AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Renaissance [deux personnes maximum]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Larian Bren
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 25
Localisation : derrière mon écran

Feuille de personnage
Niveau:
11/30  (11/30)
Expérience:
27/40  (27/40)

MessageSujet: Renaissance [deux personnes maximum]   Sam 6 Juil - 17:58

Une grande lumière, des paroles, cette sensation était familière. Il ne se sentait pas très bien, des flashs furtifs se firent leur entrée dans son esprit, un visage féminin harmonieux, un rire, il secoua la tête. Depuis quand neigeait-il? Tendant la main Larian vit les flocons le traverser comme si il était intangible. Il ne se sentait pas bien, tout cela était étrange. Son instinct lui criait de fuir, de courir loin de cet endroit, mais ou pouvait-il aller? Dans toutes les directions ou il regardait, seul le vide insondable, les ténèbres l'entourait, cherchaient à l'étouffer. Une clameur retentit au loin, la lumière sembla revenir, il reprit pied dans la réalité, secouant la tête pour reprendre ses esprits. Il ne savait pas ce que tout ça voulait dire mais il n'était plus dans l'escalier de l'auberge. Il était dans une ruelle.
Avançant avec précaution, Larian ne savait pas vraiment comment interpréter ce qui lui arrivait, mais il savait que tout cela lui était familier, il avait vécu ça. Il sentit la peur de l'inconnu l'envahir, mais il décida de passer outre et de continuer. Déboulant dans une rue plus grande il put constater un genre de rassemblement, des gens hurlaient à s'en rompre ses cordes vocales, un tas d'insultes et de quolibets, visiblement il y avait là bas quelque chose qui se tramait. Une important foule, attirée par le bruit se rendait sur les lieux. Larian prit leur suite, il ne comprenait pas vraiment ce qui se passait mais une bande de personnes semblait mécontente. Face à eux, un groupe de soldat aux armoiries inconnues pour Larian tentait de contenir la foule, mais leur chef semblait perdre patience et il semblait que tout cela allait tourner au vinaigre. Larian ne voulait pas s'en mêler mais en mourrait d'envie en même temps. S'en mêler le mettrait en danger mais il ne pouvait laisser ces chiens de soldats massacrer des innocents. Larian priait donc pour que la situation se désamorce seule.
Des roulements de tambours retentirent, visiblement les renforts arrivaient. Larian sentait que tout cela allait virer au vinaigre de manière définitive, si les soldats chargeaient, se serrait un massacre, il entama de fendre la foule, jouant des coudes et des épaules pour s'approcher le plus possible de la foule. Protéger les civils, limiter la casse, éparpiller les soldats. Il sentait qu'il devait agir, comme si une force supérieure prenait le contrôle de son être pour agir. Serrant des poings et maudissant sa stupidité, il se trouva vite en bordure de la foule, il devait évaluer la situation avant de se jeter tête baissée dans le combat.
La place était plutôt grande, et elle était pleine de monde, jamais il ne pourrait s'occuper d'autant de personnes, le pire était la présence d'enfants parmi la foule. Les soldats frappaient leurs armes sur leur bouclier afin d'intimider une foule hargneuse. Le nom d'une certaine Nemesis Morrigan était hurlé, la plupart du temps suivis d'insultes ou de menaces. Se grattant pensivement la nuque, Larian tenta de comprendre ce qui se passait, le chef de cette ville était-il un tyran? Confu et complètement perdu, Larian sentit une forte pression dans son dos, les soldats avaient fini par se frayer un chemin, l'un d'entre eux posa son regard blasé dans celui de Larian qui lui répondit par un regard totalement neutre. Le soldat finit par passer son chemin et donna des ordres aux autres, la foule était désormais prise en sandwich, un homme monta sur une pile de caisse et se saisit d'un petit dispositif qu'il plaça devant sa bouche, sa voix résonna dans toute la place.


-Dispersez-vous et aucun mal ne vous sera fait ni à vous ni à vos familles. Nous comprenons la situation et vous assurons que Damme Morrigan fait tout son possible pour garantir votre sécurité. Mais l'usage de la force létale nous est autorisé nous vous le rappelons.

Les soldats se mirent en position de charge, quelques cavaliers rejoignaient leurs camarades. La foule s'agita un bref instant, comme prête à se battre, mais la présence de soldats en trop grand nombre et des cavaliers qui agitaient leurs armes finit par les convaincre de se disperser, les curieux reprirent le cours de leur vie et Larian se mit à errer dans les rues. C'est au détour d'une rue qu'il finit par percuter quelqu'un, occupé qu'il était à contempler un graffiti anti-Morrigan.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yank Kain
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 36

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
2/40  (2/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Lun 15 Juil - 17:37

Cela faisait quelques jours que Yank Avait fait étape dans cette petite ville sans histoire. Cependant une certaine tension se sentait dans les rues de la cité, une colère sommeillait qui n'attendait que le bon moment pour exploser et déverser un torrent de violence dans les rues, les plongeants dans le feu et le sang. Le Iarl du coin voyant les risques d'émeutes grandir avait lancé un plan de conscription pour renforcer la milice locale. Yank n'eut aucun mal à se faire embaucher pour quelques jours afin de gagner quelques pièces d'or avant de reprendre la route dans les prochains jours. Son travail consistait simplement à faire des rondes dans les ruelles. En effet on ne confie des taches trop importantes à un inconnu fraîchement arrivé et qui est seulement de passage. Ce n'était pas très gratifiant mais cela payait le gite et le couvert et lui permettait de faire quelques provisions afin de reprendre la route dans quelques jours.

Alors qu'il faisait sa ronde, il avait remarqué l'agitation sur la place en contre bas mais les gardes réussir à calmer les villageois avant que cela ne dégénère. Ce n'était pas plus mal au gout de l'épéiste qui préférait éviter de devoir corriger des gens qui n'ont comme seul crime qued'avoir faim et d'avoir peur de l'avenir, la guerre n'étant jamais loin... C'est à ce moment que quelqu'un le bouscula, un homme presque hagard, semblant plus perdu qu'autre chose...

"Pardon..."

Dit le jeune homme par pur politesse. A vrai dire, il portait son armure d'un blanc immaculé et n'avait rien senti mais celui qui l'avait percuté c'était peut être fait mal sur la lourde protection aux plumes de métal sculptées.

"Vous allez bien ? Vous semblez perdu. Puis je vous aider ? "

Continua t il tous en gardant son épée à porté de main juste au cas où. Il est vrai que l'on est jamais à l'abris de tomber sur un coupe jarret et autre brigand œuvrant dans les petites rues des villes. Le regard froid de Yank restait figé sur l'inconnu tant qu'il n'en ne serrait pas sur d'être en face que d'un simple villageois.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelya Elanessë
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 19/08/2010
Age : 32

Feuille de personnage
Niveau:
3/30  (3/30)
Expérience:
8/40  (8/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Mar 16 Juil - 0:25

Enelya circulait en ville elle observait comme elle le faisait a présent depuis la fin de le guerre. Son cœur était serré de voir tant de souffrance parmi la population mais que pouvait elle faire? elle ne pouvait nourrir tout le monde tout au plus soignait elle les malade qu'elle croisait gratuitement... Le plus souvent du à de la malnutrition. Elle était là, une ombre dans l'ombre d'un bâtiment. Presque invisible.
La voix qui raisonna attira son attention. Les soldats courtois étaient rares. Ce qui l'intrigua. Elle le détailla : son armure blanche très particulière finement ouvragée était un véritable chef d’œuvre métallurgique. N'importe quel amateur un tant soit peu averti aurait admiré l'ouvrage.
Ses cheveux blancs, ou bleu? elle n'arrivait pas vraiment à en définir la couleur et ses traits fins intriguèrent la jeune femme. Elle si insensible au charme masculin aurait presque pu baisser sa garde devant cet homme visiblement musclé. Mais l'heure n'était pas vraiment au romantisme et elle reprit très vite ses esprits.
Qui était-il ? d'où venait il? Instinctivement Enelya sentit qu'il était important pour elle de le connaitre sans réaliser pourquoi.
Elle prit le temps d'étudier le second individu. Elle l'avait déjà remarqué quand il avait fendu la foule en jouant des coudes.Des cheveux blanc l'air hagard. Elle eut une impression de déjà vu elle ne savait pourquoi. Elle avait du le croiser durant les batailles de la précédente guerre? Non impossible il devait être un enfant à cet époque. Elle haussa les épaules. Elle préféra rester discrète et attendit la suite des événements.
Elle avait une mission et celle-ci ne pouvait souffrir d'à peu prés ou de sentimentalisme. Il lui fallait trouver des hommes de confiance pour lutter contre l'ombre qui rodait sur equillos voire harmonia et surtout sur Nicx.
Elle se demanda où était d'ailleurs son ami et si il allait bien mais pour le le moment elle ne pouvait rien faire.
Une souris rempas sur son pied et instinctivement enelya secoua ce dernier et la fit voler dans une flaque d'eau ce qui émit évidemment un clapotis. Elle ragea intérieurement puis regarda l'avantage de la situation.Elle verrait le degres d'attention des deux hommes si ils se contentait de remarquer la souris elle partirait et passerait son chemin sinon....

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larian Bren
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 25
Localisation : derrière mon écran

Feuille de personnage
Niveau:
11/30  (11/30)
Expérience:
27/40  (27/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Mar 16 Juil - 7:56

Son vis-à-vis était un peu plus petit que lui, il avait une armure blanche qui avait fait un bruit métallique en percutant son manteau renforcé. Toutefois, ce n'était pas un homme à sous-estimer, il avait encaissé un impact comprenant son corps, sa tenue et son arme lancés à vitesse de marche rapide. N'importe-qui aurait fini renversé et Larian avait senti sa cage thoracique s'écraser, expulsant tout l'air à l'intérieur. Il devait en tout cas reconnaître que c'était une belle armure, un acier bien travaillé, de belles, bien qu'inutiles selon lui, ornementations, le soldat typique de la parade. Comment savait-il cela d'ailleurs? Il n'avait jamais travaillé l'acier de sa vie. Enfin, pas dans les dernières minutes. Ces questions métaphysiques n'avaient d'ailleurs aucun sens et il sentait qu'il avait soif ses mains se mirent à trembler, son corps réclamait quelque chose, mais quoi? Sa main se porta à une poche intérieure qui contenait une flasque métallique.
Il se perdit ainsi quelques secondes dans ses pensées, le regard pensif. Il finit par braquer ses yeux acier dans ceux de Kain. Il avait l'air d'avoir trop combattu, Larian pouvait déceler de manière instinctive les traits caractéristiques de ce genre d'individu, presque tout le monde les arborait, dans cette ville. Il ouvrit la flasque, sans un mot, laissant son interlocuteur dans l'attente. Mais cette dernière se révéla vide une fois porté à sa bouche, il sentit son corps se tendre et sa température corporelle grimper. Son regard se durci soudain. Il sentait qu'il avait besoin de quelque chose, mais quoi? Foutue amnésie! Il grommela légèrement quand tout se fit clair dans son esprit, de l'alcool, il lui fallait de l'alcool.


-Heu... Et bien vous pouvez sans doute m'aider en fait, je cherche la taverne la plus proche.

Visiblement perdu, il ne comprenait pas comment il ne pouvait pas se souvenir de la veille. Ni d'avant d'ailleurs, le rire retenti de nouveau, la neige. Larian passa sa main sur son visage. Il ne se sentait pas bien. Il sentait la corruption ambiante, le pouvoir néfaste des déchus qui le submergeait. Ses sens étaient agressés, bien que la raison ne lui apparaisse pas comme évidente. Son esprit s'embrouilla soudain, il voulait tuer cet homme, il servait les déchus, la haine monta en lui, sa vision se teinta de rouge, changeant la couleur de la cape, de l'armure et des cheveux de Kain. Il sentit sa main trembler, mais cette fois le manque d'alcool n'était pas en cause. Il presque aussitôt, tentant de ne pas regarder Kain de peur de faire un geste regrettable.

-Laissez-tomber. Je trouverais tout seul. C'est pas aujourd'hui que je devrais quelque chose à un larbin des déchus.

Et merde. Celle-là il avait pas put la retenir. Mais ce qui le préoccupait, ce n'était pas le gringalet face à lui, il pourrait s'en charger sans problème, c'est le groupe de fanatiques qui l'avait entendu qui l'inquiétait un peu plus. cinq personnes âgées d'une trentaine d'année qui s'approchèrent, l'air visiblement outré, ils acculèrent Larian prêt du mur et commencèrent à lui lancer des injures. La colère monta encore et Larian dut se concentrer au maximum pour ne pas laisser libre cours à sa rage. Il revit la neige, le visage, une voix, une promesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yank Kain
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 36

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
2/40  (2/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Mar 16 Juil - 11:47

Le chevalier observait l'homme devant lui. Il ne portait pas d'armure et n'avait pas d'arme apparente et semblait perdu dans ces pensés. Mais quand celui ci se mit à chercher quelque chose dans sa poche, Yank dégagea lentement son épée du fourreau en appuyant son pouce sur la garde de celle ci, faisant apparaître les premiers millimètres de la lame de son arme.

*Une fiole ?*

Pensa Yank en voyant celle ci sortir de la poche de l'inconnu. Était il un empoisonneur ou avait il juste soif ? La deuxième solution était la bonne. En effet l'homme demanda le chemin de l'auberge la plus proche se qui fit hausser un sourcil à l'épéiste. Le soiffard paraissait trop stressé, trop tendu pour être honnête a moins qu'il ne soit qu'un alcoolique en manque.

"Et bien..."

Alors que Yank interprétait à indiquer l'auberge la plus proche, non par courtoisie mais dans l'optique de voir la réaction de son interlocuteur et au besoin de le suivre pour voir de quoi il en retournait, un bruit se fit entendre dans la ruelle, ce qui accapara l'attention du garde à l'armure blanche.

Plouf...

Un rat ou peut être une souris était tombé dans l'eau surement après tenté de grimper sur une caisse ou un tonneau avant de glisser dans la boue et la fange de la ruelle sordide. Yank remarqua bien une silhouette féminine dans un coin mais ce n'était probablement qu'une spectatrice bien involontaire de la scène n'osant pas trop s'approché. Pourtant le regard du chevalier fut rapidement sur l'inconnue de nouveau. Celui ci refusa son aide et le traita de larbin de Déchus. Yank ne releva pas la provocation gratuite mais ce n'était pas le cas de quelques badauds se trouvant dans les parages et qui eux semblèrent réagir à ce qu'avait dit l'inconnu. Rapidement ils coincèrent l'homme contre un mur et l'invectivaient et le menaçaient physiquement.

Clic...

La lame courra le long du fourreau et d'un geste ample et harmonieux, Yank vient placer son épée sur l'oreille d'un des cinq villageois composant cette petite foule en colère.

"Cinq contre un, voila qui est une grande preuve de courage et d'honneur mes sires. Au nom du Iarl, je suis autorisé à réglé tout problème de violence en ces rues..."

Bien sur il exagérait un peu, il n'était autorisé qu'a faire des rondes, pas à trancher des têtes, ce qu'il n'avait pas envie de faire de toute manière. Cependant, il fallait bien calmer d'une manière ou d'une autre cette rage déclenchée juste pour quelques mots plus haut que les autres. La situation pouvait basculer d'un moment à l'autre dans la violence et dans le sang. La plupart des gens dans la ruelle avaient fuit ne voulant pas être impliqués dans la rixe mais Yank remarqua que la silhouette de femme était toujours là. Simple spectatrice ? Trop peur pour s'en aller ? Il ne le savait pas mais il y avait tout de même un risque que cette personne se mêle à la situation déjà explosive.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelya Elanessë
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 19/08/2010
Age : 32

Feuille de personnage
Niveau:
3/30  (3/30)
Expérience:
8/40  (8/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Mer 17 Juil - 7:44


Enelya observait encore la scène, hésitant sur la conduite à tenir. Un alcoolique? délicat comme choix elle avait besoin d'hommes oui mais d'hommes fiables. Pourtant d'un autre coté les homme luttant contre les déchus n'était pas nombreux et elle ne pouvait en négliger aucun... Elle remarqua la rixe qui couvait et fut tentée l'espace d'un instant de la faire exploser pour voir les capacité de cet homme visiblement en manque d'alcool. Ça lui aurait permis de voir son degrés d'intoxication. Mais elle se retint. Elle rechignait en effet a se servir de simples villageois probablement endoctriné plus ou moins de force et encore plus pour les mener à l'abattage. Elle remarqua que le chevalier avait distingué sa présence. Saleté de souris! Lui au moins avait le sens de l'observation c'était un bon point pour lui mais qu'en était-il pour elle?
Elle pensait la situation perdue. Un homme au service du pouvoir en place, agressé verbalement sur son allégeance aux déchus, 5 hommes plutôt bien battis eux même endoctrinés.... Elle se prépara à agir glissant sa main sur sa dague et s’apprêtant à viser l'individu le plus dangereux : le chevalier blanc, quand celui ci sortit son épée non pas contre le provocateur mais contre les villageois. alors là c'était à ne plus rien y comprendre. Elle regarda le chevalier visiblement surprise et tenta de se faire remarqué discrètement au gamin visiblement inconscient pour se mettre dans une telle situation, afin qu'il la suive et le mettre en sureté...
En attendant seul le chevalier la préoccupait pourtant. Étrange individu. Au lieu de saisir l'occasion d'en faire un exemple il l'épargne...Pour mieux l'enfermer et le torturer après? Pour l'endoctriner à son tour? Tout cela n'avait aucun sens visiblement.
Elle garda donc la main sur sa dague hésitant à la sortir ou pas. Prendre part à une rixe de ce genre c'était quand même prendre le risque d'avoir les troupes "royales" à ses trousse pas trés pratique pour aprés aller et venir en toute tranquillité dans la ville. Voire même se balader tout court.Quitte à être remarquée autant sortir de l'ombre. Elle s'avança après s'être assurée que son capuchon était bien remonté sur son front afin de dissimuler partiellement son visage et se plaça devant le provocateur légèrement en décalé pour ne pas l'avoir dans son dos un piège étant vite arrivé de nos jours.

Pardonnez moi mais nous sommes 3 à présent messieurs et personnellement peu importe les idées de chacun je n'apprécie guère les abattages et a 5 contre 1 ce n'est pas un combat ni une rixe mais visiblement un abattage.

l'excuse n’était pas très recherchée on se l'accorde mais elle n'allait pas dire salut je viens vous casser la gueule parce que vous êtes pour les déchus devant un soldat. Elle n’était pas du genre à se condamner au mieux à mort bêtement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larian Bren
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 25
Localisation : derrière mon écran

Feuille de personnage
Niveau:
11/30  (11/30)
Expérience:
27/40  (27/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Mer 17 Juil - 8:59

-Je n'ai pas besoin de vous pour me sortir d'un mauvais pas. Je ne sais pas pour la dame, mais toi à part ta belle armure et ton épée tu dois pas avoir grand-chose. Après tout, tu t'es soumis comme les autres.

Larian fusilla du regard Kain et Enelya, il les jaugeât rapidement, malgré leur grande assurance, il savait que leur aide serait d'une très grande inutilité dans le cas présent, il savait déjà comment se débarrasser de ces cinq abrutis, il prendrait bien un coup ou deux dans l'opération, mais que pouvaient des poings face à sa veste renforcée? Il ricana un peu, retenant de nouveau l'attention des cinq fanatiques. Larian ne savait pas du tout d'où lui venait une telle connaissance de la situation, le visage d'un homme apparu brièvement dans son esprit. Il avait son nom au bout de la langue, il éprouvait du respect pour lui, en tout cas, bien plus de respect que pour Kain.

-Bordel, quand est-ce que les harmoniens ont perdus leurs couilles? Baisse ton arme je vais te montrer comment ça marche.

Sans prévenir, le poing droit de Larian attiré au beau milieu du visage du type au centre, les autres, qui n'attendaient que ça, esquissèrent une attaque. Larian sentit l'adrénaline monter, il était bien trop heureux de laisser exploser sa rage. Dans un hurlement, s'appuya sur le mur derrière lui pour se propulser, ses deux bras tendus en avant. Ses muscles se tendirent et ses poings frappèrent deux hommes supplémentaires, il sentit un genou le percuter au niveau de l'abdomen et un coude au niveau du dos, mais les impacts étaient minimes. Il se retourna ensuite et saisi les crânes des deux hommes encore debout pour les entrechoquer avec un bruit sourd. Il contempla son oeuvre avec un étonnement redoublé, observant ses mains, comment savait-il tout cela?

-Une bonne chose de faite.

De nouveau calme, Larian semblait presque débonnaire. Il ajusta Alligator dans son dos et vérifia que les sangles étaient toujours en place. Il ne voulait pas que sa chère arme lui échappe, surtout pas en plein trajet. Quoi qu'il en soit il se sentait de nouveau bien, serein, calme, mais il avait toujours soif. Soif d'alcool et peut-être aussi soif de vengeance, il sentait toujours une certaine antipathie à l'envers de Kain. Quant à la nouvelle venue, elle était sortie des ombres avec ses grands airs et ses phrases longues comme le bras. Elle lui rappelait une autre personne.
La douleur de nouveau, des images dans son esprit. Larian porta la main à son visage, que se passait-il? Il voyait déjà la neige, le froid et la douleur. La douleur qui envahissait son corps et son esprit. Il avait froid, tellement froid. La neige laissa place aux murs de la ruelle. Larian reprit contenance et refit face aux deux zigotos qui s'étaient pris pour des héros.


-Une pinte ou deux ne me feraient pas de mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yank Kain
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 36

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
2/40  (2/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Mer 17 Juil - 11:42

La situation était sur le point d'exploser quand l'ombre dans la rue se révéla. Une femme encapuchonnée, surement pour garder l’anonymat, fit son apparition une dague à la main. A ses mots, on comprenait qu'elle prenait la défense de l'homme hagard. Yank se demanda si elle était une amie de l'ivrogne où si elle n'était qu'une redresseuse de tord comme on l'en croise régulièrement. Chacun en cette période de guerre cherche à se faire un nom. Gloire et fortune comme le dit si bien l'adage...

Pourtant l'aide de la femme ni même de Yank ne fut nécessaire. L'inconnu lança d'abord une provocation de nouveau en direction du chevalier blanc que celui ci ne releva toujours pas. Répondre aux provocations est une preuve de faiblesse et de non contrôle de soit. Puis, l'inconnu se lança à l'affrontement contre les cinq accusateurs publiques avec une certaine maîtrise au point que Yank n'eut qu'à rengainer son épée voyant que celle ci n'aurait pas besoin de goutter au sang en l'instant. En quelques secondes la situation fut désamorcée avec brio par ce qui ne pouvait être un alcoolique en manque. Bien que semblant perdu, il se battait trop bien pour souffrir d'un problème d’addiction à une boisson quelconque.  

"Finalement, vous n'aviez pas besoin d'aide, que cela soit de la part de le jeune dame ici présente..."

Il s'inclina doucement en signe de politesse en direction de celle ci.

"Ou bien de ma part finalement..."

Cependant, il restait sur ces gardes, il était seul contre deux désormais. L'inconnu qui, réclamant désormais une bonne bière pour se remettre de ses émotions l'avait tout de même provoqué verbalement deux fois pour le moment. Et pour ce qui était de la jeune femme, il n'en savait pas plus et le fait qu'elle cache son visage incitait à la prudence.

"Mais que cela soit bien bien clair, je ne suis avec personne ici..."

Dit il avec un petit sourire en coin..."

"Je suis de passage et ce travail de garde n'est qu'un moyen de me faire quelques pièce avant de reprendre la route dans quelques jours. Vos Déchus et autres problèmes politiques sont pour le moment le cadet de mes soucis..."

Termina t il en regardant les deux inconnus devant lui d'un regard neutre. La situation allait elle dégénérer de nouveau ou chacun allait il reprendre sa route comme si de rien était ? Nul ne le savait en l'instant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelya Elanessë
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 19/08/2010
Age : 32

Feuille de personnage
Niveau:
3/30  (3/30)
Expérience:
8/40  (8/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Mer 17 Juil - 19:40

Enelya rangea sa dague. Elle fut terriblement déçue. Déçue du comportement de l'inconnu. Inutile de compter sur lui pour un travail dans la dentelle. Elle remarqua les capacités certes exceptionnelles mais quelque chose la gênait en lui. Elle rendit son salut par politesse au chevalier. Puis répondit d'une voix douce contrastant avec le ton ferme et autoritaire de ses premières répliques.

Vous n'avez besoin certes de personnes pour vous sortir d'embarras jeune homme mais je crains fort que vous n'ayez besoin de quelques leçon concernant éviter d'y entrer et la discrétion... Enfin dommage qu'un tel talent soit gaspillé par un tel manque de contrôle. Dans une guerre telle que celle que nous traversons c'est la qualité première.

Le ton employé était ni condescendant ni autre. Juste un triste constat. Elle tendit une gourde d'eau au provocateur en signe de paix, ne voulant dans sa remarque qu'inciter à un peu plus de prudence un homme qui aurait pu être un allié précieux. Elle se tourna vers le chevalier. un sourire se dessina sur ses lèvres mais le ton fut terriblement plus sérieux.

Un soldat tel que vous serait un met de choix pour les deux camps en présence. j'ignore la raison de votre absence d'engagement si ce que vous dites est la réalité mais ILS ne l'accepterons pas très longtemps. Ou vous êtes pour eux ou vous êtes contre eux. La neutralité est un mot qu'ils ignorent sauf si elle veut dire les laisser dire et faire n'importe quoi y compris le pire.

Le convaincre, oui une vois la pousser à parler plus qu'à son habitude pour le convaincre. Tout d'abord de lui en dire plus sur lui, mais ensuite et surtout de lui servir d'informateur ici. S'il voulait partir pas de soucis avoir des informations des autres contrait lui serait fort utile également. Oui décidément il fallait le convaincre mais pour cela il fallait le laisser survivre et avec le sanguin d'à cité ça n'allait pas être chose aisée. Comment allait-il prendre sa réflexion? elle jouait gros. S'il avait mentit elle était perdue. Elle garda donc sa main sur la garde de sa dague prête à attaquer au moindre signe de danger. D'un calme olympien elle regardait étudiait scrutait le regard des deux individu réalisant soudainement qu tout cela pouvait être un coup monter. Ils étaient assez tordus pour cela. La tension était palpable. Elle sentait le sang taper à tout rompre dans ses tempes. Attendre elle n'avait d'autre choix. Et c'était un vrai supplice

 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larian Bren
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 25
Localisation : derrière mon écran

Feuille de personnage
Niveau:
11/30  (11/30)
Expérience:
27/40  (27/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Mer 17 Juil - 20:40

-Du contrôle? Croyez-moi si je manquais de contrôle j'aurais tué ces hommes ainsi que votre nouvel ami. Quant à ma discrétion, sachez que je sais me montrer discret quand il le faut et que si je ne gardais pas profil bas la moitié de la garde serait déjà à mes trousses.

Larian se saisi de la gourde d'eau, le goût passait mal il devrait s'en contenter vu que personne ne semblait vouloir lui indiquer une direction. Il versa une peau d'eau sur la tête d'un des hommes l'ayant agressé avec un petit rire mesquin. Saleté d'engeance des déchus, ça leur apprendrait à s'en prendre aux autres sans s'attendre au pire. Larian hésitait encore sur quoi penser de la dame, son avis était déjà fait sur Kain, sous ses grands airs et son assurance martiale, il n'était rien de plus qu'un lâche incapable de se battre pour une vraie cause. L'envie de lui coller son poing dans la figure le démangeait toujours. Il osait servir les responsables du malheur des mondes et il se cachait derrière sa neutralité? Quel être sain d'esprit pouvait vivre ainsi?
La gourde le désaltérait, mais ses mains étaient toujours prises de tremblement. Le manque d'alcool qui le prenait d'un seul coup n'avait rien de normal. Sortait-il de la cuite du siècle? En tout cas il n'avait toujours aucun souvenir et son corps semblait pour le moment agir par instinct pur, par habitude. Larian repensa à la lettre "l'heure de ton réveil est venue", ça n'avait aucun sens. Il rendit la gourde d'eau et entreprit de fouiller les cinq abrutis ayant tenté de l'agresser, il ne trouva qu'une petite flasque métallique contenant un whisky tellement ignoble que Larian eut du mal à l'avaler. A croire que même les maître brasseurs avaient désertés les mondes. Larian rangeât ensuite la flasque dans la veste de l'homme et constata avec plaisir que ses mains avaient cessé de trembler. Mais pour combien de temps?


-Quoi qu'il en soit, gent dame, je vous conseille de ne pas perdre de temps avec des indécis. Ils finiront par vous planter une lame dans le dos, déserter ou flancher au moment crucial. Ils ne mourront pas pour vous et ils ne donneront jamais tout leur possible sur le champs de bataille. Les déchus n'auront aucun intérêt pour lui si ce n'est comme chaire à canon. Quant à ses supposées capacités de combat, j'ai de sérieux doutes dessus. On ne peut pas combiner une apparence soignée, de beaux outils de combat et de véritables talents, en tout cas pas aussi jeune. Seul ceux qui pataugent dans la fange des champs de bataille et ressortent victorieux et souillés valent le coup. Je n'ai pas d'exemple clair car j'ai dû les oublier mais si j'avais la pleine possession de mes moyens je pourrais sans doute vous donner de bons exemples.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yank Kain
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 36

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
2/40  (2/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Jeu 18 Juil - 11:02

L'épéiste restait neutre aux mots de la jeune femme tout comme aux multiples provocations de ce qui s'apparentait tout de même à un alcoolique en manque de sa précieuse dose d'ivresse nécessaire à le maintenir en vie. Il avait apprit très jeune à garder son calme et à ne aucunement montrer son désappointement afin de ne laisser aucune brèche exploitable à un interlocuteur à la langue bien pendue.

"Oui je me doute que vous n'avez pas d'exemple clair à donner... "

Dit il en posant son regard sur la fiole que le guerrier à la veste renforcée s'enfilait goulûment comme si c'était la fontaine de jouvence en bouteille qu'il avait entre les mains. Son regard devait être perpétuellement embrumé soit pas l'alcool dans son sang, soit par le manque d'alcool tout simplement.

"Reprenez donc une gorgé, cela ravivera probablement votre mémoire, à coup sur..."

Mélange de méprit et de simple constations, Yank remarqua que les mains de l'homme arrêtèrent de trembler quand il finie de boire, preuve qu'en plus de souffrir d'un ego surdimensionné, le sujet était bien un simple ivrogne cherchant un bar. Après tout, il avait bien commencé la conversation plus tôt en demandant le chemin vers l'auberge la plus proche.

"Mon absence d'engagement ?"

Fit il en reportant son attention sur la jeune encapuchonnée. Elle semblait vouloir recruter des membres pour sa propre milice peut être à moins qu'elle ne soit une espionne du Iarl local, lui même aux ordres de ce qu'on appel trivialement "Déchu".

"Oui, je ne suis ni pour les Déchus ni pour la rébellion à moins que je sois pour un camps sans vous le dire simplement car je ne sais pas qui vous êtes. Après tout, il y a dix minutes je ne vous connaissais pas..."

Il gardait sa main à porté de la garde de son épée, juste au cas il faudrait couper préventivement une tête ou deux.

"Il est vrai que le monde est en guerre. Il y a les déchus, ceux qui combattent les déchus et ceux qui observent et attendent simplement le bon moment pour frapper ou pour choisir leurs camps..."

Yank faisait parti de ses derniers. Il attendait de connaitre véritablement les acteurs de ce monde, de savoir si tel ou tel camps était mieux que l'autre ou si finalement ils étaient tous à mettre dans le même bûché en place publique.

"Essayez donc de trouver les mots pour me convaincre. Sait on jamais, ils trouveront peut être écho à mes oreilles..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelya Elanessë
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 19/08/2010
Age : 32

Feuille de personnage
Niveau:
3/30  (3/30)
Expérience:
8/40  (8/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Jeu 18 Juil - 19:01

Enelya sourit au propos du jeune homme. Il jugeait bien vite les gents , bien trop vite. Enelya ne savait que trop que les déchus savait cacher leu jeu et avaient moult moyen de pression. De plus la propagande était monnaie courante et n'aidait pas à y voir clair. le soldat quant à lui semblait plus réfléchit, plus posé, ce qui la rassura mais en même temps ne l’empêcha pas de garder une certaine défiance. elle prenait des risques, de gros risques même  puisqu'elle mettait sa vie en jeu.

"Les indécis? vous prenez donc les neutres pour des indécis? Vous voilà bien hâtifs dans votre jugement. Quant à la jeunesse de monsieur vous êtes bien mal placé pour en parler vu votre propre age."

Elle regarda le jeune homme boire à son outre puis à la flasque et soupira. Elle préféra ne pas développer plus les propos du jeune homme qu'elle aussi prenait pour un ivrogne et reporta son attention vers le chevalier.


"Vous convaincre... Pourquoi pas en effet mais vous qui sous entendiez dans vos propos d'une défiance justifiée ne croyez vous pas que j'éprouve la même? Qui me dit que vos propos de tout à l'heure concernant votre absence d'engagement sont la réalité? Je n'ai que votre parole comme vous n'avez que la mienne. Je craint que pour le moment ils ne nous faillent faire avec."


Elle se tut un instant histoire de choisir ses mots


"Savez vous au moins qui est à l'origine de la toute première guerre? Celle qui conduisit à tant d'exaction notamment envers les enfants?

 Elle attendit une réponse peut être ignorait il tout de la première guerre il ne devait etre qu'un enfant à cette époque et cela n’était pas impossible
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larian Bren
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 25
Localisation : derrière mon écran

Feuille de personnage
Niveau:
11/30  (11/30)
Expérience:
27/40  (27/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Jeu 18 Juil - 23:45

-Le manque de discernement et l’orgueil, comme lorsque les créateurs ont cru pouvoir compter sur leurs créations pour s'occuper des déchus.

Larian, toujours aussi sans gêne, commença à se remémorer la lettre. Mort et ressuscité, il avait pensé à une mauvaise blague, mais sa perte de mémoire ne pouvait pas venir de la cuite du siècle. Ainsi donc il avait connu tout ça, en y repensant bien il avait quelques bribes de souvenirs, mais ce n'était que sang et mort. Toutefois, sans pouvoir se l'expliquer, il savait comment s'étaient déroulés les événements. Les déchus avaient répandu leur noirceur sur le monde, Pierre chrisme avait déclenché la guerre, Anoth se délectait des âmes des morts et en voulait toujours plus, Morrigan détruisait tout sur son passage. Tous avaient ensuite été vaincus puis enfermés, les mondes avaient été séparés, des années de paix, puis l'ouverture des passages entres les mondes, les déchus avaient attendu leur heure pour déferler de nouveau sur les mondes. Les gardiens, inconscient de ce qui se tramait, tentèrent de les affronter, mais leur plan était infaillible. Larian sentit une douleur sourde dans son corps, il revit la neige, il poussa un grognement tout en se tenant la tête des deux mains.

-Les seuls responsables sont les mortels. Aussi bien au début que lors de ma mort. Nous sommes tous responsables. Notre lâcheté, notre manque de force et de fois et dans les créateurs. La première fois elles ont menées au chaos, la seconde elles ont menées à leur disparition. Mais je ne referais pas la même erreur, si je dois mourir, ce sera après avoir annihilé la menace des déchus, après avoir vengé Faolin et retrouvé Melusyne. J'ai beau avoir l'air jeune madame, mais vous ne devriez pas me sous-estimer pour autant. J'ai vécu l'ouverture des mondes et contrairement à cette espèce de lâche, j'ai eu le courage d'aller au bout de mes convictions, tout cela est vague, mais je sais que c'est vrai. Et si mourir m'a apporté une souffrance sans nom, j'ai aussi connu la paix intérieure et la délivrance, car je sais que si je suis mort c'est en combattant... et ma renaissance, qui a lieu aujourd'hui pour des raisons qui m'échappent, est un signe que mon destin n'est pas accompli.

Un ricanement s'échappa de sa gorge, Larian n'en revenait pas d'avoir toutes ces informations en tête et de ne rien savoir de précis sur son propre passé. Il passa une main sur son visage avant de rire à gorge déployée. Le destin... le destin se foutait de sa gueule et pas qu'un peu. Il détestait ce sentiment d'être manipulé, mais d'un certain côté il avait sans doute dû faire quelque chose valant le coup pour être ramené d'entre les morts. Retenant peu à peu cette crise de rire jaune incontrôlée il passa une main dans ses cheveux avant de reprendre un certain sérieux, non sans éviter de repartir dans sa crise de fou rire deux fois.

-Heureux de voir que ma mémoire commence à revenir, tu voulais un exemple Kain, tu m'a moi, en chaire et en os : Larian Bren. Mort souillé par le pêché et ressuscité lavé de toutes mes erreurs. Un grand guerrier à n'en pas douter, enfin, c'est ce que me disait la lettre. Ce monde est vraiment un beau bordel si on a choisi de ressusciter un alcoolique désireux de mettre son poing dans le visage des autres. Mais tu vois, il y a une chose dont je suis certain, je ne suis pas là sans raison. Bon sang, vingt ans de sommeil et vous avez foutus le bordel à la maison. Et maintenant c'est moi qui dois faire le ménage? Les esprits créateurs ont de l'humour on dirait. A moins que ce soit tout ce que les mortels méritent en guise de sauveur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yank Kain
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 36

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
2/40  (2/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Lun 22 Juil - 14:02

"Qui est à l'origine de la guerre ? "

A vrai dire Yank ne le savait pas vraiment. il avait entendu parlé des Déchus comme beaucoup des habitant de Harmonia mais sans plus de précision. il y avait tellement de rumeur et de non dit la dessus qu'il était compliqué pour le non initié de distinguer le vrai du faux.

"A cette époque, je n'étais qu'un enfant, j'avais tout au plus une dizaine d'années quand la guerre prit fin. J'ai entendu beaucoup de chose mais entre les "on-dit" et autre "palabre", je n'en sais pas beaucoup plus."

A peine ses mots dit, l'attention du chevalier se reporta sur l'homme qui venait de dire qu'il était mort une fois et qu'il était revenue à la vie sans savoir comment. Voila qui fit hausser un sourcil à Yank qui avait du mal à savoir si l'homme était sérieux ou juste en train de délirer à cause du manque d'alcool.

"Ce que vous dites est étonnant, Sir Bren..."

Quoi qu'il pense de celui répondant désormais au nom de Larian Bren, Yank Kain restait poli comme toujours. La magie de ce monde existait bel et bien donc qu'un mort ressuscite, ça c'était déja vu, mais cela plus de vingt ans après la mort, c'était le première fois qu'il entendait cela.

"Auriez vous vu, vous aussi celle boule de lumière blanche et turquoise ?"

Il n'en dit pas plus. Il voulait savoir si ce qu'il avait vu plutôt avait un lien avec cette histoire ou s'il n'avait eu qu'une hallucination.

"Et vous, ma damoiselle, auriez vous vu aussi cette lumière ?"

C'était peut être le lien, c’était peut être une hallucination qu'il avait eu plutôt. Mais si Larian disait vrai, ce n'était peut être pas une coincidence, voir même au contraire un véritable signe du divin...



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelya Elanessë
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 19/08/2010
Age : 32

Feuille de personnage
Niveau:
3/30  (3/30)
Expérience:
8/40  (8/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Ven 26 Juil - 19:01

HRP : désolée quelques soucis internet m'ont bloqué pour vous repondre

Enelya sourit. elle avait accaparé l'attention du chevalier et n'en était pas mécontente. Par contre sa question la décontenança légèrement et elle savait que si elle n'était pas dissimulée derrière son capuchon ses deux interlocuteurs auraient vu sa surprise et le rouge lui monta au joue. Elle toussa pour éclaircir la voix et surtout reprendre contenance.

En fait il faut remonter un peu plus de 20 ans en arrière. le monde était divisé en trois partie distincte : Harmonia ou nous nous trouvons , Lucina et Umbra. La légende voudrait que les esprits créateurs aient scindé les monde en fonction du caractère de chacun : Luminia pour les bon Umbra pour les mauvais et Harmonia pour les neutre. Les Liens entre les pays étaient impossibles. Les passages étaient fermés et il aurait du en rester ainsi. En effet comment un être fondamentalement mauvais pourrait-il s'accorder de quelque façon que ce soit avec un être fondamentalement bon? Cela aurait forcément déclencher une guerre....

Enelya marqua une pause c’était malheureusement ce qui était arrivé et elle le savait fort bien. Elle repris

Cependant 2 Esprits n’étaient pas de cet avis ils voulaient le monde entier coute que coute : ils ouvrirent des passage entre les pays et le chaos s'installa. Quand Faolin de Florem et Mélusyne Shea se rendirent compte des dégât il était trop tard : Le monde était dans un tel état que beaucoup virent dans les déchus un ordre nouveau. C'est ainsi qu'ils purent éveiller un 3 ème déchus et ainsi se partager le monde à la mort de Faolin : Umbra alla à Anoth Darkhope, Lucina à Pierre Chrisme et Harmonia à Némésis Morrigan.

Seulement le pouvoir appelant le pouvoir ; la violence, la violence et la haine, la haine, ces chers déchus ne peuvent s'entendre entre eux et s'entre déchire. Voici l'origine de la situation actuelle.... Comprenez vous à présent la haine et la colère que peut soulever le simple nom de Némésis Morrigan dans ce pays?

Enelya omit sciemment de parler de la folle rumeur voulant que Mélusyne soit toujours en vie et du moyen de sauver le monde de sa fin annoncé. Ne pas trop en dire, voir la réaction le surveiller et aviser.

Elle hésita cependant. La lueur bleue oui elle aussi l'avait vu. Mais devait elle lui en parler? Après tout il avait fait un pas vers elle en lui faisant part de cela au risque de passer pour un fou. Elle soupira. Au diable les scrupule ils ne savaient ni l'un ni l'autre qui elle était alors....

"Oui je l'ai vu également. Après moult recherche tout ce que j'ai pu découvrir sur cette lueur c'est que ce n'est pas une hallucination. J'ignore simplement qui est à l'origine de cette lueur car elle continue apparemment d'apparaitre même depuis la chute des esprit créateurs.

Elle attendit avec une angoisse une réaction d'un des deux protagoniste tout en attendant avec impatience des explication sur les propos de l’ivrogne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larian Bren
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 25
Localisation : derrière mon écran

Feuille de personnage
Niveau:
11/30  (11/30)
Expérience:
27/40  (27/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Ven 26 Juil - 22:21

-De la lumière? Ce n'est pas mon premier rodéo gamin, j'avais déjà vu cette lueur. Mais contrairement à la pensée populaire je suis pas mort après, j'ai finit ma renaissance. En tout cas bon résumé très chère, bien que je doute sérieusement que ce ne soit qu'uniquement la faute des êtres supérieurs. Cette lumière... elle me rappelle... AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH!

Tombant soudain à genoux, Larian se tenait la tête entre les mains, la douleur était horrible, comme si on enfonçait un clou immense dans sa tête à grand coup de marteau. Ne pas chercher ses origines, on le lui avait bien dit dans la lettre. Il commença à psalmodier dans un langage étrange, gémissant presque de douleur. Son arme se détacha, tomba au sol et les sangles se défirent, dévoilant l'alligator. Larian ne souhaitait qu'une chose, que la douleur s'arrête, il sentait que tout son corps se désagrégeait, laissant sa chaire puis ses os à nu, des flashbacks furtifs de son passé défilant dans son esprit et son arme qui commençait à se révéler alors qu'un petit attroupement se formait, attiré par les cris de déments de Larian.
TombInutile de fuir à présent, une petite foule tentait de savoir ce qui se passait. Larian se contractait comme si il allait dégobiller, son corps saisi de tremblement semblait sur le point d'imploser. Tentant de s'accrocher à ce qu'il pouvait, il agrippa la cape de Enelya avec force et conviction. Tournant son regard plein de douleur, il lui supplia d'arrêter ce calvaire avant de tirer avec force sur la cape en se relevant. Il percuta le mur derrière lui en tentant de reprendre son souffle. Son corps était douleur, chaos et signaux de détresse. Il commença à se transformer en Arcane par tâches sur son corps, altérant le sol à ses pieds et le mur derrière lui. Il se débattit encore quelques instants avant de sentir une grande paix intérieure. Il était face à une femme, de beaux cheveux violacés, un regard apaisant, la neige était de nouveau là.


-N'oublie pas ta promesse.
-Je serais là pour vous, Dame Mélusyne.
-Je compte sur toi et sur tout les autres.


Le retour au monde réel fut brutal, Larian ouvrit de grands yeux éberlués pour découvrir un attroupement d'une vingtaine de personne plus Enelya et Kain. Tentant de reprendre ses esprits, son objectif lui semblait clair, il s'éclaircit la voix et se saisit de son arme. Il se souvenait maintenant, il se souvenait de ce qu'il avait promis de faire. Son passé lui revenait petit à petit. Il souleva son arme haut au-dessus de sa tête et prit un air inspiré, il n'était plus Larian Bren, il était le paladin des créateurs, le sauveur de tous ces gens.

-Je suis Larian Bren! Mort il y a vingt ans face au déchu Anoth, mais les créateurs m'ont fait dont d'une seconde vie, ils m'ont lavés de mes pêchés. J'ai causé le malheur et la souffrance à cause de ma haine vers le mauvais ennemi. Je ne suis pas revenu car je suis un parangon ou un parfait exemple, mais par ce que les créateurs peuvent vous pardonner comme ils m'ont pardonné à moi! Et devant vous, mes premiers messagers, je vais être clair. Le règne des déchus touche à sa fin, car je leur porterais le combat, je ferais revivre la foi dans les esprits créateurs. Je terrasserais en personne les esprits déchus et pour cela je suis prêt à sacrifier jusqu'à cette deuxième vie qui m'est accordée! Je ne me terrerais pas dans le luxe et la facilité, je pars en croisade et ma croisade commence ici.

Complètement stupéfiée, l'assemblée était divisée entre un mélange d'hilarité, de stupéfaction et d'admiration. Larian ne se démontait pas pour autant, abattant son arme sur le sol, il la planta sur quelques centimètres et se mit à genoux devant, main sur le cœur, il entama alors une prière aux esprits créateurs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yank Kain
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 27/02/2011
Age : 36

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
2/40  (2/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Mer 31 Juil - 16:07

La jeune femme expliqua la situation présente et passée à l'épéiste qui restait en grande partie dubitatif. Il avait entendu parler de ces histoires de déchus et autre démons contrôlant le monde; pourtant il n'y avait jamais vraiment porté de l’intérêt, reléguant cela à des racontars et autres bruits de couloirs que l'on entend dans les taverne du pays. Yank était trop jeune pour avoir avoir connu la première guerre et un bon nombre de ceux qui y avait participé directement était mort, tout comme ce Larian Bren, sauf que lui avait eu la chance de revenir à la vie par un incroyable miracle.

"Il est vrai que j'ai entendu parler de ces histoires sans vraiment y croire faute de preuve et d'argumentation convaincante."  

Et après tout, ce que racontait son interlocutrice était peut être aussi des fables sans fondements, ce n'étaient que des mots. Pourtant Yank s'interrogeait depuis qu'il avait vu la lueur et entendu cette voix il y a quelques jours. Il avait toujours pensé que les Déchus étaient justes des tyrans bien humains mais qui se prenaient pour des dieux ou des démons afin d'impressionner le bas peuple et maintenir leurs emprises sur eux. Un peu comme la religion permet de maintenir le contrôle sur les faibles d'esprits, ceux ci croyants à un pouvoir supérieur omniscient et tout puissant.

"Mais aujourd'hui, le doute m’assaille, peut être que tout ceci est vrai après tout."

C'est à ce moment que l'homme revenu du monde des morts fut prit d'une sorte de malaise. Il semblait souffrir et tenait le crane comme si celui ci allait exploser. Son corps commençait à générer une aura magique marquant sa peau et tout ce qu'il touchait. Voyant cela, Yank, tenant toujours le fourreau de son épée avec sa main gauche utilisa son pouce pour sortir de quelques milimètres la lame de son étui, se préparant à tout moment à saisir la poignée de son arme de sa main droite.

"Écartez vous..."

Fit il a la jeune femme et à la troupe de badauds qui s'était massé autour de l'homme à terre, ameutée par les cris de douleurs de celui ci. Mais Yank n'eut pas besoin de recourir à la force voyant que Bren semblait reprendre ses esprits avant de crier à qui veut l'entendre qu'il était l'élu des dieux ayant pour mission de partir en croisade contre les déchues, ni plus, ni moins...

"Mmm... Et bien voila qui est... Étonnant..."

Dit Yank, se demandant si cet homme était en plein délire ou si la magie qu'il dégageait était la preuve que ces dires étaient l’authentique vérité.

"Vous en pensez quoi ?"

Ajouta t il en direction de la femme encapuchonnée.

"Vous êtes semble t il plus à même de comprendre ce qu'il vient de lui arriver présentement, du moins plus que moi pour le moment."

Son regard se porta sur les gens qui s'étaient attrouper autour des trois protagonistes, tous regardant l'homme qui priait désormais.

"Il n'y a rien à voir ici, circulez..."

Le ton de la voix était posé et neutre mais la main qui s'approchait de la garde de l'arme laissait présagé que le garde ne lançait pas ces mots aux hasard. il y avait un peu trop de monde ici et si Bren disait vrai, certains des villageois en voudrait peut être à sa vie... Reportant son attention sur la femme, il termina par cette phrase...

"On ne va peut être pas le laisser ainsi ni s'attarder trop longtemps dans cette ruelle. On va rapidement attirer la lie de toute la cité, en bien comme en mal..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enelya Elanessë
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 19/08/2010
Age : 32

Feuille de personnage
Niveau:
3/30  (3/30)
Expérience:
8/40  (8/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Sam 3 Aoû - 16:00


Enelya étudia la réaction du chevalier face à son récit. Pour un homme n'ayant pas vécu en direct les incident elle était tout ce qu'il y avait de plus logique. Aux vues de la magie et du surnaturel qui en faisait partie intégrante tout devenait rapidement légende.

Elle s'avança vers le chevalier de manière à lui dévoiler son visage et qu'il puisse voir ce qu'elle était : une elfe certes jeune mais au regard grave.

J'ignore ce que vous connaissez des elfes jeune homme. Mais les événements que je vous aie narrés je les aie vécu. J'ai vu bon nombre d'amis, de compatriotes et d'innocents mourir à cause de tout cela. Alors oui vous n'avez que ma parole il est vrai mais je vous assure que tout cela est vérité.

A ce moment là l'homme revenu d'entre les mort fut pris d'un malaise et s’agrippa à la cape d'Enelya manquant de dévoiler son visage. Elle retint de justesse son capuchon. Face à la débauche d'arcane Enelya s'entailla la main et fit un bouclier de petite taille pour les protéger elle et le chevalier.

Il n'est pas fou malheureusement. La rumeur prétend que certains individus sont relié aux esprits créateur particulièrement toujours selon la rumeur à Dame mélusine qui aurait survécu à la guerre mais personne ne sait exactement où elle est. Mais vous avez raison il ne vaut mieux pas s'attarder je ne tient pas à me mêler à une émeute. Il y a une ruelle à deux pas d'ici avec une cabane non habitée la propriétaire est décédée subitement il y a une semaine elle était un peu trop ouvertement contre les déchus et un jour elle a été retrouvé morte soit disant de mort naturelle mais elle avait d’étranges marques. Marque dont je connait la provenance si vous voyez ce que je veux dire.

Elle laissa son récit la brisa le bouclier qu'elle avait fait et  coupa un morceau de sa cape pour se bander la main. Il était devenu inutile et elle ne voulait pas gaspiller son sang.

Elle se tourna vers la foule et hésita sur la conduite a tenir. Elle finit par prendre la parole

Libre à vous de croire ou non au propos de Larian. Mais que vous y croyiez ou non vous savez que le gouvernement ne voit pas d'un bon œil les attroupements de ce genre surtout face à ce genre de discours aussi pour le bien de tous et pour éviter un bain de sang inutile je vous conseille vivement de rentrer sagement à vos domiciles ou de retourner à vos occupations habituelles.

Ses propos laissèrent s'échapper un murmure dans la foule puis elle se dispersa assez rapidement.

Larian je vous conseille de me suivre si vous ne voulez pas finir en martyr de suite si vos propos sont exacte dame Mélusine aura besoin de vous et ce n'est pas en finissant sur le bucher des déchu avant même d'avoir trouver où elle se trouvait que vous lui rendrez service.

Sans plus attendre elle invita le chevalier et Larian à la suivre pour les mener à la cabane.




 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Larian Bren
Harmonien
Harmonien
avatar

Messages : 377
Date d'inscription : 02/09/2009
Age : 25
Localisation : derrière mon écran

Feuille de personnage
Niveau:
11/30  (11/30)
Expérience:
27/40  (27/40)

MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   Lun 12 Aoû - 1:47

La prière était simple mais Larian savait que quelque part Melusyne attendait, et que ce message arriverait à ses oreilles, si il avait été rappelé pour la sauver, il le ferait sans même se poser de questions. Pour une raison inconnue, il savait qu'il le lui devait, que quelque chose en lui le poussait à une loyauté sans faille et sans concession envers l'esprit créateur. Alors que, genou à terre, il récitait sa prière en appuyant son front sur son imposante arme, il sentait que le monde commençait à se rassembler autour de lui, bien que la plupart étaient des curieux, il savait que certains comprendraient le message, les créateurs reviendraient, c'était une promesse.
Mais il n'eut pas le temps de s’appesantir sur la situation, l'agitation semblait être à la limite de rameuter la garde et Larian savait qu'il fallait attendre son heure. Il vit Elenya et Kain évacuer par une ruelle non loin, il s'apprêta à les rejoindre mais il sentait qu'il devait faire quelque chose avant. Il ajusta son arme et retourna du bout du pied un des hommes qu'il avait neutralisé plus tôt, ce dernier gémit légèrement. Larian fit alors face à la foule.


-Cet homme et ses compagnons sont une preuve... une preuve que nous sommes devenus faibles. Aux habitants de tout les mondes je dit ceci, les créateurs ne vous ont pas abandonnés, alors barricadés vos maisons, affûtez vos armes et reprenez l'entraînement, car bientôt nous marcherons sur les cadavres des déchus et de leurs armés. Préparez vous Harmoniens, car je suis la preuve que les créateurs sont encore parmi nous.

Larian afficha un sourire satisfait, il savait que parmi ces gens se trouvaient les futurs guerriers d'une glorieuse armée. Il ne savait pas quand cela serait mais il savait que cela serait, les esprits avaient confiance en lui, et il ne comptait pas les décevoir. Il s'engageât dans la ruelle et créa de manière inconsciente un mur de flamme derrière lui pour empêcher quiconque de le suivre. Désormais c'était aux habitants de faire leur choix : le prendre pour un fou ou un sauveur.
Larian observa Elenya et Kain alors qu'ils prenaient un peu d'avance. ils formaient un duo digne d'une gravure. Le chevalier dans son armure rutilante et la dame encapuchonnée. On se serait presque cru dans une foutue histoire pour gosse. Larian laissa échapper un petit rire discret alors qu'il réajustait son arme dans son dos. Ces deux là manquaient clairement de personnalité, entre miss mystère et mister apparence, on avait le couple de l'année. Larian trouvait presque ça adorable. aussi adorable que le sous-entendu de Elenya un peu plus tôt. Il pénétra dans la cabane et scruta instantanément tout les recoins par réflexe, la main sur le couteau accroché à la ceinture dans son dos


-Une opposante aux déchus tuée? Vous m'étonnez, moi qui pensait qu'ils allaient lui décerner une foutue médaille. Vous devriez grandir un peu tout les deux, nous sommes occupés par une puissance ennemie, évidement qu'ils butent des opposants. Par contre la prochaine fois parlez un peu moins fort, si on vous avait entendu on aurait put remonter jusqu'à votre cachette. D'ailleurs, je vous conseille de garder la main près de votre arme. On ne sait jamais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Renaissance [deux personnes maximum]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Renaissance [deux personnes maximum]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Besoin d'une escorte de deux personnes !
» Une couette ... deux couettes
» Entourée d'ombre [Libre~Une ou deux personnes max ?]
» L'aéroglisseur
» Quand on s'ennuie, faut bien s'occuper.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonia :: Harmonia :: Equillios-
Sauter vers: