AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 point de Fuite a l'horizon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: point de Fuite a l'horizon    Mer 15 Juin - 18:52


    Le ciel se démarquait de ses étoiles blanches immaculées sur son lit de nuage brillant, la lune pointait le bout de son nez à l'horizon tandis que j'observai, rêveur sa couronne de diamants.

    Le silence était de maître dans tout Soleriès, les gardiens faisant leur ronde observaient cette immensité bleue de leur yeux effarés au grand jamais nous n'avions observé un ciel aussi froid, si seulement nous avions pu y remédier!

    Je me présente, N. voici comment l'on me nomme, je suis le chevalier "3" au service de sa majesté. Cela fait vingt étés que j'ai été adoubé par sa seigneurie, ce qui m'amène en dehors de mes territoires de combat habituels ne regarde que le roi, ses partisans et moi.

    Cette mission secrète m'a été envoyé et j'ai un sale pressentiment si vous voyez ce que je veux dire...

    " N. Crahmé a enfin réussis à perfectionner sa nouvelle arme! "

    Arnorld un de mes bras droits je l'apprécie énormément de par sa droiture et sa loyauté, ses conseils me sot d'une grande utilité! Ne dégageant pas mes yeux de faucon de cet étrange ciel je lui rétorquais avec une froideur sans pareil:

    " Que cette fois-ci elle nous soit utile! je n'ai pas envie de finir dans une boîte de fer uniquement pour une de ses autres expériences! "

    " je lui ferais part de vos ressentis, ce ciel n'a jamais été aussi éclatant monseigneur!"

    Sans répondre je resserrais mes dents en fronçant les sourcils, au loin dans la pénombre un bruit terrible éclatait, comme si une explosion terrible avait lieu. Soudain mes yeux s'agrandirent sous le choc occasionné: une longue forme de lance céleste d'un bleu aveuglant transperça cette cité appelée "Destina", voisine de Lactis, de Erestia et d'autres villes aux bords de Soleries.

    " PUTAIN! AVERTISSEZ LA CITE QUE NOUS ALLONS ÊTRE ATTAQUES! "


Dernière édition par Meujette le Mer 15 Juin - 21:06, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Mer 15 Juin - 20:02

une jeune femme à l'air martial discutait avec un camarade à coté de leur feu de camp. Yeux vairons, corps tatoué, chevelure d'encre tressée en une natte caressant ses reins. Elle était d'une beauté rare. D'autant plus pour une femme de combat et non de la noblesse. Avec son armure légère ornée de motifs d'argent et d'or comme le reste de la formation, elle paraissait à sa place. Le chef du groupe fixait les étoiles d'un air préoccupé. Ève, ou plutôt devez-vous la connaître sous le nom de Selemba, mimant à la perfection l'ignorance qui se peignait, en toute honneteté, sur les visages de ses camarades. Nul soupçon ne pesait sur elle. Voilà plus d'un moi qu'elle simulait vouloir servir leurs majestés dans la foi et l'honneur. Une infiltrée. Certains compagnons étaient attachant. Mais elle avait balayé ses sentiments. La mission avant tout.

" PUTAIN! AVERTISSEZ LA CITÉE QUE NOUS ALLONS ÊTRE ATTAQUES! "

Comme le compagnon avec lequel elle riait, un instant plus tôt, Ève se dressa sur ses jambes. Un sourire mental étira ses lèvres. Ses alliés passaient à l'action, il était temps qu'elle entre dans la danse. Dans l'affolement général, chaque soldat se précipita vers sa monture et saisit ses armes. Tous sauf l'unique femme du groupe. Qui prit la peine de souffler dans un sifflet d'os alors que personne ne lui prêtait d'attention. Aucun son n'en sortit. Pas même pour ses oreilles elfiques. Mais les cheveux parurent s'agiter. Par a faute ou l'excitation de leurs cavaliers ? Au loin, un aboiement sonore lui répondit. Parfait tout était en place. Selemba, dite Ève, bondit sur son étalon brun et hurla.

"QU'UN MESSAGER LANCE L'ALARME !"

Automatiquement un cavalier se détacha du groupe et se lança vers la ville Lumière au triple galop. Comme si le chef en personne avait parlé. L'infiltrée ne voulu pas savoir de qui il s'agissait parmi ses hommes qui la prenait pour une des leurs. Il n'arriverai jamais à porter son message. Un homme était posté près de la ville. Un homme qui tenait en laisse d'énormes chiens. Chiens qui avaient entendus le signal de la chasse. Ils répondraient à l'appelle du sifflet d'os et peu probable qu'ils aient assez à manger entre le noble cavalier et sa monture. Dans la nuit, ils ne les verraient pas approcher avant de sentir leurs crocs. L'attaque était en marche et Selemba jubilait alors qu’Ève attendait les ordres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Mer 15 Juin - 21:06

    J'étais affublé d'émotions toutes aussi négatives les unes que les autres mes poils se dressaient sur mon échines tandis que la grande flèche aveuglante continuait de percer le ciel sans retenir ses troublantes vertus. Portant ma main à mon fourreau en m'approchant de quelques centimètres de cette catastrophe, la dalle de carreaux me laissant glisser tel un serpent dans un courant d'air proche, je sentais les évènements tourner au vinaigre. Qu'avait été cet ordre putride lancé par un de mes colonel? Mes sourcils se froncèrent pendant que mes yeux d'un bleu polaire contemplaient secrètement les moindres bataillon de mes rangs comme un berger ses moutons.

    Un bruit métallique me fit dégainer mon épée et croiser le fer avec mon général tant l'atmosphère se tendait, esquissant une parade riposte à l'aide de ma rapière d'argent je le rendis aux armes les mains levées, mais que se passait-il?Le nez renfrogné je pointais mon arme sur sa gorge, comment cela était il possible?

    " le mot de passe sergent! "

    " caporal messire et Phénix! "

    " Grouillez-vous de prendre cinq de vos meilleurs hommes et de reprendre ses soldats en main, faute de quoi, ils finiront dans le caveau! "
    Tremblant il fit demi tour en se penchant pour prendre son arme et courir le long de la muraille ou nous étions censés restés en retraits de toutes villes promus à un attentat mal placés. Le roi avait ses décisions qu'il fallait respecter et anoblir à la lettre ne serais ce que par pur respect pour le peuple de Lucina que nous représentions, si la moindres complication compromettait les plans de paix et de préservation de la grande cité de lumière alors je n'hésiterais pas à sortir de mes gonds.

    Rengainant mon épée rapidement mes jambes me menèrent avec toute la dextérité dont j'étais capable pour un elfe de mon rang en bas de cette petite citadelle de défense. De là je pus constater l'avancé d'un de mes hommes a plein galop partir vers la cité, mais quel abrutit était il? Une chouette aurait tout simplement suffit!

    ARRETEZ LE! MAIS MERDE! "

    En courant je versais quelques larmes tant ma rage était à son paroxysme, je sentais vraiment mal la chose, tout ce que j'espérais finalement c'était bien qu'il crève pour avoir oublié mes directives qui se devaient d'être discrètes mais efficaces, un cheval en plein galop ça n'a rien de bien discret. Une fois arrivé en bas j'esquivais une volte vers les hommes en courant de toutes mes forces, j'arrivais finalement à la tête de mes hommes. Epée dégainée avec une fureur monstre, les premiers rangs arrêtèrent tous gestes en me voyant enragé, pestant contre leur incompétence.

    " QUI A SEMÉ CETTE MERDE ? IL Y EN A BIEN UN QUI LUI A DIT DE FONCER!!! "

Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Mer 15 Juin - 22:16

Le chaos était lancé. Plus que le message qui n'arriverait pas, l'elfe avait appuyé sur des boutons sensibles au delà de son espérance. Un meneur poussé dans ses retranchements à tel point qu'il en pet de contrôle de son être est un meneur dont les décisions ne seront ni sages ni réfléchies ou efficaces. Selemba éclata d'un rire mental. Pauvre chaton qui joue es grands fauves. Tu ne sais même pas à quel point les choses t'échappent. Mais néanmoins, cet homme avait sentit un traître. D'où sa réaction envers un homme pourtant, très certainement, fidèle. Ève restait aussi stoïque que les autres, jetant des regards l'air de se demander qui avait bien put lancer un ordre. Qui aurait put reconnaître sa voix dans un hurlement ? Personne. Certainement pas dans le désordre ambiant. Et elle n'avait aucunement l'intention de se dénoncer. Un instant elle pensa essayer de dénoncer une cible au hasard mais elle était trop récente dans le bataillon pour qu'on lui accorde cette confiance malgré les quelques recrues arrivées après elle. Méfiez vous des femmes, dit-on. Elles sont aussi fourbe que des serpents et plus charmeuse que des oiseaux chanteurs.

Alors colonel ? Qui vois-tu parmi tes rangs ? Ève ou Selemba ? La justicière au grand cœur, riant avec ses compagnons, partageant son pain et chantant avec eux des chansons paillardes ou la traîtresse les charmant un à un, les envoyant à la mort sans qu'il ne s'en rendre compte et te mettant hors de toi ? Nul ne bougeait. Par crainte ou par respect ? Le temps du cavalier ne se comptait plus qu'en seconde. Et elle seule ici en était consciente. Une lueur de lucidité perça sa grisante prise de pouvoir. Si il l'attrapait, il n'hésiterai pas à la tuer. Elle vit la rapière d'argent percer sa fine armure et mordre sa chair. Il fallait jouer le jeu. Pour sa mission. Pour sa sauvegarde. Devenir Ève. Se déguiser n'est pas que revêtir un costume. C'est prendre les apparences, les mimiques, les expressions et les accents. Ainsi une espionne est courbé sur sa monture pour être impossible à décrire, les pieds en dehors des étriers pour mieux se laisser glisser. Ainsi, en devenant soldat, elle se tenait droite et maintenait ses jambes fermement sur sa monture pour pouvoir attaquer avec force.

Un hurlement lupin déchira le silence qui s'était installée sur la troupe. Artificiel. Mais qui le savait ici ? Nouveau signal. Le cavalier ne respirait plus. Ève n'y fit pas attention. Selemba, oui. Elle aurait dû prendre la fuite. Elle ne pouvait pas, sa couverture aurait grillé. Alors elle calqua son comportement sur celui des autres caméléons fondu dans la masse. Discrètement, elle créa un ridicule souffle de vent qui s’insinua dans le sifflet d'os. Les chevaux redevinrent nerveux. Les oreilles, quelles soient humaine, elfique ou vampirique, ne l'entendirent pas. Mes les aboiements des chiens résonnèrent de nouveaux. L'elfe avait besoin d'une diversion pour rejoindre Lucina et ses alliés et surtout échapper au colonel. Alors elle appelait les chiens à elle.

# Que les carnassiers viennent. Il y a de quoi jouer. #

Elle ignorait leur nombre mais les molosses ne se comptaient pas sur les doigts d'une main tel qu'elle connaissait Torell et ils devaient être de goût. Monsieur ayant une panthère en guise de chat, l'elfe se méfiait des chiens. Quelques personnes d'instinct s'agitèrent. Elles sentaient la pression dans l'air. Elles sentaient le danger approcher. Curieusement, l'un d'eux parla.

'' Je sens des canidés approcher à grande vitesse. Ils sont nombreux...''

#Et merde ! Un métamorphe ou un Lycan pour sentir les détails. Ce con va me bousiller l'effet de surprise. #

Ève observa anxieusement les alentours. Des canidés ? Comme un soldat fidèle elle observa son meneur. L'air de lui demander innocemment, ''que fait-on ?''

---------------------

Dans la citée même, un groupe d'individus masqués attendaient docilement leur heure. Ils n'avaient qu'une cible. Et ils ne la manqueraient pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Jeu 16 Juin - 12:04

    " NAN SANS BLAGUE UN CARNACIER! LA PROCHAINE FOIS QUE VOUS ME FEREZ PART D'UNE DE VOS INTERESSANTE SUPPOSITION VOUS POURREZ SANS DOUTE PRENDRE MA PLACE! "

    Un large soupir brumeux s'échappait de sa bouche, tout son corps se relaxait après avoir engueulé un vulgaire soldat. N. était apprécié pour ses plans stratégiques et ses compétences épéistes. Seulement son tempérament de flamme primait le reste et endormait sa vigilance, il reconnaissait ses tords et bien souvent les soldats lui obéissaient par crainte et non respect à cause de cela.

    Ses derniers temps il se montrait de plus en plus agacé, énervé comme si une pression le poussait à exploser de plus en plus souvent et comme si cela ne suffisait pas, l'ordre des Gardiens de lumières de Soleriès soient une douzaine des plus grands chevaliers de Lucina voyait leur nombre se réduire petit a petit.
    Tout a commencé il y a deux semaines, un Gardien de lumière déclaré mort, n'a pu être remplacé faute de n'avoir trouvé un excellent remplaçant capable de ses prouesses. Son nom? Wallen Globus le numéros Quatre. La semaine d'après Liam Norliar le numéros Trois, par chance N. se situait chez sa tante il y a quelques jours, ses enfants et sa femme eux n'ont pas été épargnés et L'ordre des gardiens se voyait déjà disparaître à cette cadence.
    Quelque chose ou quelqu'un s'amusait à tous les descendre, il y avait de quoi avoir les nerfs à vif alors que, en pleine guerre vous devez contenter vos soldats de rester à l'écart d'une bataille afin de pouvoir faire les réservistes.

    Cependant, même si complètement perdu N. gardait la tête froide dans son intérieur, réfléchissant à un plan constructif afin de piéger le ou les espions pouvant stopper sa carrière en l'espace de trois mouvements.
    Il cacha son envie de sonder les esprits de chaque être vivants devant lui, cela aurait été trop facile et puis à l'heure actuel les personnes les plus sensibles à la télékinésies pouvaient finir fous. Il écarta la possibilité de tuer un des nouveaux arrivant de sang froid, certainement un bon exemple pour resserrer les rangs mais également lui donnant une apparence tyrannique.
    Continuant de réfléchir ainsi il entendit des hurlements animales rugir au loin, blessé affamé et bien plus encore; l'affaire était dans le sac finalement. Lorsque l'on est elfe on ne peut certes pas parler aux animaux, mais la nature vous donne un sixième sens qui vous permet de comprendre ce que la faune et la flore ont besoin.

    " Maintenant vous allez tous descendre de vos montures poser vos armes a terre et me montrer le symbole de notre mère dans le calme le plus stricte. "
    " Messire, cet ordre ne provient pas du roi ... "
    " Négatif, mais le roi ne saurait lui même dire si ses soldats lui obéissent aveuglément et il est en mon pouvoir de vérifier si tous est correcte de ce coté. Vous me paraissez anxieux soldat! "
    "..."

    Les plus hardis avaient déjà exécutés les ordres tandis que quelques uns traînaient de la patte, la sueur et la peur se lisaient dans les yeux de quelques soldats, N. jouissait intérieurement, laissant paraître une expression glaciale et lointaine il attendait.

Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Jeu 16 Juin - 15:08

Mais il était fou. Mais il était fou. Mais il était fou ! Fou et furax. L'ordre qu'il scanda fit ouvrir de grands yeux ronds à la demoiselle. Ève, comme Selemba, ne comprenait pas ce que ce fou voulait. La mort de ses troupes ? Bien involontairement, elle fut l'une des dernière à descendre de sa monture et à abandonner ses armes. Tout les soldats étaient formés pour la résistance. Elle, elle était plus dans e style... furtif. Elle était résistante à la douleur... quand il s'agissait de ne pas hurler. Pas quand il fallait rester conscient. L'elfe voyait le schéma d'ici. Elle risquait de serrer les dents pour ne pas émettre un son et allait stupidement tomber dans les pommes si celle-ci devenait intolérable. Mais ni Selemba n'était pas idiote. Si elle laissa ses sabres pour continuer à se dissimuler dans la masse, un poignard dans chaque botte et un autre sous le tissu de son pantalon. Si il croyait qu'elle était suicidaire et sans ressource... Néanmoins, elle devait avouer qu'elle était sacrément déroutée et embarrassée. Il savait qu'il y avait un traitre. L'elfe en était convaincue. Sinon il n'agirait pas ainsi. Il voulait les pousser dans leurs retranchements.

Il a complétement craqué !

Souffla Ève, d'une voix presque anxieuse à l'homme qui était juste à coté d'elle. Celui -ci ne réagit pas. Pas même un hochement affirmatif ou négatif. Mais ses pupilles fouillant dans la direction des hurlements prouvaient malgré lui qu'il était nerveux et ne savait pas ce que le colonel cherchait à leur faire faire. En quoi les mettre tous face à des chiens affamés allait bien pouvoir sortir les traitres, ou plutôt la traitresse, qui s'amusaient à mettre la pagaille ? Le manque de réponse rendit l'elfe nerveuse. Par manque de chance, elle se retrouva parmi les premières lignes et ses yeux fouillèrent le noir. Tout les nyctalopes réagirent d'un même frissons. Les chiens sortirent du couvert des arbres. Énormes. Nombreux. Plus qu'elle ne le croyait. Mais bordel, pourquoi une quinzaine ? Cinq chiens c'est largement assez pour bouffer un con et son cheval non ?! Mais nooon, il avait fallut que Torell poste le triple. Ce crétin et sa manie des grandes envergures ! Selemba était une voleuse, une espionne, une meurtrière. De ceux que l'on ne voit pas arriver mais dont en sent la lame. Et c'est en ça qu'elle était terrible.

La meute se jeta sur le groupe sans même ralentir ou se concerter. Le sifflet avait ordonné. La meute obéissait. Le truc dommage étant que l'ordre venait de l'elfe. Mais un sourire rusé étira discrètement ses lèvres. Monsieur n'allait pas trouver la traitresse. Il allait lui offrir une trappe immédiate. Dès qu'un molosse bondit pour lui sauter à la gorge, Selemba se jeta au sol, enfonçant ses pieds dans le ventre du canidé pour l'envoyer vers les troupes arrières. Mais elle exposa le muscle de sa cuisse qu'un autre fut ravit de saisir si gentiment présenté. Selemba aurait serré les dents mais elle comprit qu'il ne fallait pas intérioriser comme lorsqu'elle était en mission. Ève hurla sous les dents qui percèrent, certes peu profondément grâce à l'armure, sa peau. Un camarade vint l'aider, brisant la mâchoire accrochée d'un coup de pied magistral. Ève eut un merci plein de franchise et accepta la main tendue pour 'aider à se relever. Du coin de l'œil elle avisa un chien particulièrement près des arbres. L'Ombre se jeta tel un félin sur sa proie. Tout deux roulèrent sur le sol, la pente le guidant vers la fuite de Selemba. Les griffes ripaient, furieuses, contre l'armure alors que la demoiselle lutait pour maintenir les crocs loin de son visage. Ils furent assez proches des taillis. Alors l'Ombre sortie sa dague et la ficha dans la gorge du chien pour s'éloigner à quatre pattes. Fugitive jubilant.

Désolée mes chatons, il est temps pour moi de vous laisser. Amusez vous bien avec les chiots.


Elle voulu bondir pour saisir une branche mais son bras droit la brûla sous son poids et elle retint un hurlement en lâchant misérablement sa prise. Ses yeux vairons examinèrent son épaule. De profondes marques laissaient couler une trainée de sang épais. Le chien l'avais eu. entre sa peur et sa concentration elle ne s'en était pas rendu compte mais ce n'était plus le cas. Incapable de grimper dans un arbre, elle se mit en marche, ses oreilles aux aguets du moindre bruit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Jeu 16 Juin - 21:01

    " J'EN AI PLEIN LE CUUUUUUUUL VAS TE FAIRE BALADER PAR LES TROLLS VIEUX CABOT! "

    Un coup de poing magistrale fit éclater le museau d'une de ses pauvres bêtes protégés par mère nature, gémissante et déplorant de son sort elle se couchait sur le flan en glapissant.

    " Mais putain vous me les brisez tous! "

    Sa main gauche attrapait les oreilles d'une de ses pénibles créatures venant de sauter sur lui et la tordait dans tous les sens en la tirant vers le haut, l'animal même enragée glapissait queue entre les pattes en tentant cependant de mordre le corps frêle de l'elfe masculin.
    En un bond ce dernier lui sautait sur le dos en faisant attention de bien lui écarter son cou de sa moelle avant d'exploser toute la mâchoire du molosse s'écroulant comme un vieux fromage miteux dans une assiette aux miettes poisseuses.

    Fermant ses yeux en secouant sa tête de droite a gauche il soupirait en observant la plupart de ses hommes agonisants sur le sol, n'avaient ils pas étés formés pas sa propre main contre des monstres pareils? qu'ils soient chiens galeux, Kaléonides ou plantes géantes le résultat aurait été sans pareil.
    Savourant sa victoire il n'hésita pas a fourrer sa botte de plomb dans l'estomac d'un homme blessé agonisant au sol rien que pour défouler ses émotions, savourant la grimace de ce dernier par un rictus malsain.

    " pauvre cloche! l'est ou vot' suppérieur? "

    ses yeux globuleux injectés de sang regardaient sa vallée d'émeraude baignée par le sang de ceux qui furent brièvement ses camarades, il émettait un bref toussement en crachant ses poumons lorsqu'il vit une figure féminine au loin.
    Son bras vibrant de peur se prolongeait douloureusement vers cet arbre là bas avant qu'un mal terrible ne s'empare de son être et le fasse cracher sa chique en un monstrueux cri d'agonie.
    N. clouait au sol ce fils de putain avec la propre lame qu'il avait osé sortir de son fourreau, étincelante telle un diamant sous la brume de cette nuit stupéfiante.

    Autre chose lorsque vous tuez un de vos anciens gars, toujours lui faire mine que la folie vous ait excédée, toujours lui montrer votre pire visage emplie de cruauté sans pareil afin qu'il regrette tout de sa vie.
    Tout faire pour que son âme courroucée soit apaisée en s'envolant vers les cieux telle était mon opinion concernant la mort de mes camarades. Alors que sa vie souffrante dévalait lentement la colline abrupte et ses champs de paix humide, le dernier chien .. a moins que ce ne soit une chienne, a cette idée un sourire sadique se formait sur mon visage angélique retentissait dans l'air fraîche.
    Ses bottes tournèrent sur l'herbe tendre et ma main excitée par le goût du sang puritain de cette chienne s'occupa de saisir automatiquement la garde de mon épée.
    De mes yeux glaciale je regardaient cet arbre d'ou une forme féminine s'était estompée et de mes jambes de fer mon corps léger avança avec cette discrétion naturelle dont ma race était dotée.

    Sa respiration à elle n'était pas discrète, je la distinguait déjà grâce a cela puis son parfum exotique d'une femme dans l'âge tendre confondue au sang affolât mon désir de pénétrer mon épée dans sa chaire humide.
    Arrivé a ce lieu, cet arbre oreilles collées contre mon cou a la façon d'un loup peiné en faisant voir mon visage attristé des plus doux je regardait cette forme un court instant avant d'adresser un salut, retirant millimètre par millimètre ma rapière d'argent de son lieu de repos.

    " Rusée comme une renarde hein ... tu feras une bonne croquette pour toutous! Dis moi ... qu'as tu gagné a faire cela? "
Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Jeu 16 Juin - 22:18

L'elfe fit volte-face dans un mouvement d'une fluidité martiale. Ainsi donc il l'avait suivit ? Emmerdeur jusqu'au bout le général. Il devait avoir ou sacrément l’œil ou de la chance. Peu probable qu'il ai des soupçons au point de la guetter. Les yeux vairons avisèrent la rapière qu'il dégainait sa lame. L'air de rien. D'un mouvement si lent que le tintement métallique d'une arme tirée au clair ne résonna même pas. L'elfe fit de même avec le seul sabre qu'elle avait eut le temps d'emporter. L'autre était encore sur sa monture. Une bête loin de briller d'intelligence qui ne le lui ramènerait jamais. Fâcheuse tournure, elle, qui se battait avec ses deux sabres, s'en voyait dépouillé d'un. Qu'importe, son bras blessé l'aurait ralentit. L'homme posa une question intéressante. La croyait-il du genre à lui offrir la satisfaction de lui donner les réponse qu'il voulait ? Un crétin ou il se foutait d'elle ?

" Mais le plaisir de me taper tout tes hommes. "

Une moue vulgaire déforma ses traits. Elle esquissa lentement un pas en arrière. Puis un autre. Ne lâchant pas son ennemi des yeux un seul instant. Un moyen de s'enfuir, un moyen de s'enfuir, un moyen de s'enfuir ! Mais vite bordel ! Genre là, maintenant tout de suite ! Genre courir ? Genre draguer le colonel pour qu'il la laisse partir ? Ou genre hurler au viol pour que quelqu'un vienne l'aider ? Là, yavait de l'idée... Elle s'imagina un instant en train de menacer le colonel d'arracher sa propre armure et d'hurler si jamais il approchait. Cette perspective allait le faire trembler de peur et déguerpir illico, c'est certain.

"Maintenant que j'ai pris mon pied, je vous laisse ranger le bordel ambiant. Bye Bye."

Elle avait parlé à une vitesse folle et s'était élancé de toute la force de ses jambes gracieusement taillées entre les fourrées. La force était du coté du colonel. Mais avec un peu de chance, la rapidité du sien. Dans le pire de cas, si il l'a rattrapait assez vite, elle resongerait à la technique du ''A L'AIIIIIIIIIIIDEEE".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Jeu 16 Juin - 23:07

    Dans le genre madame se foutait de sa gueule, cette fille là en profitait un max! Dans le genre madame s'affolait sous le coup d'une torpeur magistrale et déguerpissait sans un seul regard un arrière ça aussi N. y était préparé.
    Mais qu'avait il pu dire a cette demoiselle afin d'éviter de lui faire peur? Dans le genre romanesque il était loin très loin du compte, encore qu'avec sa défunte femme oui il avait toutes les raisons du mondes pour avoir été un mari exemplaire, mais avec une sauvageonne dans ce genre, une mauvaise graine qui ne faisait que semer les doutes, la terreur et l'ombre dans la cité de lumière, il n'en avait que faire.
    Qu'est-ce qu'une gamine qui n'avait rien a envier pouvait bien lui procurer?

    * une bonne baise dans de herbe collante, vraiment... *


    Ses yeux roulèrent dans ses orbites, mollement il attrapa une dague sous sa veste anoblie et visa la jeune femme qui courait a en perdre haleine. Ses yeux même la nuit ne pouvaient guère le tromper, la forme mouvait sans discrétion et l'odeur du sang s'échappait avec le vent, tout cela prenait une tournure étrange.
    Son bras prit a peine de l'élan que la petite dague se colla contre sa peau, non il ne fallait pas encore l'abîmer, jouer avec cette femme était tellement plus amusant, tellement plus malsain et qui dans cette vaste plaine pourrais lui venir en aide?

    Alors vent dans le dos, ses jambes se mirent a le faire courir tel un chevreuil avec une dextérité surprenante pour un elfe dans la trentaine. Il avança tant et si bien qu'il du faire de petits bonds dans l'herbe pour diminuer l'allure et donner une pression supplémentaire a la biche, lui donnant simplement l'impression qu'elle menait la danse par une courte distance, une autre en l'affolant, dérangeant son mètre pittoresque d'intimité.

    Se lassant se cette course je n'eu d'autres choix que de la raccourcir, bondissant sur ma proie, main ferme et solide sur son jeune coup frêle mais tellement fin et exquis je la fis tomber en avant, insistant bien sur sa nuque pour que son doux visage de porcelaine heurte le sol et se fracasse si la matière suivait cette fragilité.
    Mais comment une porcelaine aussi douce et fragile ne puisse se briser au contacte de ce sol impur et brute? La trahison encore et toujours se glissant sous l'aspect d'une belle illusion, fourbe dans ses intentions et magnifiques de ses paroles.
    Sa main puissante attrapa les cheveux d'encre de la vipère, il ne fallait pas encore la tuer, c'était tellement amusant! Debout il leva les cheveux de cette traîtresse jusqu'à son visage en prenant un air serein mais triomphant.
    Il contempla brièvement ses arcades mystérieuses et alla avec sa deuxième main dénuder une épaule, déchirant un tissu fin et soyeux qui aidait a cacher le corps de la belle.

    " une putain au service des fourbes, je n'en attendais pas moins. courbes toi et contentes toi de ça! "

    y avait il une autre échappatoire pour cette catin des bois? Fermant ses yeux noblement il la lâcha pour qu'elle puisse retourner sur le sol comme une simple merde, son arme créa une demie volte dans l'air et trancha l'herbe ou se tenait la jeune femme, la dague plongea dans la terre et s'y figea un instant durant laquelle la lame trémoussait sa lame brillante.
    D'un geste vif et hautain, il enleva son manteau et le posa sur je demoiselle brièvement en changeant son regard vers l'Ouest, rien dans les environs...

    " Nous reparlerons de cela devant des personnes compétentes, fous toi ça sur tes miches je t'emmènes dans les gonds de Soleries, et interdictions de te dérober ou je te dissoue sur place comme tes autres petits camarades a la baise dur, compris?"

    reposant son regard sur elle avec un air doux et serein a la fois il attendit qu'elle daigne se mettre debout...
Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Ven 17 Juin - 11:08

L'Ombre n'eut qu'un grognement rauque quand son corps percuta le terre dure. Sous la violence du choc, tout l'air contenu dans ses poumons fut chassé. Des papillons noirs volèrent un instant devant ses yeux alors qu'elle tenta de se redresser malgré la main qui pressait sa nuque. Elle n'émit plus le moindre son. Refusant de lui offrir le plaisir de la voir exprimer la plus petite douleur. Cette même main vain se nouer dans sa chevelure d'encre, lui redressant la tête et la levant petit à petit. Selemba avait la chance d'être grande. De telle sorte qu'en se mettant sur la pointe des pieds, l'homme la plaçant à hauteur de son visage ne la soutenait pas par sa crinière d'encre. Le menton relevé dans une attitude bien trop arrogante pour sa position, elle manqua de cracher au visage de cette enflure quand il ouvrit la bouche. C'était elle qu'il traitait de putain ? Mais qu'il aille crever ! Un homme incapable de gérer ses soldats et de retrouver une traître sans mutiler gratuitement la moitié de ses troupes.

Il dénuda son épaule d'un geste, comme pour prouver qu'elle était de ces filles faciles. Elle ne fit rien pour l'en empêcher. Ses yeux vairons le fusillant aussi bien que le venin de n'importe qu'elle langue. La main dans sa chevelure desserra son emprise et la demoiselle atterrit avec l'agilité d'un chat sur le sol. Accroupie. Son bras indemne appuyé sur le sol entre ses jambes repliées alors que le blessé était posé sur sa cuisse. Comment ça il voulait qu'elle se courbe ? Genre une révérence ? Elle ne fit pas le moindre mouvement ni ne lâcha le moindre mot. Mais son corps se raidit comme la corde d'un arc lorsqu'il vit jouer sa lame tout près d'elle. Quel jeu jouait-il ? Il était taré ou juste versatile ? D'un geste presque crâneur, il défit son manteau et le lui remit. L'elfe se redressa, les feuille ne bruirent même pas sous son mouvement, et le passa autour de ses épaule. Son ton se fit railleur.

Parce que tu es convaincu que je vais te laisser docilement me livrer à la justice ? C'est naïf.

Oh oui, elle allait le laissait la livrer... Que lui même lui donne son pass pour s'infiltrer dans les cellules.


--------------------------

Des ombres se mouvèrent dans Sorèlies. Cachots humides et portes grinçante. L'espionne chargée de tout faire pour que l'on pense que la flèche d'argent était l'objet méritant toute l'attention ne donnait pas de signe de vie. Qu'importe, elle avait voulu ce rôle. Arguant avec ses grands yeux vairons qu'une femme jouerait plus facilement de ses atouts, dans un bataillon essentiellement masculin, que tout les autres. Il est vrai qu'elle avait plus de chances de se faire bien vite... accepter par les autres. Elle connaissait les risques. Quand un groupe s'engage à libérer un allié des prisons, son organisation doit être parfaite. Si cette crétine impulsive foirait et ne retenait pas l'attention assez longtemps, ils étaient tous dans la merde.

- Ne t'en fais pas, Argawen. Selemba saura jouer avec eux et nous rejoindre. Quitte cette mine pensive et neutralise les garde. Nerrilis attend sa libération. Ne la faisons pas plus languir.
- Oui, Torell.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Dim 19 Juin - 15:36


    Selemba Imperiale: - Parce que tu es convaincu que je vais te laisser docilement me livrer à la justice ? C'est naïf.
    N.: Non cela se nomme la prévention. Tu veux survivre, tu obéis dans le cas contraire tu sais déjà ce qui t'attends.



    Ses yeux dorées fixaient sévèrement la femme; il n'avait aucun remord à frapper une femme qu'elle soit jeune ou enceinte elles étaient dotées d'armes aussi puissante que les hommes. Le charme, l'élégance, la discrétion, la finesse sont essentielles pour devenir un bon assassin, ainsi donc manipulé par l'argent ou la drogue une femme devient vite votre pire ennemi.
    Soupirant longuement il ferma ses yeux un instant, se concentrant sur l'air et la pression atmosphérique qui les englobaient, il ne lui offrirait ni le luxe d'une belle corde de pendu autour de son cou ni même les chaînes métalliques froides sur sa peau duveteuse, il y aurait tout simplement ses mains qu'elle serait dans l'incapacité d'user avant plusieurs jours ou mois, tout dépendait de lui.
    S'accroupissant sans laisser le regard émeraude brisé de la dame saisir son visage de morsures fatales il lui plaça le manteau rouge de façon à ce qu'il ne tombe pas et...

    D'un coup aussi rapide qu'un oeil n'aurait pu le remarquer, il assembla ses mains au-dessus des bras de la douce femme puis les attrapèrent violemment en les collant l'une contre l'autre à la façon de bras croisés contre son torse.
    Ainsi fait, courir lui devenait compromettant, ses bras étaient alourdis de plusieurs dizaines de kilos, une pression de cette lourdeur contre sa poitrine lui écrasait ses poumons et lui interdisait d'exécuter d'efforts qu'ils soient naturels ou magiques. Aussi sa poitrine en s'élevant et se rabaissant était capturé par ses propres bras, lui procurant l'immense joie d'avoir une petite torture digne de sa peine !

    " Grouilles toi un peu j'aimerais arriver avant que le soleil ne se lève, histoire de te faire dormir avant l'interrogatoire et que tu pètes la forme! "

    Se levant en prenant appuis au sol de par sa main droite il marcha en direction de Soleries sans une seule fois reposer son regard sur la captive. Bien sur il entendait le bruit de ses pas contre le sol et savait immédiatement si elle partait ou s'envolait, ayant la main sur l'unité gravitationnelle il l'amenait a deux centimètres de son dos sans broncher ni accentuer l'effet du poids de ses bras déjà bien assez lourd à son goût pour cette petite dame.




    Il l'avait conduite dans les cachots les plus profonds de Soleriès sans avoir à donner son numéros ni son nom de reconnaissance, seulement ouvrir une geôle, saisir la clef et faire rentrer la femme dedans sans rien dire avait été une bonne chose pour ce capitaine. Après cela les gardes s'écartèrent sur son chemin, cul bien collés aux parois en rentant leurs épaules dans leurs cavités. Sa chambre ne fut jamais aussi attendue, il se posait pendant que ses yeux se fermèrent sur un autre univers encrés de rêves et de changement...
Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Lun 20 Juin - 20:22

Qu'il était adorable le mignon petit N. Un amour comme on en croise peu. Assez galant pour la conduire jusqu'en son point de rendez-vous. Mais attention. Il ne l'a laissait pas se débrouiller seule en lui indiquant le chemin tel un homme pressé ou n'ayant aucune volonté de lui offrir un eu de son temps, il l'accompagnait. Et plus attentionné encore, il prenait la peine de la torturer avec un stratagème étrange, utilisant des angles fous et une gêne constante, pour être certain qu'elle ne se perdrait pas en chemin. Oui, vraiment, le général était de ces hommes bien rares dont quantité de femmes rêvent en soupirant de lassitude devant les pâles dragueurs qu'elles ont eut en leur pouvoir durant une nuit. Et Selemba était prise d'une irrépressible envie de lui cracher au visage pour lui montrer sa reconnaissance. Un instant elle regretta de ne pas avoir la capacité des cobras à cracher leur venin à la face du monde.

Le trajet se fit sans un mot après la réponse sur la "prévention" que l'Ombre aurait plutôt qualifié de bon sens. Ce dont elle se savait purement et simplement dépourvue dans certaines situations. Le chahut qu'elle avait créé presque en vain se mourait lentement mais sûrement. Les regards des troupes se firent interrogateur lorsqu'ils aperçurent celle qui furent leur camarade durant plus d'une lune. Jamais ils n'y auraient pensés. Étaient-ils trop naïfs ou trop idiots ? Ceux l'avaient raillés lors de sa venue dirent qu'ils le sentaient depuis le début. Alors qu'un élan de machisme avait juste emporté leurs cervelles de crétins. Elle marchait la tête droite alors qu'elle était limitée dans ses mouvements. Plus aucun échappatoire ne s'offrait à elle, cernée par tous. Une biche gracile dotée de grands yeux affolés au milieux d'une meute de loups ayant soif de sang. L'Ombre ne se berça pas d'illusion. Si ils ne la tuaient pas dans l'immédiat, c'était seulement grâce au colonel qui les intimidait. un homme vociféra sur son passage.

-Traitresse

L'accusée laissa échapper un sifflement sonore d'entre ses lèvres, tel un serpent narguant, un sourire narquois aux lèvres, fixant l'accusateur du coin de l’œil. Le message était clair. Et l'homme sera les points. Un simple son créant un dialogue muet et pourtant audible à tous.

# Et oui chaton. Je vous ai tous baisé. Dans tout les sens du terme.
- Si je te recroise un jour, je te tue. #

--------------------------

La demoiselle fut poussée dans une cellule et fit pivoter ses oreilles pointues pour suivre sans se retourner le bruit de la porte se refermant. La scellant ici. Elle était dans les geôles comme elle l'avait voulu. Mais pas du bon coté. Elle pesta comme une furie. Ce n'est pas ainsi qu'elle avait vu les choses. Elle se voyait s'infiltrer comme un serpent par une entrée délaissée et étroite. Dévorant les quelques rats vadrouillant de-ci de-là d'un simple élargissement de mâchoire. Exquises friandises bien vite disparues. Mais elle était en cage. Comme un fauve près à déchirer l'air de ses griffes, trop large pour se laisser couler entre les barreaux. Une bête dont la magnifique fourrure et la fierté lui laissent un semblant de dignité. Alors qu'elle était prisonnière. Un petit con passant par là aurait peut être l'idée de tenter de s'amuser avec. Avant de se faire arracher un doigt ou lacérer pour son insolence et la frustration. Les yeux vairons tentèrent de tuer l'homme qui venait de refermer la porte.

Elle aurait bien tapé sur les murs pour communiquer en morse et signaler sa position à ses allier. Si elle avait était certaine qu’aucun garde ne le comprendrait. Mais surtout si elle avait su communiquer en morse. Elle aurait put hurler. Certaine qu'ils reconnaîtraient sa voix. Mais les gardes auraient rapliqué. Ont lui avait arraché ses armes. Ses accessoires. Seul demeurait à son cou son pendentif contenant le poison qui scellerait son sort si jamais elle devait vraiment affronter la justice. Le destin semblait se foutre de sa gueule. Lui disant qu'il ne lui restait plus rien hormis une graine d'espoir bien mince et de quoi se donner la mort. Par un simple collier qui semblait si innocent. Rien pour crocheter la serrure. Rien pour appeler un quelconque secours. Mais il lui restait ses talents. Et ça personne ne pouvait les lui arracher.

-------------------------

Les gardes discutaient paisiblement quand des cris de souffrance leur parvinrent d'une cellule. D'un regard ils se mirent d'accord sur lequel se rendrait s'assurer de ce qu'il se passe. Ce dernier se dirigea vers la cage en question. La nana que le général avait enfermé à peine plus tôt était contre le muscle du fond, secoué de tremblements violents et le haut de son corps s’arc-boutait comme si elle cherchait désespérément de l'air, ses bras griffant le sol pour trouver quelque chose à se raccrocher. Le garde sortit précipitamment une clef de son trousseau qu'il fit tomber dans son empressement avec un :

''Merde, merde, elle va crever cette conne !
- Fais gaffe ! ''

Le garde ne l'entendit pas. Des prisonniers trouvant le moyen de se suicider, il y en avait des tas. D'autres victimes de sorts à distances lancés pour les empêcher de divulguer diverses informations contre u sursis ou sous la torture. Dans un cas il suffisait d'essayer de le sauver, dans l'autre de lui fermer les yeux et boucher les oreilles pour que le sort ne s'achève pas. Les morts faisant toujours tâche quand on parle de vous à la direction. La procédure de sécurité était très simple. L'un sauve, pendant que l'autre se poste à l'entrée de la cellule, près à intervenir. L'elfe semblait s'étrangler. Victime d'un poison ?

----------------------------

Selemba eut un sourire mental. Parfait. Ils mordaient à l'hameçon. Elle n'avait qu'à s'obliger à retenir sa respiration pour que son corps s'arque et les spasmes étaient à sa portée. Les étirements et exercices musculaires portant leurs fruits après toutes ces années. Elle connaissait chaque muscle. Sans en savoir le nom. Comment l'étirer, l’entraîner. Les mouvements le mouvant. Et c'est ce qu'elle faisait. Elle les sollicitait tous. L'imitation de petits spasmes n'était pas parfaite, loin de là mais elle avait de quoi effrayer quelqu'un redoutant la mort.

Dès que le garde fut près d'elle, elle saisit sa tête entre ses mains à une vitesse magistrale et la fracassa contre son genou qu'elle replia tout aussi vite. L'homme aurait pu être un mage tout puissant. Jamais il n'aurait pu régir. Il retomba tout bonnement assommé alors que la demoiselle grogna de douleur devant le choc qu'elle venait de s’infliger. Le second garde aurait dû hurler, sonner l'alerte, mais il s'était approché de son camarade en voyant les doigts fins le maintenir sauvagement. Il ouvrit la bouche quand le bras de la jeune femme eu un mouvement prompte, lui envoyant un objet lord au visage. Pas assez pour lui faire perdre connaissance. Assez pour le déséquilibrer le temps qu'elle lui saute dessus, le faisant chuter sur le dos et écrasant son torse en se mettant à califourchon. La demoiselle enfonça son avant bras dans la bouche du garde pour l'empêcher de redresser la tête et émettre le moindre son. Il sera les dents à en faire hurler l'Ombre qui tata la ceinture de l'homme et saisit son arme pour abattre le pommeau de son épée pour lui faire perdre connaissance à lui aussi. Cette fois elle y parvint.

Très fière d'elle, mais plutôt chancelante, elle tenta de se redresser et menqua de vomir tant elle avait eu peur. Au fond, s'en sortir chez elle tenait bien souvent de la chance et pas d'autre chose. Chance que le plus costaud des soldat soit celui qui se soit penché sur elle. Chance que l'autre ce soit approché et n'ai pas pensé à hurler. Chance que son jet de pierre hasardeux l'ai touché. Tant de petits hasards qui faisait d'elle Cauchemar. Elle allait s'enfuir des prisons quand elle fut prise d'un autre élan et se saisit des armes des gardes qu'elle bâillonna. Un petit message tracé avec la boucle de sa ceinture sur le sol de pierre. Message écrit en lettres capitales pour être certaine que personne ne le loupe.

'' ALORS, N, PRES A JOUER A CACHE-CACHE AVEC MOI, LA TRAÎTRESSE AYANT INFILTRÉ TES RANGS ET PARADÉ SOUS TON NEZ ? ''

Dernière provocation. C'était si délectable. Elle se saisit enfin des clefs et les enferma. Douce vengeance. Elle se faufila, Ombre enfin libre. Cherchant ses compagnons. Elle savait où ils étaient. Elle cherchait juste où elle était.

#Ne sont pas encore nées les chaînes pouvant m’immobiliser #

Alors, N, près à jouer ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Mer 22 Juin - 12:46

    N. trouvait son sommeil au bout de quelques minutes, souffle long paupières closes bien vite sa cadence respiratoire et l'état d'inconscience dans lequel les êtres vivants sont plongés allaient le délivrer de ce début de journée incroyablement surchargée.
    La faible lueur du levant traversant la vitre de sa fenêtre caressa sa chevelure de blé, doucement ses yeux bleu glacés offrirent à sa chambre un regard paisible, si la mort offrait un tel sentiment de paix se disait il, pourquoi continuer a vivre dans cet enfer? Soupirant ses yeux roulèrent dans ses orbites, se mettant sur le dos en retirant sa natte vers sa poitrine il réfléchissait à la tournure de tous ses éléments grotesque.

    Une attaque explosive de glas sur une ville aux côté d'Erestia, une traîtresse dans ses rangs, la moitié de ses soldats laminés ... a quoi tout cela rimait il? Et maintenant qu'il y repensait il avait eu raison d'enfermer cette sauvageonne dans les gonds les plus profond de Soleriès.
    Une prison comme jamais personne ne devrait aller dans sa vie: le fait d'y mettre les pieds vous fais devenir fou.
    Certes deux soldats ont étés postés devant sa porte... mais après cela il y avait encore cinq étages avec une bonne cinquantaine de gardes a chaque étages et pas des moins doués... ils connaissaient tous comment cette chienne s'était retrouvée dans les gonds Ombrageux.

    Déglutissant il souriait gentillement, tout compte fait si cette Selemba trouvait un moyen de sortir de cette prison au sous sol, elle ira tout droit au lieu de rendez-vous qui lui était accordé par son maître... un chien ne va jamais loin sans directives.
    Le hic était que N. Redoutait cela, il détestait les manipulations et profiter de cette Salope pour qu'elle le mène directement a son but n'était aucunement louable.
    Et puis cela avait l'air si facile... tellement facile pour une femme qui eut réussie a infiltrer ses rangs sous le nez de son général qu'il douta un instant de son stratagème: le meilleur moyen était encore et toujours l'improvisation à ce stade là.

    Un bruit a sa porte, trois coups réguliers Sa tête angélique se tourna vers celle ci.
    " Caporal, le roi vous donne une audience dans deux heures!"

    Tout juste le temps de se blanchir, se prêter a une parure noble et de présenter la traîtresse afin de connaître a quelle potence elle sera livrée. Il se tut écoutant le rythme des battements de son coeur et s'enhardissait a se rendormir, tout cela se faisait en dix petite minutes.

    " Caporal, une autre nouvelle, la Miss s'est évadée. Nous et les cinquante autres soldats attendons vos missives. "

    Alors finalement il avait raison? Cette catin avait une noix a la place de la cervelle, bien dans ce cas...

    " Je m'en occuperais plus tard, laissez là filer dans la prison comme bon lui semble et concentrez vos soldats naturellement à la porte de sortie et au devant des portes ou les autres prisonniers d'états sont enfermés. Elle est sans armes et n'a donc aucun moyen de se défendre. Laissez là donc vagabonder un peu avant qu'elle ne puisse plus avoir usage de ses jambes."

    " Bien Messire. "






    Ses bottes de cuir noir cloutés firent une entrée fracassante dans le château, sourcil froncés N. se dirigeait a pas allongés vers les cuisines, sont ventre grondait et la faim le rendait de mauvaise humeur, impossible de bien réfléchir dans ses conditions.
    Au passage des gardes armés de lances, épées et de boucliers foncèrent en grommelant vers les prisons, il devait y avoir du grabuge là bas. Mais qu'avait il fait a Albert III pour avoir autant de tâches a achever?

    " Fais Chier putain! si je la choppe je la tue! -__- "


    Demie tour, direction les prisons et adieux la bonne odeur de pain chaud! la Souris venait de trouver un moyen de faire semer le brouhaha encore une fois dans ses rangs.
    C'est avec une expression morbide et un visage torturé par la haine qu'il pénétra dans les prisons, comme a son habitude les soldats se poussèrent sur son chemin, tous aussi bien énervés les uns que les autres...
    Sans faire attention un truc ou une chose percuta son abdomen plutôt lourd quand il y pensa, sa main s'étala sur le sommet de son crâne et le grattait tandis qu'il prit un air septique

    " La Merde ... Bon, toi toi toi toi... non pas toi l'autre! et ... Toi vous me l'amenez dans ma loge au pas de course! "
    " Mais... heh...!"
    " Nafout' fallait y penser plus tôt! "

Revenir en haut Aller en bas
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Sam 25 Juin - 7:03

L'Ombre était agitée. Elle s'était surestimée. Elle avait fumé un joint. Comment sortir de ce merdier ? Oui, N allait jouer. Mais pas seul. Les prisons étaient vastes mais pas moyen de n'avoir ne serait-ce que l'illusion que les entrées seraient généreusement dégagées comme pour lui souhaiter bon vent et de ne pas revenir avant un bon gros siècle ou deux. Elle comprit vite en voyant que peu de cellules étaient occupées qu'elle était dans les étages inférieurs. Combien il y en avait ? Elle ne s'en était pas soucié, elle savait seulement que le groupe était dans le second sous-sol. Ses mains tremblèrent un instant. Elle était perdue. Dans tout les sens du terme. Son sens de l'orientation était déboussolé dans ses couloirs qui n'avaient rien des ruelles qu'elle arpente avec une telle assurance. Elle dû s'arrêter sous peine de commencer à suffoquer. Trop de béton au dessus d'elle. Trop de mètres entre l'air et ses poumons. Elle s'assit pitoyablement, cachant sa tête entre ses genoux pour se calmer. Elle n'était pas claustrophobe, si ? C'était probablement une réaction combinant le stress, la pression et son égarement. C'était forcément ça. La claustrophobie, c'est purement psychologique, elle ne peut pas avoir une telle défaillance... Une voix raisonna dans sa tête.

# Selemba ?
- Argawen ?
- Ouais, c'est moi. Je sens ta peur d'ici, tu n'es pas bien loin. J'ai cru que tu ne leur échapperai pas ! #

Il avait sentit sa peur ? L'unique avantage étant qu'il avait put, grâce à cela, lancer la conversation mentale. Devant son absence de réponse la présence de l'assassin se fit plus pressante dans son esprit. Comme si il se servait d'elle comme d'un réceptacle. Bien heureusement, c'est une chose impossible. Il lui demanda si ça allait. Elle lui expliqua platement la situation.

#Ah ! La grande Selemba a peur des espaces trop éloignés de l'air et du soleil ou de la lune ? Ça te ressemble bien ma belle, toujours la trouille à l'idée de ne pas être libre.
- Ta gueule Argawen.
- Bref, comment as-tu fais pour entrer ?
- Je me suis faite enfermer. Infiltrée jusqu'au bout. La classe hein ?
- T'es enfermée et tu me demandes si je trouve ça classe... ?
- Je me suis échappée de ma cellule #

Là il eut un petit sifflement mental admiratif. Pas mal. C'est la classe, il le reconnaît. Mais impossible de lui faire le moindre compliment. Il en a toujours été ainsi entre eux. Argawen la séduit, elle l'envoie bouler, souvent, s'abandonne à lui, parfois. Mais ils se raillent sans cesse. À qui mieux mieux ferait X ou Y exploit. Pour le moment l'elfe menait. Ce à quoi il répondait, frustré par un ''m'en fou, je te baise''. Elle éclatait de rire en répondant un simple ''ou l'inverse'' et la discussion s'en finissait là. Mais ils avaient des chats plus important de savoir si il partagerait ou pas un lit dans les temps à venir.

#- Je ne peux pas vous rejoindre.
- Pourquoi ça ?
- Je me fais un peu trop remarquer. Occupez-vous de fuir avec Nerrilis. Nous serons plus discret séparés.
- Très bien, retiens tout de même l'attention encore un moment, on a pas la moindre nouvelle de la flèche, peu de chance qu'elle les captive autant que l'on l'espère.
- C'est bien ce que je compte faire.
-Ah, et, une dernière chose.
- Oui ?
- Bonne chance. #

Elle allait en avoir besoin. Un sourire malicieux se dessina sur ses lèvres. Alors, Cauchemar, toi qui a toujours rêvé de gloire, te sens-tu prête à ce que ton nom alimente les commérage des prochaines semaines ? Des meurtriers on en voit des centaines. Et des vipères qui joue à cache cache ? L'Ombre dégaina la dague volée au garde. Elle allait signer son passage. Que le jeu commence. JE SUIS PASSÉE PAR ICI. Les lettres ne ressortaient pas particulièrement mais une personne assez attentive pour rechercher une Ombre ne la louperait pas. La sortie est en haut ? Et bien descendons. Des tas de messages semblables tracèrent son passage. PAR ICI AUSSI. ET JE REPASSERAI PAR LÀ. Elle s'amusait comme une folle. Mais le risque était grand. La majorité des détenus étaient inertes et la prenait pour une garde. Si bien que personne ne sonna l'alerte parmi les enfermés. Mais elle esquivait les patrouilles comme un rat fuirait un aigle. Oui c'est lâche. Très lâche même mais ça permet de survivre voyez-vous. Une idée vint éclairer son esprit tordu. Si elle vagabondait, elle se ferait attraper tôt ou tard. Mais, si elle se cachait dans l’immobilité...

Le trousseau qu'elle avait aussi emprunter vint se loger dans sa main gauche. Elle ouvrit une cellule vide, prenant soin de faire claquer la serrure le moins possible. Une cellule sombre, dont on distinguait à peine le fond. Parfait. Elle s'enferma elle même. Comme un masochiste s’écorcherait. Oui, elle avait peur de cet enfermement. Mais elle avait l'impression de contrôler un minimum la situation. Et ça, ça effaçait toutes ses craintes. Qui penserait à la chercher ici ? Elle avait tellement plus de raisons de s'échapper. Dans le pire des cas, elle serait retrouvée. Il lui restait sa capsule. Dans le meilleur, elle attendait une journée, jeûner n'étant pas une difficulté. Le temps qu'on l croit enfuie. Et elle se barrerai vraiment. Surtout que ses ''alliés'' allaient généreusement ouvrir la voix en passant à l'attaque.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selemba Impériale
Harmonienne
Harmonienne
avatar

Messages : 185
Date d'inscription : 05/01/2011
Age : 86

Feuille de personnage
Niveau:
5/30  (5/30)
Expérience:
55/40  (55/40)

MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Lun 15 Aoû - 20:31

Plic. Ploc. Plic. Ploc. Plic. Ploc. Rah ! Ces gouttes allaient la rendre folle. L'humidité dégoulinant du plafond mousseux pour aller dans une minuscule flaque. Parce que certes, elle était bien loin de l’inondation mais ces petits sons rythmaient affreusement la lenteur du temps. La méditation n'étant pas son fort, ses yeux fouillaient la pénombre. Il faut dire qu'elle avait certes pris un cellule, mais elle n'était pas dans le coin le plu agité. Ici vivaient les éternels. Ici vivaient les condamnés à l'éternité. Ils ne recevaient rien de plus que la ration de nourriture. Pas obligatoirement quotidienne. Aux yeux de l'elfe, cette sentence est pire que la mort. Et si on ne la pendait pas sur place publique, c'est très certainement ce qui l'attendait. Mais le jour de sa captivité perpétuelle n'est pas encore venu. Elle préférait de loin les moments ou elle entendait les bruits cadencés des bottes martelant le sol de pierre. Bruit qui se stoppait parfois, nettement, soudainement. L'elfe espérait, du fond de la prison où elle s'était elle même jetée, que ce soient ses messages qui les perturbes ainsi. Oh oui, miss scandale, petite souris loin d'être puissante, n'avait ni la force ni la renommée des Légendaires, mais elle avait le culot, la chance et les occasion de faire parler d'elle. Pour une espionne, quantité de rumeurs courraient à son sujet. Mais il ne s'agissait bien souvent que de rumeurs... heureusement d'ailleurs ! Mais il fallait laisser le temps s'écouler. Alors elle attendit dans cet estomac rocheux qui l'avait avalé toute entière. Suffoquant par moment de ne voir ni ciel, ni lune ou même soleil.

------------------------

La faim tiraillant l'estomac. Quantité de temps avait filé. Pour l'eau, elle avait fait avec l'humidité s'écoulant en gouttelettes sur la mousse. Sa nature d'elfe étant plus résistante à toute les maladies qu'elle pourrait véhiculer. La faim était une amie de longue date. Si familière. Et toujours aussi cruelle, le temps n'adoucissant en rien ses caresses. Mais plus que ceci, c'est la pressante envie de douche qui la taraudait qui lui fit prendre conscience qu'elle pouvait enfin sortir. Pas un bruit. Hormis celui d'une clef. D'une clé que l'on fait jouer dans une serrure. Puis plus rien. Pas même des froissements de tissus. Ses pieds touchant le sol sans même déplacer la poussière. Contact à la limite du fictif. Un seul homme ouvrit un œil. Plus par intuition que par autre chose. Il lui sourit. Un sourire mauvais. Oh non, il n'allait pas hurler. Mais ses yeux disaient clairement qu'un jour, l'Ombre serait des leurs. Serait des Éternels. Elle aurait bien voulu leur ouvrir. Quoique non. Elle n'avait pas cette pitié. De toute manière, son trousseau ouvrait certes les cellules mais pas les menottes. Elle s'éclipsa en lisant sur les lèvres du captif ''à un de ces jours ''. Ce n'était que des mots murmurés par un fou. Mais curieusement, ses yeux vairons s'écarquillèrent. Comme si une prophétie venait de sonner à ses oreilles. Il lui fallut près d'une heure pour sortir. En évitant les gardes qui la pensaient partie depuis longtemps. Elle vit enfin le soleil et gambada comme un enfant. Sur un mur en face d'elle, un avis de recherche la concernant. Pas de nom. Ni de lien avec Cauchemar. Juste une traîtresse des rangs de Lucina. Pas de grande valeur mais qu'importe. La prophétie murmurait toujours au fond d'elle. Un échos qui refuse de mourir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Serena Magami

avatar

Messages : 1113
Date d'inscription : 27/01/2010
Age : 24
Localisation : Ici, avec vous ;p

Feuille de personnage
Niveau:
30/30  (30/30)
Expérience:
95/80  (95/80)

MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    Lun 15 Aoû - 20:55

Ed de FMA... :8: En espérant le recroiser au détour de prochains rps ^^

Selemba Impériale : 9 xps

Les xps ont été attribués
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: point de Fuite a l'horizon    

Revenir en haut Aller en bas
 
point de Fuite a l'horizon
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Photoshop] Créer un décor sous-marin
» Faire un rond point - Faire un pano
» Point de caractéristique
» Horizon ferme ses portes.
» Horizon - Ville de l'Euromed

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Harmonia :: Archives :: Les archives des mondes-
Sauter vers: