AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Momoe Van Hell, Simplement ~~MOE!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Momoe Van Hell

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 04/01/2010
Age : 26
Localisation : Dans une Box à poupée...

Feuille de personnage
Niveau:
1/30  (1/30)
Expérience:
112/40  (112/40)

MessageSujet: Momoe Van Hell, Simplement ~~MOE!!   Mar 5 Jan - 18:49


• Prénom :Momoe
• Nom : Van Hell
• Race : Expérience "Ratée"...
• Sexe : Femme
• Age : 17ans pour elle (15ans en vraie)
• Peuple : Umbra

• Description physique:
Momoe est de ces jeunes femmes, comme on le dit pulpeuse, charnelles, sulfureuse, aux formes gracieuses et élégantes, la taille fine et mais au décolleté ravageur. Détrompez-vous, cela n’est pas toujours un atout, dans un monde de débauche et de vices. La voie, chez notre étrange compagne, elle n’est pas unique, tantôt légère et amusée, tantôt plus posée et vide, voir même stridente ou plus grave, un concert pour les oreilles de son publique qui ne s'ennuit jamais, mais elle est aussi dictée de sentiments. Son Visage au allure de poupée, avec des pommettes toujours un peu rose, un sourire angélique et un teint pâle, ses grand yeux bleu aux cils démesurés, qui peuvent prendre la couleur du sang quand la rage l’emporte ou de la pluie, grise, d’un soir de chagrin, sa longue chevelure d’or brillante comme un diamant, ornée de boucles anglaise, qu’elle prend plaisir à coiffer, avec une frange qui encadre son visage de part ses épis harmonieux et sa magnifique petite couronne en argentée, entièrement gravée, marqueront à jamais son existence d’un coté femme-enfant, attirant ou déstabilisant comparé à « la féminité de son corps ». La jeune enfant ne peut néanmoins pas devenir poupée, ou marionnette, car de sa taille elle en est fière, 1m72. Les images sont parfois trompeuse, et celle-ci aussi, les poupée aussi sont dangereuse, peut-être même un peu trop…Malgré son « enfantine prestance », Momoe n’est pas pour autant faite de porcelaine et n’en reste pas moins dangereuse et séductrice. Son sourire restera devant vous, malgré blessures et souffrance, et si de ses poings ou de ses lèvres, vous restez de marbres, méfiez-vous de son «piquant », de muscles, elle est plus que formée, ses ongles et ses dents toujours affutés., laisserons sur vous une empreinte éternelle, mais certain pourrait le désirer…
Les vêtements, Sublime passion des femmes, De ses doigts elle les fabriquaient, Avec passion et délicatesse pour entre rayures et dentelle,
La robe ou la jupe était toujours de rigueur. Mais l'esthétique oblige, si jupe il y a, alors les talons suivront...


• Description mentale :
Le sourire, c’est un art qui n’a pas de secret pour elle, toujours joyeuse, elle croit en la beauté de chaque personne, et ne vous souhaitera que son bonheur. Elle est naïve et peut faire confiance au plus douteux. Comme une enfant ses pensées peuvent le plus souvent diriger ses actes, et si elle ne veut pas, il n’y aura personne pour la faire changer d’avis, et si elle veut, comme une princesse elle mettra tout en œuvre pour assouvir ses désirs, même les plus osés, femme fatale. Le principe même de chaque combat, qu’elle ne provoquera jamais, commencera par un dialogue, pour l’éviter, car la peur est presque lisible sur son visage à l’approche de se dernier, elle ne veut pas se battre. Du moins, elle le pense, mais le sourire de plaisir quand ses aiguilles lacèrent la chair de son agresseur, parle pour elle. Mais elle ne donnera jamais la mort, elle immobilisera complètement sa victime car cela n’est pas son but, l’humiliation est que plus grande, quand la mort ne la soulage pas. Mais cette dernière peut frapper, et il est possible que vous entendiez les larmes de tristesse perlant devant le cadavre.
Simple facette qui vous cache un sadisme sans fondement ou jeune femme au caractère improbable pour son monde? A vous de voir ou de découvrir…
Il me serait tout de même judicieux de vous dire qu’elle peut aussi se prendre de rage. Si sa voie se noircit alors que ses yeux s’illuminent de rubis ardente de colère, courrez, je vous suivrez presque… Et si en revanche le gris l’envahit et que les larmes effacent la douceur de son sourire, comme les couleur de cœur, regardez, admirez la douleur de sa tristesse, et les cris de son chagrin, laissez-vous portez et repartez, car ses pleurs sont les plus triste du monde, ils pourraient enchaîner votre cœur dans l’éternelle. Je vous rassure, c’est extrêmement rare.
Momoe, simple innocence de la lumière, ne peut voir le monde comme vous, alors essayez de le voir aussi beau que le sien. Elle pourrait vous faire la haïr, simplement si cela peut vous être profitable. Étrange, intrigante jeune femme.



• Votre histoire (min. 10 lignes) :
Il n’y aura pas de « il était une fois, une princesse dans un châteaux », il n’y aura pas non plus de « famille chaleureuse et aimante, vivant dans la douceur et l’harmonie », mais elle n’est pas pour autant à plaindre, du moins si elle se retourne sur son passé, elle ne le fera pas.

La naissance, comme toujours, et à jamais, représente le commencement, Momoe vit le jour, dans une famille dite pauvre et nombreuse, mais elle ne naquit pas seule, son âme, elle la partage avec son jumeaux. Loin de la famille aimante, sa mère n’avait pas vraiment la fibre maternelle, comme on le dit si bien pour excuser la folie des incapable, pervertis par l’argent et les hommes. De son corps et de ses mains , laissant aussi couler le sang, elle pouvait se nourrir, mais pour ses enfants, chacun son problème, dans cette course à la vie. Vous trouverez peut-être cela cruel, mais n’aillait crainte, il existe toujours la personne qui veuille sur vous comme sur l’or, l’ainée, représentait plus la douceur et l’affection d’une mère, ainsi notre chère et tendre compagne pouvait sourire et grandir, mais pour combien temps?

Un jour alors que l’argent se faisait présent pour une fois, il était possible d’acheter un morceaux de viande, aussi mauvais qu’une semelle, mais si désirable comparé à leurs habituels maigres pitances. La belle grande sœur, admirée des plus beaux hommes, se mettait en chemin pour la maison, ce trésor en poche et l’enfant dans les bras, et se retrouva nez à nez avec un bourgeois vêtu de noir et de prestige, un chapeaux et une canne, regardant l’enfant comme un trésor, une bénédiction, à lui en faire tomber la pipe. Il caressa la tête de l’enfant et supplia qu‘on lui vende. Après plusieurs heures de débats devant un thé chaud, par cette période d’hiver, la belle enfant, laissa sa sœur dans les bras de hommes et partit avec l’enveloppe de l‘impensable dans les mains et les larmes au yeux, elle l’avait vendue à 3ans.

Il n’est pas commun de vouloir acheter un enfant aux passants…La femme de l‘acheteur, Monsieur Henri Van Hell, avait perdue sa propre fille de 5ans, quelque mois au par avant, enlevée dans un bal costumée, seul le mari savait que le corps avait était retrouvé, mais la tristesse de sa bien-aimée, ses cris dans la nuit froide, lui pesait trop sur le cœur et sur l‘âme, se sentant responsable de son malheur, car de sa femme il était fou. Alors il avait conservait le mystère, et le miracle de cette rencontre était pour lui son pécher mais aussi sa plus belle bénédiction.
Henri était de ses hommes qui aimait les sciences autant que sa vie, fasciné depuis sa plus tendre enfance par la chimie et le corps humain, il était médecin-chercheur. La fierté de pouvoir élever une expérience du laboratoire en vogue était peut-être la vraie motivation de ses actes. Pauvre famille, pauvre fou, pauvre enfant dans la bourgeoisie de ce monde, la renommée n‘est pas vraiment chanceuse, et l‘argent ne fait pas le bonheur, ils en étaient le plus bel exemple. Après quelque semaines de paperasse, notre chère et tendre nouvelle Momoe Van Hell, avait une place dans l‘institut. L’enfant fut donc envoyer dans ce laboratoire, pour « trouver la bonne voie et ouvrir son esprit».

Au bout de trois mois, de thérapie, les résultats était étrange. l’enfant avait atteint une résistance a la douleur, ses yeux prenait le jeu du humeur, aussi rouge que le sang pour finir noir de colère, ou gris de tristesse, son teint pâle et perlé comme une poupée, et des dents plus pointue que la normal pour une bouche si rose et délicate. Comme elle avait déjà des prédisposition pour le langage ou la réflexions, les injections de sérum au nom imprononçable et les lavages de cerveaux, développèrent ses facultés naturelles comme d‘apprentissage. Je ne vous raconterai pas les nuits de souffrance, de cris, de pleurs de hurlements, car cela elle ne se rappelle pas… Au bout de 3mois, fin de son horrible thérapie, l’effet des produit avait fait disparaître toute traces de son passé, plus rien, une simple coquille vide de souvenir, pas de grande sœur, ni de frère jumeaux, rien… sans identité, une parfaite poupée, simplement elle…

Henri put enfin venir rechercher son dit enfant, dans les bras des blouses blanches. Le premier visage d’un homme sans masque, étrange spectacle, fascinant. Momoe posa délicatement ses petites mains sur la barbe de son nouveau père, les larmes aux yeux, le dévisageant, l’ analysant, attendant, elle ne pouvait que le regardait. Premier souvenir d’une vie sans passé, qui pourrait disparaitre, car le cerveaux est un endroit si complexe, qu’il ne préviendra jamais de ses faits, ce premier regard chaleureux et aimant. Henri sortit une petite boite dans laquelle une magnifique petite Couronne en Argentée, entièrement décorée, au nom des Van Hell, qu'il lui offrit tendrement, inquiet.La vision des moustache qui frémissait de peur, la fit rire au éclat.

Presque 4mois après son adoption, Momoe arriva dans sa nouvelle maison, luxurieuse, élégante, bourgeoise, saluant servantes comme passants de son sourire, elle découvrit Elizabeth Van Hell, magnifique épouse d‘henri, dont elle caressa le visage doucement pour en dessiner les traits, les larmes au yeux. Le temps passa pour cette enfant qui avait perdue deux ans de sa vie, sans le savoir. Poussé par son désir de ressemblance, Henri avait donné à Momoe l’âge de sa regrettée enfant. Ainsi naquit un nouvel épisode de sa vie, dans cette famille maladroite qui ne savait comment l’aimer, un simple bonheur. Elle apprit les langues, les sciences, la clé de la bibliothèque en main, elle ne lisait pas mais dévorer, chacun des ouvrage, fictions et autre. Elle se découvrit aussi une passion pour la couture, le dessin et la danse, seule moment de libération, elle passait son temps a danser. Formée aussi pour devenir une bonne épouse elle connaissait la valeur de l’argent et la cuisine. Mais la tranquillité est éphémère dans ce monde de débauches.

Une nuit, alors que ses yeux perdaient leurs couleurs devant la beauté de la lune et du monde qui l’entoure, monde qu’elle ne pouvait qu‘imaginer, malgré ses « 10ans », la porte s’ouvrit, comme un enchantement. Elle était là, belle et raffinée, les cheveux divinement bouclé, le sourire léger malgré la tristesse de ses yeux, princesse de ce monde de poupée, ne connaissant rien du dehors, si ce n’est la beauté des livres d’aventures, elle regardait tendrement, l’homme qui entra, Razield.
Son cœur ne fit qu’un tour, la beauté d’un don juan d’une vingtaine d’année, au yeux de braise, au dents pointues et brillante comme mille diamant, la menaçant d’un coté, alors que de l’autre, son épaule tachetait doucement le tapis, un mercenaire, un vampire. Elle se déplaça anormalement rapidement, sourire tendrement, ses yeux redevenus bleu, et murmura « Tu es blessé.. », avant de lui prodiguer les premiers soins, sans pour autant fuir la menace. L’homme resta immobile regardant cette enfant, proche des anges ou de la perfection d’un pantin, le caresser, le renifler, le soigner, fascinée de voir un nouveau visage, masculin et attirant, pas comme Henri.

"Je te ferais voir le monde à ma manière, jeune fille... Viens!!"
...

De cette rencontre, de ces mots, découla toute la suite de sa vie, elle le suivit, alors que sa fausse famille pliait sous la menace et se retrouva rapidement dans le monde, le vrai, celui de dehors, avec ses complices, des hommes tous aussi beaux que dangereux.
Dans son nouveau havre de paix, joyeux et masculin, elle était respectée, dorlotée, aimée de tous, entrainée pour survivre, pour se défendre, elle après tout de la vie, formée sur 3 principes, , « la mort est la plus courte des humiliations, mais aussi le plus simple des pêchers, Ne jamais tuer par volonté » ,« Ne jamais toucher à la vie d’une femme ses cheveux » ou simplement « la vie est belle, trouve ton bonheur et montre-leur! Explique-leur.. Ton monde et sa beauté ».
Elle développa ainsi sa propre technique de combat, alliant les sciences d’Henri, la douceur des coutures d’Elisabeth, fierté des Van Hell, et la beauté de sa danse, la « Marionnettiste » était née. Elle en avait bien fait ses preuves, devenant presque effrayante.
Pendant 7ans elle vécut de ses passions, et apprit aussi la cruauté du monde. Mais il faut aussi une fin et quoi de plus triste que la mort de son premier amour, Razield.
Une simple combat de trop, elle le soigna mais en vain, le temps lui était compté, elle se donna pour la seul et unique fois à lui, connaissant la beauté des désirs de la chair, pour une « expérimentation ratée » qu’elle était.
Les cris de tristesse déchirèrent la nuit, durant 3jours, lui brulant les corde vocales.
Le choix était fait, elle les quitta tous tristement, un simple baiser sur le front de chacun avant de se mettre quête pour trouver son nouveau monde.

«Je te ferais voir le monde à ma manière... Viens!»


• Pouvoir choisi de votre camp : Destruction

• Votre arme de départ :
Un long fil d’un alliage unique de métaux, lui procurant une résistance sans égale, mais aussi fin qu’il en est invisible, sur lequel sont enfilées des d’aiguilles brillantes aux extrémités crocheteuses, d’une dizaine de centimètres, percée au centre, principe de la seringue, pour contenir une substance inhibitrice, qui ne paralyse pas, mais qui évite la souffrance quand ces dernières se plantent lentement dans la chair des victimes qu’elles rencontrent.
La délicatesse des gravures qui les décorent, peut presque paraitre effrayante. La fin comme le début de ce long fil de souffrances, invitent deux grelots argentée, fixés sur les poignets de la jeune femme sous forme de bracelets .
Cette ensemble un peu complexe, immobilise facilement un adversaire, mais ne le tuer pas, si il ne touche pas les points vitaux…et donna à sa créatrice le surnom de « marionnettiste ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Momoe Van Hell, Simplement ~~MOE!!   Jeu 7 Jan - 21:31

Autant de stress pour si peu, ta fiche est validée sans hésitation Wink
Revenir en haut Aller en bas
Faolin De Florem
L'homme au bruit - Fondateur
L'homme au bruit - Fondateur
avatar

Messages : 771
Date d'inscription : 23/08/2009
Age : 25
Localisation : Regardes au fond de ton âme, tu m'y trouveras...

Feuille de personnage
Niveau:
900/900  (900/900)
Expérience:
40/40  (40/40)

MessageSujet: Re: Momoe Van Hell, Simplement ~~MOE!!   Jeu 7 Jan - 22:00

Tu es là, quelque part, perdu dans le vide quand soudain, sous tes pieds, apparait un peu de verdure, de l'herbe. Peu à peu, c'est une prairie qui se forme sous t'es yeux avec en face de toi une épaisse forêt d'où semble venir une légère brise. Peu à peu, émerge de cette forêt un petit être de la taille d'un enfant, vêtu de bleu, son visage est caché par la lourde capuche qu'il porte. Il s'arrête à la lisière de la forêt et semble te regarder. Prudemment, tu avances de quelques pas vers cet inconnu. Tu n'as fait que trois pas qu'une voix résonne dans toute la plaine, une fois étrange, qui semble posséder une force mystérieuse, tu préfères t'arrêter pour écouter ce qu'elle a à te dire.

" Les portes reliant les différents mondes sont dors et déjà ouvertes, Momoe Van Hell prépare toi, tu vas bientôt pouvoir entrer dans l'histoire d'Harmonia. Un trésor s'y cache, un trésor bien mystérieux qui renferme bien des choses... Pour la survis de ce monde, tâche de ramener l'équilibre sur Harmonia, a moins que tu ne préfère suivre les instructions de ton peuple. Fait ce qui te semble le mieux, mais dans tous les cas, tu devras te battre, alors je te le redit: prépare toi. Il est à présent l'heure pour toi, habitant d'Umbra de poser pied sur Harmonia afin que ton destin et celui de ce monde s'accomplisse..."

Alors que la voix meurt peu à peu, l'inconnu se retourne pour repartir vers la forêt d'où il était venu. Tu fais un pas en avant, essayant de le rattraper, main un violent vent se lève, faisant ployer les arbres sous sa puissance. Tu t'accroupis au sol, tentant de te protéger du mieux que possible du terrible vent. Tu as juste le temps de voir la capuche de l'enfant tomber et d'apercevoir une chevelure bleue avant que tu ne te fasses emporter. Tu regardes une dernière fois vers le sol, mais il a disparu...

Vous vous retrouvez sur Harmonia, le monde Originel, tel que l'enfant vous l'a dit. Cependant, vous ne trouvez que désastre autour de vous, signe d'anciens combats qui ont eu lieux jadis...

C'est ici que votre aventure commence, à vous d'ouvrir un sujet ou d'entrer dans un sujet d'ores et déjà créé dans la partie Harmonia, l'endroit de ce monde est libre de choix.

Bon jeu ... Twisted Evil

_________________


There is a part of light and darkness in each of us...


Spoiler:
 

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Momoe Van Hell, Simplement ~~MOE!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
Momoe Van Hell, Simplement ~~MOE!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Tout simplement fantastique
» Romans Hell Dorado
» [Doom II] Hell Revealed II
» Figurines Hell Dorado
» Hell Achéron, futur Doyen Tourmenteur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonia :: Avant d'entrer dans Harmonia :: Création de votre personnage-
Sauter vers: