façon, au moment ou cette idée nait dans mon esprit, je l'ai déjà oublié, reparti dans mes rêves éveillés très sympathique, plein de... Plein de... Lumière. Je crois. Lumière... Ouais, c'est ça, des points lumineux qui dansent et chantent dans une langue inconnue. Ils volent, flottent, courent dans tout les sens, comme des fées cherchant à me dire quelque chose, mais que je ne comprends pas. Je suis certain que c'est important en soi, alors je les regarde plus attentivement, tends les oreilles, qui frémissent, et écoutent attentivement ce qu'elles chantent ces petites boules de lumières... Mes oreilles dansant au rythme de la musique, je souris, et c'est finalement ma tête aussi qui bat doucement la mesure. Je crois que je suis dans un monde à part que seul moi voit. Ou alors y a vraiment des fées qui veulent me transmettre un message pour me dire... Quelque chose. Ça se trouve, elles m'indiquent où trouver le plus grand trésor des trois monde ! Ou pas. Mais ce serait sympa...

« C'est relativement sympa le coin... Un peu frisquet à l'arrivé, mais c'est mignon. Puis j'aime bien ces petites boules de lumières chantante. Ça donne de l'ambiance... Puis... En fait rien... Z'êtes qui déjà, on s'est pas présenté ? D'ailleurs, à bien y réfléchir... J'suis qui aussi tient... Mhmhm... Voyons... Voyons... Appelez moi... Je crois que c'est Rÿn Fallow ! Enchanté ! »

Esquisser un sourire, immense comme mon visage, bailler, et commencer doucement à tourner de l’œil avant de menacer de s'effondrer sur le sol. Se redresser un peu par fierté personnel, pour prouver que non, je peux encore tenir, je ne suis pas si faible que ça, tout va bien, je vais bien, j'ai juste pris un coup de chaud. De froid... Un coup. J'ai mal. Ou pas. Je crois. Il fait chaud ici ? J'ai chaud ? De la fièvre ? Naaaan, jamais. Moi ? Non, non. C'est du rêve tout ça, je délire. Pourquoi je délirerais ? N'importe quoi. C'est la réalité, mais j'ai trop bu. Je bois pas. J'ai trop... Ouais... Bon... Okay... Je suis en train de mourir. Ou de tomber très fort malade. Au choix.


Dernière édition par Rÿn Fallow le Mer 9 Nov - 13:36, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Serena Magami

avatar

Messages : 1113
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24
Localisation : Ici, avec vous ;p

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
95/80  (95/80)

MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Sam 5 Nov - 8:55

Serena s'efforçait de garder son calme tout en se chargeant du neko qu'elle avait repêché dans le lac.
Une fois débarrassé de ses vêtements trempés dont la tenancière s'empara pour les faire sécher au coin du feu, elle se mit à le frictionner énergiquement pour sécher le pelage qui recouvrait certaines parties de son corps.
Elle avait rencontré un certain nombre d'hommes-chats au cours de son périple sur les trois mondes, Tetsuko Katho le chaton psychopathe membre de l'Ordre, Vaiarii Dazak le guerrier à la lance mais il ne leur ressemblait que de loin, était-ce là le représentant d'une caste qu'elle n'avait jamais rencontré jusque là ?

Ce n'est qu'une fois à moitié ébouriffé et bien sec qu'elle se décida à lui enfiler le pyjama préparé par la maîtresse des lieux et elle constata aussitôt un léger souci avec le vêtement.
Les queues qui semblaient battre le rythme de la musique que le jeune hybride avait dans la tête suite à son bain dans le lac.
Heureusement, la télékinésie de la magicienne blanche résolut le problème en effectuant une légère incision dans le tissu pour laisser passer ces appendices sans dommages.
Mais manifestement, sécher et réchauffer le petit être devant elle ne suffirait pas, déjà une rougeur se mettait à consteller son visage aux traits encore juvéniles tandis qu'un sourire béat fendait son visage.


- C'est relativement sympa le coin... Un peu frisquet à l'arrivé, mais c'est mignon. Puis j'aime bien ces petites boules de lumières chantantes. Ça donne de l'ambiance... Puis... En fait rien... Z'êtes qui déjà, on s'est pas présenté ? D'ailleurs, à bien y réfléchir... J'suis qui aussi tient... Mhmhm... Voyons... Voyons... Appelez moi... Je crois que c'est Rÿn Fallow ! Enchanté !

La Gardienne ne put s'empêcher d'arquer les sourcils en sentant son inquiétude monter d'un cran.
Des boules de lumières chantantes ? Le neko semblait commencer à délirer à l'état d'éveil, ce qui n'était pas bon signe.
Et elle ne se trompait pas, de justesse elle le rattrapa entre ses bras blancs lorsque les jambes de Rÿn cédaient sous lui.
Comme pour le rassurer, la demi-Sélène lui adressa un sourire apaisant.


- Enchantée Rÿn. Je m'appelle Serena, Serena Magami. Mais nous ferons plus ample connaissance quand tu te sentiras un peu mieux...

Délicatement, aidée de sa télékinésie, la frêle Lucinienne souleva le jeune hybride et le plaça dans le lit réchauffé par la brique qu'elle avait exigé avant de remonter les couvertures sur lui.
Le regard écarlate de la magicienne blanche se posa sur la tenancière qui avait exécuté toutes ses directives, comme envoûtée par elle.


- Amenez-moi une autre couverture, il faut le faire transpirer !...

La bonne femme s'empressa d'aller chercher une autre couverture tandis que la blanche demoiselle allait plonger un linge blanc dans une bassine d'eau froide avant de le poser délicatement sur le front déjà trop chaud du neko.
Elle devait faire baisser la fièvre au plus vite mais si tout cela ne suffisait pas, elle mettrait en oeuvre tous ses talents d'herboriste.
Il y avait plus d'un remède dont elle avait le secret et elle n'hésiterait pas à employer toute sa science s'il le fallait pour sauver cet hybride qu'elle avait repêché in extremis.


Dernière édition par Serena Magami le Mer 9 Nov - 16:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Mer 9 Nov - 15:33

[J'viens de me relire, j'ai fait une erreur dans le précédent messages, il a DEUX queues, pas une. Et ça, ça rajoute sans doute encore une différence avec les hommes chats déjà rencontrés. >.<
Et désolé pour le temps de réponses !]


« Mwii, mwii... Quand je serais mieux. C'est pas trop une mauvaise idée. Je dirais même que c'est potentiellement une bonne idée... Bon, vous m'excusez, mais là, je songe que je crois que je pense qu'il est possiblement probable que vu que je vous raconte n'importe quoi dans un état de délire fiévreux, j'aille... Dormir ! Ce fut un plaisir m'demoiselle, je vous recontacte quand mon esprit aura repris le dessus sur la forme délirante actuellement au pouvoir. »

Ça, c'est ce que je pensais que j'aurais du dire, voyez vous. Je le pensais très fort. Dans la réalité des faits, j'ai aucune idée de ce qu'elle aura bien compris de ce que j'ai dis. Oui, non, parce que je suis encore capable de savoir quand je délire, mais le truc, quand vous vous enfoncez dans la fièvre, c'est que vous êtes de moins en moins maître de vous même, et que vous perdez parfois jusque au contrôle de vos réflexes, et de la parole. Et là actuellement, je ne sais absolument pas où j'en suis. Sans doute quelque part entre 'Voir des jolis lumières.' et 'Baragouiner dans une langue comprise entre le bébé et la langue étrangère à ce monde.'. Tient, oui, en effet, il est bien possible que j'ai parlé dans une langue pas de ce monde, vu que de toute façon, je ne suis plus sur mon monde, là où j'ai grandis. Mhm... Ça va demander investigation ça. Quand j'irais mieux. Voilà, quand j'irais mieux. Ça ne tardera pas, je guéris toujours rapidement. Presque toujours. De toute façon, au moment même ou j'ai eu finis de parler, j'ai fermé les yeux, et je me suis endormis. Et blottit dans le lit, serrant l'oreiller contre moi, tout sourire. Malade, mais délirant, au moins on souffre pas. On est trop occupé à voir des lumières chantante. Tout sourire, je baille et dort, commençant doucement à rêver de choses et d'autres...

« Mhmm... Mnyah... »

Une fois endormis, et sans que je ne m'en rende compte, mes bandages et mon écharpe, tout deux séchés par la chaleur du feu, voletèrent doucement jusque à moi, et m’entourèrent doucement, me protégeant du froid, et me faisant plus ou moins suer encore plus qu'une couverture. Et surtout assurer mon confort et ma protection envers et contre tout. Il n'est pas question que je meurs d'un coup de dague pendant que je dors. C'est ainsi que mes bras furent recouvert en même temps que mon cou et mon torse, protégeant points vitaux et faibles, et assurant la chaleur de tout cela. J'adore mon équipement, toujours agréable et gentil, s'juste trop bon. Puis j'avais un p'tit peu froid aux mains là, la fièvre, c'est terrible... Dans tout les cas, mes rêves risquent d'être fortement dénué de sens. Plus que très fortement même, vu comment ils commencent. J'suis déjà occupé à me balader sur des cristaux de glaces pieds nu et en boxer... Ah, non, non, suis-je bête, ça, c'était ma réalité en fait. Pendant des années, j'ai eu droit bien trop souvent à mon goût à cette torture. C'était foncièrement désagréable, mais j'y ai toujours survécu. Jusque au jour ou je suis mort en tombant dans ce précipice rempli de lave en fusion avec des dinosaures. Ah. Non. Là, par contre, je rêve, parce que ça, ça ne m'est jamais arrivé. J'ai jamais rencontré AUCUN fleuve de lave dans les montagnes ! Bon, par contre, des dinosaures, je crois en avoir aperçu des squelettes de droite et de gauche dans les cristaux. C'était soi ça, soit... Des trucs que je préfère ne as connaître, parce qu'ils avaient pas l'air sympathique du tout. Du tout. Absolument pas. T'façon, on s'en fout hein. Pour le moment, je vais me concentrer sur moi même et dormir. Autant que je le peux. Et plus si possible. Dans une pièce chauffé. Tout bonheur quoi.
Revenir en haut Aller en bas
Serena Magami

avatar

Messages : 1113
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24
Localisation : Ici, avec vous ;p

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
95/80  (95/80)

MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Mer 9 Nov - 16:32

[No problem, j'ai édité également de mon coté ^^]

Serena essaya de rafraîchir le jeune neko tout en le faisant transpirer copieusement en le couvrant dans un lit bien chaud mais manifestement ça ne suffirait pas.
En pestant entre ses dents - quelque chose qui signifiait tout le bien qu'elle pensait des bains improvisés dans le lac sans fond au beau milieu de la saison humide - la Gardienne se mit à fouiller dans sa sacoche blanche qui ne la quittait jamais.
Tsuki, sa fidèle petite chouette harfang, se tenait sagement sur le dossier d'une chaise, constatant avec un peu de dépit que sa maîtresse était diablement occupée avec ce jeune hybride.
Avec un peu de fébrilité, la Lucinienne tira ses herbiers avant de les consulter avec célérité, elle devait choisir avec soin ses plantes à la fois pour traiter son choc thermique en profondeur et pour chasser la fièvre au plus vite.

Elle se hâta pour rejoindre l'âtre afin de se saisir de la bouilloire mais elle se figea brusquement.
Sans crier gare, parmi les vêtements mis à sécher près du feu par la tenancière, l'écharpe et les bandages de Rÿn, désormais bien secs, s'envolèrent pour rejoindre leur propriétaire sous les couvertures.
Ils s'enroulèrent autour du cou et des bras du neko puis s'immobilisèrent, de nouveau inanimés.
La blanche demoiselle ne put s'empêcher d'écarquiller ses yeux écarlates et de cligner plusieurs fois des yeux, comme si elle ne croyait pas ce qu'elle venait de voir.


- Quelle est... cette sorcellerie ?...

Elle-même était en possession de divers objets magiques : un bracelet qui la rendait intangible, un sceptre dont les dragons prenaient vie afin de l'aider dans ses combats, des épées capables de repousser le mal, un autre bracelet se transformant en arc générant des flèches d'énergie pure...
Mais c'était bien la première fois qu'elle voyait des vêtements s'animer pour rejoindre leur propriétaire, elle-même pouvait attirer à elle ses effets par télékinésie mais ça n'avait rien de comparable.
La magicienne blanche s'efforça de secouer la tête pour reprendre ses esprits et elle se saisit prudemment de la bouilloire avant de la remplir d'eau claire.
Avec soin, elle sélectionna ses plantes médicinales et en pila certaines avant de placer le tout dans l'eau pour mettre l'ustensile sur le feu.
Bien vite, une odeur saine emplit la pièce, comme si la mixture purifiait l'air environnant rien qu'en chauffant.

Mais Serena n'était pas en train d'assainir l'air, elle préparait une potion qui devait avoir les capacités de soigner le jeune hybride dévoré par la fièvre.
Elle attendit impatiemment que la bouilloire se mette à chanter tout en renouvelant la serviette fraîche sur le front du neko.
Puis elle versa une partie de la potion dans une tasse et attendit qu'elle refroidisse un peu pour ne pas brûler le gosier du malheureux Rÿn qui souffrait déjà bien assez comme ça sans qu'elle l'achève de la sorte.
La Lucinienne souffla consciencieusement sur la boisson comme une mère pour son enfant et elle redressa doucement la tête du malade afin de lui faire absorber le breuvage qui devait le remettre.
Heureusement elle passa apparemment sans encombres et elle reposa doucement l'hybride sur son oreiller avant de renouveler la serviette fraîche sur son front.
La magicienne blanche ne pouvait qu'attendre de voir si son traitement ferait l'effet escompté.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Ven 11 Nov - 16:54

Avez vous déjà eu l'impression d'avaler du feu, et que celui-ci se répandait dans tout votre corps sans vous demander le moins du monde votre avis, entrainant un réchauffement intensif de tout votre corps, en commençant par votre œsophage et votre estomac, avant de se répartir partout plus ou moins régulièrement ? C'est la sensation qui m'avait parcouru quand j'ai bu la tasse dans le lac, le froid m'ayant brulé, un paradoxe qui m'étonne toujours. C'est aussi cette sensation que je ressens de nouveau à l'instant. Je dormais tranquillement, bien pépère et peinard, avec mes bandages, le pyjama, mon écharpe, et voilà qu'on me redresse doucement la tête, et qu'on me fait boire un truc qu'il était FRANCHEMENT sérieusement dégueulasse. Ça, c'est de la bonne médecine, y a pas à dire. Le maître me disait souvent qu'un bon médicament, c'est un médicament dégueulasse que l'on ne veut jamais ravaler. Cela force le malade à guérir plus vite, pour justement abréger le traitement et la torture au maximum. Toussotant un instant après avoir avalé le remède, je grogne, et retombe doucement sur l'oreiller, que je prends dans mes bras et serre contre moi, en souriant. De toute façon, je délire, donc, ne cherchons pas plus loin et restons tranquille jusque là. Le temps passera bien assez vite sans que je ne me mêle de son passage, relativement rapide quand on est malade de toute manière, alors...

« Mhmm... Dodoooo... N'enfant do... Nyah... »

Une serviette fraiche sur le front, doucement, je sens le bien-être s'installer, ça va aller, ça va même très vite aller, je me sens déjà mieux. Au plus profond de moi, mais mieux quand même, il n'y a plus de crainte à avoir, quelques heures de sommeils, et demain au réveil, je serais autant dire quasiment guéri, il n'y a pas à s'inquiéter. Heureusement qu'elle était là, je suppose, sans elle, ma vie et ma maladie aurait toute deux tournées courtes, très courtes. Là, la maladie tournera court, mais pas ma vie. Et c'est parfait, je trouve, à mon goût. De toute façon... Cessons en là pour cette nuit, à trop réfléchir, je ne vais plus dormir, ce ne serait pas avantageux pour moi, loin de là, j'ai besoin de mes heures de sommeil, surtout quand je suis malade, donc stop, allez, baste. Le temps passera de toute manière dans tout les cas. Relativement vite. Sans doute. En attendant, j'entends toujours le crépitement du feu, qui me tire un sourire sur le visage, calmement, je me renfonce dans mes rêves, sans plus chercher à les distinguer de la réalité. Aucun intérêt à cela, de toute manière, donc je vais me laisser délirer, ça me fera des souvenirs pour plus tard. Et c'est bien les souvenirs, ça occupe les sombres nuits d'hivers, triste et froide. Ça donne des couleurs à tout, et ça réveille le corps encore engourdie par le froid. Vive les rêves mes amis, vive les rêves.

« Mhmm... »

Et doucement, encore une fois, l'écharpe et les bandages se resserrent autour de moi, assurant ainsi ma chaleur et mon confort, et ma sécurité en même temps. Tant qu'elles sont là, je vais bien, et tant que je vais bien, elles sont là, c'est tout. Ça a toujours été ainsi, depuis des années, je ne vais pas chercher à modifier cela pour rien au monde, je n'y aurais aucun intérêt, de toute manière, alors pourquoi me compliquer la vie. Rien ne changera jamais, j'aime pas le changement de toute manière, ça me fait chier le changement, je HAIS le changement... Alors essayez de comprendre à quel point je peux haïr me retrouver projeter dans un mode que je ne connais pas et sans aucune manière de savoir ou je peux bien être. Oui, d'accord, c'est mon monde natale, mais je n'y ai autant dire jamais vécu, alors... Je sens que j'aurais beaucoup de découverte à faire ici. Et peut être partir à la recherche de mes parents, proche ou lointain. C'est en songeant à tout cela que doucement mes queues se collent contre moi, autour de moi, et que je finis enfin par sombrer vraiment dans le sommeil, noir et sans rêve, reposant entre tous.

[Et là, j'arrive pas à en tirer plus sur le coup, donc je vais te laisser aimablement la suite, et ne te gêne pas pour faire passer des heures et tout, parce qu'on peut pas indéfiniment tiré sur la corde raide.]
Revenir en haut Aller en bas
Serena Magami

avatar

Messages : 1113
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24
Localisation : Ici, avec vous ;p

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
95/80  (95/80)

MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Ven 11 Nov - 18:00

Serena renouvelait sans se lasser la serviette froide sur le front du jeune neko, les heures s'écoulant lentement dans la chambre de la petite auberge.
Elle ne se levait que pour entretenir le feu et empêcher la pièce de se refroidir.
Mais peu à peu, elle constata que la rougeur sur le visage de l'hybride semblait s'estomper et elle porta sa main de porcelaine sur le front de Rÿn pour évaluer sa température.
Doucement la magicienne blanche se tourna vers sa fidèle petite chouette harfang, juchée sur son épaule, et lui adressa un sourire rassurant.


- On dirait qu'il va mieux, sa fièvre descend !...

Sa potion médicinale faisait enfin effet et elle ne pouvait que s'en réjouir.
Lutter contre un choc thermique et chasser la fièvre due au refroidissement n'avait rien d'une sinécure.
La vieille herboriste qui l'avait hébergée après avoir fui son village, désormais défunte, aurait été fière d'elle, elle avait parfaitement retenu les leçons que celle-ci lui avait données.
Le breuvage qu'elle avait donné à Rÿn devait être atrocement amer vu le mélange de plantes et de racines qu'elle avait employé mais plus un médicament est mauvais, plus il est efficace, elle en savait quelque chose.
Maintenant que le neko semblait enfin hors de danger, elle put enfin se relaxer un peu même si elle n'en oubliait pas d'attiser le feu et de rafraîchir le malade en passant de temps à autre une serviette froide sur son visage.

La nuit s'éclaira peu à peu autour de la Cité Lacustre mais Serena n'avait pas l'intention de dormir tant que le jeune hybride ne serait pas totalement hors de danger.
Ce n'est qu'alors qu'elle avisa les denrées que la tenancière avait ramenées à son intention et à celle de son patient.
Bien que Lucinienne, elle n'avait aucune idée de ce qui se mangeait traditionnellement à la Cité Lacustre, encore moins en cette période particulière.
Après avoir vécu des décennies au coeur du Bois de l'Innocence, elle ne connaissait pas encore autant son propre monde qu'elle l'aurait voulu.

En tous cas, elle s'approcha du plateau et observa avec curiosité ce que contenait la fiole de porcelaine sur le plateau.
Elle renifla son contenu et fit une atroce grimace, ses narines délicates agressées par les vapeurs de l'alcool.
S'il y avait bien une chose qu'elle ne supportait pas, c'était bien ça !...
Machinalement elle s'empara d'un des biscuits sur le plateau et le porta à ses lèvres, elle ne put s'empêcher d'écarquiller ses yeux écarlates.
Très légèrement sucrés, la magicienne blanche reconnaissait néanmoins le goût du potiron dans ces biscuits, c'était particulier mais pas mauvais du tout !...
Elle tendit l'un des biscuits à sa fidèle petite compagne qui semblait plus dubitative que sa maîtresse quant à la qualité de ces sucreries.

Mais la Gardienne qui veillait Rÿn depuis qu'elle l'avait repêché ne vida pas pour autant l'assiette, elle l'amena même au contraire sur la table de chevet du jeune hybride.
Il aurait sûrement faim à son réveil après son bain dans le lac et la fièvre dévorante qui s'était emparée de lui.
Elle prit soin de lui tandis que le ciel s'éclairait toujours plus dehors mais Serena se mit doucement à dodeliner de la tête.
La Lucinienne se frotta instinctivement les yeux, bien décidée à lutter contre le sommeil mais il était vrai qu'elle avait voyagé sans relâche ces derniers jours et n'avait que peu dormi.
Aussi, malgré toute sa résolution, Serena finit par s'endormir doucement sur sa chaise, auprès du chevet de Rÿn alors que le soleil se levait doucement sur le monde de la lumière.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Ven 11 Nov - 22:52

Et au petit matin, les oiseaux se remirent à chanter, dans la froideur de ce matin d'automne, la vie reprit son cours pour le petit homme chat qui avait trouvé intéressant de se baigner dans un lac gelé sans enlever ses habits. Tout revenait à la vie. Et surtout son petit nez encore un rien enrhumé de sa performance d'hier. Maiiiis enrhumé ne veut pas dire incapable de détecter l'odeur de ces FAMEUX biscuits à la citrouille, connus entre tous par mes papilles pour leur délicieux petit goût de sucré sur cette odeur de potiron. J'adore ces biscuits. Et maintenant, je ne suis plus totalement shooté au froid, je PEUX en manger ! Du moins quand j'aurais décidé de me lever, ou de me réveiller en fait... Vu que je dors encore là. Mais de toute façon, rien ne m’empêche de les sentir. De base, j'ai un odorat plus performant qu'un humain, BIEN plus performant, alors quand c'est une odeur que je connais, là, c'est bon, plus rien ne m'arrête, je la repère à trois kilomètres à la ronde. Et généralement, je fonce dessus aussi rapidement aussi, mais... En général, je n'ai pas pris un coup de froid intense, mes muscles ne sont pas tous courbaturés comme des blocs de pierres, et je ne dors pas depuis l’après-midi de la veille jusque au matin, dans une ambiance chaude et agréable, avec une potion dans le sang que je n'ai pas fabriqué moi même, et que je ne connais donc pas. Non, en effet, ça, d'habitude, ça ne m'arrive pas. De toute façon, je finis par grogner doucement, m'étends dans mon sommeil, baille deux ou trois fois, ou miaule en fait, ou ronronne, en fait j'en sais rien mais en clair, j'ouvre grand la bouche et j'expire. Et je finis par ouvrir les yeux et regarder tout autour de moi. Disparus les boules de lumières d'hier, plus de petite musique dans l'air, plus rien que cette odeur de biscuits, cette fragrance d'alcool doux, cette odeur de feu de bois et de cendre de sapin, de résine qui a brulé toute la nuit, ce bruit issu de la chouette de l'elfe qui m'a sauvé, et l'odeur de la dite elfe, en train de dormir sur la chaise à côté de mon lit, lit qui sur sa table de nuit a maintenant un plateau de biscuit de posé. Et ma première action dans ce nouveau monde, après mon réveil, et un étirement en règle, fut... De tendre la main vers le plateau, de prendre un gâteau dans ma main, de le ramener vers moi, et comme un enfant, de commencer à le grignoter doucement entre mes dents de devants, les deux mains pour le tenir, en souriant. Ce qui me permit de remarquer que la recette en était légèrement différente de celle que je connaissais.

« Mnyaaaah. Pas mauvais du tout en fait ce petit truc... Je me demande si l'alcool est le même ou s'il est différent aussi tient, tout est possible... Mhmm... Testons ! Testons, testons, testooooons. Yaaah, allez ! »

Oui, je suis en forme, confère la roue que je viens de faire pour me rétablir sur mes deux pieds au pied du lit, sans avoir mis le pieds sur le côté du lit, pour éviter de passer trop près de la demoiselle, je veux pas la réveiller. Vous me direz que faire une roue dans un lit avec une couverture, pardon, DES couvertures, et tout, c'est pas plus discret, mais moi, je suis doux et délicat, et je sais faire ça sans trop de bruit. Marchant pied nu sur le plancher, je m'approche doucement de la table avec les victuailles, et me sert un fond de verre d'alcool, que je sirote doucement avec un autre biscuits, tout doucement. L'alcool se marie juste trop bien avec le biscuit, c'est génial, le biscuit en absorbe le piquant, l'amertume, et de l'autre côté, l'alcool fait ressortir le sucre du biscuit cent fois plus fort. Mon dieu, ils ont inventé LE biscuit de la fête des esprits parfait. J'en veux plus jamais d'autre. Tout sourire, je promène mon regard sur la pièce, fait doucement voleter mon écharpe autour de moi et sourit quand je vois qu'elle répond à mes ordres simples, comme d'habitude. Les bandages eux ont repris leurs places sur mes mains, et couvrent maintenant mes articulations, et mes doigts, bon... Feu... J'aime le feu... C'est chaud... Ça réchauffe. Je m'en approche, le sentant doucement, et profite de sa chaleur qui se répand entre mes doigts de pieds, en souriant. Doigts de pieds que j'écarte comme un gamin, pour profiter encore plus de la sensation. Je grignote toujours, biscuits mais plus d'alcool, et finit par rire doucement. Je suis vivant. Et en forme. Comme jamais. J'en demande pas plus, personne n'en demanderait plus de toute façon, être vivant c'est la base de tout, maintenant, je vais pouvoir déconner comme je veux. Après avoir dormis encore une ou deux nuits pour être sur d'avoir récupéré. Histoire de...

« Mnyaaah... Bon... En fait... »

Doux bâillement, je regarde le plafond, mes paupières papillotants doucement, et je me rapproche du lit avant de me remettre dedans. Je suis peut être pas tellement en forme que je voudrais bien le croire hein. Dommage. J'aurais voulus partir en exploration de la ville. Mais ça a pas l'air d'être pour tout de suite. Je suis encore trop fatigué. Zut. Zut de flute. Zut de flute de crotte de chèvre. J'aime pas ça. Du tout.
Revenir en haut Aller en bas
Serena Magami

avatar

Messages : 1113
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24
Localisation : Ici, avec vous ;p

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
95/80  (95/80)

MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Mar 15 Nov - 10:59

Si Serena dormait tranquillement sur sa chaise, fatiguée par son voyage des derniers jours et par sa nuit de veille, ce n'était pas le cas pour sa petite compagne emplumée.
Tsuki, sagement juchée sur son épaule, se contentait de somnoler à son habitude afin de respecter le sommeil de sa petite maîtresse.
Mais elle ouvrit bien vite ses prunelles dorées en voyant la masse recroquevillée sous les couvertures s'agiter et les deux oreilles pointues émerger.
Elle hocha la tête de coté en le voyant se retourner, baîller, ronronner, s'étirer et chiper un biscuit dans l'assiette déposée sur la table de nuit avant de le grignoter comme un gamin.
Il se mit à parler tout seul, heureusement pas encore assez fort pour sortir la Lucinienne des bras de Morphée mais la petite chouette harfang réprima un piaillement en le voyant s'extirper du lit en faisant la roue.

Mais Rÿn n'était pas apparenté aux neko pour rien, comme tout félin, il était souple et silencieux dans ses mouvements, il retomba donc sans un bruit à quelques pas de la magicienne blanche sans la tirer de son repos bien mérité.
Tsuki ne le lâcha pas de son oeil doré, elle n'allait pas le laisser filer à l'anglaise pendant que sa petite maîtresse dormait.
Mais ce n'était manifestement pas l'intention du jeune hybride : il décida d'aller se réchauffer un peu plus avec un verre de l'alcool auquel la Gardienne n'aurait jamais voulu toucher.
Puis il se rapprocha du feu pour se faire dorer les orteils tout en dégustant ses biscuits en riant doucement.
Lentement, il retourna se blottir sous les couvertures, à la fois réchauffé par l'alcool qui courait dans ses veines et par le feu de bois qui brûlait toujours.

Mais la petite chouette n'avait pas l'intention de le laisser se rendormir, comme d'habitude elle n'aimait pas ceux qui s'approchaient trop près de sa petite maîtresse et elle était bien décidée à lui faire débarrasser le plancher aussi vite que possible.
Elle vola jusqu'à son oreiller, lui donna quelques petits coups de bec dans sa chevelure épaisse sans trop lui faire de mal et elle se mit à piailler largement pour avertir la magicienne blanche que son patient était revenu à la vie.
Cela ne tarda pas à faire émerger Serena des bras de Morphée et elle frotta doucement ses yeux écarlates un peu gonflés du manque de sommeil.
Mais voir le neko avec une bien meilleure mine acheva de la réveiller complètement et un sourire soulagé envahit son visage de porcelaine.


- Tu es réveillé Rÿn ?...

Cela, c'était une simple constatation et le regard qu'elle jeta à l'assiette vide de biscuits lui suffit pour réaliser que non seulement le jeune hybride était revenu à lui mais aussi qu'il avait retrouvé l'appétit.
Il y avait une chose qu'elle devait vérifier tout de suite et elle se pencha vers lui pour poser sa main blanche sur son front.
Elle patienta quelques instants pour juger de la température de son patient et un sourire appréciateur se dessina sur ses lèvres.


- On dirait que ta fièvre est complètement tombée. Comment te sens-tu ?...

Elle savait que cela était à la fois dû par le traitement de choc qu'elle avait employé pour faire descendre sa température mais aussi à son remède.
Mais il n'était peut-être pas tout à fait remis, il n'était pas passé bien loin de la noyade ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Mar 22 Nov - 23:27

« Chui réveillé, merci de vous en inquiéter mademoiselle, je suppose que vous êtes celle qui m'avez sauvé hier dans le lac, je vous en suis infiniment reconnaissant, si vous vous êtes présenté à moi, je crains de ne pas avoir retenus votre nom, j'en suis infiniment désolé, mais je vous avouerais que les seuls souvenirs que j'ai de hier soir et de cette nuit consistent en des visions fugaces de boules de lumières chantante, alors c'est bien jolis, et très agréable, mais ça a strictement aucun sens dans mon esprit, donc je suis vraiment désolé... Je me sens pour ma part très bien, ou plus ou moins, je n'ai effectivement pas, ou plus que peu de fièvre, et je vous en remercie encore pour tout ce que vous avez pu faire... Se... Ah, vous vous appelez Serena, je crois, ça me revient ! Serena Magami ! »

Je vous ai dit que quand je suis en forme, je suis un immense bavard, en plus d'être très agile ? Non, hein , je ne vous l'avais pas dit. Je suppose que c'est normal, je n'en avais pas encore trouvé l'occasion, ce qui peut s'expliquer par le fait que j'étais en train d'être occupé à mourir dans mon coin, plus ou moins. Mais là, je vais bien, donc je redeviens moi même, ce qui signifie que je redeviens un grand bavard... Hé oui... Pas de bol, mais bon, on fera avec. Hésitant entre me relever et fuir le contact de la main sur le front, c'est jamais bon le contact avec les gens, j'aime pas trop que les gens me touchent, ils sont louches les gens, je ne les connais pas, et ils me touchent, j'aime pas ça. Puis y a l'oiseau là... Il a pas l'air de m'aimer non plus. Alors que j'ai RIEN fait moi ! RIEN DE RIEN. Juré, juré de juré même. J'ai rien fait à cet oiseau qui nécessite qu'il me prenne en grippe avant même qu'on ne se soit correctement présenté lui et moi. J'aime pas les gens qui me prennent en grippe sans rien savoir de moi. S'il m'avait demandé, je lui aurais directement dis que je ne mange pas de chouette, et nous nous serions entendu, voyez vous ! J'aime pas les oiseaux. 'fin, si, mais seulement vivant, et pépiant, et généralement pas dans ma chambre, accessoirement parlant. J'connais quelqu'un, de réputation, qui traite les gens de manchot. Ou de pingouin. Je sais plus. Un beau taré lui encore.

« Je vous suis réellement redevable mademoiselle, et bien que nouveau dans le coin, et ayant bénéficié d'une arrivé un rien décalé, il faut bien l'avouer, je m’acquitterais de ma dette envers vous, dusses-je vous suivre et vous protéger, vous servir de valet, de garde du corps, ou d'assistant en tout et pour tout, je ne suis sans doute pas le garçon le plus intelligent au monde, mais si on m'explique, je peux tout comprendre, vite et bien, vous n'aurez qu'à me dire et je ferais. Sans vous, je ne serais même plus là pour déblatérer sans vous en laisser placer une. Mon maître me frappait sur la tête quand je lui faisais ce genre de truc, il aimait paaaas... D'ailleurs, je pense qu'il serait bon que je respire un peu et que je vous laisse parler. »

Ce serait en effet une bonne idée mon cher moi-même, parce que là, tu deviens un rien lourd, mais passons... Baillant doucement, je secoue la tête, me frictionner les oreilles doucement pour me réveiller, faire battre mes queues contre mon dos en souriant, je finis par me réveiller complétement, mais je vous avoue que je retournerais bien me coucher quand même, parce que réveillé ne veut pas dire spécialement en forme, juste suffisamment rechargé pour tenir debout, ce qui n'est pas, forcément, suffisant dans la vie de tout les jours, et même très loin de l'être si vous voulez mon avis, mais de toute façon, on s'en fout, ce qu'il faut retenir de tout ça... C'est... C'est... C'est je sais pas. C'est on s'en fout. De toute façon ça n'a aucune espèce d'importance. Le fait est que je suis pas au mieux de ma forme, et que je dormirais bien encore une journée, parce que la nuit précédente n'a été qu'un long comatage, donc pas reposante du tout. Et de toute façon, je vais faire une rechute, on ne guérit pas en une nuit d'une fièvre pareil. En somme, je suis en forme, et ça va pas dureeeeer. Cool hein ? Bah nan, pas cool. Je trouve pas.

« Mais je vous avoue que je me porterais sans doute mieux demain, après... Un vrai repos. Là, pour le moment... Je tiens debout, je cabriole, mais... Je n'ai pas spécialement envie de tester combien de temps je peux faire tout ça avant de tomber par terre d’épuisement. Ça devrait être assez rapide, de toute façon... »

[DESOLEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE pour le temps de réponse, les cours, les championnats de Belgique à préparer, et tout, je suiiiiis désolééééé. >.<]
Revenir en haut Aller en bas
Serena Magami

avatar

Messages : 1113
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24
Localisation : Ici, avec vous ;p

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
95/80  (95/80)

MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   Sam 3 Déc - 20:14

Serena ne put s'empêcher d'écarquiller ses yeux écarlates en constatant que le jeune neko face à elle était non seulement réveillé mais était soudain atteint d'une volubilité rare.
Il discourait tellement que même Tsuki, sa chouette d'ordinaire si hostile aux étrangers, se tenait coite et parfaitement immobile sur son épaule soudainement.
Peut-être était-ce parce qu'il était passé à un cheveu de la mort et de plus d'une mort particulièrement atroce mais il semblait décidé à parler sans avoir besoin de reprendre son souffle.
En tout cas, il avait manifestement très bien repris conscience et il avait au moins retenu son nom, c'était un bon début,, il allait apparemment beaucoup mieux.
Ce qui n'était pas très difficile vu qu'elle l'avait récupéré à moitié noyé dans un lac à quelques degrés et l'avait ensuite soigné d'un choc thermique qui aurait pu être tout aussi fatal que les eaux sombres du Lac sans Fond.
Mais elle leva légèrement ses mains blanches en signe d'apaisement tandis que le jeune hybride semblait désormais décidé à la suivre comme son ombre en remerciement de son sauvetage.


- Nul besoin de me remercier Rÿn !... Tu as simplement eu de la chance que je sois dans les parages au bon moment !...

Un doux sourire se dessina sur le visage de la demi-Sélène : elle était naturellement bienveillante et elle s'était toujours portée au secours de son prochain quand elle l'avait pu.
Voir quelqu'un lui promettre une fidélité sans bornes parce qu'elle lui avait simplement sauvé la vie la perturbait un peu.
Mais le jeune hybride semblait enfin redevenir raisonnable : il avait présumé de ses forces en sortant de son lit aussitôt et sentait enfin le besoin de repos de nouveau fondre sur lui.
La magicienne blanche lui adressa un sourire rassurant et remonta doucement la couverture sur lui.


- Tu ne vas pas te remettre en quelques heures !... Repose-toi, je resterai ici tant que tu ne seras pas entièrement remis !...

La petite chouette harfang agita les ailes et poussa un piaillement indigné, elle n'avait apparemment aucune envie de rester en compagnie de ce jeune neko.
Mais après tout, les oiseaux et les chats, c'était une grande histoire de désamour depuis bien longtemps.
Serena se redressa lentement pour quitter sa chaise et elle se dirigea vers la porte, sa petite compagne à plumes sur l'épaule.


- Je vais te chercher de quoi te remettre sur pieds, je reviens !...

Elle ramassa les restes du repas de l'hybride sur le plateau et elle sortit pour descendre calmement l'escalier en direction de la salle commune.
La Lucinienne adressa un sourire amusé à l'oiseau qui ne la quittait jamais.


- On ne peut pas dire que c'était ce à quoi nous nous attendions en venant à la Cité Lacustre, n'est-ce pas Tsuki ?...

La jeune chouette piailla et battit des ailes en guise d'assentiment.
Après tout, initialement, elles étaient venus pour échanger des plantes à un apothicaire local contre quelques richesses dont la Lucinienne ne comprenait pas toujours la valeur.
Enfin... ça permettait de payer sans encombres ses voyages à travers les trois mondes, les nuits d'auberge, la nourriture et autres.
Maintenant elle avait un jeune neko à s'occuper jusqu'à ce qu'il soit complètement remis : en bonne guérisseuse, elle se devait de veiller sur son patient jusqu'à ce qu'il soit guéri... ou bien passe de vie à trépas au choix.
Sans peine, elle parvint au bas des escaliers et elle constata qu'il pleuvait au dehors par les croisées de la salle commune, au moins ils ne devraient pas être dérangés par la foule vu le temps.
Mais alors qu'elle se contentait de demander de quoi se sustenter à la tenancière, elle entendit soudain l'un des convives se redresser d'un bond de sa place, renversant sa chaise dans un grand fracas et brisant la chope de bière qu'il buvait jusque là.
Serena considéra l'inconnu qui se tenait là, il avait manifestement passé la nuit dehors, son long manteau de cuir brun et son chapeau à larges bords élimés étaient détrempés, ses yeux d'un vert pâle entourés de cernes sombres la fixaient soudain avec une haine inégalée mais un sourire carnassier envahit soudain son visage.


- Vampire !!!...

La Gardienne ne put s'empêcher d'écarquiller les yeux en entendant ça : manifestement cet individu la prenait pour un de ces prédateurs nocturnes qui tuaient pour se nourrir.
A vrai dire, ce n'était pas la première fois : notamment, quand elle se trouvait en Umbra, les gens l'évitaient à cause de son regard écarlate qui, apparemment, était une marque de cette caste.
Mais elle n'eut pas le temps de réfléchir plus longtemps : avec une incroyable célérité, l'inconnu tira de sous sa longue veste une arbalète et tira dans sa direction.
Serena réagit instinctivement : sa télékinésie se manifesta autour d'elle dans une sorte de vague invisible qui, non seulement, brisa le trait mortel qui la visait mais renversa son agresseur ainsi que pas mal de meubles autour d'elle, dans un grand fracas qui se fit entendre dans toute l'auberge.
Comment diable s'attirait-elle toujours des ennuis où qu'elle aille ?...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Biscuits à la citrouille, alcool de citrouilles, et noyade de chat... [PV Serena]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Moinon? Elle est dans la 3ème galerie en partant sur la gauche.
» Le Gang des Citrouilles
» Don de Citrouilles lestées !
» [Event] La Guerre des Citrouilles
» présentation d'alcool-tueur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonia :: Archives :: Les archives des mondes-
Sauter vers: